Histoires mystérieuses

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Histoires mystérieuses (titre original : Asimov's Mysteries) est un recueil de nouvelles d'Isaac Asimov paru en 1968. Ce recueil a été découpé en France en deux parties qui ont été publiées pour la première fois en France en 1969. L'ouvrage a été entièrement préfacé par Asimov lui-même et comporte pour la majorité des nouvelles des Ante-Scriptum et/ou des Post-Scriptum.

La majorité des nouvelles a ici trait au futur, à la science et à la résolution d'une enquête, bien que certaines ne présentent qu'un ou deux de ces aspects.

Nouvelles[modifier | modifier le code]

Fin du premier ouvrage

Les Enquêtes du Dr Urth[modifier | modifier le code]

Wendell Urth est un des meilleurs savants de son époque. Il connaît chaque recoin de la galaxie, sans jamais s'être éloigné à plus de quelque kilomètres de chez lui. Reclus comme dans une caverne, sa résidence est un Louvre empli de filmolivres et autres échantillons.

Chante-Cloche[modifier | modifier le code]

Les Chante-Cloches, sont d'étranges pierres lunaires qui, si on les fait tinter comme un triangle, libèrent un son magique inimitable semblable à mille carillons dû aux petites alvéoles qu'elles contiennent. Le docteur Urth doit prouver à la demande des autorités qu'un suspect a séjourné dernièrement sur la lune pour justifier son envoi à la psycho-sonde.

La Pierre parlante[modifier | modifier le code]

Un vaisseau spatial arrive dans une station perdue au milieu des astéroïdes. Celui qui la tient, seul depuis des mois, est avide de contact humain et sa curiosité lui fait rencontrer un organisme minéral exceptionnel et bien étrange. Il semble être télépathe, et c'est un specimen unique. Seule de fortes irradiations peuvent rendre une siliconite aussi évoluée. Et l'uranium est prisé par les temps qui courent. L'état ira jusqu'à demander de l'aide de Wendell Urth pour retrouver ces milliards en uranium.

Mortelle est la nuit[modifier | modifier le code]

Trois savants en poste sur trois lointaines planètes différentes reviennent sur Terre. Ils sont l'élite de la science, et un de leurs anciens camarades, Villiers aurait du en faire partie. Mais la nature l'a rendu malade, et il n'a pu quitter la Terre. Lorsqu'ils le revoient, il semble fou, et annonce la plus grande découverte de l'humanité.

La Clef[modifier | modifier le code]

Une expédition privée de deux hommes explore la Lune, et la trouvaille ira bien plus loin que ce qu'on peut espérer. Seulement, cela ira tellement loin que l'humanité entassée sur la Terre en sera menacée. Cette nouvelle fut écrite pour un numéro spécial de The Magazine of Fantasy and Science Fiction dédié à Asimov lui-même.

Les autres nouvelles[modifier | modifier le code]

Le Patronyme accusateur[modifier | modifier le code]

Une calme bibliothèque universitaire un jour de vacance dans le présent est le théâtre d'un crime.

La Cane aux œufs d'or[modifier | modifier le code]

La nouvelle est une réécriture sur une base scientifique du conte La Poule aux œufs d'or de Jean de La Fontaine.

Cache-Cash[modifier | modifier le code]

À Port Mars sans Hilda[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle a été écrite pas Asimov pour un éditeur qui, ne trouvant jamais de scène, de pensée, de mot ou quoi que ce soit d'impudique dans les récits d'Asimov, en conclut que le pape de la SF en était incapable. Ipso Facto, réponse par l'écrit.

Au large de Vesta[modifier | modifier le code]

Aujourd'hui, ils auraient pu être les rescapé du Koursk K-141...
Cette nouvelle, qui si elle n'est pas une énigme policière, fut (voir l'autobiographie d'Asimov, "Moi, Asimov") l'inauguration de sa carrière d'écrivain.

Anniversaire[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle est écrite par Asimov pour le magazine qui a publié Au large de Vesta. Celui-ci demanda à l'auteur une nouvelle anniversaire pour fêter les 20 ans écoulés depuis début de carrière. Le récit se déroule également vingt après l'action de la première nouvelle et fait mention de Multivac, l'ordinateur géant qui régit la Terre.

La poussière qui tue[modifier | modifier le code]

Cette nouvelle a failli, selon Isaac Asimov, être une enquête de Wendell Urth. Mais, écrite pour une nouvelle revue, il estima que cela ferait trop « fond de tiroir ». [réf. nécessaire]

Le Carnet noir[modifier | modifier le code]

Ah comme un mari, géni maltraité par la vie, peut faire de la vôtre un enfer. Et ce sera pire s'il atteint la postérité. Le laissera-t-on faire ?
L'idée de cette nouvelle serait venu à Asimov en lisant un jour la notice nécrologique d'un confrère écrivain de science fiction.[réf. nécessaire]

La Bonne Étoile[modifier | modifier le code]

La rengaine est sans cesse la même : le plus infaillible des plans statistiquement parlant peut s'avérer la plus idiote des morts.

La Boule de billard[modifier | modifier le code]

Les deux esprits les plus brillants de leur siècle en viendront-ils, en découvrant et exploitant la science, à s'opposer jusque dans une bataille mortelle, un dernier acte, un rideau se baissant de la plus cruelle des façons.
L'Ante-Scriptum de cette nouvelle fait mention du jour où il reçut un Hugo à Cleveland en 1996 devant sa femme et sa fille. Le magazine de science fiction IF fut également récompensé et décida de publier un écrit de chaque lauréat. Asimov promit d'écrire une nouvelle pour l'occasion, promesse qui accoucha de La boule de billard.[réf. nécessaire]

Références bibliographiques[modifier | modifier le code]

Tome 1[modifier | modifier le code]

Tome 2[modifier | modifier le code]

Édition en un volume[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une version légèrement censurée de cette nouvelle, nommée Je suis à Port-Mars sans Hilda, est parue dans le recueil de nouvelles L'avenir commence demain.