Histoire militaire de l'Allemagne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
L’Eurocopter Tigre, réalisation franco-allemande.

L’histoire militaire de l’Allemagne couvre plus d’un millénaire d’Histoire à travers l’Allemagne, l’Europe et les anciennes colonies allemandes.

Tandis que la langue allemande a une longue histoire séculaire, l'Allemagne en tant qu'État-nation ne remonte qu'à 1871, date de création de l'Empire allemand. Les premières périodes sont encore sujettes à des discussions sur leur définition. Les Francs, par exemple, étaient une union de tribus germaniques, cependant certains francs se sont identifiés plus tard comme Hollandais, Flamands, Français ou encore Allemands. La capitale de l'empire médiéval de Charlemagne était la ville d'Aix-la-Chapelle, région maintenant en Allemagne alors qu'il était pourtant franc. La France a été baptisée du nom des Francs et les Hollandais et Flamands sont les seuls pour parler une langue qui descende de la langue franque. Par conséquent, presque tous les pays continentaux d'Europe de l'Ouest peuvent se réclamer de l’héritage de Charlemagne. Le Saint-Empire romain germanique qu’il a fondé était en grande partie, même si pas complètement, de langue allemande. La Prusse, qui a unifié l'Allemagne au XIXe siècle, a eu une partie significative du territoire de l’actuelle Pologne. Au début du XIXe siècle, le philosophe Friedrich Schlegel s'est référé à l'Allemagne sous le terme de Kulturnation, une nation à la même culture mais divisée politiquement comme en Grèce antique.

Tôt pendant les périodes médiévales antiques, les tribus germaniques n'ont eu aucune langue écrite. Ce que nous connaissons de leur histoire militaire provient de rapports écrits en latin et de l'archéologie. Ceci laisse des zones d'ombres importantes. Les guerres germaniques contre les Romains sont assez bien documentées mais avec le point de vue romain et donc subjectif. Les guerres germaniques contre les Celtes demeurent cependant mystérieuses parce qu'aucun côté n'a gardé d'écrits des évènements.

Préhistoire et Antiquité[modifier | modifier le code]

Charlemagne conquiert la Saxonie : son opposant est Widukind de Saxe.

On pense que les tribus germaniques proviennent de l'âge du bronze nordique dans l'Allemagne du nord et la Scandinavie du sud. Les tribus se déplaçaient vers le sud, possiblement motivées par la détérioration du climat de leur patrie. Il traversèrent la rivière Elbe, probablement conquérant les territoires de la Volcae Celtique dans le bassin de la Weser. Les Romains enregistrèrent une de ces migrations tôt quand les Cimbres et les Teutons menaçaient la République elle-même vers la fin du IIe siècle av. J.-C. Dans l'est, autres tribus comme les Goths, les Ruges, et les Vandales s'installèrent au bord de la mer Baltique, poussant au sud et enfin s'installant jusqu’à l'Ukraine. Les Angles et les Saxons émigrèrent vers l'Angleterre. Les peuples germaniques avaient souvent un rapport tendu avec leurs voisins, menant à plus de deux millénaires de conflits militaires sur des désaccords territoriaux, religieux, idéologiques, et économiques.

Le Saint-Empire romain germanique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Saint-Empire romain germanique.

Le Saint-Empire romain germanique (également appelé le « Premier Empire allemand ») a émergé de la partie orientale de l’Empire d'Occident carolingien, après sa division dans le traité de Verdun de 843, et a duré presque un millénaire jusqu’à sa dissolution en 1806. Ce n’a jamais été un États-Unis : dès le début il était composé de nombreuses appartenances ethniques et langues. Il comportait des territoires s’étendant de l’Est de la France au Nord de l’Italie. La principale cause d’unification était son héritage carolingien et la forte présence religieuse, mais dès lors, la majorité des sujets se considérait comme « germanique ».

Représentation des blasons des composantes de l'Empire, sous les ailes de l'Aigle bicéphale impérial.
David de Negker, Augsburg, 1510.

De 919 à 936 les peuples germaniques (Francs, Saxons, de Souabe et de Bavière) ont été unis sous Henri Ier de Germanie, Duc de Saxe qui a pris ensuite le titre de Roi. Pour la première fois, le terme « Royaume » (Regnum Teutonicorum) a été appliqué au Royaume franc.

