Histoire du Salvador

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Le Salvador, un pays d'Amérique centrale peuplé d'environ sept millions d'habitants, présente de nombreux faits saillants dans son histoire.

Époque précolombienne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Pipils.
Les trois royaumes amérindiens.

Avant la conquête espagnole, le territoire qui est maintenant le Salvador était divisé en trois grands États indigènes :

  • Le royaume Payaquí au nord : cette confédération d'origine maya était très fortement influencée par la culture Pipile.
  • Le royaume de Cuzcatlan à l'ouest : il était composé d'une population pipile et organisé en système cacique, c'était l'État le plus important de la région à l'arrivée des espagnols. Le cacique dominant était celui de Cuzcatlan (situé dans la région de San Salvador) et les autres caciques (des royaumes d'Izalco, Apaneca, Ahuachapán, Guacotecti, Īxtēpetl, Apastepeque et Tehuacán) lui versaient un tribu.
  • La principauté de Najochan à l'est : réunissant une population maya et lenca, cette principauté était fortement influencée par la cité de Copán.

La population indigène majoritaire était Pipile, une tribu nomade de Nahuatls établis depuis longtemps au centre du Mexique. Tôt au cours de leur histoire, ils sont devenus l'un des seuls groupes indigènes d'Amérique centrale à avoir aboli le sacrifice humain. Leur culture est proche de celle de leurs voisins aztèques et mayas. Des restes de la culture amérindienne se retrouvent dans certaines ruines telles que Tazumal (près de Chalchuapa), San Andrés, et Joya de Cerén.

Conquête espagnole (1524-1530)[modifier | modifier le code]

Pedro de Alvarado.

Le premier conquistador à découvrir les terres aujourd'hui salvadoriennes est Gil González Dávila qui longeait la côte Pacifique de l'Amérique centrale à la recherche d'un passage maritime communicant avec l'Atlantique. Mais la première expédition pour conquérir le territoire fut menée par Pedro de Alvarado, venant de ce qui est aujourd'hui le Guatemala, qui décida de conquérir Cuzcatlan en 1524. À l'arrivée des espagnols et de leurs alliés indiens (250 soldats espagnols pour 6 000 indiens), les pipils s'enfuyaient des villages pour se réfugier dans les montagnes. Le premier combat se déroula à Acaxual (aujourd'hui la ville d'Acajutla) où les Pipils avaient réussi à encercler l'armée espagnole. Durant la bataille le cacique d'Izalco, Atonal, arriva à blesser Pedro de Alvarado à la cheville (le laissant boiteux pour le reste de sa vie) obligeant l'armée espagnole à se replier malgré la victoire. La deuxième bataille eut lieu dans les environs de Sonsonate où l'armée pipile subit de grosses pertes car les soldats avaient préféré se munir de protections en coton (qui se sont révélées inefficaces) aux dépens de la mobilité. À la suite de cette bataille, Alvarado reçu une proposition de paix de la part du cacique de Cuzcatlan mais le conquistador refusa la proposition et marcha vers la ville de Cuzcatlan. Une ville qu'il trouva vide, les pipils ayant fui une nouvelle fois dans les montagnes. Les espagnols s'y installèrent mais furent obligés de repartir en juillet 1524 dans les régions guatémaltèques à cause du climat.

En 1525, Alvarado retourna à Cuzcatlan et la ville de San Salvador fut fondée au mois d'avril de la même année, dans la même vallée où était située la ville de Cuzcatlan. Mais les pipils l'attaquèrent en juin 1526 et l'incendièrent, obligeant les espagnols à s'enfuir. Une nouvelle expédition espagnole, menée par le frère de Pedro de Alvarado - Diego, partit du Guatemala pour refonder la ville de San Salvador (dans la même vallée mais pas à l'endroit exacte de la première ville) en 1528 et les espagnols s'y installèrent définitivement. Une autre expédition partit en 1530 conquérir la principauté de Najochan, à l'est du pays, et la résistance menée par le chef cacique lenca, Lempira, fut vaincue en 1537. Les espagnols contrôlèrent alors tout ce qui allait devenir le Salvador, mais les attaques sur San Salvador des Pipils de Cuzcatlan, toujours réfugiés dans les montagnes, ne cessèrent qu'en 1539 et la région ne fut entièrement pacifiée qu'en 1540.

