Histoire coloniale du Cameroun

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Histoire du Cameroun.

Le Kamerun allemand[modifier | modifier le code]

Période 1845 - 1884[modifier | modifier le code]

En 1845, des missionnaires baptistes britanniques s'installèrent au Cameroun, qui entra de fait dans la zone d'influence du Royaume-Uni. Mais cela ne dura pas très longtemps : en 1868 un comptoir allemand fut ouvert près de Douala par Woerman, un marchand de Hambourg.

L'objectif des Britanniques était de développer leur commerce et de mettre un terme à l’esclavage dans la région, ce qui n'était pas du goût des chefs Doualas de l'époque qui allèrent jusqu'à écrire à la reine Victoria pour lui signifier leur mécontentement.

Dans les années 1860-1870, les Français et les Allemands commencèrent à s'intéresser au Cameroun.

Le gouvernement allemand envoya Gustav Nachtigal négocier la mise sous tutelle allemande du Cameroun avec les chefs Doualas. Deux traités en ce sens furent signés avec des chefs de l'estuaire du Wouri appelée "Cameroon River" par les Britanniques. Ce sont les traités germano-Douala. Le premier de ces traités qui date du 12 juillet 1884 marque la naissance internationale du Cameroun moderne.

Le 14 juillet 1884, le drapeau allemand flottait à "Cameroon Towns" devenu "Kamerun" pour les allemands et plus tard Douala, et ce territoire devint la colonie allemande du "Kamerun".

Période 1884 - 1922[modifier | modifier le code]

Malgré l'opposition des chefs Doualas, le protectorat allemand s'étendit du lac Tchad au nord aux rives de la Sangha au sud-est. Le long de leur progression vers l'est, les allemands se heurtèrent aux populations locales qui pensaient leur commerce menacé.

Le Kamerun Schutzgebiet fut placé sous l'autorité d'un gouverneur représentant le chancelier du Reich et divisé en unités administratives dénommées postes et stations pour les plus petites, Bezirk (au sud) et Residentur (au nord) pour les grandes.

Douala fut tout d'abord choisie pour abriter la résidence des gouverneurs et le siège du gouvernorat (1885-1901), puis ce fut le tour de Buéa (1901-1909), au climat plus frais et choisie par le gouverneur von Puttkamer. L'éruption du Mont Cameroun qui eut lieu en 1908 mit prématurément fin au règne de Buéa. Ce fut de nouveau le retour à Douala où les Allemands se heurtèrent cette fois-ci à la révolte des Doualas qui refusaient de se laisser expulser de leurs terres. Considéré comme une zone d'exploitation, le protectorat du Kamerun fut mis en valeur par ses nouveaux maîtres sur les plans agricole et infrastructurel. En ce qui concerne l'agriculture, les Allemands créèrent des grandes plantations de produits d'exportation, cacao, café, banane, caoutchouc, huile de palme, dont la plupart se trouvaient sur les flancs du Mont Cameroun. Pour l'évacuation des produits cultivés, les Allemands ouvrirent de nombreuses routes, construisirent des ports et surtout des chemins de fer. Ils mirent en place les premières infrastructures télégraphiques, téléphoniques et radiotélégraphiques.

Des révoltes éclatèrent dans les plantations et dans la région de Douala, allant même jusqu'à la grève de l'impôt. Néanmoins, la maîtrise allemande ne fut pas remise en cause par ces événements.

En dehors de la période de la signature du traité germano-douala, les Allemands rencontrèrent de la résistance et des révoltes dans leur tentative de conquête de l'arrière-pays du Cameroun. Les Allemands se firent aider dans leurs conquêtes par des chefs traditionnels dont les plus célèbres furent le Fon Galega Ier de Bali, le sultan Bamoun Ibrahim Njoya, et Charles Atangana qui fut plus tard nommé Oberhaüptling (chef supérieur) des Yaoundé et Bané.

Ils atteignirent néanmoins l'Adamaoua en 1899 et le Lac Tchad en 1902, après des guerres meurtrières qui laminèrent les États Foulbés et le royaume Mandara (déjà très affaibli contre les incessantes guerres contre les Peuls et le royaume du Kanem-Bornou). Seul le royaume Bamoun, avec son souverain Njoya (1875-1933), évita la guerre en négociant avec les Allemands. Le sultan Njoya ouvrit son pays aux innovations politiques et économiques qu'ils proposaient pour ne pas être demis de son pouvoir. En 1911, le territoire du Kamerun s'élargit d'une partie du Congo cédée par la France (le bec de Canard, car il donnait accès au fleuve Congo)

Dans le sud forestier, l’armée allemande s’empara de Kribi le 15 octobre 1887.