En 955, les Magyars ont été décisivement défaits à la bataille du Lechfeld par Otton Ier du Saint-Empire, éliminant la menace venue des steppes eurasiennes pendant près de quatre siècles. Dans 962, en partie grâce à cette victoire, Otto s'est rendu à Rome et a été couronné « Premier empereur du Saint Empire romain germanique » par le pape.

En 1155, les États du Saint-Empire romain germanique étaient tombés dans la confusion et le désordre. L'Empereur Frédéric Barberousse est parvenu à restituer la paix par la diplomatie et a habilement arrangé des mariages royaux. Il a exigé l'annexion de l'Italie et a effectué plusieurs incursions en Italie du nord, mais a été finalement défait par la Ligue lombarde à Legnano en 1176. En 1189, Frédéric s'est lancé dans la Troisième croisade. Après quelques succès initiaux contre les peuples turcs, notamment à Konya, Frédéric a été tué en essayant de traverser un fleuve. Sans guide, paniquées et attaquées de tous les côtés, seulement une minuscule partie des forces survécurent.

En 1226, Conrad Ier de Mazovie fait appel à l’ordre Teutonique, un ordre militaire allemand de croisade, pour défendre ses frontières et pour soumettre les païens de la région balte. La conquête et la christianisation de la Prusse ont été accomplies en plus de 50 ans, après quoi l’Ordre l’a dirigé comme un État souverain. Leur conflit avec l’État de Pologne-Lituanie, sur le contrôle de la terre mena en 1410 à la bataille de Grunwald. Une armée de Pologne-Lituanie a infligé une importante défaite et a brisé la puissance militaire de l’Ordre, bien qu’il soit parvenu à garder la plupart de ses territoires.

Les territoires liés au Saint-Empire romain germanique en 1630.

Les croisades contre les Hussites, entre 1419 et 1434 en Bohême, prennent leurs origines dans le conflit entre les catholiques et les disciples d'une secte religieuse fondée par Jan Hus. L'action qui provoqua la guerre fut la Première défenestration de Prague, dans laquelle le maire et les membres de conseil de la ville de Prague ont été jetés des fenêtres de l'hôtel de ville. L'Empereur romain germanique Sigismond, ferme adhérant de l'église de Rome, a obtenu l'appui de pape Martin V qui a publié une bulle pontificale en 1420 proclamant une croisade. En tout, quatre croisades ont été lancées contre les « hérétiques », toutes ayant pour résultat la défaite des troupes catholiques. Les Hussites, habilement mené par Jan Žižka, utilisèrent une nouvelle tactique pour défaire leurs ennemis pourtant numériquement supérieurs, notamment chez Sudomer, Vyšehrad, Havlíčkův Brod et décisivement à Ústí nad Labem. Toutes les fois qu'une croisade finissait, les armées des Hussites envahiraient les terres d'où les croisés venaient, principalement la Saxe. Après la mort de Jan Žižka en 1424, les armées hussites ont été menées par Prokop le Grand à une autre victoire à la bataille de Tachov (en) en 1427. Le mouvement des Hussites prit fin en 1434, cependant, à la bataille de Lipany. Pendant la Révolte des Rustauds, se déroulant de 1524 à 1525 dans le Saint-Empire romain germanique, les paysans se soulevèrent contre la noblesse. La rébellion a finalement échoué et Charles Quint devint plus puissant.

De 1618 à 1648, la guerre de Trente Ans a ravagé l'Allemagne lorsque le territoire est devenu le théâtre principal des affrontements entre la France et les Habsbourgs. En plus d'être en guerre avec la France catholique, l'Allemagne a été attaquée par le luthérien Gustave II Adolphe de Suède qui remporta beaucoup de victoires jusqu’à sa mort à la bataille de Lützen. La guerre a eu comme conséquence l'impossibilité pour de grandes régions de l'Allemagne d'être cultivées, entraînant un appauvrissement général et une perte d'environ un tiers de la population allemande. La guerre finit avec les traités de Westphalie.

Le prince Eugène de Savoie-Carignan de Savoie a contré l'Empire ottoman, venant d'abord aider ses alliés pendant la principale offensive turque contre la capitale autrichienne en 1683. Pendant les dernières années du XVIIe siècle, il était déjà célèbre pour avoir protégé la Hongrie des Ottomans puis il prit le rôle de principal commandant autrichien pendant la guerre de Succession d'Espagne. De 1701 à 1714, l'Allemagne a donc combattu avec les Anglais et les Néerlandais contre les Français. Pendant la première partie de la guerre, les Français avaient remporté plusieurs victoires jusqu’à ce que Camille d’Hostun les ait vaincus au Palatinat. Plus tard, en 1706, Anglais et Néerlandais ont aidé les Allemands à reconquérir leurs terres.