« La légende de Atlacatl » : Atlacatl est le cacique de Cuzcacatlan ayant proposé la paix à Pedro de Alvarado avant de lui résister et de harceler la ville de San Salvador. On sait aujourd'hui qu'en nahuatl Atlcatl ne désigne pas une personne mais un lieu, l'erreur de traduction proviendrait de travaux de Charles Étienne Brasseur de Bourbourg. La connaissance de cette erreur de traduction n'est pas encore très répandue au Salvador et Atlacatl reste le symbole national de la résistance indienne face à la conquête espagnole. C'est Pedro de Alvarado qui a nommé ce territoire « San Salvador » (« le Saint Sauveur » - en référence à Jésus Christ).

Époque coloniale (1530-1821)[modifier | modifier le code]

La région fut intégrée à l'Empire espagnol et faisait partie de la Nouvelle-Espagne dès 1535. En 1540 la Capitainerie générale du Guatemala fut créé et la région du Salvador y fut intégrée. De 1532 à 1786, la région était divisée en trois communes (« Alcaldia Mayor » en espagnol) : la commune de Sonsonate à l'ouest,a commune de San Salvador au centre, et La commune de San Miguel à l'est. Puis, de 1786 à 1821 la région était divisée en deux : la commune de Sonsonate, et l'Intendance de San Salvador (« Intendencia de San Salvador » en espagnol) regroupant les deux autres anciennes communes

À la suite de la conquête, les Espagnols introduisirent des animaux et des cultures européennes. Il y eut aussi de grands efforts pour convertir les Indiens au catholicisme et au mode de vie européen en général. Ainsi, les ordres religieux, en particulier les franciscains et les dominicains, collaborèrent étroitement avec les autorités espagnoles pour évangéliser les indigènes. Le système d'encomienda fut établi pour pouvoir contrôler la population indienne et récompenser les conquistadors pour les services rendus à la Couronne; mais il dût être abandonné après les « Nouvelles Lois » (« Leyes Nuevas » en espagnol) et l'interdiction de l'esclavage d'indiens en 1542.

La société coloniale salvadorienne était divisée en classes sociales fondées sur l'origine des personnes. La classe supérieure et dirigeante était composée par les espagnols nés en métropole, venait ensuite les créoles (les blancs nés dans les colonies) qui étaient propriétaires des facteurs de production (les terres en particulier), les métis et enfin les indiens. À la suite de l'interdiction de l'esclavage d'Indiens, des esclaves africains furent introduits en petit nombre pour le travail dans les mines mais s'assimilèrent très vite aux métisses blancs/indiens. Ces derniers constituaient la plus grande partie de la population salvadorienne lors de l'indépendance.

De 1550 à 1600, la région était principalement productrice de cacao dans la région occidentale (Sonsonate et Izalco) et d'un baume spécifique à la région dans la région côtière. Au XVIIe siècle, la culture du cacao fut remplacée par celle de l'indigotier pour la production de teintures indigo (dont la région fut un des grands producteurs mondiaux avant l'apparition des colorants synthétiques).

Indépendance (1811-1821)[modifier | modifier le code]

Éruption du volcan Ilopango au Salvador.

Dès la fin du XVIIe siècle, dans différentes régions d'Amérique latine, des révoltes contre la domination espagnole éclatent. Le commerce des colonies d'Amérique était sous le monopole de la métropole, les colonies ne pouvaient exporter que vers la métropole qui se chargeait par la suite de réexporter les produits vers le reste du monde (en particulier aux États-Unis et en Grande-Bretagne). Inspirés par les Lumières (dont les écrits étaient interdits dans l'Empire espagnol), les créoles voient dans l'indépendance des Etats-Unis et la Révolution française des exemples à suivre. Au début du XIXe siècle les autorités coloniales espagnoles promulguèrent des lois économiques et fiscales impopulaires dans les colonies pour financer les guerres européennes de la Couronne espagnole. Ces mesures augmentèrent la volonté d'indépendance des créoles.

L'évènement déclencheur des soulèvements indépendantistes en Amérique latine, et en Amérique centrale en particulier, est l'invasion napoléonienne de la métropole. La Conférence de Bayonne, où la Dynastie des Bourbons abdiqua en faveur de Joseph Bonaparte, et la Guerre d'indépendance espagnole sapèrent l'autorité espagnole et rendirent les colonies plus autonomes. Durant cette période (1808-1814) l'Intendance de San Salvador connaîtra plusieurs soulèvements:

  • Le soulèvement du 5 novembre 1811 : connu comme le « Premier cri d'indépendance » (Primer Grito de Independencia), il débute dans la ville de San Salvador avant de se propager dans les autres villes de la région durant tout le mois de novembre. Ce soulèvement fut mené par les créoles José Matías Delgado, Manuel José Arce et les deux frères Aguilar. Deux autres soulèvements éclatèrent le 24 novembre et le 20 décembre de la même année. Finalement, la déclaration d’indépendance de 1811 échoua car la vice-royauté du Guatemala envoya des troupes à San Salvador dans le but d’étouffer le mouvement.
  • Le soulèvement du 24 janvier 1814 à San Salvador n'eut pas plus de succès et les dirigeants furent arrêtés.

