Histoire économique de l'Italie sous le régime fasciste

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L’Histoire économique de l'Italie sous le régime fasciste se divise en plusieurs périodes, la première étant marquée par le libéralisme du Ministre de l'Économie et des Finances Alberto de Stefani, en fonction de 1922 à 1925. À partir de 1926, une crise de déflation affecte le Royaume d'Italie, et l'État renfloue alors de nombreuses entreprises privées. La crise économique mondiale atteint l'Italie en 1931. La politique économique du fascisme est ainsi variable et s'établit en fonction de la conjoncture. En dernière instance, c'est la course à l'armement et la préparation à la guerre qui, comme dans l'Allemagne nazie, permettent de réamorcer l'économie italienne. Néanmoins, au sortir de la Seconde Guerre mondiale, l'Italie demeure un pays majoritairement agraire, la politique d'industrialisation mise en œuvre par le régime fasciste n'ayant pas porté tous ses fruits. Celle-ci, en effet, s'est concentrée sur l'industrie lourde au détriment des biens de consommation, tandis que la politique d'autarcie prônée par le Grand Conseil du fascisme, à partir du milieu des années 1930 et de l'invasion de l'Abyssinie, privilégiait explicitement les besoins militaires sur les besoins civils.

Les réformes sociales[modifier | modifier le code]

Le programme économique du fascisme à son origine est très social. Si la volonté de Mussolini de transformer le fascisme en parti politique et d'accéder au pouvoir le conduit à rassurer les milieux patronaux, il parvient néanmoins dans les années vingt à mettre en place une politique sociale avancée : la journée de travail de huit heures et la semaine de quarante heures sont adoptées en 1923, le travail de nuit est interdit aux femmes et aux mineurs. En 1927, l'État fasciste contraint les entreprises à des mesures d'hygiène beaucoup plus strictes. Avec l'INFIL, Institut national fasciste pour les accidents du travail, chargé de la prévoyance et de l'assistance sociale, le régime met en place un vaste programme de santé publique. Enfin, la multiplication des colonies de vacances et des centres sportifs sont des éléments clés d'un ambitieux programme de loisirs, notamment pour la jeunesse, existant bien avant les réformes sociales apportées par le Front populaire en France. Toutes ces avancées ont pour conséquence une amélioration réelle du quotidien des couches sociales urbaines[1].

Les mesures libérales[modifier | modifier le code]

Sur le plan économique, le fascisme poursuit, sous la direction du ministre de l'économie Alberto De Stefani (1922-1925), une politique d'inspiration libérale. Il devient plus interventionniste à partir de 1926, sans opérer toutefois de véritable nationalisation.

Le 20 septembre 1922, Mussolini déclare: « Il faut en finir avec l'État ferroviaire, avec l'État postier, avec l'État assureur. » [2]. Le 18 mars 1923, il ajoute: « Je pense que l'État doit renoncer à ses fonctions économiques et surtout à celles qui s'exercent par des monopoles, parce qu'en cette matière l'Etat est incompétent. » [2]. L'État fasciste transfère ainsi au privé plusieurs monopoles : celui sur les allumettes est cédé à un Consortium des fabricants d'allumettes [2]; en 1925, l'État se désengage du secteur des téléphones [2], et renonce aussi à l'exécution de certains travaux publics[2].

Une loi de 1912 avait créé un Institut d'État pour les assurances, institut qui devait obtenir le monopole au bout de dix ans[2]. Mais Mussolini transfert l'assurance-vie aux assureurs privés par la loi du 19 avril 1923[2]. Les municipalités socialistes s'étaient engagées dans l'économie ; Mussolini ordonne qu'on « ralentisse le rythme de la municipalisation » [2]. À Pola, Turin, etc., les podestà (instances nommées qui ont remplacé les maires élus en 1925) transfèrent au privé des régies prospères[2]. L'Unione Radiofonica Italiana (URI) est fondée en 1924 par des entrepreneurs privés et une partie du groupe Marconi. L'État lui accorde le monopole des diffusions radiophoniques. Après la guerre, l'URI deviendra la RAI.

Alberto de Stefani accorde aussi un grand nombre d'exonérations fiscales. Le gouvernement supprime le 10 novembre 1922 les titres nominatifs, c'est-à-dire l'obligation d'enregistrer les valeurs, qui rendait plus difficile l'évasion fiscale vis-à-vis de l'impôt sur le revenu[3]. La commission d'enquête sur les « bénéfices de guerre » (c'est-à-dire sur les « profiteurs » de la guerre) est dissoute par un décret du 19 novembre 1922[3]. La loi du 20 août 1923 abolit l'impôt sur l'héritage à l'intérieur du cercle familial[3].