Pendant le règne de Frédéric-Guillaume Ier de Prusse (1713-1740), la puissance militaire de la Prusse a été sensiblement améliorée. Il a fait de son armée un instrument de guerre efficace et très discipliné tout en organisant le gouvernement autour des besoins militaires. L'armée a été augmentée à 80 000 hommes, soit environ 4 % de la population totale. Des paysans ont été recrutés par les militaires puis formés, mais renvoyés chez eux dix mois par an.

Lors de la guerre de Succession d'Autriche (1740-1748), l'impératrice autrichienne Marie-Thérèse Ire de Hongrie combattit avec succès pour obtenir la succession au trône.

La guerre de Sept Ans[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Sept Ans.
Les alliances à la veille de la guerre de Sept Ans.

Pendant la guerre de Sept Ans et les guerres de Silésie, Frédéric II de Prusse, occupa la Silésie et obligea l'Autriche à la lui céder formellement dans le traité de Hubertusburg de 1763. La Prusse avait survécu à la force combinée de ses voisins, tous plus grand qu'elle, et gagna énormément en influence au sein du Saint Empire romain germanique. Elle fut reconnue comme une grande puissance européenne, faisant naître une rivalité avec l'Autriche pour le contrôle des terres de langue allemande. Pendant cette guerre, la Prusse a combattu du côté du Royaume-Uni contre la Russie, la Suède, l'Autriche, la France et la Saxe. Frédéric II de Prusse envahit d'abord la Saxe puis défait l'armée saxonne lors de la bataille de Lobositz. Frédéric II envahit ensuite la Bohême puis assiège Prague mais est défait à la bataille de Kolin. Puisque la Prusse a montré un signe de faiblesse, les Autrichiens et les français envahirent les terres prussiennes. Cependant, les Français furent vaincus à Rossbach et les Autrichiens à Leuthen. En 1758, Frédéric II tenta d'envahir à son tour l'Autriche mais échoua. Les Russes essayèrent alors de défaire le Prussiens mais la Prusse remporta une victoire à la Pyrrhus à la bataille de Zorndorf. Les Suédois combattirent aussi les Prussiens à la bataille de Tornow. Cependant, l'Autriche gagnera une victoire contre l'armée prussienne à Hochkirch. En 1759, la Prusse connut bien plus de défaites. Elle perdit à Kay et à Kunersorf face aux Russes. Les Prussiens ont aussi eu des défaites majeures contre les armées françaises et suédoises, tellement que Berlin lui-même a été pris en 1762. Cependant, la grande alliance contre la Prusse prit fin à la mort d'Élisabeth Ire de Russie. Pierre III de Russie, son remplaçant était un gouvernant pro-Prussien et demanda rapidement la paix. Ce fut seulement grâce à cela que la Prusse survécut à la guerre.

Cet article est mal écrit et les informations sont parfois fausses (surtout les batailles) je ne suis pas un expert de wikipedia mais quelqu'un peut corriger cela.

Les guerres napoléoniennes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Guerres napoléoniennes et Croix de fer.
Verso de Croix de fer, version de 1914, 2e classe.

La période des guerres napoléoniennes a mis fin au Saint-Empire romain germanique et a créé de nouveaux États de langue allemande qui formeront par la suite l'Allemagne moderne. Napoléon Ier réorganisa certains États de langue allemande plus petits dans la confédération du Rhin après la bataille d'Austerlitz de 1805 mais ni la Prusse ni l'Autriche, les deux plus grands États de langue allemande, ne faisaient partie de cette confédération.

Frédéric-Guillaume III de Prusse a vu la confédération du Rhin comme une menace aux intérêts prussiens et s'y allia pour faire face à Napoléon. La réputation de l'armée prussienne était demeurée importante après la guerre de Sept Ans mais les tactiques militaires n'avaient pas évolué et étaient toujours essentiellement basées sur des mercenaires étrangers. Le manque de réformes militaires se montra désastreux. Les défaites prussiennes à Iéna et à Auerstadt menèrent à la réduction de moitié de la taille du pays.