En mai 1814, Ferdinand VII retrouva le trône d'Espagne et réinstalla une monarchie absolue ; en Amérique centrale les indépendantistes et les libéraux subirent alors de plein fouet la répression. En 1820 la constitution de Cadiz, plus libérale, fut rétablie. Le capitaine général du Guatemala Carlos Urrutia s'y rallia, provoqua des élections municipales et législatives et accepta la liberté de la presse. C'est à cette période que naquirent le mouvement libéral et le mouvement conservateur qui animeront la vie politique du Salvador, et de toute l'Amérique centrale, jusqu'à l'apparition du communisme au début du XXe siècle. En août 1821 la nouvelle de l'indépendance du Mexique arriva en Amérique centrale et, devant cette nouvelle situation (rappelons que la Capitainerie générale du Guatemala était dépendante de la Nouvelle Espagne - c'est-à-dire le Mexique nouvellement indépendant), le Capitaine général Gabino Gaínza convoqua les représentants des différentes provinces centre-américaines en assemblée à Ciudad de Guatemala. Le 15 septembre 1821, à Ciudad de Guatemala, les provinces centre-américaines proclamèrent leur indépendance vis-à-vis de l'Espagne et un gouvernement provisoire fut formé sous la présidence de Gabino Gaínza. La nouvelle de l'indépendance arriva à San Salvador le 21 septembre.

Empire mexicain et République Fédérale d'Amérique centrale (1821-1840)[modifier | modifier le code]

Après la déclaration d'indépendance, trois choix politiques s'offrirent à l'ancienne Capitainerie générale: son rattachement à l'Empire mexicain d'Iturbe, la formation d'un pays fédéral ou l'indépendance complète des différentes municipalités. Le gouvernement provisoire décida de consulter les municipalités qui votèrent toutes le ralliement au Mexique, sauf les communes de San Salvador et de San Miguel. Le 5 janvier 1822 l'annexion fut proclamée et des troupes mexicaines, menées par le général Vicente Filísola, furent envoyées par Augustin Ier du Mexique pour soumettre l'ancienne Intendance de San Salvador. Les troupes entrèrent à San Salvador en février 1823 à la suite de la bataille de Mejicanos et la région fut annexée au Mexique. Mais en mars 1823 Augustin Ier abdiqua : Vicente Filísola, fidèle à son empereur et non pas au Mexique, fit convoquer les députés centre-américains.

Le 1er juillet 1823 est déclarée l'indépendance des Provinces Unies d'Amérique centrale vis-à-vis de l'Espagne, du Mexique ou de toute autre nation. La fédération prendra comme nom officiel la République Fédérale d'Amérique centrale en 1824. Le 22 décembre 1823 la commune de Sonsonate et l'Intendance de San Salvador se mirent d'accord pour s'unir, et l'État du Salvador, membre de la République Fédérale d'Amérique centrale, fut proclamé le 7 février 1824. L'assemblée constituante fédérale, présidée par José Matías Delgado, promulgua la première constitution fédérale le 22 novembre 1824. Mais la fédération connaîtra de longues confrontations armées entre conservateurs et libéraux. La constitution du Salvador fut promulguée le 22 juin 1824 et l'indépendantiste Juan Manuel Rodríguez fut élu chef de l'État du Salvador.

Francisco Morazán Président de la République Fédérale d'Amérique centrale (1830-1834 et 1835-1839) et du Salvador (1839-1840).

En 1830, le conservateur José María Cornejo fut élu chef d'État et s'opposa violemment au Président fédéral, issu du parti libéral, Francisco Morazán; Cornejo ira jusqu'à déclarer l'indépendance du Salvador en 1832. Les troupes fédérales envahirent alors le Salvador et Cornejo fut destitué par Morazan pour mettre à la place le libéral Mariano Prado. Prado instaura un impôt devant être payé par tous les citoyens, mais cela provoqua un soulèvement indien mené par Anastasio Aquino à Izalco et San Miguel. Prado fut alors obligé de démissionner en 1833 et il fut remplacé par Joaquín de San Martín qui déclara l'indépendance du Salvador. Morazan envahit de nouveau le Salvador et installa en 1834 la capitale fédérale à San Salvador pour mieux contrôler la région. San Salvador restera la capitale fédérale jusqu'en 1839 et la fin de la République fédérale.

