Histoire du livre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Entre le VIe et le XVIIIe siècle, la production européenne de livres a été multipliée par un facteur de plus de 70 000[1]. L'évènement clé fut l'invention de l’imprimerie à caractères mobiles par Gutenberg au XVe siècle.

L'histoire du livre est celle d'une suite d'innovations technologiques, commerciales et esthétiques qui ont permis d'améliorer la transmission des idées, l'accès à l'information, la conservation des textes, la portabilité et le coût de production. Cette histoire est intimement liée aux contingences politiques et économiques, à l'histoire des idées et des religions.

Origines[modifier | modifier le code]

Premiers supports[modifier | modifier le code]

L'écriture est la condition de l'existence du texte et du livre. C'est un système de signes linguistiques permettant de transmettre et de conserver des notions abstraites. L'écriture semble s'être élaborée entre le IXe et le IVe millénaire av. J.-C., d'abord sous la forme d'images qui sont devenues des ensembles pictographiques par simplification. De là sont nés ensuite les idéogrammes, puis les signes phonétiques symbolisant des sons (syllabes ou lettres).

Mais le livre est également lié à son support, à la volonté humaine de donner une matérialité durable à un texte. La pierre pourrait être le plus ancien support de l'écriture. Mais c'est le bois qui serait le premier véritable support livresque. Les mots biblos et liber ont d'ailleurs pour premier sens écorce intérieure d'un arbre. En chinois, l'idéogramme du livre est à l'image de tablettes de bambou. On a trouvé également des tablettes de bois dans l'île de Pâques.

On trouve ensuite des tablettes d'argile utilisées en Mésopotamie au IIIe millénaire av. J.‑C. Le calame, un morceau de roseau de section triangulaire, sert à imprimer des caractères dans l'argile encore molle. C'est l'écriture des Assyriens et des Sumériens, en forme de coins, d'où le nom d'écriture cunéiforme. Les tablettes étaient cuites pour être solidifiées. À Ninive, 22 000 tablettes ont été retrouvées, datant du VIIe siècle av. J.-C. ; c'est la bibliothèque des rois d'Assyrie, qui disposaient d'ateliers de copistes et de lieux de conservation. Cela suppose une organisation autour du livre, une réflexion sur la conservation, le classement, etc.

La soie, en Chine, fut aussi un support de l'écriture. On écrivait à l'aide de pinceaux. Bien d'autres supports furent utilisés : os, bronze, poterie, écaille, etc. En Inde, par exemple, on utilisa des feuilles de palmier séchées. Tous les matériaux qui permettent de conserver et de transmettre un texte sont donc susceptibles de devenir des livres. Dans ce cas, le corps humain pourrait être aussi considéré comme un livre, avec le tatouage, et, si l'on admet que la mémoire humaine se développe ou se transforme avec l'apparition de l'écriture, il n'est peut-être pas absurde de penser que cette faculté fait de l'homme un livre vivant (cette idée est illustrée par Ray Bradbury dans Fahrenheit 451, et par Peter Greenaway dans The Pillow Book).

Le papyrus[modifier | modifier le code]

Papyrus
Article détaillé : Papyrus.

Les tablettes ont été remplacées par des volumina, rouleaux de papyrus, plus légers et plus faciles à transporter. Ce sont les principaux supports de l'Antiquité, en Égypte, en Grèce et à Rome.

Production[modifier | modifier le code]

Après avoir extrait la moelle des tiges, une suite d'opérations (humidification, pressage, séchage, collage, découpage) permettait d'obtenir des supports de qualité variable, les meilleurs étant utilisés pour les écritures sacrées. On écrivait avec un calame (tige de roseau taillée en pointe) ou avec des plumes d'oiseau. L'écriture des scribes égyptiens est appelée hiératique, ou écriture sacerdotale ; ce n'est pas l'écriture hiéroglyphique, mais une forme simplifiée, plus adaptée à l'écriture manuscrite (les hiéroglyphes étant généralement gravés ou peints).