La Prusse démoralisée rappela son important général Gebhard Leberecht von Blücher hors de la retraite et il réorganisa l'armée. Les réformes militaires prussiennes ont été menées par Gerhard von Scharnhorst et August von Gneisenau. Ils ont converti l'armée professionnelle en une armée basée sur le service national. Ils apportèrent de plus jeunes officiers, un taux de mobilisation plus élevé, un nouvel état-major centralisé et ont amélioré globalement les tactiques.

C'est en 1813 que la décoration militaire Croix de fer fut établie comme un honneur militaire par le roi Frédéric-Guillaume III. Elle deviendra plus tard le symbole de l'armée allemande.

Après la défaite de Napoléon en Russie, la Prusse et quelques autres États allemands ont rejoint les forces anti-françaises dans la Sixième coalition. Une victoire décisive sur la France à Leipzig fut remportée et força l'abdication de Napoléon. Malgré les dispositions du Congrès de Vienne, Napoléon reviendra et sera définitivement défait à la bataille de Waterloo en 1815.

L’Empire allemand[modifier | modifier le code]

« Nous allons dominer le monde entier. »

— Otto von Bismarck, 1863.[réf. nécessaire]

Les deux guerres prusso-danoise confirme le rôle central de la Prusse en Allemagne. La guerre austro-prussienne de 1866 fut le point culminant de la lutte de pouvoir entre le Royaume de Prusse et l'Empire d'Autriche au sein du monde germanique.

La guerre franco-prussienne de 1870 rassemblant derrière Berlin tous les États allemand vit l'effondrement du Second Empire et permit la création du « Second Empire allemand ». Elle annonçait la fin de l'expansionnisme d'Otto von Bismarck. À partir de ce moment et jusqu’à la fin de sa carrière, il utilisa habilement la diplomatie pour maintenir le statu quo en Europe.

En 1888 cependant, Guillaume II d’Allemagne a accédé au trône allemand. Petit-fils de Victoria Ire du Royaume-Uni, il admirait beaucoup l'Empire de Grande-Bretagne ainsi que sa puissance navale; il était donc opposé à la politique étrangère soigneuse de Bismarck. Dans cette idée, il a fait de l’amiral Alfred von Tirpitz, militant énergique pour une flotte plus grande, le Secrétaire d'État pour la Kaiserliche Marine. Il a réussi à donner à l'Allemagne de 1914 la deuxième plus grande force navale du monde.

Ce programme d'expansion était suffisant pour alarmer les Britanniques, commençant une course aux armements de marine coûteuse et menant indirectement à l'apparition d'une attente fragile entre deux alliances en Europe : la Triple-Entente (Grande-Bretagne, France et Russie) et la Triplice (Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie).

Quand en 1914 le nationalisme croissant en Europe trouva un casus belli dans l'assassinat de François-Ferdinand d'Autriche, les Autrichiens lancèrent un ultimatum à la Serbie qu'ils jugeaient responsables. Incité par leurs alliés autrichiens, l'Allemagne a déclaré la guerre contre la Russie le 1er août 1914 en ayant pour résultat une guerre mondiale entre les deux alliances.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Première Guerre mondiale.

« Dieu nous a créés pour civiliser le monde. Malheur et mort à qui résistera à ma volonté. »

— Guillaume II d'Allemagne, 1914.[réf. nécessaire]

Germania, l'allégorie nationale allemande, à la rescousse de la mère patrie entrant en guerre : la légitimation donnée par le pangermanisme se heurte à l'esprit de revanche nourri par les Français.

Le plan Schlieffen allemand était de gérer l'alliance Franco-Russe en se débarrassant rapidement des Français par une attaque rapide, puis de se concentrer sur l'unique front russe qui mettrait plus de temps à mobiliser son armée. Au début de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne a attaqué la France par la Belgique pour éviter les défenses françaises sur la frontière franco-allemande. Les forces armées allemandes furent battues à la Première bataille de la Marne, puis des années de guerre ininterrompues ont suivi sur le front occidental, principalement des batailles de positions où les tranchées jouèrent un rôle très important.