Le 11 juillet 1839, et sans jamais renoncer au fédéralisme, Morazan devint chef d'État du Salvador. Les pays voisins jugèrent que Morazan, en tant que symbole du fédéralisme, était trop dangereux à la tête du Salvador ou d'un autre pays de la région. Après plusieurs batailles contre les armées honduriennes, nicaraguayennes et guatémaltèques, Morazan démissionna et fuit au Costa Rica en 1840. Un gouvernement conservateur prit le pouvoir et en février 1841 l'assemblée constituante approuva un décret établissant la séparation entre le Salvador et la République Fédérale d'Amérique centrale et proclamant la République indépendante et souveraine du Salvador.

Affrontements entre libéraux et conservateurs (1841-1876)[modifier | modifier le code]

Les trente années suivant l'indépendance furent le théâtre d'une instabilité politique au Salvador due aux affrontements entre libéraux et conservateurs, aux conflits avec les États voisins et au manque de cohésion nationale. C'est une période de guerre civile quasi permanente entre les deux factions politiques qui faisaient régulièrement appel aux armées des États voisins pour renverser le gouvernement. Les libéraux promouvaient les libertés individuelles et commerciales, ils étaient aussi fédéralistes et laïcs. Les conservateurs promouvaient les institutions issues du système colonial, l'importance du catholicisme dans la vie politique et luttaient contre le fédéralisme. Les deux mouvements étaient menés par des caudillos et possédaient leurs propres armées - qui devenaient l'armée nationale lorsque le mouvement qu'elles appuyaient était au pouvoir.

Le premier caudillo au pouvoir du Salvador indépendant fut le conservateur Francisco Malespín, il soutint les Présidents Norberto Ramírez, Juan Lindo et Juan José Guzmán entre 1840 et 1844 en tant que Commandant des Armées de l'Etat, avant de devenir Président en 1844. Quelques jours après avoir pris le pouvoir, il partit envahir le Nicaragua et le libéral Gerardo Barrios prit le pouvoir. Malgré son retour victorieux, Malespín fut destitué par l'assemblée législative en 1845 après que l'armée ne le reconnaisse plus comme Président du Salvador. Malespín fuit au Honduras puis tenta de reprendre le pouvoir en 1846, après avoir levé une armée grâce au Président guatémaltèque Rafael Carrera, mais il fut assassiné avant d'arriver à San Salvador.

Entre 1845 et 1851 trois caudillos libéraux furent au pouvoir, mais le président Doroteo Vasconcelos décida de mener une politique hostile au conservateur Rafael Carrera en ne reconnaissant pas son gouvernement et en soutenant les libéraux guatémaltèques. Il envahit le Guatemala à la tête d'une armée composée de troupes du Salvador et du Honduras mais durement battu par Carrera à la bataille de la Arada le 2 février 1851, il démissionne de ses fonctions. Entre 1851 et 1871 six conservateurs furent au pouvoir. En 1856, le Salvador participa à la guerre contre William Walker et le Chef des armées salvadoriennes destinées au Nicaragua, Gerardo Barrios, prit le pouvoir en 1859 grâce à son retour victorieux. Les relations entre Barrios et Rafael Carrera se dégradèrent rapidement et le Guatemala envahit de nouveau le Salvador en 1863, le Président Francisco Dueñas (déjà Président après la première invasion guatémaltèque) et l'assemblée du Salvador furent alors contrôlés de près par Rafael Carrera jusqu'en 1871. Les libéraux reprirent le pouvoir en 1871 et permirent l'installation de la République caféière.

République caféière (1876-1931)[modifier | modifier le code]

Drapeau actuel du Salvador créé en 1912.

Le café fut introduit au Salvador dans les années 1860 pour suppléer à la production d'indigo qui commençait à diminuer depuis les années 1850, après que des colorants synthétiques furent découverts en Europe. Les années 1880 au Salvador virent l'arrivée d'européens qui s'enrichirent rapidement dans la production de café grâce à leurs connaissances des marchés internationaux et aux lois de 1881 et 1882 qui abrogeaient les ejidos et les terres communales au profit des grandes exploitations terriennes. Cette élite économique prit le pouvoir et mit en place une République caféière stable par rapport à la période des caudillos.

