Histoire de Madrid

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Allégorie de la ville de Madrid (1809), par Goya.

Cet article traite de l'histoire de Madrid (Espagne).

Biface acheuléen trouvé à Madrid (200 000 ans BP, M.A.N.)

Époques préhistorique et romaine[modifier | modifier le code]

Il existe des découvertes archéologiques qui montrent l'existence d'une présence humaine sur les terrasses de la rivière Manzanares depuis le Paléolithique. Cependant, il n'existe pas de preuves de l'existence d'un peuplement fixe durant les époques romaine et wisigothique. Malgré tout, à Carabanchel se trouvait un relais de poste (en latin, mansio) appelé Miacium, qui était situé sur la voie qui allait de Titulcia à Ségovie.

Origine[modifier | modifier le code]

Domination musulmane[modifier | modifier le code]

Vestiges de la muraille musulmane (IXe siècle).

La première trace historique de ce qu'est aujourd'hui la cité de Madrid, date de l'époque de la domination musulmane, concrètement à la fin du IXe siècle, quand l'émir cordouan Muhammad Ier (852-886) dresse une forteresse sur un promontoire près de la rivière du Manzanares, en un lieu occupé actuellement par le palais royal. La fonction de cette forteresse est de surveiller les cols de la sierra de Guadarrama pour protéger Tolède, l'antique capitale wisigothe. Également celle de Ribat, c’est-à-dire, le point de rassemblement et de départ des campagnes contre les royaumes chrétiens du nord. Par exemple, en 977, Almanzor commence sa campagne à Madrid. Quand le califat de Cordoue se désintègre, Madrid fait partie du royaume taifa de Tolède.

À proximité de cette fortification, fut créée une petite enclave connue sous le nom de Mayrit (pour les chrétiens Magerit) laquelle fut l'objet de plusieurs attaques des rois chrétiens durant la Reconquête, par exemple, Ramiro II de León essaie de l'occuper en 932.

Lorsque Alphonse VI de León se rend à Tolède entre 1083 et 1085, la cité passe aux mains des chrétiens sans lutte, comme divers autres villages du royaume de Tolède.

Reconquête chrétienne[modifier | modifier le code]

La cité est repeuplée par des chrétiens, sans que soit expulsée sa population juive et musulmane (même si quelques-uns des édifices religieux musulmans sont réquisitionnés, comme la grande mosquée, transformée en église sous le patronage de Sainte-Marie).

De cette époque ancienne de domination chrétienne datent les cultes des patrons de Madrid : la découverte d'une statue de la Vierge dans la muraille extérieure le 9 novembre 1085. Cette statue est celle de la Vierge de la Almudena, patronne de Madrid. San Isidro naît vers 1082 et meurt le 30 novembre 1172. C'est le saint patron de la Ville et il eut une grande dévotion à la Vierge de la Almudena.

Madrid se transforme en une ville castillane et en une commune libre liée à la couronne (ville du domaine royal) et dont les privilèges sont confirmés en 1123 par une Carta de Otorgamiento (charte de Privilèges), donnée par Alphonse VII) et en 1222 (fuero promulgué durant le règne de Alphonse VIII de Castille, lequel met sous la juridiction de Madrid trois sexmos ou départements ruraux:

  • Sexmo de Vallecas, formé par Vallecas, Vicálvaro, Ambróz, Coslada, Rivas, Vaciamadrid, Velilla, Rejas, Canillas, Hortaleza, Chamartín, Fuencarral et Fuentelfresno.
  • Sexmo de Villaverde, formé par Villaverde, Getafe, Fuenlabrada, Torrejón de la Calzada, Casarrubios, Humanejos et Perales.
  • Sexmo de Aravaca, formé par Aravaca, Las Rozas, Majadahonda, Boadilla, Alcorcón, Leganés, et los Carabancheles Yuso et Suso (Alto et Bajo) à l'exception du château et terre l'entourant appartenant à l'Ordre de Santiago depuis 1206.

De cette manière, Madrid tiendra sous sa juridiction les terres et monts de Madrid ainsi qu'une partie de la Sierra. À cette époque on construit la seconda muraille de Madrid (connue comme muraille chrétienne).