Cependant, sur le front de l'Est, la guerre était très différente. Les plans initiaux russes pour la guerre étaient d'envahir simultanément la Galicie et la Prusse-Orientale. Bien que la percée initiale de la Russie en Galicie ait été en grande partie réussie, ils furent repoussés en arrière par la Prusse et par les victoires des généraux allemands Paul von Hindenburg et Erich Ludendorff lors de la bataille de Tannenberg en août et septembre 1914. L'état économique et militaire de la Russie était bien moins développé que l'équivalent allemand et face à ce combat inégal, la force combinée des empires allemands et austro-hongrois réussirent à contrer l'attaque russe. Au printemps 1915, les Russes étaient repoussés et les puissances centrales réalisèrent une puissante percée vers le sud de la Pologne, capturant Varsovie le 5 août 1915 et forçant les Russes à se retirer de toute la Pologne.

De guerre de mouvement à position, l'utilisation des tranchées et des mitrailleuses sont devenues courante. Les combats les plus âpres se déroulent par phases successives où les attaques se font par assauts massifs à la baïonnette d'une tranchée à une autre. En 1917, l'armée allemande avait commencé à utiliser des nouvelles tactiques d'assaut et d'infiltration dans le but de sortir de l'impasse de guerre de tranchées. Des « troupes de choc » ont été formées et équipées pour ces nouvelles techniques et ont été utilisées avec un effet dévastateur le long du front russe puis à la bataille de Caporetto en Italie. Ces formations ont été alors déployées sur le front occidental pour parer l'attaque britannique de chars de combat à la bataille de Cambrai. En mars 1918, l'Empire allemand a commencé une avance impressionnante créant une percée dans la ligne alliée. Cependant l'offensive fut stoppé avant d'atteindre Paris.

Le nombre croissant de soldats américains le long du front occidental réussit à contrer la présence allemande. Bien que les militaires allemands aient pu être en mesure de repousser les forces alliées sur les deux fronts, dès 1918, la victoire a semblé impossible à obtenir et l'Allemagne négocia une paix préférable à une défaite inéluctable. L'Allemagne, appauvrie et en difficulté de l'après-guerre, permit la montée du Nazisme dans les années 1930.

Les chars de combat sont le fruit de cette guerre, l'aviation militaire que le Baron Rouge popularisera et les armes chimiques, comme le gaz moutarde, y sont pour la première fois utilisés massivement. Le lance-flamme, lui, reste utilisé de manière expérimentale. L'Allemagne développa aussi beaucoup son artillerie, le symbole de ces avancées technologiques restera la Grosse Bertha.

La République de Weimar et le Troisième Reich[modifier | modifier le code]

« Mon mot d'ordre : "Détruire par tous les moyens. Le national-socialisme va réorganiser le monde". »

— Adolf Hitler, 1933.

Le traité de Versailles a imposé d'importantes restrictions à la force militaire allemande. L'armée était limitée à 100 000 hommes avec 15 000 hommes additionnels dans la marine. La flotte était composée de 6 cuirassés, de 6 croiseurs et de 12 destroyers[réf. nécessaire]. Les unités de chars de combat, l'artillerie lourde et l'Armée de l'air avaient été dissoutes. Cependant, ces hommes étaient des officiers très qualifiés et ils deviendront les commandants des troupes pendant la guerre. L'armée d'après-guerre, la Reichswehr, avait été établie le 23 mars 1921. La conscription a été supprimée sous un autre mandat du traité de Versailles. Le traité a également forcé l'Allemagne, qui a été reconnue responsable de la guerre, à payer des milliards de dollars dans les réparations de guerre. L'occupation de la Rhénanie par les forces françaises et belges ne permit pas à l'Allemagne de pouvoir payer sa dette.

Le parti nazi utilisait une swastika comme symbole et les couleurs rouge et noir pour représenter le Blut und Boden (« sang et terre »).

Adolf Hitler, déjà à l'origine du putsch de la brasserie, un coup d'État manqué, rassemble le peuple germanique en développant une idéologie autoritaire et fasciste perceptible de son ouvrage Mein Kampf. Le pangermanisme ainsi que la colère et le ressentiment du traité de Versailles furent même une des causes de son arrivée au pouvoir.

La République de Weimar a en grande partie obéi aux restrictions de Versailles. Les problèmes économiques des réparations, de l'hyperinflation et de la Grande Dépression ont également rendu les dépenses militaires difficiles. Cependant, les forces armées allemandes ont maintenu leurs forts corps d'officiers en place.