Cette élite est connue sous le nom des 14 familles (elles étaient en réalité plus nombreuses mais le nombre 14 représente les 14 départements du pays - chacun censé être contrôlé par une famille) ou de l'Oligarchie créolle. Les intérêts particuliers de cette élite étaient protégés par la République caféière dont les présidents étaient directement nommés par cette élite, c'est ainsi que la famille Meléndez-Quiñonez fut au pouvoir entre 1913 et 1927 (par les deux frères Carlos et Jorge Meléndez et leur beau-frère Alfonso Quiñones Molina) et 42 des 70 sièges de l'assemblée nationale étaient détenus par des grands propriétaires fonciers.

Durant cette période, l'État salvadorien et l'idée d'une nation salvadorienne s'imposèrent: le drapeau salvadorien actuel fut adopté et une armée nationale remplaça les milices des caudillos.

Soulèvement paysan de 1932[modifier | modifier le code]

Après la Dynastie Meléndez-Quiñonez, Pio Romero Bosque devint Président de la République et mena des réformes agraires en faveur des grands propriétaires terriens. Mais avec le krach de 1929 et la chute du prix du café, le Salvador connu une crise économique et sociale importante, Romero Bosque fut obligé d’organiser une élection présidentielle libre et abandonna le pouvoir au profit du travailliste Arturo Araujo en mars 1931. Celui-ci était influencé par les idées sociale-démocrates du parti travailliste anglais et développa la vie démocratique du pays : le Parti Communiste Salvadorien (PCS) fut fondé et reconnu par les autorités et la liberté de la presse fut admise. Même si Araujo ne modifia pas les réformes agraires, l’oligarchie salvadorienne organisa un coup d’État en décembre 1932. Ce fut alors le Général Maximiliano Hernandez Martinez qui fut désigné comme Président de la République, il prit ses fonctions le 2 décembre 1932 pour les abandonner le 9 mai 1944.

Depuis les années 1920, la région occidentale du pays faisait face à des soulèvements sporadiques de paysans, très majoritairement indiens. Face à une forte répression militaire contre ces petites insurrections locales et désorganisées, le mouvement paysan s’organisa pour définir un objectif commun mais sans système hiérarchique. Parallèlement à ces révoltes, le Parti Communiste Salvadorien dirigé par Agustin Farabundo Marti était très actif et profita de la liberté de la presse pour diffuser ses idées dans les milieux les plus défavorisés de la société. C’est ainsi que, sans un programme clairement défini, le PCS décida de participer aux élections municipales de janvier 1932 (pour lesquels on devait déclarer aux autorités son intention de vote avant de pouvoir s’inscrire sur les listes électorales). À la suite des résultats défavorables, le mouvement communiste dénonça des élections frauduleuses et abandonna la voix électorale pour planifier un soulèvement à la fin du mois de janvier 1932.

Zone du soulèvement.

Le 22 janvier 1932 des milliers de paysans armés de machettes attaquèrent les fermes des grands propriétaires terriens et des casernes militaires, prenant ainsi le contrôle de villages de Juayuva, Nahuizalco et Izalco. Le bilan de ce premier jour de soulèvement est estimé à 20 civils (propriétaires terriens et maires de village) et 30 militaires tués ainsi que plusieurs viols. La réponse des autorités fut immédiate, le président Maximiliano Hernandez Martinez ordonna l’exécution de toutes personnes se rebellant contre le régime. La propagande définit la révolte comme un soulèvement communiste et monta en épingle les cas de viols et de dégradation des propriétés privées. Selon des témoignages, toutes personnes ayant une machette ou des vêtements indiens et tous ceux ayant des origines indiennes marquées étaient jugés comme subversifs et coupables. Dans le village d’Izalco, toutes les personnes n’ayant pas participé à la révolte furent invitées à se faire enregistrer pour se voir délivrer des documents assurant leur innocence, une nouvelle fois ceux ayant des traits indiens furent arrêtés, fusillés et enterrés dans des fosses communes (le même sort fut réservé à leur famille).

Dix jours après le soulèvement, deux bateaux de guerre britanniques et un américain jetèrent l’ancre dans le port d’Acajutla pour protéger leurs ressortissants et leurs intérêts nationaux et proposèrent leur aide à Martinez. Celui-ci leur envoya un télégramme leur assurant que la situation était sous contrôle, « l’offensive communiste » ayant été stoppée et bientôt exterminée et que déjà 4 800 « bolcheviques » avaient été tués. Le 1er février 1932, Agustin Farabundo Marti et les autres dirigeants communistes furent exécutés à la suite d'un conseil de guerre.

