Histoire de l'islam

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire de l'islam implique l'histoire de la foi islamique comme une religion et comme institution sociale.

Comme la plupart des religions du monde, l’évolution historique de l'islam a eu un impact significatif sur l'histoire politique, économique, et militaire dans et au-delà de ses zones géographiques primaires (voir civilisation islamique).

Vue de la Grande Mosquée de Kairouan, en Tunisie, élevée à partir de 670 puis entièrement reconstruite au IXe siècle. Étant l'une des rares mosquées à conserver intacte son architecture des premiers siècles de l'islam, elle constitue un témoignage de l'histoire et de la civilisation musulmanes au Maghreb.

Le concept du monde islamique peut être plus ou moins utile en observant les différentes périodes de l'histoire. La culture islamique encourage l'identification avec une communauté quasi-politique des croyants ou de l'oumma, et ce principe a influencé le comportement d'un certain nombre d'acteurs dans l'histoire. L'histoire de l'islam est étroitement liée à l'histoire politique, économique, et militaire.

L'islam est apparu en Arabie au VIIe siècle avec l'apparition de son prophète, Mahomet. Un siècle après sa mort, un empire islamique s'est étendu de l'océan Atlantique dans l'ouest vers l'Asie centrale dans l'est. Celui-ci n'est pas resté unifié longtemps ; le nouveau régime a rapidement fini en guerre civile (voir Fitna) et plus tard affectée par une deuxième Fitna. Ensuite, il eut des dynasties rivales réclamant le califat, ou la conduite du monde musulman, et beaucoup d’empires islamiques ont été gouvernés par un calife incapable d'unifier le monde islamique.

En dépit de ce morcellement de l'islam en tant que communauté politique, les empires des califes d'Abbassides, l’empire moghol et les Seldjoukides étaient parmi les plus grands et les plus puissants au monde. Les musulmans ont produit nombre de scientifiques, d’astronomes, de mathématiciens, médecins et d'illustres philosophes pendant l'âge d'or de l'islam (voir Sciences et techniques islamiques). La technologie s'est épanouie ; un investissement soutenu dans les infrastructures, telles que des systèmes d'irrigation et des canaux ; et surtout, l'importance de lire le Coran a produit corrélativement un niveau élevé de l'instruction parmi la population, un phénomène similaire à celui qu'entretient le peuple juif avec la Torah (la lecture de la Torah étant une mitsva de la plus haute importance).

Plus tard, aux XVIIIe siècle et XIXe siècle, plusieurs régions islamiques sont tombées sous la tutelle de puissances européennes. Après la première guerre mondiale, une partie des restes de l'Empire ottoman a été mise sous protectorat des européens.

Bien qu'affectée par diverses idéologies, telles que le communisme, pendant une bonne partie du XXe siècle, l'identité islamique et la prépondérance de l'islam sur des questions politiques s’est accrue au cours de la fin du XXe siècle et le début du XXIe siècle. La croissance rapide, les intérêts occidentaux dans des régions islamiques, les conflits internationaux et la globalisation ont modifié l'influence de l'islam sur le monde du XXIe siècle.

Origines de l'islam[modifier | modifier le code]

Mahomet[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Mahomet et Historicité de Mahomet.

Avant Mahomet, l'Arabie était peuplée de nomades ou bien d'agriculteurs vivant dans les oasis dans le nord, ou dans les secteurs plus fertiles au sud au Yémen, parlant l’arabe et qui suivaient majoritairement des religions polythéistes ; quelques tribus avaient néanmoins pour confession le judaïsme ou le christianisme. La ville de La Mecque était déjà un centre religieux, pour certains des polythéistes arabes.

Mahomet serait né en 570 à La Mecque. Il devient orphelin dès son jeune âge et fut élevé par son grand-père puis par son oncle. Il entre au service d'une riche veuve Khadija qui organisait des caravanes marchandes. Assurée de l'intégrité de cet homme, ils se marièrent (elle était âgée de 40 ans et lui âgé de 25 ans). C'est en 610 que, pour la première fois, l'archange Gabriel (Jibrîl) lui apparaît dans la grotte « Hirâ' » où il avait coutume de se recueillir et lui transmet la révélation, la parole de Dieu.