Le Kamerun allemand avant et après le Coup d'Agadir en 1911.

En 1894, le Major Hans Dominik établit son poste militaire à Yaoundé puis des relations amicales furent créées avec plusieurs chefs comme Charles Atangana, Nanga Eboko.

L'est ne sera colonisé et pacifié qu'en 1907 par le major Hans Dominik.

En 1908, la capitale fut transférée à Douala. En 1911, faisant suite au Traité de Fès destiné à régler le litige sur le Maroc (voir article : Coup d'Agadir), les Français cèdent certains de leurs territoires d'Afrique équatoriale aux Allemands, que ces derniers baptisent aussitôt : Neukamerun (« Nouveau Cameroun »).

Pendant la Première Guerre mondiale au cours de laquelle le Cameroun fut conquis par les forces franco-britanniques (l'entrée des troupes alliés à Yaoundé le 1er janvier 1916 marque la fin de la colonie allemande[1]), la colonie allemande fut partagée en deux territoires confiés par des mandats de la Société des Nations (SDN) en 1922, à la France (pour les quatre cinquièmes) : le Cameroun français ; et le reste au Royaume-Uni : le Cameroun britannique.

Le Cameroun français[modifier | modifier le code]

Le Mandat (1914-1946)[modifier | modifier le code]

Cette partie du Cameroun fut confiée à la France par la Société des Nations au terme de la Première Guerre mondiale. Cette partie était la plus vaste (431 000 km²), mais était peu peuplée (environ 2 000 000 d'habitants).

La France pratiqua une politique d'assimilation à l'instar de ce qui se passait dans ses autres colonies.

Cette partie du Cameroun était dirigée par un Haut-Commissaire et fut mise sous le régime colonial de l'indigénat qui consiste à laisser aux indigènes le soin de régler les problèmes qui ne concernent qu'eux par le biais de leurs autorités traditionnelles.

La capitale du Cameroun français fut transférée à Yaoundé.

Les autorités coloniales françaises développèrent les cultures de rente, notamment les plantations de caoutchouc, de cacao, de bananes et d’huile de palme. La ligne de chemin de fer Douala-Yaoundé déjà commencée par Allemands fut achevée et de nombreuses routes furent construites pour relier les principales villes entre elles ainsi que diverses infrastructures telles que ponts et aéroports.

Au cours de la nuit du 25 au 26 août 1940, débarquent le capitaine Leclerc et ses 22 hommes dans les marais de Douala qui rallient le détachement du capitaine Louis Dio (armée française régulière du Cameroun) à la cause de la France libre. Celui-ci revenait de Fort-Lamy (N'Djamena) avec un détachement de tirailleurs sénégalais. C'est le début de la légion du Cameroun, ancêtre de la 2e Division Blindée. La ville et l'administration coloniale tomberont rapidement aux mains du détachement Leclerc après le ralliement du détachement du capitaine Louis Dio et le 8 octobre le Général de Gaulle arrivera à Douala pour préparer la prise du Gabon.

La tutelle (1946-1960)[modifier | modifier le code]

Après la Seconde Guerre mondiale, l'ONU change le statut du Cameroun qui, de protectorat, devient mis en tutelle, mais est malgré tout intégré à l'union française comme les autres colonies.

Dès les années 1940, les autorités coloniales encouragèrent la diversification agricole. C'est l'apparition de nouvelles cultures de rentes comme le café dans l’ouest ou le coton dans le nord. L’élevage et l’exploitation du bois prirent une dimension nouvelle grâce aux nouvelles routes.

En 1946, une Assemblée Représentative du Cameroun (ARCAM) fut constituée; depuis 1945 Louis-Paul Aujoulat (MRP, siège de 1945 à 1955) et Alexandre Douala Manga Bell (MRP, siège de 1945 à 1957) siègent déjà à l'Assemblée nationale française, rejoints par Jules Ninine (d'origine guadeloupéenne) de 1946 à 1958. André-Marie Mbida et Maurice Plantier (futur député des Pyrénées-Atlantiques en 1973-1978) y siègeront pour leur part en 1956-1958.

