Histoire des îles Britanniques

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’histoire des îles Britanniques était il y a quelques siècles l’histoire de plusieurs États qui dominaient la Grande-Bretagne et l’Irlande. Ces différents territoires étaient cependant unifiés à des moments précis, notamment sous domination anglaise[1]. L’histoire des îles Britanniques a également été influencée par des pouvoirs extérieurs et l’impact que ces peuples avaient sur le reste du monde.

Aujourd’hui, les îles Britanniques connaissent deux États souverains, l’Irlande et le Royaume-Uni. Trois territoires sont qualifiés de « dépendance de la Couronne » : Guernesey, Jersey et l’île de Man. Le Royaume-Uni peut encore être divisé en quatre Home Nations constituantes, il s’agit de l’Angleterre, de l’Irlande du Nord, de l’Écosse et du pays de Galles. Chacune de ces nations a son histoire propre et toutes, à l’exception de l’Irlande du Nord, étaient indépendantes à un moment donné.

Le monarque britannique était chef d’État de toutes les îles Britanniques après l’Union des Couronnes en 1603 jusqu’à la mise en œuvre du Republic of Ireland Act de 1949. Beaucoup d’historiens contemporains essaient cependant d’éviter la notion d’îles Britanniques à cause de la complexité des relations entre les différents peuples de l’archipel.

Tableau chronologique[modifier | modifier le code]

Date État ou peuple Évenements
8000 av. J.-C. Habitants préhistoriques
600 av. J.-C. Celtes
Gaulois Brittons Pictes Gaëls
51 av. J.-C. Gallia Lugdunensis
(province romaine)
43 apr. J.-C. Britannia (province romaine)
410 Brittons Angleterre anglo-saxonne Raids des Vikings
843
878 Danelaw
911 Duché de Normandie
927 Royaume d'Angleterre Conquête normande de l'Angleterre
Bataille de Clontarf
1079 Royaume de Man et des Îles
1098 Cymry Royaume de Norvège Invasion normande de l'Irlande
1171 Seigneurie d'Irlande
1204
1266
1282
1333 Bailliage de Guernesey Bailliage de Jersey Île de Man
1468/69 Royaume d'Écosse Loi de Poyning
1541 Royaume d'Irlande Reconquête de l'Irlande par les Tudor
1641 Confédération irlandaise
1649 Commonwealth de l'Angleterre Conquête cromwellienne de l'Irlande
1653 Commonwealth d'Angleterre, d'Écosse et d'Irlande
1660 Royaume d'Angleterre Royaume d'Écosse Royaume d'Irlande Lois pénales
1707 Royaume de Grande-Bretagne
1801 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande Émancipation catholique
Grande famine en Irlande
1919 République irlandaise
1921/22 Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord Irlande du Nord État libre d'Irlande Partition de l'Irlande
1937 Irlande L'Urgence
Bataille d'Angleterre
Tigre celtique
1999 Principauté de Galles Écosse

Les îles Britanniques au Haut Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'heptarchie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Heptarchie.
Les légendes du roi Arthur ont leur origine dans les « âges sombres » de la Grande-Bretagne.

Peu de peuples des îles Britanniques sont alphabétisés à cette époque, et l'on parle souvent d'« âges sombres » pour la période allant de 400 à 800 de notre ère. Il n'y a pratiquement aucune source écrite concernant cette époque. Des légendes et sagas comme celle du roi Arthur ont leur origine dans cette période.

Bien que les Romains aient occupé l'île de Bretagne pendant près de 400 années, ils ne lèguent pas de culture aux peuples qui leur succèdent — à l'exception des bâtiments et objets. Les successeurs des Romains imprègnent la Grande-Bretagne de manière brutale. Des tribus germaniques, les Jutes, les Angles et les Saxons, commencent leurs invasions dans les territoires désertés par les Romains. Les pillages et tueries sont à l'ordre du jour et les envahisseurs étouffent la vie des Celtes impregnés de culture romaine. Les nouveaux seigneurs fondent sept petits royaume sur les territoires de l'Angleterre et Écosse actuelle, un système appelé heptarchie :

La Northumbrie s'étend de York le long des côtes à l'Est jusqu'à Édimbourg en étant ainsi le royaume le plus vaste de l'île de Bretagne.

Les Bretons sont majoritairement chrétiens et la mission de Saint Patrick s'étend de l'Irlande en Écosse au VIe siècle. En revanche, les Anglo-Saxons restent attachés à leur paganisme germanique. L'ère chrétienne de l'Angleterre ne commence qu'en 597 avec la christianisation des rois du Kent par Augustin de Cantorbéry et atteint un premier apogée vers 700 grâce à l'œuvre de Bède le Vénérable.