Le livre en papyrus[modifier | modifier le code]

Papyrus égyptien

Le livre en papyrus a une forme de rouleau, collage de plusieurs feuilles atteignant les 10 mètres. Certains livres dépassent les 40 mètres (chronique du règne de Ramsès III). Il se déroule de manière horizontale ; le texte est d'un seul côté, disposé en colonnes. Le titre était indiqué par une étiquette liée au cylindre pour enrouler le livre. Les livres en papyrus que nous avons viennent de tombeaux où on déposait des prières et des textes sacrés (Livre des morts, début du IIe millénaire av. J.‑C.).

Ces exemples nous montrent que l'importance de retranscrire les valeurs politiques (histoire des pharaons) et religieuses (croyance à un au-delà) a probablement influencé l'évolution du livre en tant que support, tant par la quantité d'information à faire figurer (Papyrus en rouleau), que par le besoin de pérennité (amélioration de la conservation des textes).

Les scribes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Scribe dans l'Égypte antique.

Le parchemin[modifier | modifier le code]

Progressivement le parchemin remplaça le papyrus. La légende attribue son invention à Eumène II, roi de Pergame, d'où le nom de pergamineum qui a donné parchemin. Sa production commence vers le IIIe siècle av. J.-C. Réalisé à partir de peaux animales (mouton, veau, âne, antilope, etc.), il permet une meilleure conservation dans le temps ; plus solide, il permettait aussi d'effacer le texte (Palimpseste). C'était un support très cher, à cause de la rareté de la matière et du temps de préparation.

Fresque d'une femme de Pompéi, la poétesse Sappho, avec des tablettes de cire en codex et un stylet

Grèce et Rome[modifier | modifier le code]

Le rouleau de papyrus s'appelle volumen en latin, mot qui signifie mouvement circulaire, enroulement, spirale, tourbillon, révolution et enfin, rouleau de feuilles écrites, manuscrit roulé, livre.

Les Romains utilisaient aussi des tablettes de bois enduites de cire, où l'on pouvait imprimer et effacer des signes à l'aide d'un stylet, dont une extrémité était une pointe et l'autre une sphère. Ces tablettes de cire pouvaient être assemblées sous une forme proche du codex. Elles servaient par exemple pour apprendre l'écriture aux enfants (selon les méthodes évoquées par Quintilien dans ses Institutions Oratoires).

Rouleau de la Torah

Description[modifier | modifier le code]

Le volumen est enroulé autour de deux axes verticaux en bois. Il ne permet qu'un usage séquentiel : on est obligé de lire le texte dans l'ordre où il est écrit et il est impossible de poser un repère pour accéder directement à un endroit précis. Il est en cela comparable à nos vidéo-cassettes. Mais le lecteur a en outre les deux mains occupées à tenir les axes verticaux et ne peut donc pas écrire en même temps qu'il lit. Les seuls volumens encore en usage de nos jours sont les rouleaux de la Torah, dans les synagogues.

Culture du livre[modifier | modifier le code]

Les auteurs de l'Antiquité n'avaient aucun droit sur leurs œuvres publiées ; il n'y avait ni droits d'auteurs ni droits d'éditeurs. Chacun pouvait faire recopier un livre, et même en modifier le contenu. Les éditeurs gagnaient de l'argent, et les auteurs y gagnaient surtout de la gloire : le livre rend son auteur immortel. Cela tient à la conception traditionnelle de la culture : un auteur se conforme à des modèles, qu'il imite en s'efforçant de les améliorer. Le statut de l'auteur n'est pas perçu comme un statut absolument personnel.

D'un point de vue politique et religieux, les livres furent très tôt censurés : ceux de Protagoras furent ainsi brûlés, parce qu'il niait que l'on pût savoir si les dieux existent. D'une manière générale, les conflits culturels entraînèrent d'importantes destructions de livres : en 303, l'empereur Dioclétien ordonnait de faire brûler les livres chrétiens ; et les chrétiens, à leur tour, détruisirent des bibliothèques. Ces pratiques sont courantes dans toute l'histoire de l'humanité. On voit quel peut être l'enjeu de ces luttes autour du livre : il s'agit de faire disparaître toute trace des idées de l'adversaire et de le priver ainsi de la postérité ou de l'immortalité qui faisait partie du sens de son œuvre. On frappe donc violemment un auteur quand on s'attaque à ses œuvres : c'est une forme de violence qui a peut-être plus d'efficacité que la violence physique.

