Histoire d'Athènes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vue d’Athènes depuis l’Acropole (au fond le mont Lycabette)

L’histoire d’Athènes offre un vaste champ d'investigation aux spécialistes, vu le très grand nombre de documents arrivés à leur connaissance.

Athènes a été habitée sans interruption pendant au moins 3 000 ans. Au Ier millénaire av. J.-C., elle est devenue une des principales villes de la Grèce antique et ses accomplissements culturels durant le Ve siècle av. J.-C. ont créé les bases de la civilisation européenne.

Pendant l'Antiquité tardive, la ville déclina avant de se rétablir sous l'Empire byzantin. Athènes a également tiré bénéfice du commerce italien après les Croisades. Après une longue période de déclin sous l'Empire ottoman, Athènes a de nouveau émergé au XIXe siècle comme capitale de l'État grec unitaire.

Étymologie, origines et géographie[modifier | modifier le code]

La formation du toponyme viendrait, selon certains[1], de la racine indo-européenne ath- signifiant probablement « tête » ou « sommet », puisque la forteresse de l’Acropole située au sommet de la colline du même nom, constituerait le « noyau fondateur » de la ville. Ce qui expliquerait d'ailleurs l’origine de la légende mythologique portant sur la naissance de la déesse éponyme, selon laquelle Athéna serait sortie « armée » de la tête de Zeus.

D’après Thucydide, le nom d'Athènes serait issu du pluriel Athḗnai (en grec ancien : Ἀθῆναι, API /a.ˈtʰɛː.nai/), car selon lui la ville aurait pour origine, un groupement de villages qui fusionnèrent en une grande cité.

Elle était située dans une petite vallée fertile, entourée de rivières à environ 20 km du golfe Saronique, au centre des plaines céphisiennes. À l'est, on trouve le mont Hymette et au nord le mont Pentélique. Le Céphise coulait autrefois dans la ville.

L'Athènes antique était très petite comparée à la métropole moderne. Elle occupait, intra-muros, un espace de 2 km d'est en ouest et un peu moins du nord au sud ; à son apogée, elle comptait pourtant aussi des « banlieues » extra-muros. L'Acropole, par rapport au centre de la ville, se situait au sud, et l'Agora à 400 m au nord de celui-ci, dans ce qui est aujourd'hui le quartier Monastiráki. La colline de la Pnyx, où se réunissait l'Ecclesia, l'assemblée des citoyens athéniens, était à l'ouest.

Antiquité[modifier | modifier le code]

Des traces d'occupation humaine sont attestées dès le néolithique sur le site de l'Acropole (voir Pélasges), sous la forme d'un petit fort. Mais ce n'est que suite aux invasions ioniennes que l'Attique est organisée en cités, parmi lesquelles Cécropia, la future Athènes.

Vers 1400 av. J.-C. elle devient un centre important de la civilisation mycénienne. Au contraire des autres villes mycéniennes (dont Mycènes et Pylos), elle n'est ni pillée, ni abandonnée lors de l'invasion dorienne de 1200 av. J.-C. Les Athéniens disaient être des Ioniens « purs » et maintenaient qu'ils ne s'étaient pas mélangés aux Doriens. Toutefois, Athènes perd l'importance qu'elle avait à l'époque mycénienne et sombre alors quelque peu dans l'oubli, redevenant une petite place fortifiée.

Au VIIIe siècle av. J.-C. elle redevient un important centre du monde grec à cause de son emplacement central, de son fort sur l'Acropole et l'accès à la mer, un avantage sur ses rivales, les cités de Thèbes et de Sparte. Tôt dans le Ier millénaire av. J.‑C. elle devient une ville-État souveraine, gouvernée d'abord par des rois d'Athènes. Ceux-ci étaient à la tête des Eupatridae (les « bien nés »), dont le gouvernement se composait d'un conseil qui se réunissait sur la colline d'Arès, l'Aréopage. Ce conseil élisait les représentants de la ville, les archontes et polémarques.

