Histoire de l'alphabet grec

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alphabets
phénicien et grec
Phénicien Grec
Phoenician aleph.svg ʼāleph Α alpha
Phoenician beth.svg bēth Β bêta
Phoenician gimel.svg gīmel Γ gamma
Daleth dāleth Δ delta
Phoenician he.svg Ε epsilon
Phoenician waw.svg wāw Ϝ digamma
Υ upsilon
Zayin zayin Ζ Zêta
Phoenician heth.svg ḥēth Η êta
Phoenician teth.svg ṭēth Θ theta
Yodh yōdh Ι iota
Phoenician kaph.svg kaph Κ kappa
Lamedh lāmedh Λ lambda
Mem mēm Μ mu
Phoenician nun.svg nun Ν nu
Samekh sāmekh Ξ xi
Phoenician ayin.svg ayin Ο omicron
Phoenician pe.svg Π pi
Phoenician sade.svg ṣādē Page d'aide sur l'homonymie Ϻ san
Qoph qōph Ϙ qoppa
Res rēš Ρ rho
Sin šin Σ sigma
Taw tāw Τ tau
Φ phi
Χ chi
Ψ psi
Ω omega

L’alphabet grec est, historiquement, le premier alphabet utilisé pour écrire une langue indo-européenne. Ce n’est pas une création ex nihilo, car il est dérivé des alphabets utilisés sur la côte de Phénicie, l’alphabet phénicien. Celui-ci est à proprement parler un abjad, un alphabet consonantique. Cependant, vers le IXe siècle av. J.-C., des matres lectionis y apparurent pour indiquer certaines voyelles, surtout des voyelles finales[1].

Premier alphabet à noter véritablement les voyelles, une nécessité pour la transcription des idiomes indo-européens, qui sont essentiellement flexionnels, il a évolué au cours du temps et a donné naissance à de nombreux alphabets ultérieurs. Ce système d'écriture s'est rapidement propagé à l'Est, vers la Phrygie et à l'Ouest, en Eubée. Hors de la Grèce, il fut d'abord adopté par les Étrusques pour transcrire leur propre langue.

L'alphabet grec n'est pas le seul système d'écriture utilisé par les Grecs de l'Antiquité ; en effet, plusieurs siècles avant l'adaptation de l’alphabet phénicien, ils empruntèrent, en le modifiant, le linéaire B aux Mycéniens.

L'origine de l'alphabet selon les Anciens[modifier | modifier le code]

La Grèce antique, dans ses écrits, nous a laissé les témoignages de ses croyances sur l'origine de son écriture.

Homère, le premier, mentionne une écriture grecque lorsqu'il narre la légende de Bellérophon dans L'Iliade (VI, 168–170) :

« πέμπε δέ μιν Λυκίην δέ, πόρεν δ᾽ ὅ γε σήματα λυγρὰ
γράψας ἐν πίνακι πτυκτῷ θυμοφθόρα πολλά,
δεῖξαι δ᾽ ἠνώγειν ᾧ πενθερῷ ὄφρ᾽ ἀπόλοιτο
. »

« Mais [Prœtos] envoya Bellérophon en Lycie, en lui remettant des signes funestes. Sur des tablettes repliées il avait tracé maint trait meurtrier ; il lui donna l’ordre de les montrer à son beau-père, afin qu’ils fussent sa mort. »

— Trad. Paul Mazon

Hécatée de Milet, un logographe (chroniqueur) du milieu du VIe siècle av. J.-C., attribue l'invention de l'écriture grecque à Danaos.

Hérodote[2], au Ve siècle av. J.-C., affirme que l'écriture grecque fut adaptée des Phéniciens. Il affirmait que cet emprunt s'était réalisé par l'entremise d'une colonie phénicienne, les Géphyriens, qui s'installa en Béotie. Les Grecs utilisaient le terme phoinikeia, les choses phéniciennes, pour désigner leur alphabet.

Pour Hyginus, les Parques créèrent cinq voyelles et les consonnes B et T et Palamède Page d'aide sur l'homonymie ajouta onze consonnes. Cet alphabet fut alors transmis en Grèce par Cadmos, venu avec les Phéniciens[3].

Diodore de Sicile dit ceci : Certains attribuent l'invention des lettres aux Syriens, desquels les Phéniciens les apprirent. Ils les communiquèrent aux Grecs lorsqu'ils vinrent en Europe avec Cadmos ; de là vient que les Grecs les appelèrent "lettres phéniciennes". Aux tenants de cette opinion, on répond que les Phéniciens ne furent pas les premiers à inventer les lettres, mais qu'ils en changèrent seulement la forme pour former d'autres caractères, qui ensuite devinrent communs sous le nom de "caractères phéniciens[4].