Conséquences du soulèvement[modifier | modifier le code]

La détermination de faits historiques est encore aujourd’hui très difficile car ce soulèvement a toujours des répercussions politiques. Le parti conservateur ARENA se tient encore à la version officielle de l’époque (une révolte purement communiste) et lance chaque campagne électorale à partir du village d’Izalco avec comme hymne du parti « Le Salvador sera la tombe où les rouges tomberont » ; le parti issu de la guérilla d’extrême-gauche, le FMLN, considère cet évènement comme une répression au mouvement communiste mais aussi comme un génocide à l’encontre des indiens mené par un régime fasciste et dont ARENA en est l’héritier. Ainsi, le nombre de morts lors du soulèvement et de la répression est encore inconnu, alors que certains parlent de moins de 10 000 morts d’autres les estiment jusqu’à 40 000 (des études historiques plus neutres penchent pour 25 000 morts), et la coordination entre une tentative de coup d’État du PCS et un soulèvement spontané des paysans n’est toujours pas confirmée ou infirmée. Il a cependant été annoncé en 2007 qu’une commission sera créée pour éclaircir ces zones d’ombre.

Quoi qu’il en soit, la répression de ce soulèvement a eu comme résultat une assimilation rapide et forcée au mode de vie occidental des indiens survivants pour éviter une autre tuerie. Aujourd’hui, la langue Nahuatl, les traditions (fête, vêtement, etc.) et le système cacique (qui n’était pas reconnu officiellement avant 1932 mais qui structurait encore la société indienne) ont complètement ou quasiment disparu du pays. Le Salvador est ainsi le pays du nord de l’Amérique centrale (région où la population précolombienne était très forte) où la population indienne est la plus faible.

Autoritarisme militaire (1931-1979)[modifier | modifier le code]

Le Général Maximiliano Hernandez Martínez mena pendant treize ans une politique dictatoriale fascisante. Attiré par les succès de l'Italie de Mussolini et de l'Allemagne nazie dans les années 1930, il ne s'aligna avec les Alliés que sous la pression des États-Unis et déclara la guerre au Japon en 1941 et à l'Allemagne en 1942. Obligé par les Alliés de libéraliser le pays en autorisant des associations de travailleurs et d'étudiants, la dictature fut peu à peu fragilisée et la grève générale de 1944 fit tomber Martínez qui ne put trouver d'excuses pour réprimer le mouvement car celui-ci était pacifiste. Après la fuite de Maximiliano Hernandez Martínez au Guatemala en mai 1944, le Général Andrés Ignacio Menéndez prit le pouvoir grâce à l'appui de l'élite économique et de l'armée. Mais ces derniers le lâchèrent cinq mois plus tard car il voulaient organiser des élections libres. Une élection présidentielle eut lieu en 1945 et l'opposition déclara la victoire de son candidat, mais l'armée mit au pouvoir le Général Salvador Castaneda Castro qui poursuivit la politique dictatoriale de Martínez.

Le 14 novembre 1948, un coup d'État mené par la branche rénovatrice de l'armée mit en place le Conseil de Gouvernement Révolutionnaire. En 1950 une nouvelle constitution fut rédigée et le nouveau parti officiel, le PRUD (Parti Révolutionnaire d'Unification Nationale), fut créé. Entre 1950 et 1960 les deux présidents militaires issus du PRUD menèrent une politique d'inspiration sociale-démocrate en créant une sécurité sociale, en industrialisant le pays et en construisant de grandes infrastructures routières et des barrages hydrauliques. Le PRUD put mener cette politique grâce aux prix du café hauts durant la décennie et à la nouvelle culture de coton ; lorsque les prix du café commencèrent à chuter le gouvernement du PRUD fut fragilisé pour être finalement renversé en 1960. La nouvelle constitution promulguée en 1962 interdit les doctrines anarchistes et contraires à la démocratie, cela permit au nouveau parti officiel, le PCN (Parti de Conciliation Nationale), d'interdire le parti communiste salvadorien et les autres mouvements de gauche. Le Salvador adhéra à l'Alliance for Progress, un programme américain d'aide au développement pour les pays d'Amérique latine et cherchant à lutter contre l'influence de Fidel Castro, ce qui permit de financer de grands projets d'infrastructures (routes, aéroport international, port, hôpital, etc.). Dans le même temps, et toujours avec l'appui américain, des groupes paramilitaires dirigés par l'Organisation Démocratique Nationaliste (ORDEN - soit ordre en espagnol) furent créés pour lutter contre les mouvements de gauches. En juillet 1969, le Salvador envahit le Honduras durant la courte Guerre du Football.