Durant la première moitié du XIVe siècle, l'importance de la localité augmente à cause de sa situation stratégique sur les voies de transhumance qui commencent à se stabiliser et qui relient les plateaux nord et sud. De fait, aux Cortes de Alcalá de 1348, Alphonse XI, fixe à vingt quatre le nombre de cités ayant le droit d'être représentées aux Cortes de Castille, et la ville de Madrid est une d'elles; quand Juan II réduit le nombre à dix huit, il maintient son droit de représentation. Également à cette période, l'archevêque de Tolède et conseiller privé du roi, don Gil de Albornoz, la convertit en archiprêtré, séparant son administration religieuse de Alcalá de Henares. En la seconde moitié du siècle, les monarques de la dynastie Maison de Trastamare (Henri III, Jean II et Henri IV) fréquentent la ville pour pratiquer la chasse. Le dernier d'entre eux maintient une maison (dans l'actuelle rue de Santa Clara), qui se convertit durant son règne en une des résidences habituelles du roi de Castille. Notons le fait que les Cortes de Castille se réunissent jusqu'à trois fois dans la ville de Madrid durant cette période, preuve de la prédilection spéciale de la dynastie Trastamare pour la cité.

Durant le XVe siècle, la ville continue à croître pour atteindre environ 5 000 habitants à la fin du siècle. Les faits saillants les plus importants seront la reconnaissance de Madrid comme cité avec une représentation aux Cortes et l'expulsion des juifs en 1492 suivie par la destruction du ghetto de Lavapiés.

Guerre des Communautés de Castille[modifier | modifier le code]

Durant l'année 1520, le malaise des cités castillanes face à Charles I va en s'accroissant. Pendant les cortes convoquées d'abord à Saint-Jacques-de-Compostelle et ensuite à La Corogne, plusieurs cités, dont Madrid, refusent de voter les subsides que le roi réclame pour financer le couronnement impérial en Allemagne. Finalement, les Communautés de Castille se soulèvent en armes dans plusieurs cités.

Madrid se joint au mouvement et unit ses troupes sous le commandement de Juan de Zapata. Celui-ci, avec les capitaines communautaires Juan Bravo (Ségovie), Juan de Padilla (Tolède) et Francisco de Maldonado (Salamanque) représente les castillans soulevés devant la reine Jeanne I à Tordesillas, où elle était recluse.

Nonobstant, le soulèvement prend fin en juin 1521, quand, après la déroute des troupes communautaires à Villalar et un siège, l'armée royale entre dans Madrid.

La Capitale et les Habsbourgs[modifier | modifier le code]

Après avoir étouffé la révolte communautaire, Charles Quint se montra généreux avec Madrid et lui concède les titres de Coronada e Imperial (Couronnée et Impériale), commençant la transformation du vieil alcazar arabe.

En juin 1561, quand la ville comptait déjà 30 000 habitants, Philippe II transporte la cour de Tolède à Madrid, l'installant dans l'antique alcazar. Les raisons que l'on donne pour ce transfert sont très variées: parmi elles, on trouve la nécessité de séparer la Cour de l'influence du puissant archevêque de Tolède, et la grande tristesse de la jeune reine Isabelle de Valois, manquant d'air entre les murs du sévère alcazar tolédan. Il était urgent pour son époux de trouver un nouveau siège pour la Cour. Le microclimat madrilène, plus suave que celui de Tolède, la situation géographique et son magnifique environnement naturel, ont fait de la ville une candidate très appropriée. À la suite de ce choix, la ville de Madrid est devenue un centre politique de la monarchie[1].

Résultat de l'arrivée de la cour, la population de la cité commence à croître à un rythme accéléré. Sont construits des édifice nobles, des églises et des couvents. Les plus remarquables sont ceux fondés par le roi, comme le Monastère de la Encarnación et celui de las Descalzas Reales. On tombe la vieille muraille et, en 1566, on en reconstruit une nouvelle, la troisième de son histoire. Arrivent dans la capitale des gens pour satisfaire les besoins de la cour, ainsi qu'un nombre incalculable de prétendants, aventuriers, aspirants aux charges, fripons... qui ont été décrits par la littérature du siècle d'or. La politique du roi donne une physionomie spéciale à la cité  : il déclare qu'à cause du manque de lieux habitables convenables pour ses nobles et conseillers, sont expropriés les seconds étages des maisons, qui deviennent propriété royale. La conséquence de cette directive est que toutes les nouvelles constructions n'ont plus qu'un seul étage, avec un patio et une grille, et un second étage caché à la vue des conseillers municipaux de la ville. En 1562, Philippe II achète les champs et les jardins de ce qui plus tard sera la Casa de Campo, cela pour servir de réserve de chasse. Au moment de l'unification avec le Portugal, en 1580, Philippe passe trois ans à Lisbonne puis retourne à Madrid. Braudel s’appesantira longtemps sur ce choix qui change la face du monde. Le retour à Madrid marque en effet la volonté d'une politique plus continentale et européenne alors que l'installation dans la capitale portugaise signifit une politique plus ultra-marine, davantage tournée vers les colonies.

