Histoire de l'œil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Histoire de l'œil est un roman de Georges Bataille, édité clandestinement pour la première fois en 1928, sous le pseudonyme de Lord Auch, qui décrit les expériences sexuelles de deux adolescents et leur perversité croissante.

Versions[modifier | modifier le code]

  • Histoire de l'œil par Lord Auch, 1928, illustrée de huit lithographies anonymes (André Masson), sans nom d'éditeur (René Bonnel), sur des maquettes de Pascal Pia, tirée à 134 exemplaires. Il s'agit de la version originale.
  • Histoire de l'œil, nouvelle version, par Lord Auch, dite de « Séville 1940 », juillet 1947, illustrée par six gravures à l'eau-forte et au burin par Hans Bellmer, sans nom d'éditeur (K. éditeur), ni d'illustrateur, tirée à 199 exemplaires.
  • Une troisième édition, datée de 1941 et dite de « Burgos » (lieu d'édition présumé), sans mention de nom d'éditeur (Jean-Jacques Pauvert), paraît en 1951, toujours sous le pseudonyme de Lord Auch, sans illustrations et tirée à 500 exemplaires, non destinés au commerce et réservés à des souscripteurs. Cette édition reprend le texte de la « nouvelle version » de 1947.

Ce n'est qu'après la mort de Bataille, en 1962, que ce récit sera publié sous le nom de son véritable auteur, par Jean-Jacques Pauvert, sans que Bataille ait lui-même officiellement reconnu la paternité de ce livre.

La plupart des éditions courantes reprennent le texte de la seconde version (1947), à l'exception du tome I des Oeuvres complètes de Georges Bataille (Gallimard, 1970), de l'édition présentée par Marie-Magdeleine Lessana (Pauvert, 2001) et de l'édition des Romans et récits dans la Bibliothèque de la Pléiade (Gallimard, 2004), qui offrent en regard les deux versions du texte. Ces détails éditoriaux ont leur importance car il y a un écart considérable entre la première version (1928) et la « nouvelle version » (1947), tant au niveau du texte que de la facture très différente des illustrations de Masson et Bellmer. L'édition de la Pléiade donne les deux versions avec leurs illustrations ; mais celle présentée par Marie-Magdeleine Lessana offre une reproduction à l'identique de ce que furent les éditions originales.

Autres illustrations de Histoire de l'œil:

  • par le peintre italien Gastone Novelli (it), qui connut Bataille à Paris, et a publié trois séries de dessins inspirés par ce récit dans son livre Histoire de l'œil. Viaggio in Grecia. Hilarotragoedia (Dalai Editore, 1999);
  • par le peintre et dessinateur japonais Kuniyoshi Kaneko (né en 1936), également illustrateur de Madame Edwarda, dans une édition japonaise du récit de Bataille, publiée en 1976 (une nouvelle édition, en 1997, est complétée par de nouveaux dessins);
  • par le dessinateur italien Guido Crepax (1933-2003), dans l'édition italienne intitulée Storia dell'occhio (ES, 2011).

Genèse de l'œuvre et analyse[modifier | modifier le code]

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • Une première adaptation cinématographique, confidentielle, du récit fut réalisée par un couple de sexologues américains, les Kunhausen, et la veille même de sa mort, le 7 juillet 1962, Georges Bataille, alias Lord Auch, fut convié par son ami Jacques Pimpaneau à son visionnage[1].
  • 1974: Simona, film français réalisé par Patrick Longchamps, d'après Histoire de l'œil de Bataille

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roland Barthes, « La Métaphore de l'œil », Critique, n° 195-196, 1963, p. 770-777 (repris dans Essais critiques, Éditions du Seuil, 1964).
  • Jean-Louis Cornille, « Histoire/deuil », Bataille conservateur - Emprunts intimes d'un bibliothécaire, L'Harmattan, 2004, p. 59-79.
  • Gilles Ernst :
    • Georges Bataille. Analyse du récit de mort, PUF, 1993.
    • « Histoire de l'œil », notice in Romans et récits de Georges Bataille, La Pléiade, Gallimard, 2004, p. 1001-1034.
  • Brian T. Fitch, « Histoire de l'œil. Le Texte ludique », Monde à l'envers, texte réversible. La fiction de Georges Bataille, Minard, « Situation », no 42, 1982, p. 53-75.
  • Lina Franco, Georges Bataille. Le Corps fictionnel, L'Harmattan, 2004.
  • Patrick French, The Cut : Reading Georges Bataille's Histoire de l'œil, Oxford University Press, 1999.
  • Michel Leiris, « Du temps de Lord Auch », L'Arc, n° 32, 1967, p. 3-10.
  • Marie-Magdeleine Lessana, « De Borel à Blanchot, une joyeuse chance, Georges Bataille », présentation de Histoire de l'œil et Madame Edwarda, Pauvert, 2001.
  • Christian Limousin, « Lecture de Bataille - la flèche / l'œil », Encres vives, n° 70-71, hiver 1971, p. 26-30.
  • Anne Malaprade : « L'œil bande », Sexe et Texte. Autour de Georges Bataille, textes réunis par Jean-François Louette et Gilles Ernst, Presses Universitaires de Lyon, 2007.
  • Chakè Matossian :
    • « Histoires de l'œil », Furor, no 17, octobre 1987, repris dans Georges Bataille, une autre histoire de l'œil, catalogue de l'exposition des Sables-d'Olonne, 1991, Cahiers de l'Abbaye Sainte-Croix, no 69, 1991, p. 31-47.
    • « Le Rat et l'Œuf (Bataille, l'Histoire de l'œil et le clin d'œil de Valdès Leal) », La Part de l'œil, n° 10 (« Bataille et les arts plastiques »), 1994, p. 127-138.
  • Gilles Mayné :
    • Pornographie, violence obscène, érotisme, Descartes et Cie, 2001.
    • Georges Bataille, l'érotisme et l'écriture, Descartes et Cie, 2003.
  • Luc Richir, « La part de l'œil », La Part de l'œil, n° 10 (« Bataille et les arts plastiques »), 1994, p. 141-152.
  • Michel Surya :
    • Georges Bataille, la mort à l'œuvre, Librairie Séguier, 1987 ; nouv. éd. Gallimard, 1992, p. 125-136.
    • « Georges Bataille, histoire d'un trompe-l'œil », L'Enfer de la Bibliothèque. Éros au secret, dir. Marie-Françoise Quignard et Raymond-Josué Seckel, catalogue d'exposition, BNF, 2007, p. 370-391.
  • Vincent Teixeira : « L'œil de Gilles de Staal ou l'impossible Bataille », Fukuoka University Review of Literature, vol. XLIII, n° 2, septembre 2011, p. 425-444.[1] [PDF].
  • Vincent Teixeira : « L'œil à l'œuvre : Histoire de l'œil et ses peintres », Les Cahiers Bataille, no 1, éditions Les Cahiers, octobre 2011, p. 197-219.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Francis Marmande, Le pur bonheur, Georges Bataille, Lignes, 2011, p. 249

Liens externes[modifier | modifier le code]