Durant les années 1970, la situation politique commença à se démêler. L’élection présidentielle de 1972, les opposant au régime militaire s'unirent derrière José Napoleón Duarte, le chef du Parti Démocratique Chrétien (PDC). Au milieu de la fraude, le mouvement de Duarte, largement basé sur la réforme, fut battu. À la suite, protestations et attentats se multiplièrent et Duarte s'exila. Ces événements érodèrent l'espoir de réforme à travers la voie démocratique et persuadèrent donc ceux qui s'opposaient au gouvernement que l'insurrection armée était la seule solution pour parvenir au changement.

Guerre civile (1979-1992)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre civile du Salvador.

Par conséquent, les groupes de gauche dopés par le mécontentement social gagnèrent en force. En 1979, la guérilla éclata dans les villes et les campagnes, débutant ainsi 12 années de guerre civile. Un cycle de violence s'installa, des escadrons de la mort d'extrême-droite firent des milliers de victimes. La Force Armée Salvadorienne (ESAF) s'engagea également dans la répression et les massacres aveugles ; le plus notoire fut le massacre d'El Mozote en décembre 1981 où 900 civils furent abattus. Le 15 octobre 1979, un groupe d'officiers militaires et de dirigeants civils évincèrent le gouvernement de droite du général Carlos Humberto Romero (1977 – 1979) et formèrent une junte révolutionnaire. Duarte, le chef du PDC, joignit la junte en mars 1980, prenant la tête du gouvernement provisoire jusqu'aux élections de mars 1982. Dans le souci de donner une image plus modérée, la junte initia un programme de réforme du pays et nationalisa les banques et le marché du café et du sucre. Cependant, au même moment, la junte autorisa des membres des « escadrons de la mort », groupes paramilitaires possédant de forts liens avec l'armée, à mener une campagne de terreur contre les dissidents politiques. Les escadrons de la mort exécutèrent alors plusieurs meurtres de hautes personnalités. Ainsi l'archevêque Óscar Romero, engagé au côté des paysans dans la lutte politique, fut assassiné par des membres des escadrons de la mort salvadoriens en 1980 dans la chapelle de l'hôpital la providence de San Salvadoraprès avoir publiquement pressé le gouvernement américain de ne pas fournir une aide militaire au gouvernement salvadorien. Quatre religieuses furent également violées et tuées à cette même occasion. Le successeur d'Óscar Romero, Arturo Rivera y Damas (en), déclare alors: « Les pays étrangers, dans leur désir d'hégémonie mondiale, fournissent les armes. Le peuple salvadorien fournit les morts[1]. »C'est en tout plusieurs milliers de salvadoriens qui furent assassinés par les escadrons de la mort.

Pendant cette période, les partis politiques furent de nouveau autorisés à fonctionner. Le 28 mars 1982, les salvadoriens désignèrent une nouvelle assemblée constituante. Après les élections, l'autorité fut transférée à Álvaro Magaña Borja, président provisoire choisi par l'assemblée. La constitution de 1983, rédigée par l'assemblée, renforça nettement les droits individuels, établit un garde-fou contre les détentions provisoires et les perquisitions excessives, établit également une forme républicaine et pluraliste de gouvernement. Elle renforça, aussi, la branche législative et l'indépendance judiciaire. Elle codifia le code du travail, particulièrement pour les ouvriers agricoles. Cependant, en dépit de ces réformes symboliques, dans la pratique les Droits de l'homme, ratifiés par le Salvador, continuèrent d'être bafoués par la campagne de terreur instituée par les brigades de la mort. De cette manière, les changements n'ont pas satisfait les mouvements de guérilla, qui se sont unifiés sous le nom de Front de Libération National Farabundo Martí (FMLN). Duarte gagna les élections en face du candidat de la droite Roberto D'Aubuisson de l'Alliance Républicaine Nationaliste (ARENA) avec 54 % des voix et devint ainsi le premier président du Salvador librement élu en plus de 50 ans. Craignant une victoire de d'Aubuisson, la CIA utilisa environ 2 millions de dollars pour soutenir la candidature de Duarte. D'Aubuisson avec son parti ARENA entretenait d'étroits liens avec les brigades de la mort, et fut décrit comme un « tueur pathologique » par l'ancien ambassadeur américain Robert White. En 1989, Alfredo Cristiani appartenant à l'ARENA remporta l’élection présidentielle avec 54 % des voix. Son investiture le 1er juin 1989 représente la première passation pacifique du pouvoir d'un dirigeant civil librement élu à un autre.