Cette période voit l’ouverture de nouvelles écoles tant publiques que privées et aussi de plusieurs écoles secondaires, dont le lycée Leclerc.

Les autorités coloniales commencèrent à envoyer les meilleurs étudiants à Dakar et en France pour suivre des études supérieures.

À cette époque commence aussi l'électrification et l'adduction d'eau dans les grandes villes.

En 1952, l'assemblée change de nom et devient Assemblée Territoriale du Cameroun (ATCAM).

En 1955, l’UPC, parti nationaliste d'inspiration marxiste, qui voulait l’unification du Cameroun Britannique et du Cameroun Français mais aussi l’indépendance immédiate est interdit suite à des mouvements de violence.

En 1956, la France accorde l’autonomie interne et l’assemblée devient Assemblée Législative du Cameroun (ALCM).

En 1957, André-Marie Mbida devient premier ministre et Ahmadou Ahidjo devient premier ministre adjoint.

Malgré l'intervention de Ruben Um Nyobe (chef de l'UPC), le nouveau gouvernement refusa de lever l'interdiction qui frappait l'UPC. L'UPC prend alors le maquis.

En 1958, Mbida dut démissionner et Ahidjo le remplace. Um Nyobé est tué par les troupes françaises qui le traquaient dans le maquis, en pays Bassa.

Le 1er janvier 1960, le Cameroun sous tutelle française devenait indépendant et prenait le nom de République Unie du Cameroun.

Le 2 mars 1960, sous la direction de l’armée française, les troupes camerounaises rasent le bourg de Yogandima, massacrant près de 8 000 civils sans armes.

Le Cameroun britannique[modifier | modifier le code]

Le Cameroun britannique (ou Cameroons) fut administré par la colonie britannique du Nigeria oriental jusqu’en 1954.

En 1946, les anciennes plantations allemandes furent rassemblées par les Britanniques en une seule société, la CDC (Cameroon Development Corporation) qui permit le développement du port fluvial de Mamfé sur le fleuve Manyo. Le bois était exploité dans le sud-ouest.

Peu d'étudiants furent envoyés étudier au Nigeria et au Royaume-Uni, car l'enseignement au Cameroun britannique se faisait en langue locale.

En 1944 fut fondé le National Council for Nigeria and Cameroon (NCNC), embryon de gouvernement autonome.

En 1951 fut fondé le Kamerun National Council (KNC) dirigé par le Dr Endeley.

En 1954, le Cameroun britannique se dote de sa propre administration et installe sa capitale à Buéa.

En 1958, le Dr Endeley devient premier ministre du « self gorvernment » du Cameroon britannique. Il prône l'intégration avec le Nigéria, plutôt que l'unification des deux Cameroun. L'opposition à l'intégration crée le Kamerun National Democratic Party (KNDP) dirigé par John Ngu Foncha.

En 1959, John Ngu Foncha devient premier ministre.

L'ONU obtient qu'un référendum permette aux populations de choisir entre l'intégration au Nigéria et la réunification avec le Cameroun français.

Le 1er juin 1961, le Kamerun nord devient indépendant et rejoint le Nigeria.

Le 1er octobre 1961, le Cameroun du sud devient indépendant et rejoint la république du Cameroun.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Joseph-Marie Zang-Atangana, Les Forces politiques au Cameroun réunifié, Editions L'Harmattan,‎ 1989 (lire en ligne), p. 46

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Thomas Deltombe, Manuel Domergue et Jacob Tatsitsa, Kamerun !, la guerre cachée aux origines de la Françafrique (1948-1971), La Découverte, 2011
  • Franklin Eyelom, Le partage du Cameroun entre la France et l'Angleterre, L'Harmattan, Paris, 2003, 367 p. (ISBN 2-7475-4412-5)
  • David Kom, Les perspectives de la colonisation : trois colonisateurs du Cameroun en trois quarts de siècle : essai, L'Harmattan, Paris, Budapest, Torino, 2004, 261 p. (ISBN 2-7475-6716-8)
  • Marc Michel, « La Guerre oubliée du Cameroun », L'Histoire no 318, mars 2007, p. 50-53.
  • Jules Sansterre Nkarey, Afrique : l'histoire entre le Cameroun anglophone et le Cameroun francophone : de 1472 à 2003, Publibook, 2004 (impr. 2006), 266 p. (ISBN 2-7483-0362-8)