Le régime nazi a commencé la remilitarisation, discrètement au début des années 1930. Les forces armées allemandes prennent le nom de Wehrmacht de 1935 à 1945. La Heer a été encouragée à expérimenter des techniques de combat basées sur une mobilité poussée associant chars de combat et infanterie motorisée d'après les idées de Heinz Guderian[1]. Plus tard, avec l'ajout d'un support aérien, cette technique sera connue sous le nom de « Blitzkrieg ». L'Allemagne innovera en organisant ses chars de combat en régiments et non plus en simples brigades. La Kriegsmarine relança la construction de navires et Hitler créa la Luftwaffe, une armée de l'air au commandement indépendant de l'armée de terre.

Dans le même temps, des organisations paramilitaires liées au parti nazi comme la Sturmabteilung (SA) et la Schutzstaffel (SS) se développent en Allemagne, elles ont même des branches militaires comme la Waffen-SS. Certains haut-gradés tel que le Reichsführer-SS Heinrich Himmler, ont aussi des fonctions militaires d'importance.

En 1936, les troupes allemandes ont marché sur la Rhénanie démilitarisée. Puis, le 12 mars 1938, l’Autriche est annexée par l’Allemagne dans l’Anschluss, les Sudètes en octobre 1938 et enfin le reste des terres de Tchécoslovaquie sous forme de protectorat en mars 1939. La Société des Nations trop faible à l’époque ne put arrêter cela et dans la peur d’une autre guerre mondiale, ne prit pas de décision.

Préparant la guerre, le Pacte germano-soviétique est signé le 23 août 1939 entre les ministres des Affaires étrangères du Troisième Reich, Joachim von Ribbentrop, et de l’Union soviétique, Viatcheslav Molotov. En plus de la clause de « non agression », elle pose le principe du partage du territoire polonais et une collaboration entre les deux dictatures en dépit des idéologies opposées.

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Seconde Guerre mondiale.
Plan de bataille développé par Erich von Manstein en vue de la bataille de France.

La Pologne ayant refusé de renégocier le statut du corridor de Dantzig, Adolf Hitler, attaqua le 1er septembre 1939 sans déclaration de guerre, déclenchant ainsi par le jeu des alliances la Seconde Guerre mondiale. Cependant, la France et le Royaume-Uni ne passent pas à l'offensive laissant l'Allemagne et l'URSS, se partager le pays, conformément au pacte. La résistance militaire de la Pologne est faible et elle s'effondre rapidement à la suite du Blitzkrieg allemand. Dès le début, les forces allemandes se lancent dans des crimes de guerre massifs. Il s'ensuit la « Drôle de guerre », les pays ne s'attaquent pas et préparent leurs armées ( le Royaume-Uni et la France était mal préparés pour une guerre, et la Wehrmacht n'a pas brillé en Pologne.

En avril 1940 est déclenchée l'opération Weserübung, les troupes allemandes envahirent et occupèrent le Danemark et la Norvège neutres pour sécuriser l'accès au fer suédois.

Les généraux allemands ont pour la plupart fait la Première Guerre mondiale, ils disposent donc d'une certaine expérience contre les nations occidentales et des terrains d'Europe de l'Ouest. Les plans français étant en grande partie fondés sur une défense statique derrière la ligne Maginot, le général allemand Erich von Manstein prépara un plan pour la conquête de la France. Le 10 mai 1940, les Allemands ont évité la ligne Maginot en lançant une offensive éclair par la Belgique neutre, tout en attaquant aussi le Luxembourg et les Pays-Bas. Les armées françaises et anglaises vont à la rencontre de la Wehrmacht en Belgique. L'avancée principale vers la France se fit par les Ardennes qui étaient pourtant réputées impénétrables pour des chars de combat. En juin 1940, avec les troupes françaises encerclées dans le nord, la France capitule. Le corps expéditionnaire britannique et d'autres unités alliées sont repoussés sur Dunkerque, mais parviennent à s'échapper par la mer, malgré des pertes humaines et matérielles très importantes, grâce à la décision d'Hitler d'attaquer uniquement avec l'aviation.

Pendant l'hiver 1940, l'Allemagne se prépara à une invasion de la Grande-Bretagne, mais ce plan fut abandonné à la suite des difficultés pour la Luftwaffe d'Hermann Göring d'obtenir la supériorité aérienne face à la Royal Air Force lors de la bataille d'Angleterre.

