Histoire de la poliomyélite

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Stèle égyptienne figurant un patient victime de la polio. XVIIIe dynastie (1403-1365 av. JC).

L'histoire de la poliomyélite retrace l'évolution des connaissances concernant la poliomyélite communément appelée la « polio », une infection virale de la moelle épinière. La polio est connue depuis la préhistoire et a été la cause de paralysies et source de mortalité durant toute l'histoire de l'humanité. Cependant les grandes épidémies sont inconnues avant le XXe siècle[1]. Au cours des millénaires la polio s'est perpétuée sur un mode endémique jusqu'aux années 1880, qui voient l'apparition des premières grandes épidémies en Europe[1] et peu après aux États-Unis. À partir de 1910, les épidémies deviennent des événements fréquents dans le monde développé, surtout dans les villes et durant les périodes estivales. Au moment de son pic, dans les années 1940 et 1950, la polio est la cause du décès ou du handicap de plus d'un demi million de personnes par année dans le monde[2].

La peur collective face à ces épidémies a donné lieu à une mobilisation publique d'envergure, afin de développer de nouvelles méthodes de prévention et de traitement de la maladie. Elle a aussi révolutionné les pratiques de philanthropie médicale. La mise au point de deux vaccins contre la polio a permis l'éradication de la poliomyélite presque partout dans le monde. Les retombées positives de la polio ont été le développement de la médecine physique et de réadaptation moderne et celui des droits des personnes handicapées dans le monde entier.

Descriptions historiques de la polio[modifier | modifier le code]

Des peintures et des sculptures de l'ancienne Égypte montrent des personnages actifs mais ayant des membres décharnés, et de jeunes enfants se servant de cannes pour marcher[3]. Le premier cas certain de polio est peut-être celui de Sir Walter Scott, qui affirme avoir fait en 1773 une « fièvre dentaire  » sévère qui lui a ôté la force de sa jambe droite[4]. À cette époque, la poliomyélite ne fait pas encore partie du champ du savoir médical, mais un diagnostic rétrospectif de poliomyélite est fortement suspecté grâce à la description détaillée que Scott fait de ses symptômes[5].

Les symptômes de la polio ont reçu de nombreuses descriptions. Au début du XIXe siècle, la maladie était connue sous des noms aussi variés que « paralysie dentaire », « paralysie sinale infantile », « paralysie essentielle des enfants », « myélite des cornes antérieures », « téphromyélite » (du grec τεφρος (tephros), signifiant « gris-cendré » en référence à la couleur de la substance grise médullaire), et enfin « paralysie du matin »[6].

La première description de la polio est donnée en 1789 par le médecin britannique Michael Underwood ; il qualifie la polio de « débilité des extrémités inférieures »[7]. C'est à Jakob Heine que l'on doit, en 1840, le premier article médical sur la poliomyélite ; il nomme la maladie « Lähmungszustände der unteren Extremitäten » (état paralysant des extrémités inférieures)[8]. Karl Oskar Medin est le premier à se livrer à une étude empirique d'une épidémie de polio en 1890[9]. Grâce à ce travail et à la classification antérieurement établie par Heine, la maladie devient connue sous le nom de « maladie de Heine-Medin ».

Les épidémies[modifier | modifier le code]

Cette affiche en carton était placardée sur les fenêtres des logements des patients atteints de polio qui y étaient mis en quarantaine. Violer la quarantaine où retirer l'affiche était passible d'une amende de 100 US$ en 1909.

Les grandes épidémies sont inconnues avant le XXe siècle : des foyers isolés apparaissent en Europe et aux États-Unis autour de 1900[10],[1].

En Europe[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis[modifier | modifier le code]

Les premières observations groupées de polio sont publiées en 1843 à propos de deux cas diagnostiqués auparavant en Louisiane. Ce n'est que cinquante ans plus tard qu'une autre série importante est rapportée avec 26 cas observés à Boston en 1893[1]. La première épidémie reconnue aux États-Unis survient l'année suivante dans le Vermont avec 132 cas au total (dont 18 décès), y compris plusieurs cas chez des adultes[9].

De nombreuses épidémies d'ampleur variable apparaissent ensuite dans tout le pays ; en 1907, environ 2 500 cas de poliomyélite sont recensés à New York[11]. Le samedi 17 juin 1916 est annoncée officiellement l'existence d'une épidémie de polio à Brooklyn. Cette même année 27 000 cas et 6 000 décès sont répertoriés aux États-Unis dont 2 000 morts pour la seule ville de New York[12]. Les noms et adresses des personnes chez lesquelles la polio est confirmée sont publiés chaque jour dans la presse, leurs logements sont signalés par des affiches placardées et leus familles sont mises en quarantaine[13]. Quelques médecins, comme Hiram M. Hiller Jr. parviennent à se faire une idée assez exacte de la situation dans leurs villes, mais dans l'ensemble la nature de la maladie reste un mystère. L'épidémie de 1916 provoque une panique générale et des milliers de personnes fuient la ville pour gagner des stations de montagne. Des théâtres sont fermés, des congrès annulés, presque toutes les réunions publiques disparaissent. On met en garde les enfants de ne pas boire l'eau des fontaines, on leur demande d'éviter les parcs d'attractions, les piscines et les plages[12]. À partir de 1916, des épidémies de polio survennent chaque été au moins dans une région du pays, les plus graves ayant lieu dans les années 1940 et 1950[1]. Durant l'épidémie de 1942, on dénombre 2 720 morts sur 42 173 cas aux États-Unis ; le Canada et le Royaume-Uni sont également touchés[14],[15].