En 1601, Philippe III, suivant les conseils de son favori, Francisco Goméz de Sandoval y Rojas, duc de Lerma, ordonne le 11 janvier 1601 le transfert de la cour à Valladolid, où elle reste cinq ans. Le 4 mars 1606, la cour revient à Madrid. Après ce retour, Philippe III prend des décisions qui auront un fort impact pour l'aspect futur de la cité: en 1616 il ordonne la construction de la Plaza Mayor et en 1618 il achète et agrandit avec des jardins et des fontaines les terrains qui actuellement constituent le Parc du Retiro[2].

Son fils et successeur, Philippe IV, ordonne de construire, en 1625, la quatrième muraille de Madrid, qui se maintiendra jusqu'au milieu du XIXe siècle. Durant le règne de Philippe IV, Madrid a vécu une période exceptionnelle de splendeur culturelle, avec la présence dans la ville de génies de la taille de Cervantes, Quevedo, Góngora, Velázquez, Lope de Vega ou Calderón de la Barca.

Pendant la dynastie des Habsbourg, la ville subit une transformation fondamentale. Le noyau médiéval (autour de l'actuelle rue de Segovia) est translaté vers le voisinage de l'Alcazar rénové. On construit tous les édifices nécessaires pour l'administration de la Monarchie Hispanique: la Ceca (Hôtel de la monnaie) (sur l'actuelle place de l'Orient), le Palais de los Consejos (actuelle Capitanía General), la Cárcel de Corte (actuel siège du Ministère des Affaires Exterieures), etc.

Les premiers Bourbons[modifier | modifier le code]

Façade nord de le Palais Royal (173864; 1778).

À la mort de Charles II, éclate la Guerre de Succession d'Espagne, dans laquelle Madrid soutient les prétentions de Philippe d'Anjou dès le début ; mais la ville est occupée par des armées anglo-portugaises qui proclament roi l'archiduc Charles d'Autriche sous le nom de Charles III en 1706. En 1710, Madrid reste fidèle à Philippe V.

Philippe V entame les premières étapes d'une réforme de l'urbanisme de la capitale. Les transformations urbaines ont commencé pendant la magistrature du Marquis de Vadillo (1715-1730) dans la périphérie sud-ouest de la cité. Sous la direction de Pedro de Ribera, est construit le Pont de Tolède et son accès. On aplanit la rive gauche du Manzanares où on élève l'église de la Vierge du Port. En même temps, on commence la construction du palais royal, dont les travaux débutent en 1738 à la place de l'ancien alcazar, détruit par un incendie en 1734 (de toute façon, l'austérité excessive de l'alcazar ne plaisait pas du tout au roi, habitué à la cour française). La construction du palais a été confiée à Juan Bautista Sachetti et s'est prolongée jusqu'au règne de Charles III (en 1764), avec l'intervention des architectes Sabatini et Ventura Rodríguez.

Après les réformes de Ferdinand VI, qui commanda la construction du Couvent de las Salesas Reales, arrive au trône Charles III, qui sera connu comme le meilleur maire (alcalde) de Madrid. Charles III s'est proposé de faire de Madrid une capitale digne de ce nom, avec la construction de promenades, la création de systèmes d'égouts et d'éclairage public, le pavement des rues et en ornant la cite de monuments. On commence également la construction de cimetières en dehors de la cité au lieu d'être dans les églises et les couvents.

En plus d'être connu comme un des plus grands bienfaiteurs de Madrid, ses débuts ne furent pas de tout repos, étant donné qu'en 1766 il eut à faire face au soulèvement d'Esquilache, un mouvement traditionaliste inspiré par la noblesse et le clergé contre les tendances rénovatrices qu'amenaient Charles III et son ministre le marquis d'Esquilache. Le prétexte en était le décret sur l'habillement qui ordonnait le raccourcissement des capes et l'interdiction de l'usage des chapeaux qui cachaient les visages.

