Consoles de jeux vidéo de cinquième génération

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire des consoles de jeux vidéo de cinquième génération représente l'ère des consoles 32 et 64 bits. Le marché est dominé par trois consoles, la PlayStation, la Saturn et la Nintendo 64. C'est la PlayStation qui a le plus de succès. La 3DO et la Jaguar font également partie de cette ère mais leur marketing est faible et elles ne retiennent pas l'attention. Deux nouvelles versions de la Game Boy apparaissent, la Game Boy Color et la Game Boy Light (cette dernière ne sort qu'au Japon). Cette génération commence en 1993 et se termine en 2006.

Le classement des consoles par le nombre de bits lus par leur processeur est peu à peu laissé de côté. Ce nombre de bits était utilisé par les fabricants comme une démonstration de puissance; pourtant les gains de performance sont faibles entre les systèmes 32 et 64 bits - les performances dépendent plus d'autres facteurs, tels que la vitesse du processeur, la bande passante et la taille de la mémoire vive.

La cinquième génération de consoles voit l'apparition de l'émulation. Un des tous premiers projets de traduction par des fans est Final Fantasy V qui sort à cette époque. Cette traduction illégale est considérée comme un des catalyseurs qui lance la popularité du jeu aux États-Unis d'Amérique. Grâce à elle, ou à cause d'elle, des ROMs de NES et de Super NES circulent sur Internet, elles sont encore plus faciles à trouver quelques années plus tard.

Transition à la 3D[modifier | modifier le code]

Cette ère se démarque par l'apparition de jeux complètement en 3D avec de nouveaux types de gameplay . Alors que certains jeux avaient déjà utilisé des environnements en 3D sur 16bits, les nouvelles capacités des consoles permettent d’approfondir les choses et les jeux en 2D deviennent moins nombreux mais plus performants également. Le lancement de la PlayStation, avec Tomb Raider et Ridge Racer est peut-être le meilleur exemple; le marketing de Sony la montre comme une des premières consoles pour jeux entièrement en 3D. Alors que Sega offre une console plus variée, avec de très bon jeux 3D mais aussi une meilleurs capacité pour les jeux en 2D. Elle attire l'attention de l'industrie du jeu vidéo et provoque le délaissement des jeux à scrolling sauf sur la Sega Saturn qui était une console de pointe dans ce domaine et de nombreux développeurs (SNK, Capcom, Treasure...) ont prouvé la capacité de la console.

CD-ROM contre cartouche[modifier | modifier le code]

Malgré la généralisation des jeux sur CD-ROM, Nintendo prend la décision de baser la Nintendo 64 sur des cartouches comme ses prédécesseurs. L'argument officiel est le temps de chargement, qui est théoriquement plus court avec une cartouche. Cela a également un effet financier bénéfique pour Nintendo qui fait payer le lancement des jeux des développeurs tiers plus chers, puisque les cartouches coûtent plus chers que les CD-ROM. Cependant, presque toutes les autres consoles commencent à utiliser le CD-ROM, et de nombreux développeurs commencent à préférer la PlayStation grâce au coût de lancement des jeux beaucoup moins cher. Cela lance un nouveau conflit entre les joueurs pour décider quel support est le meilleur. Ce conflit est alimenté par les déclarations des compagnies elles-mêmes ; une publicité de Nintendo présente une navette spatiale représentant une cartouche, et un serpent représentant un CD-ROM, la question est posée textuellement : « Choisissez le meilleur ».

Ce débat cause un climat néfaste lors de la sortie de Final Fantasy VII. Les six prédécesseurs de la série sont sortis sur des consoles de Nintendo, mais Square Co. (le développeur) décide de porter cet épisode sur la PlayStation. En réponse, le président du marketing de Nintendo déclare que Nintendo n'a pas besoin de Square, car ses jeux sont ennuyeux, démodés, lents et les joueurs n'en veulent plus. Cet incident montre une rupture avec le système des cartouches, largement médiatisée, ce qui causa une publicité très négative pour Nintendo.