Avant l'adoption de l'état politique, quatre tribus (similaires aux gentes de la Rome antique) dominaient la région. Ceux qui en faisaient partie avaient certains droits, privilèges et obligations :

  • Rites religieux en commun.
  • Site d'enterrement commun.
  • Droit d'héritage.
  • Obligations réciproques d'entraide, défense et réparation de dommages.
  • Le droit de mariage consanguin en cas de filles et héritières orphelines.
  • La possession de propriété commune, un archonte et un trésorier.
  • La limitation de la descendance aux hommes.
  • L'obligation de ne pas se marier dans la tribu, hors cas spécifiés.
  • Le droit d'adopter des étrangers aux tribus.
  • Le droit d'élire et de destituer leurs chefs[2].

C'est pendant cette période qu'Athènes soumet d'autres villages de l'Attique. Ce processus, appelé synoikismos (« rassembler en une maison »), crée l'État le plus grand et le plus riche du continent grec dans lequel. Cependant, un très grand nombre de personnes sont exclues de la vie politique par les nobles. Au VIIe siècle le mécontentement social se répand. L'Aréopage élit Dracon pour qu'il rédige un nouveau code juridique[3]. Vu l'échec, ils élisent Solon, chargé de rédiger une nouvelle constitution, ce qui se fait en l'an -564.

Réforme et démocratie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démocratie athénienne.
Tétradrachme de la cité d'Athènes à l'effigie d'Athéna et d'une chouette.Date : c. 500-490 AC.

La réforme de Solon vise des problèmes politiques et économiques. Le pouvoir économique des Eupatrides est diminué par l'abolition de l'esclavage pour dettes et en ouvrant le commerce (créant une classe marchande prospère). Politiquement, Solon divise les Athéniens en quatre classes, fondées sur leur richesse et leur capacité de s'engager dans le service militaire. La classe la plus pauvre, et la plus nombreuse, le thète, a pour la première fois des droits politiques : voter dans l’ecclésia, mais seulement les classes supérieures peuvent y siéger. L'Aréopage continue d'exister mais avec des pouvoirs plus limités.

Ce système pose les premières pierres de ce qui devient plus tard la démocratie athénienne, mais à court terme, il ne peut pas arrêter le conflit entre les classes. Ainsi, après vingt ans agités, le parti populaire, dirigé par Pisistrate (un cousin de Solon), est amené au pouvoir en -541. Pisistrate est souvent appelé tyran, mais le mot grec ancien tyrannos ne signifie pas « chef despote et cruel » mais désigne simplement un chef ayant pris le pouvoir par la force. En fait, chef très populaire, il fait d'Athènes un centre riche, puissant et culturellement important ; il permet aussi le début de la suprématie navale athénienne dans la mer Égée et ailleurs. Il garde la constitution de Solon mais s'assure que lui et sa famille gardent toutes les positions officielles.

Il meurt en -527 et ses fils Hippias et Hipparque lui succèdent. Ils s'avèrent être des chefs peu doués : en -514 Hipparque est assassiné après une dispute privée avec un jeune homme (voir Tyrannoctones). Ceci mène Hippias à instaurer une vraie dictature très impopulaire, écrasée en -510 avec l'aide militaire de Sparte. Un homme politique radical d'origine noble, Clisthène, prend alors le pouvoir et instaure la démocratie à Athènes.

Les réformes de Clisthène remplacent les quatre tribus par dix phylai, nommées en honneur des héros légendaires et non fondées sur les différences entre les classes : c'étaient, en fait, des électorats. Chaque phylè était divisée en trois trittyes, et chaque trittye en un ou plusieurs dèmes (selon le nombre d'habitants), qui deviennent la base du gouvernement local. Les phylai élisent cinquante membres à la Boulè, un conseil qui gouverne la ville au jour le jour. L'Assemblée était ouverte à tous les citoyens et faisait office de législature et le tribunal du peuple, composé d'héliastres, tirés au sorts tous les jours, servait de cour suprême sur demande individuelle devant l'assemblée (sauf dans le cas d'homicides et affaires religieuses, les seuls cas traités par l'Aréopage affaibli). La plupart des positions étaient remplies par le sort, mais les dix stratèges (généraux) étaient élus, ainsi que les principaux fonctionnaires financiers.

Ce système resta stable, avec peu d'interruptions, pour plus de 200 ans, jusqu'à la domination spartiate, puis fut définitivement achevé par Philippe II de Macédoine, le père d'Alexandre le Grand[4].

L'Athènes classique[modifier | modifier le code]

Le Parthénon

Vie culturelle[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Théâtre grec antique et Écoles socratiques.