De son règne datent la Basilique de San Francisco el Grande (1761-1770); la Casa de Correos, actuel siège de la Présidence de la Communauté autonome de Madrid (1766-1768); la Casa Real de la Aduana, actuel siège du Ministère des Finances (1769), la Porte d'Alcalá (1769-1778) ou le Palais de Benavente, actuel Ministère de la Défense (1777).

D'autres faits saillants sont l'ouverture au public du Parc du Buen Retiro (1761); le début des travaux du Salón del Prado (1775) (ce qui plus tard deviendra le Paseo del Prado avec les fontaines de Neptune, Apollon et Cybèle) ou du Musée du Prado, conçu pour être un Cabinet d'Histoire Naturelle (1785); la reconstruction de l'Hôpital Général, actuellement Musée National Centre d'Art Reina Sofia (1776) ou la création du Jardin Botanique (1781), en remplacement de celui plus ancien de Migas Calientes. Également avance le projet de la Cuesta de San Vicente (1767-1777) et on construit la calle Real (rue Royale).

Le règne de Charles IV, au milieu des cataclysmes qui touchent l'Europe, n'est pas très marquant pour Madrid. L'unique fait à mentionner est le début du remodelage définitif de la Plaza Mayor (1790).

La population de la cité croit avec le progrès et la paix qui accompagnent l'arrivée sur le trône de Ferdinand VI. En 1787, on réalise le premier recensement officiel de la cité, qui donne un chiffre de 156.672 habitants pour la ville.

Cependant, la cité, enfermée par l'enceinte de 1625, ne peut croître au même rythme. Cela fait monter les prix des habitations. Par conséquent on construit dans tous les recoins disponibles, augmentant ainsi l'insalubrité et l'entassement. Malgré tout, la population la plus défavorisée ne peut aspirer même à un misérable taudis à l'intérieur de l'enceinte et va s'établir au dehors. Des faubourgs misérables surgissent au sud de la cité, comme ceux de Injurias et Peñuelas, et un moins défavorisé au nord, le faubourg de Chamberí.

Guerre d'Indépendance[modifier | modifier le code]

Charge des Mamelouks. Francisco Goya. Musée du Prado

Le 27 octobre 1807, Charles IV et Napoléon signent le Traité de Fontainebleau, qui autorise le passage des troupes françaises par le territoire espagnol pour rejoindre les troupes espagnoles et envahir le Portugal (pays qui avait refusé d'appliquer le blocus international contre l'Angleterre). En février 1808, Napoléon, avec l'excuse que le blocus contre l'Angleterre n'était pas respecté par tous les ports espagnols, envoie une puissante armée aux ordres de son beau-frère le général Murat. En marge du traité, des troupes françaises entrent en Catalogne pour occuper les places qu'elles rencontraient à leur passage. De cette manière, en février et mars 1808, des cités comme Barcelone et Pampelune restent sous domination française.

Pendant que tout cela se passait, le 17 mars 1808 eut lieu le Soulèvement d'Aranjuez, lors duquel le prince héritier, Ferdinand VII, écarte son père du trône et occupe son poste. Cependant, quand Ferdinand VII retourne à Madrid, la cité se trouve déjà occupée par Murat ; de fait autant le roi que son père se trouvent virtuellement prisonniers de l'armée française. Napoléon, profitant de la faiblesse des Bourbons espagnols, les oblige tous les deux, d'abord le père puis le fils, à le rejoindre à Bayonne. Ferdinand VII arrive à Bayonne le 20 avril.

En l'absence des rois, la situation se fait de plus en plus tendue dans la capitale. Le 2 mai, la foule commence à affluer devant le palais royal. Elle voit comment les soldats français font sortir du palais les membres de la famille royale qui s'y trouvaient encore. Lorsque les français forcent l'infant Francisco de Paula à partir, la multitude se lance à l'assaut des carrosses au cri de ¡Que nos lo llevan! (Ils nous l'enlève). Les soldats français tirent sur la foule. La lutte durera pendant des heures et s'étendra à tout Madrid. Les militaires espagnols, victimes de la confusion institutionnelle ambiante, restent passifs dans leurs casernes. Seul le parc d'Artillerie situé dans le Palais de Monteleón prend finalement les armes contre les français, sous la direction des capitaines Luis Daoíz y Torres et Pedro Velarde Santillán. Après avoir repoussé une première offensive française commandée par le général Lefranc, ils meurent en luttant héroïquement contre les renforts envoyés par Murat. Peu à peu, les foyers de résistance tombent. Des centaines d'espagnols, hommes et femmes, et des soldats français meurent dans cette affrontement. Le tableau de Goya La Carga de los Mamelucos reflète la lutte de rue qui eut lieu ce jour-là.