Avant le XXe siècle, la polio se voyait rarement avant l'âge de 6 mois et dans la majorité des cas l'âge des patients était compris entre 6 mois et 4 ans[16]. Les jeunes enfants qui contractent la maladie sont généralement peu symptomatiques et acquièrent par la suite une immunité définitive[17]. Dans les pays développés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle, des améliorations des conditions sanitaires communautaires ont lieu comme le tout-à-l'égout et la distribution d'eau potable. Une meilleure hygiène a pour conséquence une moindre exposition des nourrisons et des jeunes enfants au poliovirus, réduisant ainsi leurs possibilités de développer une immunité naturelle. L'exposition au virus était ainsi retardée jusqu'à l'adolescence ou au début de la vie adulte, âges auxquels la probabilité de présenter une forme paralytique est plus grande[16]. Chez les enfants la polio entraîne une paralysie dans 1/1000 cas, tandis que chez l'adulte la paralysie survient une fois sur 75[18].

En 1950, le pic d'incidence de la polio selon l'âge aux États-Unis se déplace de la petite enfance vers les enfants âgée de 5 à 9 ans ; environ un tiers des cas surviennent chez les plus de 15 ans[19]. C'est ainsi que les taux de paralysie et de mortalité due à l'infection par la polio augmentent également durant cette période. L'épidémie de polio de 1952 aux États-Unis sera la pire dans l'histoire de la nation et c'est celle qui provoquera la hausse de la peur de la maladie chez les parents et qui fera prendre au public conscience de la nécessité d'un vaccin[20]. Sur les 57 628 cas enregistrés cette année, 3 145 sont mortels et 21 269 conservent des séquelles paralytiques modérées à invalidantes[20],[21].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « History of poliomyelitis » (voir la liste des auteurs).

  1. a, b, c, d et e (en) Trevelyan B, Smallman-Raynor M, Cliff A, « The Spatial Dynamics of Poliomyelitis in the United States: From Epidemic Emergence to Vaccine-Induced Retreat, 1910–1971 », Ann Assoc Am Geogr, vol. 95, no 2,‎ 2005, p. 269–293 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI?)
  2. (en) « What is Polio », Canadian International Immunization Initiative (consulté le 2007-05-09), p. 3
  3. (en) Daniel TM, Robbins FC (editors), Polio, Rochester, N.Y., États-Unis, University of Rochester Press,‎ 1997, 5–22 p. (ISBN 1-878822-90-x), « A history of poliomyelitis »
  4. (en) Collier, William Douglas, A history of English literature, in a series of biographical sketches, Toronto, J. Campbell,‎ 1872 (ISBN 0-665-26955-2, lire en ligne), p. 400
  5. (en) Cone TE, « Was Sir Walter Scott's lameness caused by poliomyelitis? », Pediatrics, vol. 51, no 1,‎ 1973, p. 35 (lien PubMed?)
  6. (en) Gould T, A Summer Plague: Polio and its Survivors, Yale University Press,‎ 1995 (ISBN 0300062923, lire en ligne), « Chapter One »
  7. (en) Underwood M, Debility of the lower extremities. In: A treatise on the dieases [sic] of children, with general directions for the management of infants from the birth (1789), vol. 2, Philadelphia, Printed by T. Dobson, no. 41, South Second-Street,‎ 1793, 254–6 p. (lire en ligne)
  8. (en) JMS Pearce, « Poliomyelitis (Heine-Medin disease) », J Neurol Neurosurg Psychiatry, vol. 76, no 1,‎ janvier 2005, p. 128 (liens PubMed?, PubMed Central? et DOI? ; lire en ligne)
  9. a et b (en) Sass EJ, Gottfried G, Sorem A (editors), Polio's legacy: an oral history, Washington, D.C, University Press of America,‎ 1996 (ISBN 0-7618-0144-8, lire en ligne)
  10. Histoire de la polio sur le site de l'Association Polio Québec
  11. (en) Sachs B (Chairman, New York Neurological Society), « Epidemic poliomyelitis; report on the New York epidemic of 1907 by the Collective investigation committee », The Journal of Nervous and Mental Disease,‎ 1910
  12. a et b (en) Melnick J, « Current status of poliovirus infections », Clin Microbiol Rev, vol. 9, no 3,‎ 1er juillet 1996, p. 293–300 (liens PubMed? et PubMed Central?, lire en ligne)
  13. (en) GB Risse, Fee E, Fox DM (editors), Epidemics and History: Ecological Perspectives. in AIDS: The Burden of History., University of California Press, Berkeley,‎ 1988 (ISBN 0520063961)
  14. (en) Statistics at infoplease.com
  15. (en) CBC Canada film clip 1949
  16. a et b (en) Robertson S, « Module 6: Poliomyelitis », The Immunological Basis for Immunization Series., World Health Organization. Geneva, Switzerland.,‎ 1993 (consulté le 2010-02-07)
  17. (en) Yin-Murphy M, Almond JW, Picornaviruses: The Enteroviruses: Polioviruses in: Baron's Medical Microbiology (Baron S et al., eds.), Univ of Texas Medical Branch,‎ 1996 (ISBN 0-9631172-1-1, lire en ligne)
  18. (en) Gawne AC, Halstead LS, « Post-polio syndrome: pathophysiology and clinical management », Critical Reviews in Physical Medicine and Rehabilitation, vol. 7,‎ 1995, p. 147–88 (lire en ligne)
  19. (en) Melnick JL, Poliomyelitis. In: Tropical and Geographical Medicine, McGraw-Hill,‎ 1990, 558–76 p. (ISBN 007068328X)
  20. a et b (en) « History of Vaccines Website - Polio cases Surge », College of Physicians of Philadelphia,‎ 3 November 2010 (consulté le 3 November 2010)
  21. (en) Zamula, Evelyn, « A New Challenge for Former Polio Patients », FDA Consumer, vol. 25, no 5,‎ 1991 (lire en ligne)