Mais il y a aussi une forme de censure moins visible, mais tout aussi efficace, dans la mesure où le livre est réservé à une élite ; le livre n'est pas à l'origine un support de la liberté d'expression. Il peut servir à conforter les valeurs d'un système politique, comme à l'époque d'Auguste, empereur qui réunit habilement de grands écrivains autour de lui : c'est un bon exemple antique du contrôle d'un média par le pouvoir politique.

Diffusion et conservation du livre en Grèce[modifier | modifier le code]

Nous n'avons pas beaucoup de renseignements concernant les livres en Grèce classique. Certains vases (VIe et Ve siècles av. J.-C.) représentent des volumina. Il n'y avait sans doute pas de commerce étendu du livre, mais il existait quelques emplacements consacrés à la vente.

La diffusion, la conservation et la réflexion sur le catalogage du livre et la critique littéraire se développent pendant la période hellénistique avec la création de grandes bibliothèques, répondant à un désir encyclopédique que l'on trouve déjà par exemple chez Aristote, et sans doute aussi pour répondre à des raisons de prestige politique :

Les bibliothèques avaient des ateliers de copistes et l'organisation générale des livres permettait d'assurer les fonctions suivantes :

  • Conservation d'un exemplaire de chaque livre ;
  • Traduction (Bible des Septantes par exemple) ;
  • Critique littéraire pour établir les textes de référence pour la copie (exemple : L'Iliade et L'Odyssée) ;
  • Constitution de catalogues de livres ;
  • La copie elle-même qui permettait de diffuser les livres.

Le développement de l'édition à Rome[modifier | modifier le code]

L'édition du livre se développe à Rome au Ier siècle av. J.-C. avec la littérature latine influencée par l'hellénisme. Cette diffusion concerne surtout des cercles de lettrés. Ainsi Atticus est-il l'éditeur de son ami Cicéron. Mais le commerce du livre s'étend progressivement à tout l'Empire romain : il y a par exemple des libraires à Lyon. Le livre se diffuse donc grâce à l'extension de l'Empire qui implique l'imposition de la langue latine à un grand nombre de peuples (en Espagne, en Afrique, etc.).

Les bibliothèques sont privées ou créées à l'instigation d'individus. Jules César voulait par exemple en créer une à Rome : on voit là encore que la bibliothèque est un instrument de prestige politique.

En l'an 377, il y avait à Rome 28 bibliothèques, et on sait qu'il existait aussi de nombreuses petites bibliothèques dans d'autres villes. Malgré cette grande diffusion du livre, nous n'avons pas une idée très complète de l'activité littéraire dans l'Antiquité car des milliers de livres ont été perdus.

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le codex Manesse, un livre du Moyen Âge

À la fin de l'Antiquité (entre les IIe et IVe siècles), le codex va remplacer le volumen. Le livre n'est plus un rouleau continu, mais un ensemble de feuillets reliés au dos. Il devient alors possible d'accéder directement à un endroit précis du texte. Le codex est également plus facile à poser sur une table, ce qui permet au lecteur de prendre des notes en même temps qu'il lit. La forme codex s'améliore avec la séparation des mots, les majuscules et la ponctuation, qui permettent une lecture silencieuse, puis avec les tables des matières et les index, qui facilitent l'accès direct à l'information. Cette forme est tellement efficace, qu'elle est encore celle du livre, plus de 1500 ans après son apparition.

Le papier remplacera ensuite progressivement le parchemin. Moins cher à produire, il permet une diffusion plus large du livre.

Le livre dans les monastères[modifier | modifier le code]

De nombreux livres chrétiens furent détruits par ordre de Dioclétien en 304. Pendant les périodes agitées des invasions, ce sont les monastères qui vont conserver pour l'Occident les textes religieux et certaines œuvres de l'Antiquité. Mais il y aura aussi à Byzance d'importants centres de copie.