Sans tarder, Mahomet fonde un groupe de croyants qui s'appelleront les musulmans : nommés ainsi en référence au prophète Abraham (Ibrāhīm). Musulman, est celui qui se donne, qui se soumet volontairement à Allah, « Dieu ».

Mahomet et ses compagnons furent tous persécutés par les Mecquois. L'ordre est donné aux musulmans mecquois d'émigrer à Yathrib (Médine) en 622. En 624, la bataille de Badr éclate. Les Mecquois prendront leur revanche lors de la bataille de Uhud, en 625.

Mahomet retournera à Médine, où il décédera en 632 âgé de soixante-trois ans après une courte maladie[1].

Califes Rashidine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Rashidun.

Suite à la disparition de Mahomet, quatre califes appelés les Bien Guidés (voir Rashidun) se succédèrent de 632 à 661 pour administrer le califat de Médine. Les quatre successeurs Bien Guidés sont Abû Bakr (632-634), Omar, (634-644), Uthman, (644-656), Ali (656661). Cette période trentenaire fut une phase importante de l'expansion de l'Islam, mais elle souleva aussi une importante question sur les règles de successions qui fut à l'origine d'une division profonde du monde musulman (voir Sunnisme et Chiisme). Abû Bakr, pendant son très court règne est préoccupé par des guerres contre des faux prophètes (voir Riddah) et la répression des révoltes tribales.

Le califat d'Omar marque des victoires décisives sur l'empire byzantin et Sassanides. De nouveaux territoires sont conquis : Syrie, la Palestine, l'Égypte, Mésopotamie, Anatolie et la Perse.

Conquête musulmane[modifier | modifier le code]

L'expansion musulmane durant la période du Califat.
Couleur Rouge foncé : Expansion sous Mahomet (622-632) ; Couleur saumon : Expansion de 632 à 661 ; Couleur sable : Expansion de 661 à 750.
Article détaillé : Histoire de la conquête musulmane.

Guerres contre l'empire Byzantin (632-718)[modifier | modifier le code]

Conquête de la Perse (636-651)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conquête musulmane de la Perse.

La Conquête islamique de l'Iran (637-651) aboutit à la fin de l'empire Sassanide et au déclin de la religion zoroastrienne en Iran (Perse). Au cours des siècles, la plupart des peuples iraniens, en incluant les Persans et les Kurdes se convertirent à l'Islam à partir du zoroastrisme. Cependant, les acquis de la civilisation perse précédente n'ont pas été perdus mais en grande partie absorbée par la nouvelle entité islamique.

Conquête de l'Afghanistan (637-709)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conquête de l'Afghanistan.

Jusqu'à l'arrivée des Arabes en 637, le bouddhisme était présent partout en Afghanistan avec le Zoroastrisme.

Tamerlan engloba l'Afghanistan dans son empire, dont la capitale était Samarcande. Sous ses successeurs, les Timourides, Hérat fut, avec Samarcande, l'un des phares de la période culturelle et artistique brillante, qui couvre le XVe siècle, appelée Renaissance timouride.

Conquête de l'Afrique du Nord (640-709)[modifier | modifier le code]

La Grande Mosquée de Kairouan fondée en 670
Article détaillé : Conquête musulmane du Maghreb.

En 642, les Arabes sont présents à Barqa et à Tripoli ; l’Égypte est conquise, les coptes chrétiens accueillent les Arabes en libérateurs. Al-Fustât est fondée, qui servira de base arrière à la conquête. Omar ibn al-Khattab refuse d’annexer l’Ifriqiya, qu’il considère mufarriqa (perfide), et s’oppose à toute expédition. Il meurt en 644, et Uthmân, dès 647, autorise les premiers raids.

Conquête de l'Asie du Sud (664-712)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Invasions musulmanes en Inde.