Qualifié de stupidissimo par Stefani, l'impôt sur le capital, créé en 1920, est vidé de sa substance, au moyen de rachats partiels et d'arrangements à l'amiable avec le fisc[3]. La loi de février 1925 supprime l'impôt complémentaire sur les valeurs mobilières[3]. Le décret-loi du 23 juin 1927 institue des dégrèvements fiscaux afin de favoriser les fusions de sociétés anonymes[3]. L'impôt de 10 % sur le capital investi dans la banque et l'industrie est aboli[3]; l'impôt sur les administrateurs et directeurs de sociétés anonymes est réduit de moitié[3]; le capital étranger est exonéré de tout impôt[3]; enfin, l'impôt sur les articles de luxe est aboli[3]. Le prêtre Luigi Sturzo, membre du Parti populaire italien et en exil à Londres, écrit alors: « La finance fasciste favorise la richesse capitaliste. » [4]

Corporatisme[modifier | modifier le code]

Tandis que ces réductions d'impôt sont accordées, l'État s'attaque au droit du travail et aux syndicats. Le 2 octobre 1925, le Pacte Vidoni, signé par la Confindustria et les représentants du régime fasciste, abolit les syndicats des travailleurs les remplaçant par ceux contrôlés par le fascisme. En 1926, les grèves sont déclarées hors la loi et les travailleurs non inscrits au parti fasciste ne peuvent être embauchés. Le Grand Conseil du fascisme promulgue en avril 1927 la Charte du travail, rédigée en grande partie par Giuseppe Bottai, le sous-secrétaire d'État aux corporations. L'article 7 de cette Charte réaffirme l'efficacité de l'initiative privée, l’État ne devant intervenir qu'en cas de déficience de celle-ci (art. 9). La Charte remplace les syndicats par des corporations, censées dépasser les luttes de classe.

Le Conseil national des corporations est créé en 1930. La loi de 1934 sur les corporations stipule que les délégués des travailleurs seront nommés, et non élus. À côté de ces responsables nommés par l'État, les corporations accueillent des représentants des directeurs d'entreprise.

Les restrictions par rapport à l'ouverture de nouvelles industries[modifier | modifier le code]

Par ailleurs, l'État fasciste interdit ou restreint fortement l'ouverture de nouvelles industries. Cette limitation de la concurrence permet aux entreprises en position de dominance de relever artificiellement leurs prix[5]. Ainsi, le décret du 11 mars 1926 permet au ministre des Finances d'interdire aux tribunaux la transcription des actes de société en voie de formation, dont le capital excèderait 5 millions de lires, ou des actes tendant à l'augmentation du capital dès que cette augmentation porterait celui-ci à une somme supérieure à 5 millions[5]. Le décret-loi du 3 novembre 1927 soumet l'ouverture dans les villes d'établissements industriels à une autorisation préalable du gouvernement[5]. Ce régime d'autorisation préalable est étendu aux entreprises travaillant pour la défense nationale, par le décret-loi du 18 novembre 1929 [5]. Ce régime est une nouvelle fois étendu, aux nouveaux chantiers de constructions navales, aux entreprises de transport, etc., par le décret-loi du 18 juillet 1930 [5]. Ces diverses obligations sont généralisées par le décret-loi du 12 juin 1932 sur les consortiums obligatoires, et par la loi du 12 janvier 1933 [5]. Plusieurs décrets-lois régissent la constitution de consortiums obligatoires (décret-loi du 31 décembre 1931, du 12 juin 1932, du 16 juin 1932 [5]...

Par ailleurs, l'affaire Sinclair en 1924, du nom d'une compagnie pétrolière américaine, et dénoncée par l'opposition (en particulier Giacomo Matteotti et Luigi Sturzo), conduit finalement à la création, par un décret de 1926, de l'Agip, société par actions détenue à 60 % par le Trésor, à 20 % par l’Istituto Nazionale delle Assicurazioni (INA, « Institut national des assurances ») et à 20 % par l’Istituto Nazionale per la Previdenza Sociale (INPS, « Institut national pour la prévoyance sociale », organisme de sécurité sociale). L'Agip est dirigée par Ettore Conti, un entrepreneur issu de l'industrie électrique.

Les banques sont soumises à des contrôles éventuels de la Banque d'Italie, par les décrets-lois des 7 septembre et 6 novembre 1926[6]. La loi du 10 février 1927 regroupe et unifie les caisses d'épargne en fédérations provinciales et régionales, placées sous la tutelle de l'État [6].

La crise de déflation de 1926 et la fin des années 1920[modifier | modifier le code]

En outre, l’État renfloue parfois les trusts ou entreprises déficitaires (ainsi, le premier geste de Mussolini est d'accorder 400 millions de lires de subventions au trust métallurgique Ansaldo[7]). Le gouvernement créé en 1924 un organisme chargé de liquider, aux frais de l’État, banques et industries en faillite[7]. Le Banco di Roma, le Banco di Napoli, le Banco de Sicilia, etc., fragilisés par la crise de déflation à partir de fin 1926, sont renfloués par l'État [7].