Plutarque, s'opposant à l'opinion d'Hérodote, affirme que les Géphyriens, et donc l'alphabet, proviennent d'Eubée ou d'Eréthrie[5].

La distinction entre Eta et Epsilon ainsi qu'entre Omega et Omicron, adoptée dans la forme ionienne de l'alphabet grec est traditionnellement attribuée à Simonide de Céos (556-469).

Chronologie de l'adoption de l'alphabet[modifier | modifier le code]

Texte de la Coupe de Nestor (écrit de droite à gauche).

La majorité des spécialistes estime aujourd'hui que l'alphabet phénicien fut adopté par les Grecs au début du VIIIe siècle av. J.-C.[6]. Le plus ancien fragment épigraphique connu date de cette époque (770-750 av. J.-C.)[7]. Les plus vieux textes substantiels trouvés à ce jour sont l'« inscription du Dipylon » et le texte de la « Coupe de Nestor ». Ces deux textes, écrits avec l'alphabet de Cumae (cf. infra) remontent à la fin du VIIIe siècle av. J.-C.

Cependant, certains chercheurs font remonter l'alphabet grec à des dates bien plus anciennes : le XIe siècle av. J.-C. pour Naveh (1973)[8], le XIVe siècle av. J.-C. pour Stieglitz (1981)[9] et même le XVIIIe siècle av. J.-C. pour Bernal (1990)[10]. J. Février considère toutefois que l'alphabet grec ne peut en aucun cas être antérieur au Xe siècle av. J.-C. : avant cette date, les caractères phéniciens n'avaient pas encore tous acquis un graphisme compatible avec les caractères grecs dérivés. Il estime quant à lui l'apparition de ces derniers aux alentours de l'an 900 av. J.-C.[11]

Quoi qu'il en soit, les recherches historiques confirment la thèse de l'origine phénicienne de l'alphabet grec, même si l'hypothèse d'une colonie phénicienne en Grèce est rejetée.

Inscription en boustrophédon - écriture ionienne archaïque. Musée de Hiérapolis, Turquie.

Les Grecs ont conservé les mots désignant les lettres phéniciennes, même s'ils ont remanié leurs formes et leurs appellations. Ainsi, le A phénicien, représentant un bœuf, était nommé « aleph » par ceux-ci. Le A grec, bien qu'ayant varié dans sa transcription, est appelé « alpha » ce qui indique son origine, « alpha » ne signifiant rien de particulier en grec. La plupart des noms de lettres grecques peuvent être expliqués d'une manière similaire. La perte du sens du nom accentua d'ailleurs la modification du mot lui-même.

Un autre indice de l'origine phénicienne est l'ordre des lettres, l'ordre levantin, qui fut conservé entre l'alphabet phénicien et l'alphabet grec. De plus, les plus anciens textes grecs connus sont écrits de droite à gauche, comme tous les abjads sémitiques.

Les alphabets archaïques utilisés en Grèce présentaient des variantes, d'autant plus que le sens d'écriture resta longtemps indécis (de droite à gauche, de gauche à droite et parfois même en boustrophédon) ; néanmoins certains traits communs (la même erreur de nommage de certains noms de lettres par rapport au terme originel, par exemple) indiquent que l'importation dans le monde grec a été un phénomène unique. Par l'étude des alphabets locaux, il est possible d'émettre des hypothèses sur le lieu où cet échange culturel a eu lieu.

La restructuration de l'abjad phénicien[modifier | modifier le code]

Évolution de la lettre A.

La majorité des lettres grecques transcrivaient approximativement les mêmes sons que les lettres phéniciennes. Cependant, comme les autres langues sémitiques, le phénicien comportait plusieurs gutturales (’āleph [ʔ], [h, e, a], ḥēth [ħ], et ‘ayin [ʕ]) sans équivalent en grec. Parmi celles-ci, seule ḥēth [ħ] fut conservée initialement en grec en tant que consonne pour indiquer un H aspiré. Les autres furent réutilisées pour devenir les voyelles alpha, epsilon et omicron. En outre, les matres lectionis waw (ou) et yōdh (i) devinrent respectivement les voyelles upsilon et iota et, dans certains dialectes, les semi-voyelles transcrivant approximativement les sons « w » et « y ».