La période comprise entre la fin des guerres médiques et la conquête macédonienne marque le zénith d'Athènes en tant que centre culturel, artistique et philosophique. Plusieurs des plus importantes figures de l'histoire culturelle occidentale habitèrent Athènes pendant cette période : les dramaturges Eschyle, Aristophane, Euripide, Sophocle ; les philosophes Aristote, Platon et Socrate ; les historiens Hérodote, Thucydide, et Xénophon, le poète Simonide et le sculpteur Phidias. L'homme politique le plus important était Périclès, qui utilisa le tribut payé par les membres de la Ligue de Délos pour construire le Parthénon et d'autres monuments classiques d'Athènes. La ville devint, selon lui, « l'école de la Grèce ».

Économie[modifier | modifier le code]

La richesse d’Athènes provenait de l’argent des mines du Laurion, de l’argile des carrières du Cap Colias et du commerce qu’offrait le port du Pirée. On y déchargeait du cuir et des céréales de Cyrène, du poisson séché de l’Hellespont, le bœuf d’Italie et de Thessalie, de l’ivoire de Libye, de l’encens de Syrie, du raisin de Rhodes, des gréements, du papyrus et des céréales d’Égypte, des tapis et coussins de Carthage, énormément de céréales de la Crimée, du bois de Macédoine, du charbon d’Héraclée, du cuivre de Chypre, le vermillon de Céos, l’étain de Phocée, des dattes et de la farine de Phénicie.

Au VIIe siècle av. J.-C., Athènes exporte des céramiques vers les cités étrusques d'Italie[5].

Guerres médiques[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Révolte de l'Ionie et Guerres médiques.

Avant l'essor d'Athènes, la ville de Sparte se considérait première de Grèce, ou hêgemôn. En -499 Athènes envoie des troupes aider les Ioniens d'Asie mineure, qui se rebellaient contre l'Empire perse, conflit appelé « Révolte de l'Ionie ». Ceci provoque deux invasions perses de la Grèce, toutes les deux défaites par les Athéniens Miltiade et Thémistocle (voir Guerres médiques). En -490 les Athéniens, sous le commandement de Miltiade, battent le roi Darius Ier et ses troupes à la bataille de Marathon.

En -480 les Perses reviennent sous un nouveau chef, Xerxès Ier, fils de Darius. Après la bataille des Thermopyles, les Athéniens évacuent leur ville et Athènes est prise par les Perses.

Peu après, les Athéniens et leurs alliés battent la flotte perse à la bataille de Salamine.

Athènes, mena ensuite la guerre en Asie Mineure. Ces victoires permirent la constitution de la Ligue de Délos, une alliance dominée par les Athéniens.

Guerre du Péloponnèse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre du Péloponnèse.

La guerre du Péloponnèse est déclenchée en -431 à cause de la rancœur ressentie par d'autres villes grecques envers Athènes pour son hégémonie écrasante. L'empire maritime athénien lutte contre une coalition d'États sur le continent dominée par les Spartiates. Ce conflit marque la fin de la puissance athénienne sur les mers.

La démocratie athénienne est renversée en -411, suite aux revers subis pendant la guerre du Péloponnèse, et le régime des Quatre-Cents est mis en place. La démocratie est cependant rétablie quelques mois plus tard.

Suite à la défaite finale et à la prise d'Athènes, les Spartiates imposent le régime des Trente tyrans en -404, mais la démocratie est réinstaurée en -403 par Thrasybule et une amnistie déclarée.

Guerre de Corinthe (395-386)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Guerre de Corinthe.

Les anciens alliés de Sparte se retournèrent vite contre celle-ci : Argos, Thèbes, et Corinthe s'allient à Athènes.

Seconde confédération athénienne[modifier | modifier le code]

Athènes rétablit une ligue maritime à partir de -378, appelée Seconde confédération athénienne. Thèbes bat Sparte en -371 lors de la bataille de Leuctres. Par la suite, les cités grecques (dont Sparte et Athènes) s'allient pour affronter Thèbes et son général Épaminondas à la bataille de Mantinée (362 av. J.-C.).