La répression est cruelle. Dans le Salón del Prado et dans les champs de La Moncloa, on fusille par centaines des patriotes, en application du décret de Murat contre tout espagnol qui porte des armes. Le tableau El Tres de Mayo de 1808 en Madrid : los fusilamientos en la montaña del Príncipe Pío, de Goya, illustre la répression qui mit fin au soulèvement populaire du Dos de Mayo.

Pendant ce temps à Bayonne, Napoléon maintient isolés les membres de la Famille Royale. Le 6 mai 1808, Ferdinand VII ayant subi des menaces de mort, rend la couronne à son père. Celui-ci auparavant, l'avait cédée à Napoléon qui l'avait attribuée à son frère aîné, Joseph Bonaparte. Ce sont les Abdications de Bayonne. Le 7 juillet, Joseph est couronné, prête serment devant les cortes réunies à Bayonne et devient Joseph I. Joseph se met ensuite en chemin vers Madrid, où il arrive le 20. À peine dix jours plus tard, il abandonne la cité, après la déroute française dans la bataille de Bailén.

Cependant, après la déroute espagnole à la bataille de de Somosierra (30 novembre 1808), les troupes françaises entrent à nouveau dans Madrid.

Joseph I Bonaparte (1808-1813) essaie d'appliquer un programme réformiste, avec l'aide de ceux que l'on appelle afrancesados. Dans cet esprit là, il ordonne la destruction de couvents et d'églises dans les zones saturées de Madrid pour les transformer en places et voies publiques (pour cela le peuple de Madrid le surnomma le Roi des Squares). C'est ainsi que sont nées les places de Santa Ana, las Cortes, Mostenses, San Martín ou Ramales, remplaçant les emplacements des couvents détruits. Cependant, le projet le plus ambitieux fut la création d'une grand place à côté de la façade orientale du palais royal, au prix de la destruction d'un grand nombre de maisons et de quelques autres édifices (Casa del Tesoro et Couvent de San Gil). Aujourd'hui, nous la connaissons sous le nom de Place de l'Orient. Joseph Bonaparte ne verra pas la fin de ce projet, que l'on continuera en 1817 sous le règne de Ferdinand VII. La création des premiers cimetières en dehors de la cité est également due à Joseph Bonaparte (Cimetières Généraux du Nord de du Sud). Il n'y eut plus d'enterrements dans les églises et dans les couvents.

La libération de la cité se soldera par la destruction d'ensembles précieux, comme le palais du Buen Retiro. De ancien palais, seuls ne restent que le Salón de Reinos (actuel Musée de l'armée) et le Salón de Baile (actuel Casón del Buen Retiro).

Le XIXe siècle et la Restauration[modifier | modifier le code]

La Guerre d'indépendance déboucha sur un nouveau pays, en dépit des derniers soubresauts absolutistes du règne de Ferdinand VII, avec un caractère libéral et bourgeois, ouvert aux influences venues du reste de l'Europe. Madrid, la capitale de Espagne, subit comme aucune autre cité les transformations entrainées par cette ouverture. Elle se remplit de théâtres, cafés et journaux. C'est le Madrid romantique, altéré fréquemment par des poussées révolutionnaires et des pronunciamientos (comme par exemple, le pronunciamiento de Vicálvaro de 1854 du général O'Donnell, qui a marqué le début du bienio progresista).

Mais ce ne sont pas seulement les cafés et théâtres qui vont changer la physionomie de la cité. En 1836 se crée l' Universidad Central, née du transfert définitif de l'ancienne université d'Alcalá de Henares dans la capitale. En 1850 est inauguré le palais des Cortes, actuel Congreso de los Diputados et le 9 février 1851 le chemin de fer Madrid-Aranjuez, la seconde voie de la péninsule. Vers 1858 l'approvisionnement en eau de la capitale se rationalise, par la construction du Canal de Isabel II, qui amène l'eau de Lozoya à Madrid.