Les noms des lettres étant acrophoniques, le ‘ayin fut rebaptisé ultérieurement omicron (« petit o ») pour conserver ce principe. Le ṭēth (T emphatique) fut utilisé pour noter le [tʰ] grec. Quant au qōph, il fut utilisé un temps en grec sous le nom de koppa ou qoppa (Ϙ), le temps de passer à l'étrusque et par la suite au latin (Q), mais il fut rapidement abandonné, sauf dans la numération. La lettre dérivée du waw, propre à certains dialectes[12], s'appela d'abord wau, puis fut rebaptisée digamma (par référence à la forme Ϝ, semblable à deux gammas « empilés ») longtemps après sa disparition totale de la langue grecque[13].

Le phénicien connaissait également quatre sifflantes, alors que le grec n'en possède qu'une seule. Le sāmekh, d'abord abandonné, fut ultérieurement réemployé pour noter le son [ks] (ksi). Quant au sigma, il tire son nom du sāmekh, mais son tracé est issu du šin. Une lettre grecque sampi (ϡ), d'origine incertaine, représentant un son proche de [ts] ou [ss], vécut un moment mais ne fut conservée que dans la numération[14].

Quelques nouveaux symboles, tels upsilon, phi, khi et psi furent également ajoutés à la fin de l'alphabet (c'est-à-dire après le tau). L'introduction de consonnes doubles peut s'expliquer par le fait qu'il s'agit là des seules combinaisons de consonnes permises en grec à la fin d'une syllabe. Ainsi, toutes les syllabes se terminent par une voyelle ou une seule consonne.

Alphabets archaïques locaux[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Alphabets grecs archaïques.
Phénicien Phoenician aleph.svg Phoenician beth.svg Phoenician gimel.svg Phoenician daleth.svg Phoenician he.svg Phoenician waw.svg Phoenician zayin.svg Phoenician heth.svg Phoenician teth.svg Phoenician yodh.svg Phoenician kaph.svg Phoenician lamedh.svg Phoenician mem.svg Phoenician nun.svg Phoenician samekh.svg Phoenician ayin.svg Phoenician pe.svg Phoenician sade.svg Phoenician qoph.svg Phoenician res.svg Phoenician sin.svg Phoenician taw.svg
Vert Crétois Greek Alpha 03.svg Greek Beta 16.svg Greek Gamma archaic 1.svg Greek Delta 04.svg Greek Epsilon archaic.svg Greek Digamma oblique.svg Greek Zeta archaic.svg Greek Eta archaic.svg Greek Theta archaic.svg Greek Iota normal.svg Greek Kappa normal.svg Greek Lambda 09.svg Greek Mu 04.svg Greek Nu 01.svg Greek Omicron 04.svg Greek Pi archaic.svg Greek San 02.svg Greek Koppa normal.svg Greek Rho pointed.svg Greek Sigma normal.svg Greek Tau normal.svg Greek Upsilon normal.svg
Rouge Occidental Greek Chi normal.svg Greek Phi archaic.svg Greek Psi straight.svg
Bleu Attique Greek Chi normal.svg
Ionien Greek Xi archaic.svg Greek Psi straight.svg
Ionien classique Greek Eta normal.svg Greek Omega normal.svg
Moderne Α Β Γ Δ Ε Ζ Η Θ Ι Κ Λ Μ Ν Ξ Ο Π Ρ Σ Τ Υ Φ Χ Ψ Ω
Prononciation a b g d e w zd h ē i k l m n ks o p s k r s t u ks ps ō
Distribution des groupes d'alphabets locaux d'après Kirchhoff (1887) :
  •      Vert : crétois
  •      Rouge : occidental
  •      Bleu : attique, ionien
Vase corinthien archaïque : Les noms « Perseus » et « Andromeda » sont inscrits vers la gauche, mais « Ketos » vers la droite. Voir aussi l'orientation du sigma.

Du VIIIe au VIe siècle av. J.-C., des variantes locales de l'alphabet se développèrent. Ces alphabets ont été répartis en trois groupes par Adolf Kirchhoff en 1887 : il distingue les groupes vert (crétois), rouge (occidental) et bleu (attique, ionien et corinthien). Dans ces groupes, les lettres utilisées pour transcrire les sons « ps », « kh » et « ks » sont différentes. Dans les alphabets bleus, « ks » est transcrit par le symbole Ξ, « kh » par Χ et « ps » par Ψ. Dans les alphabets rouges par contre, « ks » est transcrit par Χ, « kh » par Ψ et « ps » n'est pas représenté par un seul signe, mais soit par phi-sigma, soit par pi-sigma, en fonction de la prononciation. Quant au groupe vert, il ne comportait pas ces lettres nouvelles. Dans le groupe rouge, il convient de mentionner particulièrement l'alphabet de Cumae (ou Kymi, en Eubée). Cette écriture est vraisemblablement celle qui donna naissance à l'alphabet latin par l'intermédiaire de l'étrusque.