Le rôle des monastères dans la conservation des livres n'est pas sans ambiguïté :

  • la lecture était une activité importante dans la vie des religieux, qui se divisait en prière, travail intellectuel et travail manuel (dans l'ordre des bénédictins par exemple). Il était donc nécessaire de faire des copies de certaines œuvres. Il y avait ainsi des scriptoria (pluriel de scriptorium) dans beaucoup de monastères, où l'on copiait et décorait les manuscrits qui étaient conservés dans des armoires.
  • mais, contrairement à une idée reçue, la conservation des livres n'avait pas toujours pour finalité de conserver la culture ancienne : il s'agissait surtout de comprendre les textes religieux, avec l'aide du savoir antique. Certaines œuvres ne furent donc pas recopiées, jugées trop dangereuses pour les moines. En outre, par besoin de support, les moines grattaient les manuscrits, détruisant ainsi des œuvres anciennes. La transmission du savoir était donc surtout centrée sur les textes sacrés.

Copie et conservation des livres[modifier | modifier le code]

Moine écrivant. Détail de l'enluminure d'un Passionnaire, fin du XIIe siècle, Codex Bodmer 127, fol. 2r

Malgré cette ambiguïté, il reste que les monastères en Occident et l'empire d'Orient ont permis la conservation d'un certain nombre d'œuvres profanes, puisque des bibliothèques furent créées : par Cassiodore (Vivarium en Calabre, vers 550) ; ou par l'empereur Constantin Ier à Constantinople. Il y avait donc de nombreuses bibliothèques, mais la survie des livres dépendait souvent de la température ambiante et des luttes politiques et idéologiques, qui entraînèrent parfois des destructions massives ou des troubles graves dans l'édition (dispersion des livres, par exemple, pendant la querelle des iconoclastes entre 730 et 840).

Le scriptorium[modifier | modifier le code]

Le scriptorium est lieu de travail des moines copistes : les livres y sont copiés, décorés, reliés et conservés. L'armarius dirigeait les travaux et occupait la fonction de bibliothécaire.

Le rôle de copiste avait plusieurs dimensions : par exemple, grâce à ce travail, des œuvres circulaient d'un monastère à un autre ; la copie permettait aussi aux moines d'apprendre les œuvres et de perfectionner leur apprentissage religieux. En effet, ce travail laborieux faisait de la lecture du livre en même temps une écriture appropriative au service de Dieu. Le rapport au livre se définissait donc d'après le rapport intellectuel à Dieu. Mais si ces copies étaient parfois faites pour les moines eux-mêmes, il y avait aussi des copies sur commande, d'un autre monastère ou d'un grand personnage.

La copie en elle-même comportait plusieurs phases : préparation du manuscrit sous forme de cahiers unis une fois le travail achevé, présentation des pages, copie proprement dite, révision, correction des fautes, décoration et reliure. Le livre demandait donc des compétences variées, ce qui fait souvent d'un manuscrit une œuvre collective.

La fabrication du livre monastique ne répond pas à des impératifs économiques et commerciaux. Il s'agit avant tout de réaliser la plus belle œuvre possible, pour la plus grande gloire de Dieu.

Transformation de l'édition du livre au XIIe siècle[modifier | modifier le code]

Le renouveau des villes en Europe va changer les conditions de production du livre et étendre son influence, et la période monastique du livre va prendre fin. Ce renouveau accompagne la renaissance intellectuelle de l'époque. C'est en effet autour des premières universités que se développent de nouvelles structures de production : des manuscrits de référence servaient ainsi aux étudiants et aux professeurs pour l'enseignement de la théologie et des arts libéraux. Le développement du commerce et de la bourgeoisie entraîna également une demande de textes spécialisés ou non (droit, histoire, romans, etc.). Et c'est à cette époque que se développent les lettres en langue vulgaire (poésie courtoise, romans, etc.). Le métier de libraire prit en conséquence une importance de plus en plus grande.

Il y eut également des créations de bibliothèques royales, par exemple par saint Louis et Charles V. Des livres sont également rassemblés dans des bibliothèques privées, qui prendront une très grande ampleur aux XIVe et XVe siècles.

C'est au XIVe siècle que se diffuse en Europe l'utilisation du papier. Ce support, moins cher que le parchemin, est venu de Chine par l'intermédiaire de la culture arabe (XIe et XIIe siècles en Espagne). Il servit surtout pour des éditions commodes, alors que le parchemin servit pour des éditions luxueuses.