Séries notables établies[modifier | modifier le code]

Des jeux remarqués[modifier | modifier le code]

  • Super Mario 64 est le premier jeu sorti sur Nintendo 64. Il contribue à prouver que des contrôleurs analogiques sont presque indispensables pour les jeux en 3D, à l'opposé du D-pad.
  • The Legend of Zelda: Ocarina of Time est considéré par beaucoup comme l'un des meilleurs jeux de tous les temps. Il transfère tous les mécanismes des précédents Zelda 2D, en un environnement complètement en 3D. Deux vues sont disponibles, la vision cinéma et la vision subjective. Des quêtes annexes apparaissent, telles que la pêche et la course de chevaux. Il est également le premier jeu à avoir obtenu la note de 40/40 par le célèbre magazine nippon Famitsu.
  • GoldenEye 007 (sur Nintendo 64) popularise les jeux de tir subjectifs sur consoles. Il combine furtivité et massacre avec des animations et des mouvements pionniers. Son mode multijoueur est très apprécié.
  • Pokémon est le jeu de Nintendo qui se vend le mieux. Il crée un phénomène de mode culturel parmi les enfants qui achètent un énorme montant d'accessoires comme des cartes, des jouets, etc.
  • Doom est un succès énorme, popularisant un nouveau genre: le jeu de tir subjectif.
  • Final Fantasy VII (PlayStation) est le premier jeu de la série à utiliser des cinématiques, il ouvre le marché américain aux jeux de rôle japonais. Il montre la convergence des films et des médias interactifs, et met la barre haute pour ses concurrents.
  • Gran Turismo brise la tradition des jeux de course de style arcade, en offrant une simulation réaliste avec des modèles physiques et une pléthore de véhicules célèbres. C'est le jeu le plus vendu sur PlayStation.
  • Tomb Raider met en scène une aventurière sexy du style d'Indiana Jones qui deviendra célèbre par la suite, Lara Croft.
  • Metal Gear Solid sort à la fin de l'année 1998. Il reçoit des acclamations pour son scénario, ses dialogues parlés, ainsi que ses cinématiques et devient un best-seller.
  • Dragon Quest VII est le jeu qui se vend le mieux sur PlayStation au Japon.
  • Resident Evil fait connaitre au grand public le genre du survival horror.
  • Certains joueurs achètent la Saturn uniquement pour jouer à Nights into Dreams développé par l'équipe de Sonic. Son gameplay innove complètement, il demande même une manette de jeu spéciale.
  • Panzer Dragoon Saga est un jeu de rôle culte de la Saturn. Sorti dans l'oubli fin 1998, il est quelques années plus tard, le jeu le plus recherché sur Saturn avec une côte de près de 150 euros.

Comparaisons[modifier | modifier le code]

3DO Interactive Multiplayer Amiga CD32 Jaguar Saturn PlayStation Nintendo 64
Console 3DO-FZ1-Console-Set.png Amigacd32.jpg Atari-Jaguar-Console-Set.png Sega-Saturn-Console-Set-Mk2.png PSX-Console-wController.png N64-Console-Set.png
Prix au lancement 699,95 $ 399,99 $ 249,99 $ 399,99 $ 299,00 $ 199,99 $
Dates de sorties Icons-flag-us.png Icons-flag-ca.png 18 mai 1993
Icons-flag-us.png Icons-flag-eu.png Septembre 1993
Drapeau canadien 1994
Drapeau des États-Unis 18 novembre 1993
Drapeau du Japon 22 novembre 1994
Drapeau canadien 27 avril 1995
Drapeau des États-Unis 11 mai 1995
Drapeau européen 8 juillet 1995
Drapeau du Japon 3 décembre 1994
Drapeau des États-Unis 1er septembre 1995
Drapeau européen 29 septembre 1995
Drapeau du Japon 23 juin 1996
Drapeau des États-Unis 29 septembre 1996
Drapeau européen 1er mars 1997
Drapeau de la France 1er septembre 1997
Fin de production 1995 Décembre 1994 1995 Décembre 2000 Mars 2006 Novembre 2003
Jeu le plus vendu Simon the Sorcerer Alien vs. Predator Virtua Fighter 2 Gran Turismo Super Mario 64
Media CD-ROM CD-ROM Cartouche et CD-ROM CD-ROM et Vidéo CD CD-ROM Cartouche et disque magnétique (en option)
Accessoires
  • Atari Jaguar CD (lecteur CD-Rom)
  • Team Tap (adaptateur jusqu'à 8 joueurs)
  • JagLink - permet de relier 2 consoles en réseau
  • CatBox - permet de relier jusqu'à 8 consoles en réseau
  • Carte mémoire (uniquement pour le Jaguar CD)
Ventes 1,2 million 100 000 250 000 10 millions 104,25 millions 32,93 millions

Notes et références[modifier | modifier le code]