Parmi les sept royaumes de l'heptarchie, la Northumbrie domine le VIIe siècle, la Mercie sous Offa prend la relève au VIIIe siècle. Le IXe siècle est marqué par une montée en puissance du Wessex.

Angleterre[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Angleterre.
En 793, les Vikings commencent leurs pillages de l'Angleterre.

Les Vikings commencent leurs raids sur l'Angleterre avec le pillage du monastère de Lindisfarne en 793. Au début, les Vikings se contentent de piller, au fur et à mesure ils s'établissent en Angleterre et font du commerce. Le territoire sous dominance des Vikings est connu sous le nom de Danelaw et depuis 884 la région est reconnue par les autres souverains britanniques. Encore aujourd'hui on peut retrouver beaucoup de traces de l'ère des Vikings, notamment dans la langue anglaise. Les traits communs de l'ancien Anglais et de la langue nordique conduisent à un grand échange. York est une agglomération des Vikings sous le nom de Jorvik.

Alfred le Grand s'oppose à la menace danoise est remporte la bataille d'Eddington en 878. Il accepte néanmoins l'existence du Danelaw. Alfred réussit à s'emparer de Londres et donne ainsi à son royaume un centre véritable. À la même époque, un premier sentiment national anglais se fait remarquer[2]. Les successeurs d'Alfred créent un système administratif avec des Sheriffs à la tête des comtés, des Shires, plusieurs comtés sont réunis en un Earldom avec à leur tête un Earl.

Le roi Athelstan repousse les Cornouailles de l'Exeter en 936, le fleuve Tamar marquant la frontière de son royaume de Wessex. Il se nomme Rex totius Britanniae[3] bien qu'il ne soit que suzerain du pays de Galles et d'Écosse. Il peut néanmoins dominer la Northumbrie de manière durable. Après 930, tous ses documents sont issus d'une même chancellerie à Winchester, et l'on peut donc supposer que cette ville fait figure de capitale de son royaume.

Sigéric de Cantorbéry conseille au roi Æthelred de lever une taxe générale, le danegeld. En 991, après la défaite de Maldon dans l'Essex, il utilise ces ressources pour payer un tribut de 10 000 livres aux Vikings, pour les persuader ainsi de se retirer. En 1002 il se marie à la princesse normande Emma, en espérant leur soutien contre les Vikings, qui mène plus tard aux invasions normandes de l'Angleterre. En 1013 il s'enfuit devant Sven Ier en Normandie où il meurt en 1016.

Le Danois Knut II est son successeur qui règne sur l'Angleterre et le Danemark en union personnelle. Il épouse la veuve d'Æthelred et se convertit au christianisme. En 1028, il fait la conquête de la Norvège qui sera christianisée par des prêtres anglo-saxons.

Les Anglo-Saxons reprennent le pouvoir avec Édouard le Confesseur (10421066) qui a vécu jusqu'à l'âge de 38 ans en Normandie et privilégie la noblesse normande à sa cour. Dans certains domaines, il prépare l'organisation du pouvoir qui sera reprise et mise en œuvre par les rois normands, en particulier l'investiture royale des clercs à l'image des églises impériales ottoniennes.

Édouard nomme Harold Godwinson pour lui succéder au trône qui réussit à repousser l'armée d'Harald III à la bataille de Stamford Bridge. Mais uniquement trois semaines plus tard, les Bretons affaiblis sont battus le 14 octobre 1066 par Guillaume le Conquérant dans la bataille d'Hastings. Les Normands introduisent leur système féodale efficace en Angleterre et Guillaume ordonne le Domesday Book qui enregistre les taxes de la population entière, leur propriétés et territoires. D'autant plus, il dépossède la noblesse anglo-saxonne qui est remplacée par une noblesse normande.

Le Moyen Âge anglais est marqué par des guerres civiles et internationales, des rébellions et des intrigues à la cour. Henri Ier s'engage pour des réformes, stabilise le pays et essaye de réduire les conflits entre Anglo-Saxons et Normands. Son œuvre est réduit à néant après qu'il perd son fils Guillaume en 1120.