Ce type d'emprunt n'est d'ailleurs pas unique : plusieurs peuples qui ne parlaient pas le grec, ni même, dans certains cas, une langue indo-européenne, ont utilisé l'alphabet grec et l'ont adapté à leur langue, formant des alphabets dits épichoriques. En Anatolie, c'est le cas des Phrygiens, des Lyciens, des Lydiens et des Cariens. Ces derniers ont la particularité d'avoir conçu un système d'écriture mi-alphabétique (avec des lettres grecques), mi-syllabique[15].

À l'aide de ces variantes et de quelques autres, on s'aperçoit que les alphabets archaïques et les groupes qu'ils forment correspondent aux routes commerciales de la mer Égée. De ces études, il ressort que l'emprunt de l'alphabet au phénicien aurait eu lieu au Liban actuel et que l'alphabet se serait répandu à travers le monde grec, en commençant par l'Eubée et Athènes.

Évolution aux époques classique et hellénistique[modifier | modifier le code]

C’est la variante alphabétique ionienne du groupe bleu qui finit par s'imposer au monde grec. En -403, son usage devint obligatoire à Athènes pour tout document officiel en lieu et place de l'ancienne variante attique. Son usage, trente ans plus tard, s'était étendu vers la Béotie et la Macédoine. À la fin du IVe siècle av. J.-C., il avait gagné la quasi-totalité du monde grec[16]. En -403, l’alphabet ionien avait déjà évolué et utilisait des lettres différentes pour transcrire les e et o longs et courts, la lettre H notant désormais le e long.

Son Vieil attique Ionien
[h] Η ( - )
[ɛː] E Η (eta)
[eː] Ε or ΕΙ ΕΙ
[ɔː] Ο Ω (omega)
[oː] Ο or ΟΥ ΟΥ
[kʰ] Χ Χ (chi)
[pʰ] Φ Φ (phi)
[ks] ΧΣ Ξ (xi)
[ps] ΦΣ Ψ (psi)
Majuscule, Ie ou IIe siècle. Fragment des Éléments d'Euclide sur papyrus.

L'absence de lettre pour l'aspirée [h] ne posait pas de problème en dialecte ionien, mais l'attique connaissait encore ce son. On utilisa alors, à l'initiale, la partie gauche du H ( ├ ) pour indiquer une aspiration et la partie droite pour indiquer son absence. Ces signes seront remplacés ultérieurement par l'esprit rude et l'esprit doux, respectivement[17].

L'introduction des signes diacritiques, des accents et de la ponctuation dans les textes manuscrits est attribuée à Aristophane de Byzance (IIIe ‑ IIe siècle av. J.-C.)[18]. Cependant ces signes n'apparaîtront que très exceptionnellement dans l'épigraphie où l'on ne rencontre guère, de temps en temps, que des points séparateurs de mots ou de phrases, ou des traits horizontaux indiquant des chiffres[19]. Dans les manuscrits, ce n'est qu'au IXe siècle av. J.-C. qu'il commenceront à être largement utilisés.

L’alphabet ionien devint donc d’un usage universel dans le monde hellénistique, se diffusant presque en même temps que la koinè, langue grecque commune. Seules de légères variantes locales subsistèrent sur le plan graphique durant toute l’Antiquité.

Onciale du IVe siècle, page de la bible.

Mais à cette même époque, à côté de la capitale, anguleuse, utilisée en épigraphie, deux styles différents d'écriture se développèrent, adaptés tous deux à l'usage de l'encre et aux supports légers (le papyrus, ou, plus tard, le parchemin et le papier). L'onciale ou majuscule[20], apparue la première, était constituée de grandes lettres droites, similaires aux caractères épigraphiques, mais plus arrondie. Au IIIe siècle av. J.-C., tandis que l'onciale, qui fera preuve pendant de nombreux siècles d'une remarquable stabilité, continuait à être utilisée, surtout pour les livres, une cursive apparut. Celle-ci s'écartera progressivement du modèle oncial, avec des caractères plus petits, plus étirés, plus simples et avec de nombreuses ligatures[21]. Elle était destinée aux autres écrits (lettres privées, documents de la vie quotidienne[22], etc.). Les ligatures, de même que l'avènement d'un sigma final (ς) distinct du sigma normal (σ), avaient d'ailleurs l'avantage de faciliter la lecture, en assurant l'autonomie des mots, que rien ne séparait[23]. Dans la cursive, on distingue trois styles successifs : la ptolémaïque (IIIe ‑ Ier siècle av. J.-C.), la romaine (Ier ‑ IIIe siècle) et la byzantine (à partir du IVe siècle)[24].