Montée de la Macédoine[modifier | modifier le code]

Au milieu du siècle le royaume septentrional de Macédoine se heurte de plus en plus avec les cités grecques, dont Athènes, sous la conduite de Démosthène. En 338 av. J.-C. les troupes de Philippe II battent celles des cités grecques à la bataille de Chéronée (338 av. J.-C.), prenant un ascendant sur celle-ci.

Période hellénistique[modifier | modifier le code]

Athènes reste une ville riche à vie culturelle brillante, mais cesse progressivement d'être un pouvoir indépendant.

De Chéronée à la mort d'Alexandre[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Lycurgue (orateur) et Démade.

Malgré la défaite de Chéronée, les conditions de la paix sont plutôt favorables à Athènes, qui conserve l'essentiel de ses possessions insulaires, sa flotte et ses remparts, mais doit adhérer à la ligue de Corinthe. En -338 ou -335, la cité récupère même la région d'Oropos, perdue en -366 au profit des Thébains.

Guerre lamiaque et domination de la Macédoine[modifier | modifier le code]

À la mort d'Alexandre en -323, la cité entre en guerre contre la Macédoine ; vaincue, elle perd Oropos et Samos, doit accepter la présence d'une garnison macédonienne au Pirée et la modification de son régime démocratique qui devient censitaire, divisant par deux le corps électoral.

En -319, la proclamation de la liberté des cités grecques par Polyperchon, alors en lutte avec Cassandre, provoque des troubles et un bref rétablissement de la démocratie en -318, le stratège Phocion étant exécuté. La garnison du Pirée étant restée fidèle à Cassandre, qui remporte des succès face à Polyperchon, la cité finit par traiter avec le premier. Un régime oligarchique modéré est finalement institué en -317, le pouvoir étant aux mains du philosophe Démétrios de Phalère, favorable à Cassandre.

Libération de -307 et tutelle antigonide[modifier | modifier le code]

Article connexe : Démétrios Ier Poliorcète.

Démétrios de Phalère est renversé en -307 suite à l'intervention de Démétrios Ier Poliorcète et la démocratie est rétablie. La cité passe dans le camp Antigonide. Cassandre assiège vainement la ville en -304. Démétrios et son père Antigone, considérés comme les sauveurs de la cité, reçoivent des honneurs démesurés et font l'objet d'un culte héroïque.

La situation change après la défaite des Antigonides à la bataille d'Ipsos en -301. La ville proclame sa neutralité et ferme ses portes à Démétrios ; elle se rapproche de Cassandre. Elle traverse ensuite une période difficile, connaissant une guerre civile et une forme de tyrannie sous Lacharès. Après la mort de Cassandre en -294, Démétrios reprend l'offensive et assiège la ville, profitant de ses dissensions internes. Après la capitulation, le roi installe une garnison non seulement à Mounychie mais aussi à Athènes même, sur la colline du Muséion. La démocratie est mise en sommeil.

Révolte de -287[modifier | modifier le code]

Grâce à une aide lagide, la cité se libère de la tutelle de Démétrios Poliorcète et retrouve une complète indépendance ; une garnison macédonienne occupe cependant toujours le Pirée et les forteresses de l'Attique.

Guerre chrémonidéenne[modifier | modifier le code]

Le royaume de Macédoine se redresse sous la direction du roi Antigone Gonatas. Athènes entre en guerre contre la Macédoine avec ses allés spartiates et lagides vers -268, mais est vaincue et doit capituler après un siège en -262. Après une période de tutelle étroite, Antigone rétablit une partie des libertés vers -256. La cité ne tente plus par la suite de conduire une politique extérieure indépendante et cherche à conserver sa neutralité dans les conflits qui déchirent le monde hellénistique.

Le territoire athénien subit des attaques d'Alexandre, gouverneur de Corinthe et de l'Eubée, révolté contre son oncle Antigone Gonatas entre 253 et 245 environ. La ville souffre ensuite des opérations militaires menée par la ligue achéenne contre les positions macédoniennes, mais reste fidèle à la Macédoine au cours de la guerre démétriaque.

Libération de -229[modifier | modifier le code]

Les difficultés de la Macédoine au cours du règne de Démétrios II et sa mort en 229 permettent aux Athéniens de racheter au commandant de la garnison macédonienne leurs forteresses du Pirée, de Munichie, du Sounion et de Salamine, et de se débarrasser ainsi définitivement de la tutelle macédonienne. La cité refuse cependant de rejoindre la ligue achéenne, préférant conserver sa neutralité.