Le livre en Orient[modifier | modifier le code]

Chine[modifier | modifier le code]

Le livre (sur os, écailles, bois et soie) existe en Chine depuis le IIe millénaire av. J.‑C. Le papier y fut inventé vers le Ier siècle. La découverte du procédé à base d'écorce de mûrier est attribuée à Ts'ai Louen, mais elle est peut-être plus ancienne. On reproduisait des textes à l'aide de sceaux gravés en relief. Au XIe siècle, un forgeron, Pi Cheng, inventa les caractères mobiles, mais cette technique fut peu employée, peut-être à cause de la qualité inadéquate de l'encre. Les Ouïgours, peuple du Turkestan, utilisèrent également cette technique.

Description[modifier | modifier le code]

Plusieurs formes de livres ont existé dans la civilisation chinoise : les livres en rouleau, la gravure sur bois, les livres tourbillons, collage de feuilles par la tranche, et les livres papillons.

Civilisation islamique[modifier | modifier le code]

Les musulmans apprirent au VIIIe siècle la fabrication du papier des Chinois et la firent connaître en Europe. Ils constituèrent d'impressionnantes bibliothèques. Ce sont les musulmans qui transmirent une importante partie des œuvres grecques en Europe. On en trouve un exemple avec la redécouverte des œuvres d'Aristote commentées par Avicenne, redécouverte qui donna lieu à de fortes disputes livresques entre Thomas d'Aquin et Siger de Brabant.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

L'élaboration des techniques de l'imprimerie par Gutenberg vers 1450 marque ce qu'on a considéré comme une véritable révolution du livre, qui est désormais reproduit à de nombreux exemplaires, mais reste à l'échelle artisanale. En effet, sur le moment, l'événement n'est pas une révolution en soi mais est en réalité une révolution technique et industrielle. Le livre n'est plus un objet unique, écrit ou reproduit à la demande. L'édition d'un livre devient une entreprise, nécessitant des capitaux pour sa réalisation et un marché pour sa diffusion. En contrepartie, le coût de chaque exemplaire baisse très fortement, ce qui augmente considérablement la diffusion du livre.

L'Église catholique était plutôt réticente lors de l'avènement de l'imprimerie du fait de la large opportunité de diffusion des idées. Cependant en contrepartie, cela permettait surtout une plus large diffusion de la Bible.

Le livre de forme codex et imprimé sur papier, tel que nous le connaissons aujourd'hui, date donc du milieu du XVe siècle. Les livres imprimés avant le 1er janvier 1501 sont appelés incunables.

Période romantique : fin XVIIIe siècle-XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Avec les moyens de l'imprimerie et la réduction de ses coûts d'exploitation, les univers de la bibliophilie et du livre illustré prennent un tournant significatif. En France, en Allemagne ainsi qu'au Royaume-Uni, le milieu de l'impression est en constante évolution, rendant accessible la diffusion d'ouvrages de types variés, passant aux éditions d'ouvrages classiques illustrés (i.e. les œuvres de Shakespeare, le Paradis perdu et le monument épique de Milton, les Fables de James Northcote, les Fables de La Fontaine, les Contes des mille et une nuits, les Waverley Novels de Walter Scott, etc.) ainsi qu'aux ouvrages d'érudition.

Malgré la détérioration des échanges entre les îles britanniques et la France à la suite des campagnes napoléoniennes, l'importante activité des deux pays et l'exportation de leurs modes respectives témoignent des échanges interculturels, de la démocratisation du savoir et de la publication massive d'ouvrages illustrés, dont la dialectique est manifeste. Au cours de la période d'anglophilie française appelée « entente cordiale » (de 1815 à ca. 1830), ce partage interculturel est à son comble. À l'automne 1816, on exporte à Paris le talent quelques graveurs sur bois anglais formés dans les ateliers de Thomas Bewick, de John Thompson, Ralph Beilby, et Allen Robert Branston tels que Charles Thompson (Londres 1791-Bourg-la-Reine 1843) et John Martin (Londres c.1791-après 1839), lesquels propagent cette vague de bibliophilie issue à la fois de la demande du public et de la disposition des technologies telles que la gravure sur bois de bout et la gravure sur acier (développée plus avant vers 1823 par le graveur Thomas Goff Lupton 1791-1873)[2].