En 1986, la Commission Salvadorienne des Droits de l'Homme publia un rapport de 165 pages sur la prison de Mariona. Le rapport révéla l'usage courant d'au moins 40 pratiques de torture sur les prisonniers politiques. Des militaires américains auraient supervisé ces actes. Le 26 octobre 1987, Herbert Ernesto Anaya, chef de la Commission Salvadorienne des Droits de l'Homme, fut assassiné. En dépit des controverses concernant la répression et la brutalité des Forces Armées Salvadoriennes, les États-Unis continuèrent d'apporter de l'aide au Salvador, ce qui vaut à Reagan les critiques de Brzezinski, pourtant guère conciliant avec le FMLN[1],[2]. Pourtant, la situation chaotique du pays ne s'arrangea guère.

Fin de la Guerre Civile[modifier | modifier le code]

Les États-Unis stoppèrent l’aide militaire fournie au Salvador, à la suite de la multiplication des pressions internes s’opposant à la poursuite cette aide par le gouvernement de George H. W. Bush. Consécutivement le gouvernement salvadorien fut forcé d’adopter une approche différente face à l’insurrection. Lors de son investiture en juin 1989, le président Cristiani appela à un dialogue direct dans le but de mettre fin à la décennie de conflits entre le gouvernement et les guérilleros. Un processus de dialogue mettant en place des réunions mensuelles entre les deux camps, fut lancé en septembre 1989, il dura jusqu'à ce que le FMLN lance une offensive sanglante et dans tout le pays en novembre de la même année. Début 1990, suivant une demande des présidents d’Amérique centrale, les Nations unies firent l’effort d’engager des médiations directes entre les deux camps. Après une année de peu de progrès, le gouvernement et le FMLN acceptèrent une invitation du Secrétariat Général de l’ONU pour une rencontre à New York. Le 25 septembre 1991, les deux camps signèrent l’Acte de New York. Qui lança un processus de négociation en créant le Comité pour la Consolidation de la Paix (COPAZ), constitué de représentants du gouvernement, du FMLN, et de partis politiques, avec des observateurs de l’ONU et de l’Église catholique. Le 31 décembre, le gouvernement et le FMLN ébauchèrent un accord de paix sous les auspices de du Secrétaire général de l’ONU Javier Pérez de Cuéllar. Les accords finaux, appelés les Accords de Paix de Chapultepec, furent signés à Mexico le 16 janvier 1992. Un cesser le feu de 9 mois prit effet le 1er février 1992 et ne fut jamais rompu. Une cérémonie, le 15 décembre 1992, marqua la fin officielle des conflits, concordant avec la démobilisation des dernières structures militaires du FMLN et la suppression du statut de parti politique du FMLN. En juillet 2002, un jury détermina que les deux anciens ministres salvadoriens de la défense, José Guillermo García et Carlos Eugenio Vides Casanova étaient responsables des tortures pratiquées sur trois hommes par les escouades de la mort dans les années 1980. Les victimes poursuivirent les anciens commandants grâce à une loi américaine permettant de telles poursuites. Ces commandants furent condamnés à payer 54,6 millions de dollars aux victimes.

Depuis 1992[modifier | modifier le code]

Le Salvador se bat pour se sortir de la violence des gangs, perpétrée par des groupes tels que Mara Salvatrucha et le Gang de la 18e Rue. La violence est exacerbée par d'importants troubles sociaux, la dévastation économique due à la guerre civile, la disparition des structures familiales et sociales, et la présence de réfugiés, qui se tournent vers les gangs. Réfugiés qui reviennent dans leur pays depuis les États-Unis ou qui ont été déportés au Salvador après 1996.

En 2004 le Salvador lança un projet appelé Mano Dura, qui consiste en un strict contrôle des gangs tel le Mara Salvatrucha. Ce projet a paradoxalement entraîné une augmentation du taux de criminalité en exacerbant la fracture sociale et ne s'attaquant pas à l'exclusion. De plus, la lutte contre les gangs a servi de prétexte pour faire passer de nombreuses mesures à caractère autoritaire. Le comportement des autorités, en particulier face aux accusés, pose des questions de respect des Droits de l’Homme. Aux élections présidentielles de 2009, les Salvadoriens élisent le candidat du FMLN, un ancien journaliste, Mauricio Funes comme président et Sanchez Ceren comme vice-président. C'est la première fois qu'un président de gauche gouverne le pays. Les deux hommes prennent leur fonction le 1er juin 2009.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Pierre Blanchet, « Le cauchemar des dominos », Le Nouvel Observateur, 20 février 1982
  2. Voir aussi position de Brzezinski en 1979, telle que présentée par Robert Kagan in A twilight struggle: American power and Nicaragua, 1977-1990, éd. Verlag für die Deutsche Wirtschaft AG, 1996, p.108-109 [lire en ligne]