L'Athènes romaine[modifier | modifier le code]

Ruine du forum romain, le deuxième centre commercial de l'Athènes antique

Au cours du IIe siècle av. J.-C., la Grèce passe progressivement dans l'orbite romaine. Les Romains donnent le statut de « ville libre »[Quand ?] à Athènes par respect pour ses écoles très estimées.

Après la victoire des Romains contre la Macédoine en -168, Athènes récupère ses anciennes possessions de Lemnos, Imbros et Skyros, Haliarte en Béotie, ainsi que le port de Délos dont les habitants sont expulsés et remplacés par des colons athéniens.

Athènes perd finalement son indépendance en se rangeant aux côtés du roi Mithridate contre les Romains au cours de la Première guerre de Mithridate fin -88. Mithridate est battu par le général romain Sylla, qui prend la ville en mars -86 après un long siège et fait raser la plus grande partie des habitations et fortifications athéniennes tout en laissant intacts beaucoup de bâtiments publics et monuments[6].

Athènes reste un important centre culturel et est visitée par des empereurs, dont Néron et Hadrien. Plusieurs empereurs romains construisent d'importants bâtiments, dont une salle de concert, une cour de justice, une bibliothèque, un gymnase, un petit temple sur l'Acropole, l'Olympion et un aqueduc encore utilisé[6].

La ville est pillée par les Hérules en l'an 267 après J.C. ; tous les bâtiments publics sont brûlés, l'Agora et l'Acropole endommagés et la ville basse complètement pillée. La ville est ensuite limitée au nord de l'Acropole et entourée de fortifications construites rapidement. L'Agora est laissée extra-muros. La conversion de l'Empire au Christianisme met fin à son rôle de centre d'érudition païenne : l'empereur Justinien ferme les écoles de philosophie en 529. Cet évènement est généralement vu comme marquant la fin de l'histoire antique d'Athènes.

L'Athènes byzantine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Empire byzantin.
Église byzantine dans l'agora d'Athènes

En l'an 529 Athènes est sous domination byzantine et tombe en disgrâce[6]. Le Parthénon et l'Érechthéion sont transformés en églises. La ville devient assez provinciale et son sort n'est pas toujours bon. Aux premières années byzantines beaucoup de ses œuvres d'art sont prises par les empereurs et gardées à Constantinople. Quoique les Byzantins contrôlassent l'Égée et ses îles en cette période, aux VIIe et VIIIe siècles on voit son contrôle diminuer jusqu'à ce qu'ils ne dominent que les côtes. Dès l'an 600 Athènes diminue considérablement en raison des raids barbares (des Avars et Slaves) ; de la même manière, tout au long du siècle on voit la plupart de la Grèce envahie par les Slaves, venus du nord. Athènes elle-même est réduite à une ombre de ce qu'elle était et entre dans une période d'incertitude et d'insécurité.

Ce n'est qu'au milieu du IXe siècle, quand la Grèce est complètement reconquise, que la ville commence à renaître. Elle et d'autres villes profitent de la sécurité renforcée et de la restauration du contrôle central.

L'invasion des Seldjoukides après la bataille de Manzikert en 1071 et les guerres civiles ne touchent pas, ou peu, Athènes. Quand l'Empire byzantin est ravivé par les empereurs Comnènes Alexis Ier, Jean II et Manuel Ier, l'Attique et toute la Grèce sont prospères. Des traces archéologiques nous montrent que la ville médiévale connaît une période de croissance rapide et continue dans les XIe et XIIe siècles. L'agora, ou place du marché, abandonnée depuis la fin de l'Antiquité, est couverte d'édifices, et la ville devient un important centre de production de savons et teintures. La croissance de la ville attire les Vénitiens et d'autres marchands du bassin méditerranéen. Cette activité commerciale augmente elle aussi la prospérité de la ville.

Les XIe et XIIe siècles voient l'âge d'or de l'art byzantin à Athènes. Presque toutes les églises byzantines les plus importantes d'Athènes et ses environs sont construites en cette période, et ceci reflète la croissance de la ville en général.

L'Athènes latine[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Duché d'Athènes.