Cette publication massive de livres tels que les ouvrages religieux pédagogiques destinés à l'éducation des jeunes protestants changent également la face du Royaume-Uni et de la Nouvelle-Angleterre (côte est américaine) avec ses parutions évangéliques (i.e. Stories from the Scriptures of the Old and New Testament, on an improved plan by the Rev. Bourne Hall Draper" publ. John Harris, Londres, ca. 1827-8, ré-éditions 1828 et 1833, les éditions gravées sur bois des Illustrations of the Bible de Richard Westall et John Martin, K.L., publ. en 1834-5 et ré-édités jusqu'en 1875 par divers éditeurs, Scriptures Biography for the young, publ. Edward Churton, Londres, 1839-40, The Psalms and Hymns of the Rev. Isaac Watts, D.D.... A New Edition with twenty-five designs by Martin and Westall, publ. Henry George Bohn, Londres, 1845, The Home Preacher or Church in the House publ. Rév. Norman Macleod et William Mackenzie, Londres, Édimbourg et Glasgow, c. 1868-71, Pictorial Sunday Readings publ. Londres et Boston, James Sangsters/Samuel Walker & Co., 1860-68 et ré-édité en 1870, etc.)[3].

L'édition de petits recueils de poésie amateur appelés beaux livres, gift-books, livres d'étrenne, literary annuals ou keepsake fait également irruption dans le domaine bibliophile et littéraire européen en 1799-1800 avec la parution de l’Annual Anthology de Robert Southey (d'après le modèle allemand de l'Almanach de Gotha) pour finalement devenir à la mode dès 1823, lors de la publication du beau livre intitulé Forget Me Not, publié par l'éditeur et marchand d'art londonien Rudolph Ackermann (Stollberg 1764-Londres 1834) jusque dans les années 1850. La publication massive de bibles (King James Version aussi appelée « version autorisée ») fait également état de la progression de l'édition et de la forte vague d'évangélisme de la Grande-Bretagne des années 1830 à la décennie de 1870[4].

Des plus importants éditeurs de l'époque, notons entre autres Léon Curmer (1801-1870) et Ambroise Firmin-Didot (1790-1876) à Paris, Charles Knight (1791-1873) John Martin (Londres 1791-Froxfield 1855), John Van Voorst (1804-1898), Charles Tilt (1791-1843) et John Murray (1778-1843) à Londres. Résultant d'une forte compétition dans le marché du livre illustré et du constant besoin d'innovation de ces éditeurs, le livre romantique devient ainsi, au contraire de l'incunable, un objet de collection abordable partageant les qualités de l'œuvre d'art et de l'objet littéraire par son illustration, le plus souvent reproduite par la gravure sur acier ou sur bois d'après des aquarelles ou huiles sur toile de maîtres anciens (ex: Veronese, Michelangelo, Raphaël, Titien, Rubens, etc.) ou d'artistes modernes et locaux (ex: John Constable, Joseph Wright of Derby, Philippe-Jacques de Loutherbourg, J.M.W. Turner et John Martin, K.L. 1789-1854, etc.).

Survient également vers les années 1820-30 la naissance des ouvrages topographiques illustrés issus de la vague orientaliste des premier et deuxième quarts du XIXe siècle. Répondant à une curiosité intellectuelle et un certain criticisme de profondeur (angl. biblical criticism), divers ouvrages illustrant la Terre Sainte (Jérusalem et ses environs) paraissent, notamment A Series of Prints Designed to Illustrate the New Testament (Baldwin & Cradock, 1822 -28), les Thomason’s Illustrations of the Holy Scriptures (Edward Thomason Jr., 1830), les Biblical Illustrations or A Descriptions of Manners and Customs Peculiar to the East, Especially Explanatory of the Holy Scriptures (John Harris, 1831), The Biblical Keepsake or Landscape Illustrations Consisting of the Most Remarkable Places Mentionned in the Old and New Testaments illustré par Turner et les frères Finden (John Murray et Charles Knight, 1834-36), The Pictorial History of the Bible (Arnold, 1834-35), les Pictorial Illustrations of the Bible: Consisting of Engravings from the British Artists (John McGowan, 1834), les Murray’s Illustrations to the Bible (Charles Knight, 1834), les Cabinet Illustrations of the Holy Bible (John Van Voorst, 1834), les Illustrations of the Bible: Consisting of Views of the Most Remarkable Places and Objects Mentionned in the Old and New Testaments (William Harvey, 1835). Avec son pragmatisme et son esprit plus libéral, les univers complémentaires de la géologie, de l'archéologie, de l'histoire et de la géographie naturelles, se rencontrent pour créer un phénomène à la fois littéraire et artistique modelant lui aussi la demande dans le milieu de l'édition.