En ce qui concerne le tracé de la cité, Madrid n'a pas subi de transformation significative jusqu'au milieu du XIXe siècle, époque pendant laquelle ont été démolis des couvents et ont été ouvertes de nouvelles rues et places, à la suite de la vente des biens monastiques de Mendizábal (1834-1855). Le premier accroissement significatif de la cité s'est produit vers 1860, quand la bourgeoisie obtient la démolition de l'enceinte de Philippe IV, grâce au plan Castro et la réalisation des nouveaux quartiers. À partir de la restauration de Alphonse XII, la cité va acquérir un autre caractère, reflété dans les romans et écrits de Pérez Galdós et Pío Baroja. Madrid dépasse alors les 400 000 habitants. Conséquence de l'expansion de la cité, on commence à créer les premiers moyens de transport public. En 1871 sont ouvertes les premières lignes de tramway, qui unissent la Puerta del Sol aux quartiers plus éloignés du centre.

Au début du XXe siècle, Madrid conserve plus les caractéristiques d'une ville ancienne que celles d'une cité moderne. Durant le premier tiers du XXe siècle, la population madrilène double pratiquement et finit par dépasser les 950.000 habitants. La nécessité d'infrastructures que cette croissance impose, ont entrainé l'absorption, suivant les voies de communication radiales, de noyaux de population, jusqu'alors séparés de Madrid: vers le sud-ouest les Carabanchels (Alto et Bajo); vers le nord, Chamartín de la Rosa, par la route de Valence, Vallecas; par la route de l'Aragon, Vicálvaro et Canillejas et par la route de Burgos, Fuencarral. De nouveaux faubourgs comme las Ventas, Tetuán ou el Carmen accueillent le prolétariat nouvellement arrivé, pendant que dans les nouveaux quartiers s'installe la bourgeoisie madrilène.

Le début du siècle est une époque de développement du terrorisme anarchiste. Le 31 mai 1906 Alphonse XIII contracte mariage avec Victoria Eugenia de Battenberg. Quand le cortége se dispose à sortir dans la calle Mayor, depuis le numéro 88, l'anarchiste Mateo Morral lance une bombe camouflée dans un bouquet de fleurs. Le couple royal est indemne mais l'explosion provoque un massacre autour du carrosse. En 1912, l'anarchiste Manuel Pardiñas assassine le président du gouvernement, José Canalejas, de trois coups de feu devant la librairie San Martín, en pleine Puerta del Sol.

Les années 1920 furent des années de prospérité, qui se traduisent par l'ouverture de la Gran Vía, dans le but de décongestionner le centre ancien ou le projet d'urbanisme moderne de Arturo Soria dans la Ciudad Lineal et par l'extension du métro, dont la première ligne (Sol-Cuatro Caminos) avait été inaugurée en 1919.

La Seconde République et la Guerre Civile[modifier | modifier le code]

La Dictature Franquiste[modifier | modifier le code]

Durant les années 1940 et 1950, Madrid a absorbé treize communes limitrophes (en 1947, Chamartín de la Rosa; en 1948, Carabanchel Alto et Carabanchel Bajo; en 1949, Barajas de Madrid, Hortaleza, Canillas, Canillejas et Aravaca; en 1950, Vicálvaro, Fuencarral, Vallecas et El Pardo; en 1954, Villaverde), faisant passer sa superficie de 66 km² à 607 km². Le Plan de Ordenación del Área Metropolitana, approuvé en 1963, marque le début de la tendance à dévier la concentration de population de Madrid vers des communes métropolitaines comme Alcobendas, Alcorcón, Coslada, Fuenlabrada, Getafe, Leganés, Móstoles, San Sebastián de los Reyes et San Fernando de Henares.

La Démocratie[modifier | modifier le code]

Les attentats qui ont touché Madrid le jeudi 11 mars 2004 constituent une série d'attentats meurtriers condamnés par la communauté internationale comme étant un acte de terrorisme. Plusieurs explosions de bombes, posées par des islamistes marocains, se sont produites dans des cercanías (trains de banlieue) à Madrid (Espagne) le matin du 11 mars 2004.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Lucas Dubreton, Madrid : villes et pays, Fayard,‎ 1962, p. 26
  2. (en) Jules Stewart, Madrid : The History, I.B.Tauris,‎ 2013, p. 57

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]