Histoire économique de la Colombie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'histoire économique de la Colombie trouve ses origines avec les tribus amérindiennes habitant sur ce territoire.

Période précolombienne[modifier | modifier le code]

Bien avant l'arrivée des premiers explorateurs espagnols, une première vague de mésoaméricains, arrivés aux alentours des 1200 ans avant Jésus-Christ sur le territoire actuel de la Colombie, introduisit la culture du maïs. Une deuxième vague de mésoaméricains aurait introduit de nouvelles autres cultures comme celles trouvées dans les zones autour de San Agustín (dans l'actuel département du Huila), Tierra Dentro (département du Cauca), et Tumaco (département de Nariño)[A 1].

Les Chibchas, qui avaient migré du Nicaragua et du Honduras vers la Colombie entre 400 ans et 300 ans avant J-C, se divisèrent en deux tribus vers 1500 : les Muiscas et les Tayronas. Les Muiscas, qui vivaient sur les plateaux du Cundinamarca et du Boyacá, basèrent leur économie sur l'agriculture et plus particulièrement sur la culture de maïs et de pommes de terre. Quant aux Tayronas qui s'étaient installés le long de l'éperon nord de la Sierra Nevada de Santa Marta, ils vivaient de la production de sel et de produits pêchés. Il échangeaient ces denrées avec les Muiscas contre des vêtements en coton et des couvertures[A 1].

Époque coloniale[modifier | modifier le code]

Indiens Guanes durant leur travail journalier dans la région du Santander. Gravure du XVIIe siècle.

Sous l'audiencia, le système économique espagnol se basa sur l'extraction et l'exploitation, s'appuyant largement sur la main d'œuvre indigène peu chère. Les Espagnols qui venaient au Nouveau-Monde cherchaient à amasser rapidement des richesses sous forme de métaux précieux et de bijoux. L'extraction de métaux précieux, tels que l'or et le cuivre, devinrent ainsi le pilier de l'économie espagnole lors de la période coloniale[A 2].

Dans les années 1500, l'agriculture avait pour unique but d'assurer la subsistance pour les colons et servait à la consommation immédiate pour les travailleurs dans les mines. L'agriculture devint un secteur dynamique dans les années 1600, prenant la place prépondérante de l'exploitation minière dans l'économie colombienne lors des années 1700[A 2]. Dans le royaume de Nouvelle-Grenade qui couvrait une grande partie du territoire actuel de la République de Colombie, l'Équateur et une partie du Venezuela, la côte Caraïbe profite des échanges entre la métropole et la capitale ainsi que du commerce d'esclaves avec la région Pacifique où se trouvent les plus importantes mines d'or[1]. Bien que généralement connue pour sa production d'or, la société qui se mit en place sous la domination espagnole fut surtout centrée sur l'agriculture. Les échanges avec la métropole ou les autres colonies étaient très réduits. L'économie agricole néogrenadine était basée sur l'appropriation des terres par les espagnols et l'exploitation de la main d'œuvre rurale : amérindiens au début, puis métis ou esclaves Noirs dans certaines régions après le brutal déclin de la population autochtone[M 1]. Quoique la Couronne espagnole souhaita limiter au maximum les contacts entre espagnols et les Amérindiens, ceux-ci furent enrôlés dans le système de l’encomienda[1]. En échange de leur évangélisation, ils payaient un tribut en nature (nourriture, coton, etc.) ou en services (transport, travail dans les mines ou dans les haciendas)[2].

À la fin du XVIIIe siècle, le sucre et le tabac devinrent d'importants produits d'exportation. La croissance de l'agriculture résulta partiellement de l'épuisement croissant des ressources minérales et métalliques du XVIIe siècle, ce qui incita la Couronne d'Espagne à réorienter sa politique économique afin de stimuler le secteur agricole[A 2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Ouvrage utilisé[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Karen M. Sturges-Vera, « Historical Setting : The Spanish Conquest », dans (lire en ligne)
  2. a, b et c (en) Karen M. Sturges-Vera, « Historical Setting : Colonial Society, 1550-1810 », dans (lire en ligne)
  • Jean-Pierre Minaudier, Histoire de la Colombie de la conquête à nos jours, Paris, L'Harmattan, coll. « Horizons Amériques latines »,‎ 1997 (ISBN 2-7384-4334-6, lire en ligne)
  1. p. 36

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (es) Carl Henrik Langebaek Rueda et Jorge Orlando Melo, Historia de Colombia: el establecimiento de la dominación española — El Mundo Español: Economía y Sociedad, Bibliothèque Luis Ángel Arango
  2. (es) Carl Henrik Langebaek Rueda et Jorge Orlando Melo, Historia de Colombia: el establecimiento de la dominación española — La explotación de los indios, Bibliothèque Luis Ángel Arango

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]