En 1204 la Quatrième croisade conquit Athènes. En trois périodes distinctes, allant de 1204 (4e Croisade) à 1458 (domination ottomane définitive), Athènes est contrôlée par les Latins (nobles francs). Elle est d'abord la capitale du duché d'Athènes, fief de l'Empire latin de Constantinople. Après la conquête de Thèbes par la famille de la Roche, d'origine bourguignonne, celle-ci devient la capitale et siège du pouvoir, mais Athènes reste le centre ecclésiastique le plus important du duché et en est la meilleure forteresse. En 1311 Athènes est conquise par la Compagnie catalane, une bande de mercenaires appelés almogàvers. Elle est contrôlée par les Catalans jusqu'en 1388. Après 1379 et la perte de Thèbes, elle redevient la capitale du duché. En 1388, le Florentin Nerio Acciaiuoli Ier prend la ville et se déclare duc. Ses descendants règnent sur la ville (devenue leur capitale) jusqu'à la conquête turque de 1458. Elle est le dernier État latin à tomber aux mains des nouveaux conquérants.

Période bourguignonne[modifier | modifier le code]

Sous les ducs bourguignons, un clocher est ajouté au Parthénon, l'Acropole est fortifiée et la chevalerie et les tournois introduits. Influencée par la culture grecque, leur cour était un mélange des savoirs classiques et des coutumes de la chevalerie française de l'époque.

Période catalane[modifier | modifier le code]

L'Athènes catalane (appelée Cetines par les Catalans, rarement Athènes) est une viguerie avec ses propres castellan, capitaine et viguier. C'est à cette époque que l'Acropole est encore fortifié et que l'archidiocèse gagne deux sièges suffragants.

Période florentine[modifier | modifier le code]

À la mort de Nerio Ier, la République de Venise prend provisoirement le contrôle de la cité (1395-1402), qui est reconquise par son fils illégitime Antonio.

L'Athènes ottomane[modifier | modifier le code]

Article connexe : Grèce ottomane.
Porte d'une école coranique

Athènes tombe aux mains des Ottomans en 1456. Quand le sultan Mehmed II le Conquérant entre dans la ville, il est tellement ébloui par la beauté de ses monuments anciens qu'il déclare tout de suite un firman (édit impérial) punissant le pillage ou destruction des monuments de la peine de mort. Le Parthénon devient ainsi la mosquée principale de la ville[6].

Malgré les efforts de la part des autorités ottomanes de faire d'Athènes la parfaite capitale provinciale, la population de la ville décline inéluctablement, jusqu'à la réduire à un simple village au XVIIe siècle. C'est durant ce siècle, au moment où se note l'affaiblissement du pouvoir ottoman, que la ville est sérieusement endommagée : les Turcs gardaient de la poudre à canon et d'autres explosifs dans le Parthénon et les Propylées ; en 1640 la foudre frappe les Propylées, causant leur destruction[7].

En 1687 Athènes est assiégée par les Vénitiens au cours de la guerre de Morée. Les Ottomans démontent le temple d'Athéna Niké pour fortifier les Propylées. Un boulet de canon, tiré pendant le bombardement de l'Acropole, touche la réserve de poudre à canon gardée dans le Parthénon : le bâtiment explose et prend à peu près l'aspect qu'on lui voit aujourd'hui[7]. L'Acropole est occupée pendant six mois, aux cours desquels les Vénitiens enlèvent plusieurs œuvres d'art : un des frontons occidentaux du bâtiment est enlevé, endommageant davantage la structure. L'année suivante, les troupes turques brûlent la ville.

Au XVIIIe siècle, des monuments anciens sont démontés pour construire la nouvelle muraille dont les Ottomans entourent la ville en 1778.

Entre 1801 et 1805 Lord Elgin, ambassadeur britannique à Constantinople, fait enlever la frise, les métopes et des éléments des frontons du Parthénon. Sont enlevés aussi une Caryatide de l'Érechthéion (remplacée plus tard par une copie en plâtre)[6].

Indépendance grecque[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Yannis Gouras et Bataille de Phalère.
Siège de l'Acropole par les Grecs

Au cours de la guerre d'indépendance, la ville et l'Acropole subissent plusieurs sièges, de la part des deux belligérants. Les monuments en souffrent encore. Après avoir repris la ville en 1827, les forces ottomanes la tiennent jusqu'à leur retraite en 1833.