Conquête de la péninsule ibérique (711-718)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Conquête musulmane de l'Hispanie.

Fin des conquêtes (718-750)[modifier | modifier le code]

732 À Poitiers, Charles Martel donne un coup d'arrêt à l'invasion musulmane en Gaule.

740-741 Grande révolte berbère kharidjite au Maghreb.

750 La défaite du calife ommeyade Marwan entraîne le massacre de toute sa famille, à l'exception d'Abd al-Rahman qui réussit à gagner l'Espagne pour y constituer en 756 l'émirat de Cordoue[2].

Révolution intellectuelle[modifier | modifier le code]

La révolution intellectuelle débute très rapidement. À partir du VIIIe siècle les intellectuels du Moyen-Orient confrontent leurs convictions en utilisant les sciences et philosophes grecques. Commence alors l'âge d'or de la pensée du Moyen-Orient qui connaîtra son apogée au XIIe siècle. La philosophie, la médecine, les sciences et techniques de la région resteront les plus avancées du monde jusqu'au XIVe siècle.

Trois empires islamiques[modifier | modifier le code]

Article détaillé : période des trois empires.

Empire moghol[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire moghol.

Empire séfévides[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire Séfévide.

Empire ottoman[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire ottoman.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'Islam dans le monde au XXIe siècle. Carte des pays dont la communauté musulmane représente plus de 10 % de la population. En vert les pays à majorité sunnite en rouge ceux à majorité chiite.

Le XXe siècle a apporté des changements radicaux, technologiques et organisationnels à l'Europe, les états islamiques se sont retrouvés moins modernes que les nations occidentales. L’Occident et sa colonisation croissante lui ont permis de dominer le globe économiquement.

Courant doctrinal et juridique : Wahhabisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Wahhabisme.

Le wahhabisme est un courant qui se fonde sur l'enseignement de Mohamed ibn Abd al-Wahhab (1703-1792) ; elle est dérivée du hanbalisme, et se réclame de savants tels qu'Ibn Taymiyyah ou encore Ibn Al Qayyim qui sont eux-mêmes de l'école hanbalite. Cependant ces derniers (ainsi que des savants contemporains) ont fait évoluer, par leur effort d'interprétation, cette école juridique. Le wahhabisme (ou salafiyyah) est à la fois une doctrine et une école méthodologique du fiqh islamique.

Partition des Indes et création du Pakistan[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Partition des Indes.

Partition de la Palestine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Plan de partage de la Palestine.

En novembre 1947, alors que l'idée d'un État-refuge en Terre sainte pour les rescapés de la Shoah s'impose dans l'opinion occidentale, le gouvernement britannique remet son mandat aux Nations unies. La résolution 181 sur le partage de la Palestine est présentée par l'ONU comme solution au conflit entre les Juifs et les Arabes, octroyant, au nouvel État juif, 56 % du territoire. Après plusieurs guerres arabo-israéliennes, les courants sionistes n'ayant pas obtenu la totalité de Jérusalem lors du partage souhaitent l'obtenir par le contournement alors qu'il s'agit d'une ville sainte commune aux trois religions monothéistes[3].

Révolutions iraniennes[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Révolution blanche et Révolution iranienne.

Dynasties musulmanes[modifier | modifier le code]

Al-Andalus, Sicile et Maghreb[modifier | modifier le code]

Égypte[modifier | modifier le code]

Afrique subsaharienne[modifier | modifier le code]

Arabie[modifier | modifier le code]

Anatolie[modifier | modifier le code]

Perse et Asie centrale[modifier | modifier le code]

Inde[modifier | modifier le code]

Asie du Sud-Est[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abdul-Rahman Arabi, L'Islam et la guerre à l'époque du prophète Mahomet, éd. Les Presses de Savoie, 1954, p. 17
  2. Jean-Luc Brunin, L'islam, Vol 39 de la Collection Tout simplement, éd. de l'Atelier, 2003, p. 67
  3. http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/jerusalemdpl2000

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]