Conquêtes allemandes (bleu) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Comme les dépenses dans le budget de la défense allemande augmentaient au fil des années, l'Allemagne se trouva pionnière dans le développement de nombreuses armes et de leur utilisation tactique. C'est le cas des techniques avancées d'assaut avec la création des Sturmgrenadiere, troupes de choc spécialisées, et du premier fusil d'assaut, le sturmgewehr 44 en 1942. Des troupes parachutées Fallschirmjäger et dans l'aéronautique, du Messerschmitt Me 262, qui sera aussi l'un des premiers avions de chasse à moteur à réaction à être développé, du V1, qui sera le premier missile de croisière utilisé, ainsi que le V2 de Wernher von Braun qui posera les bases du futur programme spatial des États-Unis. La Kriegsmarine sera aussi à l'honneur avec le DKM Bismarck, fleuron de la flotte allemande de l'époque.

Pour aider ses alliés italiens qui s'étaient lancés dans plusieurs invasions tel que l'Albanie, des troupes allemandes se déploient en Grèce, en Yougoslavie et en Afrique du Nord vers le début de 1941.

Le 22 juin 1941, l'Allemagne renonça à son pacte de non-agression avec l'Union Soviétique et lança l'opération Barbarossa. L'armée allemande et ses alliés ont fait d'énormes gains territoriaux dans les premiers mois de la guerre, atteignant la périphérie de Moscou à l'arrivée de l'hiver. S'attendant à une autre victoire grâce à leur « guerre éclair », les Allemands ne s'étaient cependant pas correctement préparés à une guerre aussi étendue et lointaine[2] et en hiver[3],[4].

Le 7 décembre 1941, après avoir largement aidé le Royaume-Uni, la Chine et l'Union soviétique à résister[5], les États-Unis entrent officiellement en guerre à la suite de l'attaque de Pearl Harbor par le Japon alors allié de l'Allemagne.

Début 1943, l'armée allemande se retrouva en difficulté et fut défaite à Stalingrad dans une bataille qui sera considérée plus tard comme le tournant de la guerre, et plus tard à Koursk. Les ressources allemandes étant concentrées sur le front russe, les Alliés sont parvenus à capturer l'Afrique du Nord. L'Italie a été envahie en juillet 1943 et à rapidement capitulé.

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en France, ouvrant un front occidental et repoussant graduellement les Allemands jusqu'au Rhin. En décembre 1944, les Allemands sous Gerd von Rundstedt lancèrent une offensive finale dans le but de reprendre Anvers et de dédoubler les lignes alliées, mais sont défaits dans la bataille des Ardennes.

Berlin tomba à l'Armée rouge en mai 1945. La plupart des forces armées allemandes se rendirent sans condition aux Alliés le 8 mai 1945, quelques jours après le suicide d'Hitler.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, l'armée rouge fit prisonnier 2 389 560 soldats allemands dont 356 687 moururent en captivité, ces chiffres sont faibles comparés aux 5,7 millions de soviétiques fait prisonniers par les allemands et dont 3,3 millions périrent en captivité à cause des mauvais traitements subis[6].

Guerre froide[modifier | modifier le code]

Zones d'occupation en 1945.

Le Procès de Nuremberg, qui juge les criminels de guerre nazis, se déroule de 1945 à 1949, établissant le concept de crime de guerre dans le droit international et créant un précédent pour poursuivre les futurs criminels de guerre.

Après la Seconde Guerre mondiale, les frontières orientales de l'État allemand ont été sensiblement modifiées comme le stipulait le traité de reddition. La Prusse et d'autres parties de l'Est de l'Allemagne servirent à former une nouvelle Pologne dont une partie du territoire originel fut incorporé à l'URSS. Le reste de l'Allemagne a été divisé en quatre zones d'occupation : une soviétique (plus tard russe), une américaine, une française et une britannique tout comme la capitale Berlin malgré la discontinuité des zones.

En 1949 l'Allemagne de l'Ouest fut formée des zones françaises, britanniques et américaines, alors que la zone soviétique formait la République démocratique allemande. Le territoire occidental de l'Allemagne tomba naturellement sous la protection de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) alors que l'État oriental joignait le Pacte de Varsovie. Chaque État possédait sa propre force militaire modelée selon les pays de leur sphère d'influence. La division a continué jusqu'en 1990 où les deux États ont été réunis.

Secteur de responsabilité des corps d'armées de l'OTAN en Allemagne de l'Ouest depuis le retrait de la France du commandement intégré. 3 des 8 corps d'armées en ligne ainsi que 12 des 26 divisions en 1985 sont allemands.