L'Athènes moderne[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Athènes 1860
Carte d'Athènes 1884
L'Acropole c. 1865-1875
Enfants réfugiés grecs et arméniens près d'Athènes, 1923

En 1832 Othon Ier de Grèce est proclamé roi de Grèce. Il déclare Athènes la capitale du pays, mais en réalité il s'agit alors d'un petit village au pied de l'Acropole, dans ce qui est aujourd'hui le quartier de Plaka. Sa première tâche est de faire recenser soigneusement les richesses archéologiques de la ville et de faire faire des cartes topographiques. Il embauche Gustav Eduard Schaubert et Stamatios Kleanthes pour ce faire[6].

La population d'Athènes est alors de 4 000 à 5 000 personnes. Le choix d'Athènes comme capitale grecque se fait pour des raisons historiques et sentimentales, non pour sa grandeur : il y a peu d'édifices datant de la période entre l'époque byzantine et le XIXe siècle. Pendant le règne d'Othon Ier, on construit une ville moderne et des bâtiments publics sont érigés. Parmi les œuvres les plus connues et réussies, on trouve l'université nationale capodistrienne d’Athènes (1837), la Bibliothèque nationale de Grèce (1842), l'Académie nationale de Grèce (1885), le Zappeïon (1878), le Vieux Parlement (1858), les Jardins nationaux (1840), et l'hôtel de ville (1874).

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, la ville est occupée par des troupes franco-britanniques (Vêpres grecques).

La population de la ville explose après la désastreuse guerre contre la Turquie en 1921, quand plus d'un million de réfugiés grecs d'Asie Mineure émigrent en Grèce. Des banlieues, comme Néa Ionía et Néa Smýrni, commencent en tant que simples camps de réfugiés.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Athènes est occupée par les Allemands à partir du et jusqu’en octobre 1944. Les Allemands organisent une famine systématique qui fait de très nombreux morts. En 1944, des combats opposent les forces communistes et les royalistes soutenus par les Britanniques.

Après la guerre, la ville reprend son essor et les Grecs y migrent depuis leurs villages et îles. L'entrée de la Grèce dans l'Union européenne en 1981 entraîne beaucoup d'investissements dans la capitale, mais également l'augmentation des problèmes sociaux et environnementaux. La circulation et pollution, parmi les pires du monde, posent un risque aux précieux monuments anciens, les vibrations de la circulation endommageant les fondations, et la pollution de l'air le marbre. Ces problèmes, liés à l'environnement et l'infrastructure, empêchent, en partie, d'y tenir les Jeux olympiques centenaires en 1996.

En 1985, Athènes est déclarée capitale culturelle de l'Europe.

L'Athènes contemporaine[modifier | modifier le code]

D'énormes travaux sur l'infrastructure, notamment sur l’aéroport d’Athènes et le métro, ont été entrepris par la ville d'Athènes et le gouvernement grec, avec l'aide de l'Union européenne. La pollution est diminuée en limitant l'accès au centre-ville aux voitures.

Symbole d'un retour aux sources dans le pays originel des Jeux olympiques, la ville est choisie pour les Jeux olympiques d'été de 2004, ce qui augmente encore le tourisme et le prestige international de la ville, tout en étant le moteur de nombreux travaux d'infrastructure.

Annexe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dictionnaire des noms de lieux - Louis Deroy et Marianne Mulon (Le Robert, 1994) (ISBN 285036195X)
  2. (en) Lewis H. Morgan ; Ancient Society ; Chicago ; Charles H. Kerr & Company, 1907. Pages 228-229.
  3. Il faut voir ici l'origine de l'adjectif draconien.
  4. Mogens Hansen, La Démocratie athénienne à l'époque de Démosthène : structure, principes et idéologie, traduction par Serge Bardet de The Athenian Democracy in the Age of Demosthenes: Structure, Principles, and Ideology, Les Belles lettres, 1993
  5. Jean-Marc Irollo, Histoire des Étrusques, p. 73.
  6. a, b, c, d, e et f (en) Anthony Tung ; Preserving the World's Great Cities: The Destruction and Renewal of the Historic Metropolis ; New York ; Three Rivers Press ; 2001 ; (ISBN 060980815X)
  7. a et b (en) Acropolis in Ottoman Times, Ancient-Greece.org