Évolution au Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Cursive du VIe siècle (contrat privé) sur papyrus.
Minuscule du Xe siècle. Manuscrit vetustissimus, texte de Thucidides.

Au milieu du IXe siècle, l'onciale fut remplacée, comme écriture de librairie, par une minuscule, comportant des caractères compacts, arrondis, provenant de l'ancienne cursive. Cette innovation se serait produit au monastère du Stoudion de Constantinople. Les manuscrits de cette époque sont appelés les codices vetustissimi (très vieux manuscrits). Par la suite, ce style se développa, empruntant davantage d'éléments encore à la cursive : à partir du milieu du Xe siècle, on parle de codices vetusti (vieux manuscrits), de recentiores (récents) à partir du XIIIe siècle et de novelli (nouveaux) après 1456 (débuts de l'imprimerie)[25].

Minuscule tardive, XVe siècle. Texte d'Aristote.

En même temps que la minuscule, l'écriture grecque médiévale adopta les espaces entre les mots, mais pas immédiatement de manière systématique. Auparavant, les mots se suivaient sans discontinuer ou, plus rarement, ils étaient séparés par un point à mi-hauteur ou un double point. Les accents toniques (aigus, graves et périspomènes), ainsi que les signes de ponctuation furent utilisés progressivement de manière plus régulière. Le iota souscrit (on écrit désormais ῃ et non ηι) fut utilisé avec les voyelles longues à partir du XIIIe siècle.

Dans les manuscrits médiévaux, les anciennes onciales étaient souvent employées conjointement avec les minuscules, pour les titres et pour mettre en relief l'initiale d'une phrase ou d'un paragraphe. Comme en latin, cette habitude fut à la base de l'établissement d'un alphabet bicaméral : les minuscules modernes dérivent de leurs homologues médiévales et les majuscules des onciales. Comme dans les manuscrits occidentaux également, des lettrines furent fréquemment utilisées en début de chapitre.

Les textes imprimés[modifier | modifier le code]

Texte imprimé, extrait d'une édition d'Aristote de 1566.

Les premiers textes imprimés reprirent bien entendu les caractères manuscrits de leur époque, qui, dès lors, ne se modifièrent plus guère. On constate toutefois une diminution progressive de l'usage des ligatures et des abréviations. Pour la numération, on conserva néanmoins la ligature Ϛ (stigma valant sigma + tau) qui avait remplacé le digamma pour figurer le chiffre 6. Tout en gardant l'appellation « stigma », on lui substitue souvent le sigma final, les deux caractères étant proches dans leur graphisme.

L'alphabet actuel[modifier | modifier le code]

Écriture actuelle imprimée, écriture manuscrite ronde et prononciation moderne des noms des lettres.

À l'instar de ce qui s'est produit avec les caractères latins, une nouvelle écriture manuscrite a fait son apparition à côté des caractères imprimés. Certaines lettres y revêtent une forme sensiblement différente.

En 1982, l'orthographe monotonique fut adoptée officiellement. On abandonna donc le système des trois accents (aigu, grave et périspomène) pour ne conserver que l'accent aigu. Le grec avait en effet remplacé depuis longtemps les accents de hauteur par un accent d'intensité. Les aspirations initiales ne se prononçant plus depuis longtemps, les esprits furent également abandonnés.

De manière plus générale, la prononciation du grec a profondément changé au cours d'une évolution entamée dès avant le début de notre ère, essentiellement par iotacisme et monophtongaison. Mais l'orthographe est restée conservatrice : de nombreux sons maintenant identiques continuent à s'écrire de manières différentes. D'autre part, des groupes de consonnes permettent aujourd'hui de noter des sons qui ne sont plus représentés dans l'alphabet mais qui sont présents dans la langue, surtout dans des mots d'origine étrangère. C'est ainsi, par exemple, que le groupe nu-tau (ντ) permet de transcrire le son D, le delta se prononçant aujourd'hui DH ; le groupe mu-pi (μπ) permet d'écrire le son B qui a disparu de l'alphabet depuis que le bêta a évolué vers le son V[26].