Après le règne d'Étienne (11351154) le pouvoir est de plus en plus aux mains des barons féodaux, et l'Angleterre plonge dans les guerres civiles jusqu'en 1148, cependant Étienne n'est pas contesté sur le trône jusqu'à sa mort en 1154. En 1153, il engage des pourparlers avec Henri d'Anjou pour garantir la paix sous la condition qu'Henri montait sur le trône. Henri de la dynastie des Plantagenêts est le fondateur du royaume angevin. Sous son règne, le pays regagne sa force qui rebondit sur les relations avec l'Église. Les constitutions de Clarendon de 1164 se heurtent à la résistance du chancelier Thomas Becket, archevêque de Cantorbéry, qui est assassiné en 1170. En 1171 commence la conquête de l'Irlande. Richard Cœur de Lion remporte des succès lors de la troisième croisade mais est fait prisonnier sur le chemin de retour par Léopold V et Henri VI. Il est libéré après le paiement d'une rançon élevée en 1194 et retourne en Angleterre. Il combat avec succès Philippe-Auguste mais il ne réussit pas à reconquérir tous les territoires perdus pendant son absence, commence alors le déclin de l'empire Plantagenêt. Dans les années suivantes, Richard est occupé par la noblesse rebelle d'Aquitaine. Lors du siège de la forteresse de Châlus, il est mortellement blessé par une arbalète et meurt le 6 avril 1199. Son frère Jean lui succède et perd à nouveau des territoires après la bataille de Bouvines en 1214 et la noblesse réuissit à l'obliger de faire des concessions, dont le résultat est la Magna Charta de 1215. La charte n'a cependant un impact réel que lors du règne d'Henri III qui est soutenu par la noblesse après la conquête de Londres par les Français.

Pays de Galles[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Pays de Galles.

Au Haut Moyen Âge, le Pays de Galles est divisé en plusieurs petits états qui n'ont guère un souverain commun. Rhodri Mawr réussit à unifier le pays au IXe siècle et son petit-fils Howell le Bon introduit un droit commun. Cependant, après sa mort, le pays est à nouveau divisé. Une coutume judiciaire reprise des temps celtiques, celle du droit des successions pour tous les fils, même illégitimes, conduit à des vendettas permanentes.

Écosse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Écosse.

L'idée d'une destruction de la civilisation picte, les ancêtres des Écossais modernes, par les envahisseurs gaels, bretons, angles et vikings s'est maintenu pendant un certain temps. Cependant, les historiens ont tendance à nuancer cette théorie voire prouver le contraire. À l'époque post-romaine, plusieurs royaumes pictes existent en Écosse. Au VIe siècle, les Gaëls d'Irlande s'installent dans l'Argyll à l'Ouest et fondent le royaume de Dal Riada. Au VIIe siècle, les Pictes s'opposent de plus en plus aux Dalriadiens irlandais.

Kenneth Ier, roi gaël de Dal Riada, est couronné roi des Pictes en 843. Les deux peuples sont unis pour la première fois et la partie majeure de l'Écosse actuelle est dominé par un seigneur unique. La région prend le nom d'Albe, Kenneth est ses successeurs portent le titre de « roi des Pictes. »

Pendant les deux siècles suivants, une multitude de rois règnent sur l'Albe. La succession est réglée par le système de la tanistrie, c'est-à-dire que le roi, de son vivant, choisit un membre de la famille royale comme successeur.

Sous les successeurs de Kenneth Ier, les Gaëls et les Pictes évoluent vers un peuple unique. Cependant, le nouveau royaume est marqué d'une structure très diversifiée. Les Lowlands adoptent le système féodal anglo-normand. Dans les Highlands, la structure des clans d'origine celtique est maintenue. Les souverains écossais ont beaucoup de difficultés à maintenir leur indépendance face au voisin anglais à cause des raids des Vikings et des vendettas entre clans opposés. Des mariages politiques donnent à l'Angleterre une grande influence en Écosse.

Irlande[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire de l'Irlande.

De 450 à 800, l'Irlande avec son église celtique devient le leader dans les domaines de l'éducation et de la culture en Europe et attache beaucoup d'importance aux missions.

Extrait du Livre de Kells.

Des missionnaires irlandais parcourent toute l'Europe de l'Ouest et fondent des monastères importants, notamment le monastère de Saint-Gall en 750. En latin, l'Irlande est appelée Scotia Maior à l'époque, et les moines sont souvent désignés comme « Écossais » ou « Iro-Écossais. » Parmi les fondations de monastères de ces « Écossais » se trouve le Schottenstift à Vienne en Autriche. Le Livre de Kells est un des manuscrits les plus importants de l'époque, qui subsiste jusqu'à notre ère.