La Bundeswehr a été créé en 1955 en Allemagne de l'Ouest. En 1956, la conscription pour tous les hommes entre 18 et 45 ans a été adoptée après de longues discussions sur la re-militarisation de l'Allemagne. Une exception significative dans cela est venue de la constitution ouest-allemande. En effet, l'Allemagne de l'Ouest fut le premier pays à accorder un service civil alternatif à tous les hommes qui étaient opposés au service militaire pour des raisons morales, indépendamment de l'affiliation religieuse. Pendant la guerre froide, la Bundeswehr a eu une force de 495 000 personnels militaires et 170 000 civils. L'armée de terre était composée de trois corps avec 12 divisions.

La plupart des experts de la guerre froide ont considéré l'Allemagne comme un des endroits les plus susceptibles de voir l'avènement d'un troisième conflit mondial et probablement nucléaire. Les tensions ont été au plus haut en 1948 lors du blocus de Berlin où l'URSS et la République démocratique allemande ont fermé toutes les routes aux approvisionnements pour Berlin-Ouest. Un « pont aérien » allié a soutenu la population et a évité une nouvelle guerre. La construction du mur de Berlin en 1961 a débuté peu de temps après le débarquement de la baie des Cochons et précéda la crise des missiles de Cuba.

En Allemagne de l'Est, l'Armée nationale populaire a été fondée le 1er mars 1956. En 1987 à l'apogée de sa puissance, elle comptait 175 300 soldats dont approximativement la moitié étaient des soldats de carrière.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Réunification allemande.
Logo de la Bundeswehr

Après la réunification en 1990, la Bundeswehr a absorbé partiellement la Nationale Volksarmee de la République démocratique allemande, qui fut dissoute.

L'après guerre froide est aussi marqué par la poursuite de la coopération franco-allemande et européenne (autant économiquement, que politiquement et militairement) dans le cadre de l'Union européenne. C'est par exemple le cas pour le développement de l'hélicoptère de combat multi-rôle Eurocopter Tigre, qui fut le résultat de la coopération des gouvernements allemand et français et d'EADS, groupe industriel numéro un de l'aéronautique et de l'espace en Europe créé de la fusion des grandes entreprises du secteur aéronautique des différents pays européens.

En 1999, la guerre du Kosovo mené par l'OTAN était le premier conflit offensif auquel les militaires allemands ont activement participé depuis la Seconde Guerre mondiale. En 2000, la Cour européenne de justice a ouvert les postes de la Bundeswehr précédemment réservés aux hommes (hormis les divisions médicales et les corps de musique) aux femmes.

Depuis le début des années 1990 la Bundeswehr est devenu de plus en plus présente dans des missions internationales de maintien de la paix en ancienne Yougoslavie mais également dans d'autres régions du monde telles que le Cambodge, la Somalie, la Géorgie et le Soudan.

L'Allemagne participe aussi à la « guerre contre le terrorisme », la campagne militaire des États-Unis suivant les attentats du 11 septembre 2001. Elle est soutenue par plusieurs membres de l'OTAN et d'autres alliés dans le but de mettre fin au terrorisme international. En tant qu'élément de l'opération Enduring Freedom, l'Allemagne a déployé approximativement 2 250 soldats dont le KSK, des navires et des équipes NBC en Afghanistan. Les forces allemandes y ont contribué entre autres via la Force internationale d'assistance et de sécurité.

Le , la Cour constitutionnelle allemande autorise la Bundeswehr à utiliser des moyens militaires sur le territoire national contre d'éventuelles menaces terroristes sous strictes conditions[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le livre de Heinz Guderian nommé Achtung - Panzer! et paru en 1937, (ISBN 0-304-35285-3)
  2. L'armée allemande contrôlait un secteur s'étendant de France en Russie et de Norvège en Libye.
  3. L'hiver russe, réputé comme très rude, avait contribué à contrecarrer les plans de Napoléon Ier pendant la campagne de Russie en 1812.
  4. Peut-on envahir la Russie ?, La Blitzkrieg face à l’immensité de la steppe et au « Général Hiver », Jean-Baptiste Margeride.
  5. Malgré le sentiment isolationniste très fort, les États-Unis fournirent en armes et équipement les pays de l'alliance soviéto-britannique.
  6. L'Aide de Genève aux prisonniers de guerre de la Russie et de l'Allemagne - Nikolaï Dembitski
  7. La Bunderswehr peut intervenir localement, Le Figaro, 17 août 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]