Ainsi, les révolutions du livre de la période romantique ne sont pas tant liées aux inventions diverses (presses, reliures, etc.), mais sont davantage reliées aux développement de ses sujets, de sa démocratisation de plus en plus grandissante et de cette vague bibliophile dont nous avons parlé plus avant. Il est par ailleurs vain d'ajouter que les éditeurs, souvent doublés des tâches de libraire, sont également marchand d'œuvres d'art, commissaires d'estampe, distributeurs et agents, puisque le livre rejoint d'autres domaines que celui de la littérature[5].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Vue sur un exemplaire de la prestigieuse Bibliothèque de la Pléiade.

L'introduction, un peu après 1820, de presses à imprimer fonctionnant à la vapeur, et ensuite les nouveaux moulins à papier, fonctionnant aussi à la vapeur, constituent les seules innovations majeures depuis le XVe siècle. Ensemble, elles ont fait chuter le prix des livres et augmenter grandement leur nombre. Des éléments bibliographiques nombreux, comme le positionnement et la formulation des titres et des sous-titres, ont aussi été affectés par cette nouvelle production en série. De nouveaux types de documents apparaissent plus tard au XIXe siècle : photographie[6], enregistrements sonores et cinéma.

À côté des éditeurs et libraires traditionnels, le club de livres naît aux États-Unis au début du XXe siècle.

La rupture se produit dans les années 1990. La généralisation du codage numérique multimédia, qui code sous une forme unique et simple (0 ou 1) des textes, images fixes, images animées et sons est une invention sans doute aussi considérable que celle de l'écriture. L'hypertexte améliore encore l'accès à l'information. Enfin, l'Internet fait baisser les coûts de production et de diffusion, comme l'imprimerie à la fin du Moyen Âge.

Il est difficile de prédire l'avenir du livre. Une part importante de l'information de référence, destinée à un accès direct et non à une lecture séquentielle, comme les encyclopédies, existe de moins en moins sous forme de livre et de plus en plus sous forme de site web. Le texte se sépare de son support. Pourtant le livre numérique, ou e-book, n'a pour l'instant pas connu un grand succès (idée que l'on nuancera cependant avec la sortie de l'iPad d'Apple et du Kindle d'Amazon). On peut penser que la forme codex a encore un long avenir pour tout ce qui nécessite une lecture séquentielle, ou qui est autant un bel objet qu'un support d'information : les romans, les essais, les bandes dessinées ou les livres d'art.

En 2010, les équipes de Google Books, en analysant les bases de données de leurs serveurs, recensent près de 130 millions de titres de livres différents dans le monde[7].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Généralités par ordre chronologique :

  • Émile Egger : « Histoire du livre » in Magasin d'éducation et de récréation volumes XXVII & XXVII, Paris, Hetzel & Cie éditeurs, 1878.
  • Lucien Febvre et Henri-Jean Martin, L'Apparition du livre, coll. « L'évolution de l'humanité », Paris, Albin Michel, 1958 (plusieurs rééditions).
  • Svend Dahl, Histoire du livre de l'Antiquité à nos jours, 3e éd., Paris, Lamarre-Poinat, 1967.
  • Frédéric Barbier, Histoire du livre, Paris, Armand Colin, 2001 (Collection U). 2e éd., 2006 (ISBN 2-200-34711-1).
  • Pascal Fouché, Daniel Péchoin et Philippe Schuwer (dir.), Dictionnaire encyclopédique du livre[8], Paris, Éditions du Cercle de la librairie, Tomes 1 à 3 + index, 2002-2011.
  • Les Trois Révolutions du livre, catalogue de l'exposition au Conservatoire national des arts et métiers, 2002-2003], sous la direction d'Alain Mercier, Paris, Imprimerie nationale, Musée des arts et métiers, 2002 (ISBN 2-7433-0469-3) (Imprimerie nationale) et (ISBN 2-908207-79-6) (Musée des arts et métiers).
  • Bruno Blasselle, Histoire du livre, coll. « Découvertes », Paris, Gallimard, 2008.
  • Robert Darnton (2007), Apologie du livre. Demain, aujourd'hui, hier, tr. Jean-François Sené, Paris, Folio essais, 2012.