Alphabets dérivés de l'alphabet grec[modifier | modifier le code]

L'alphabet étrusque, utilisé dès le VIIe siècle av. J.-C., qui donnera naissance plus tard à l'alphabet latin, est un dérivé du grec, via les colonies de la Grande-Grèce. Il convient de remarquer que l'alphabet utilisé dans ces colonies n'était pas l'alphabet ionien, mais l'alphabet utilisé en Eubée. Ainsi l'écriture étrusque dérive non de l'alphabet grec classique, mais d'un alphabet archaïque de type « occidental ».

L'alphabet gotique, inventé probablement par l'évêque arien Wulfila est une adaptation de l'alphabet grec dans sa graphie onciale.

Les Coptes d'Égypte se sont servis de l'alphabet grec oncial, auquel ils ont ajouté des caractères adaptés du démotique égyptien, pour écrire leur langue : c'est l'alphabet copte.

Au IXe siècle av. J.-C., les moines Cyrille et Méthode adaptèrent ce même alphabet grec, toujours dans sa graphie onciale, pour transcrire le vieux slave, créant ainsi l'alphabet glagolitique, ancêtre du cyrillique.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. M. O'Connor, Epigraphic Semitic Scripts, dans Daniels et Bright, The World's Writing Systems, 1996.
  2. Hérodote, Enquêtes, V, 58.
  3. Hyginus, Fabulae, 277.
  4. Diodore de Sicile, Bibliothèque historique, V.
  5. Plutarque, Œuvres morales, V, 860e, De la malignité d'Hérodote.
  6. N. Stampolidis et V. Karageorghis, The date of the earliest inscribed objects; A.W. Johnston, The alphabet, dans Sea Routes from Sidon to Huelva: Interconnections in the Mediterranean, éd. N. Stampolidis et V. Karageorghis, 2003, 263-76.
  7. Pierre Swiggers, Transmission of the Phoenician Script to the West, dans Daniels et Bright, The World's Writing Systems, 1996.
  8. Joseph Naveh, "Some Semitic epigraphical considérations in the antiquity of the Greek alphabet", American journal of archaeology 77: 1-8 (1973).
  9. Robert R. Stieglitz, "The Letters of Kadmos: Mythology, Archaeology, and Eteocretan", Pepragmena tou Diethnous Kretologikou Synedriou (Héraklion, 29 août – 3 septembre 1976), Athènes, 1981.
  10. M. Bernal, Cadmean Letters: The Transmission of the Alphabet to the Aegean and Further West Before 1400 B.C., Eisenbrauns, 1990, ISBN 0-931464-47-1.
  11. J. Février, Histoire de l'écriture, Payot, 1984, p. 395 et ss.
  12. En mycénien, en grec de Laconie, Béotie et Chypre. Voir digamma.
  13. Au IIe siècle av. J.-C. au plus tard. Cf. digamma.
  14. J. Février, Op. cit., p. 388 ss.
  15. J. Février, Op. cit., p. 410-417.
  16. J. Février, Op. cit., p. 401.
  17. Voir Diacritiques de l'alphabet grec et J. Février, Op. cit., p. 406.
  18. J. Février, Op. cit., p. 407.
  19. Voir numération grecque.
  20. Le terme prête à confusion, ce qui entraîne des contradictions apparentes entre les sources : J. Février et ses prédécesseurs utilisent le terme « onciale » pour désigner cette écriture dès l'époque hellénistique. Elle en présente en effet toutes les caractéristiques. Cependant, aujourd'hui, on tend à réserver le terme « onciale » à sa forme médiévale, contemporaine de l'onciale latine (à partir du IIIe siècle après J.-C.), et à utiliser le terme majuscule pour sa forme antérieure. Mais cette appellation peut amener d'autres confusions (« majuscule », par opposition à « minuscule », qui n'apparaît au sens propre qu'au IXe siècle).
  21. Une liste de celles-ci est disponible sur [1], p. 16. D'après B. A. Van Groningen, Short manual of Greek palaeography, Leyden, 1955, p. 31-45.
  22. J. Février, Op. cit., p. 404 ss.
  23. J. Février, Op. cit., p. 406.
  24. G. Bady, Paléographie grecque, éléments de cours", Univ. Lyon, 2001, p. 13.[2]
  25. Paul Hansall, Glossary of Terms Used in Paleography - A. Dain, Les manuscrits, Paris, 1949.
  26. Cf. Grec moderne, écriture et prononciation.