Des différents politiques ainsi que les raids des Vikings depuis 795 marquent la fin de cette époque. Les Vikings en provenance de la Norvège occupent les Orcades et Shetland avant d'arriver en Irlande. Après un premier temps marqué par des pillages, les Vikings commencent à s'établir de manière durable, et ces établissement deviennent les premières villes véritables d'Irlande, et qui évolueront plus tard en Dublin, Wexford et Waterford.

Après de longues guerres, Tara réussit à dominer l'île, et même les Vikings doivent renoncer à leur indépendance. À la fin du Xe siècle, un gouvernement unique est mis en place par le roi Brian Boru qui devient le maître incontesté de toute l'Irlande en 1002 et qui bat les Vikings à Clontarf en 1014.

L'Irlande unifiée se réjouit de 150 ans de paix relative avec un développement des arts et de la culture[4]. Cette époque s'achève avec la conquête normande de l'Irlande sous Henri II en 1169, encouragée par des conflits intérieurs.

Du Bas Moyen Âge à l'époque moderne[modifier | modifier le code]

Angleterre[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Guerre de Cent Ans et Guerre des Deux-Roses.

Les revendications d'Édouard III sur le trône français déclenchent la guerre de Cent Ans qui se termine en 1453. Crécy et Azincourt figurent parmi les batailles principales du conflit qui se déroule en plusieurs phases et qui pèse lourd sur le budget anglais. À la même époque la peste bubonique ravage l'Europe et atteint l'Angleterre en 1349, un tiers de la population en est victime. Les défaites à la fin de la guerre de Cent Ans déclenche la guerre des Deux-Roses en Angleterre, un conflit entre la maison de Lancastre et la maison d'York qui s'étend sur plusieurs décennies et qui se termine par la victoire d'Henri Tudor à la bataille de Bosworth en 1485.

Portrait du roi Henri VIII d'Angleterre.

Le roi Henri VIII s'engage dans un conflit contre l'Église catholique romaine à cause du divorce de Catherine d'Aragon. Bien qu'Henri VIII ne soit pas forcément protestant, le schisme sépare définitivement l'Angleterre de Rome. Une victime notable du schisme est le chancelier d'Henri VIII, Thomas More. Suit une période de troubles religieux et politiques conduisant à la Réforme et la dépossession des abbayes et églises par la royauté.

Les filles d'Henri VIII, Marie Ire et Élisabeth Ire ont des positions bien différentes et leur règnes, surtout celui de Marie Ire, sont marqués par des poursuites religieuses. Marie épouse le roi catholique Philippe II d'Espagne et monte sur le trône en 1553. Dès son avènement, Marie essaie d'éradiquer le protestantisme, l'histoire l'appellera plus tard « Marie la Sanglante[5]. »

Pays de Galles et Cornouailles[modifier | modifier le code]

Écosse[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

Vers le Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire du Royaume-Uni.

Angleterre[modifier | modifier le code]

Écosse[modifier | modifier le code]

Irlande[modifier | modifier le code]

L'Union[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Acte d'Union (1707).

Royaume de Grande-Bretagne[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Royaume de Grande-Bretagne.

Événements en Irlande[modifier | modifier le code]

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande[modifier | modifier le code]

Réformes sociales[modifier | modifier le code]

L'impérialisme britannique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire britannique.

Parti travailliste, Home Rule et diminution des droits de la Chambre des Lords[modifier | modifier le code]

La Première Guerre mondiale et l'indépendance irlandaise[modifier | modifier le code]

Le Royaume-Uni rentre en guerre, le 4 août 1914. Au début, les Britanniques n'envoient que quelques divisions sur le continent sous le commandement du général French, ces soldats participent à la bataille de Mons, à la première bataille de la Marne puis à la course à la mer la plupart des soldats sont placés dans la marine. Par la suite de nouvelles divisions arrivent en France et sur d'autres fronts. Durant cette guerre les Britanniques font la plus meurtrière bataille de leur histoire, la bataille de la Somme, avec environ 420 000 morts et blessés. Finalement les Britanniques remportent la guerre avec l'entente.


L'entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

La Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

De l'après-guerre au présent[modifier | modifier le code]

Gouvernements conservateurs (1951–1964)[modifier | modifier le code]

De l'inflation au « winter of discontent » (1964–1979)[modifier | modifier le code]

Les années Thatcher (1979–1990)[modifier | modifier le code]

New Labour (depuis 1997)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir l’histoire du Royaume-Uni.
  2. Voir Naissance de l'Angleterre
  3. « Roi de tous les Bretons »
  4. Des progrès réalisés concernent surtout les domaines de la littérature, les manuscrits, ainsi que l'architecture romane et gothique.
  5. « Bloody Mary »

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sites internet[modifier | modifier le code]