Études spécialisées :

  • Albert Edward Bailey, The English Bible and British and American Art, New York, American Bible Society, ca. 1948.
  • Carla Bozzolo et Ezio Ornato, Pour une histoire du livre manuscrit au Moyen Âge. Trois essais de codicologie quantitative, Éditions du CNRS, 1983.
  • Jean-François Gilmont, Le livre, du manuscrit à l'ère électronique : notes de bibliologie, Liège, Éd. du CLPCF, 1989, plusieurs rééditions.
  • Le livre et l'historien : études offertes en l'honneur du professeur Henri-Jean Martin, réunies par Frédéric Barbier, Annie Parent-Charon, François Dupuigrenet Desroussilles, Claude Jolly, Dominique Varry, Genève, Droz, 1997 (ISBN 2-600-00198-0).
  • L’illustration : essai d’iconographie, actes du séminaire du CNRS GDR 712, Paris 1992-1993 réunis par Maria Teresa Caracciolo et Ségolène Le Men, Paris, Klincksiek, 1999 (« Histoire de l'art et iconographie »).
  • Jean Irigoin, Le livre grec des origines à la Renaissance, Conférences Léopold Delisle, Paris, Bibliothèque nationale de France, 2001.
  • Rémi Blachon, La Gravure sur bois au XIXe siècle : l'âge du bois debout. Paris, Éditions de l'Amateur, 2001.
  • Jef Tombeur, Femmes et métiers du livre : pays anglophones et francophones européens, Paris, Convention typographique ; Soignies, Talus d'approche, 2004 (ISBN 2-9517971-2-5) (Convention typographique) et ISBN 2-87246-099-3 (Talus d'approche).
  • Jean-Pierre Thiollet, Je m'appelle Byblos, H & D, 2005. (ISBN 2-914-26604-9)
  • Alain Riffaud, Une archéologie du livre français moderne, préface d’Isabelle Pantin, Genève, Librairie Droz, 2011.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Buringh, Eltjo; van Zanden, Jan Luiten: "Charting the “Rise of the West”: Manuscripts and Printed Books in Europe, A Long-Term Perspective from the Sixth through Eighteenth Centuries", The Journal of Economic History, Vol. 69, No. 2 (2009), p. 409–445 (416–417, tables 1&2)
  2. Rémi Blachon, La gravure sur bois au XIXe siècle : l'âge du bois debout, Paris : Éditions de l'Amateur, 2001.
  3. Dany Larrivée, « Index des ouvrages illustrés d'après John Martin » dans «Deo Omnipotenti: Le cycle original des Illustrations of the Bible et la représentation du pouvoir divin d'après John Martin (1789-1854) ». [Mémoire de maîtrise en Histoire de l'art] Québec, Canada : Université Laval, [ca. 2011].
  4. Larrivée, op. cit., ca. 2011
  5. CNRS, L’illustration: essai d’iconographie [Actes de séminaire du CNRS GDR 712, Paris 1992-1993 réunis par Maria Teresa Caracciolo et Ségolène LeMen. Paris : Klincksiek, coll. Histoire de l'art et iconographie, 1999.
  6. En 1844, William Henry Fox Talbot édite le premier livre illustré par la photographie, Pencil of Nature (Le Crayon de la nature). Cet ouvrage contenait vingt-quatre calotypes hors texte.
  7. « Google compte le nombre de livres dans le monde », sur PC INpact,‎ août 2010 (consulté le 6 août 2010)
  8. Éric Vigne, « Dictionnaire encyclopédique du livre », Bulletin des bibliothèques de France, 5, septembre 2011 - en ligne.