Lors d'un discours à Pesaro, le 18 août 1926, Mussolini annonce la « bataille pour la lire ». Il ordonne une réévaluation de la lire italienne, instaurant un taux d'échange lié à la livre sterling de 92,46 lires pour une livre sterling (donnant le nom de quota 90). Pour l'historien Peter Neville, il s'agissait alors d'une décision politique, davantage qu'une décision informée par des considérations économiques[8]. Le Ministre des Finances Giuseppe Volpi, successeur d'Alberto de Stefani, considérait ainsi que la lire était surévaluée, préférant adopter un taux de change de 120[9] ou 125 lires[10] contre la livre. Cette réévaluation favorisa de nombreuses fusions en 1928 et 1929. En 1932, 88 % des entreprises (144 firmes) contrôlaient 51,7 % du capital[9].

Dans le même temps, la surévaluation de la lire a entraîné une baisse des prix, compensée par une baisse des salaires en 1927 et conduisant ainsi à une baisse du pouvoir d'achat. Le chômage augmenta aussi, en particulier dans le sud agricole[8].

Mussolini lance de nombreuses autres « batailles » et un certain nombre de grands travaux publics, dans un objectif prioritaire de propagande. Il proclame ainsi la « bataille du grain » en 1925, augmentant les droits de douane afin de tenter de stimuler la production agricole italienne et de ré-équilibrer la balance du commerce. Selon l'historien Denis Mack Smith, ce programme échoua globalement, et favorisa davantage les propriétaires latifundiaires que les petits paysans et les consommateurs[11]. En 1928, il proclame la « bataille pour la terre », dont la vitrine demeure l'assèchement des Marais pontins près de Rome, qui sont mis en culture. Les réformes n'affectèrent toutefois pas le sud, marqué par la grande propriété latifundiaire. Aucune réforme agraire, c'est-à-dire redistribution des terres, n'eût lieu: l'objectif était davantage de favoriser les grands propriétaires et la modernisation de l'agriculture que de soutenir les petits paysans. Alors que 80 000 hectares ont été mis en culture dans le cadre de ce programme, la propagande prétendait qu'il s'agissait d'un million six cents milles hectares.

Par ailleurs, il lance en 1927 la « bataille des naissances », visant à stimuler le taux de natalité, en rendant plus facile les prêts pour les familles nombreuses, et exonérant d'impôt les pères de famille de plus de six enfants. À l'inverse, les célibataires étaient davantage imposés que les couples mariés.

D'octobre 1922 à juin 1934, l’État engage des dépenses de travaux publics de l'ordre de 43 milliards de lires (non compris les travaux concernant les chemins de fer) [6]. Sur ces dépenses, plus de 28 milliards ont été effectivement payées[6]. Néanmoins, leur intérêt est douteux: les chemins de fer sont en déficit constant (900 millions de lires en avril 1935[6]), mais on continue à construire des lignes nouvelles; le commerce extérieur décline, mais des fonds importants sont consacrés à l'aménagement des ports de Gênes, Trieste et Venise[6]; on construit des paquebots de luxe[6], ainsi que de nombreuses autoroutes (544 kilomètres construits au 30 juin 1934[6]), bien que la circulation automobile soit encore cinq fois inférieure à la France[6], et que les péages élevés en écartent la plupart des automobilistes[6]. Un demi-milliard de lires est consacré à l'embellissement de Rome, la « ville éternelle » [6]; on construit le ministère de l'Air [6].

La crise de 1931 et la constitution de l'Iri[modifier | modifier le code]

Lorsque la crise économique mondiale atteint l'Italie, en 1931, l’État se porte aux secours des banques d'affaires telles que le Banco di Milano, le Credito Italiano et la Banca commerciale [7]. L'État créé ainsi trois instituts autonomes subventionnés par le Trésor, qualifiés par Mussolini de « maisons de convalescence » dont l'État « paie les frais de séjour » [12]. La Sofindit (Société pour le financement de l'industrie italienne) est ainsi créée en octobre 1931, avec un capital de 500 millions de lires, majoritairement versé par l'État. La Sofindit rachète, avec 4 milliards de lires obtenues grâce à des émissions dans le public garanties par l'État, les actions industrielles détenues par la Banca commerciale et autres établissements défaillants[7]. En novembre 1931, l’État créé l'Institut mobilier italien (Imi), au capital de 500 millions de lires fournies par l'État [7]. L'Imi émet pour cinq milliards et demi de lires d'obligations, garanties par l'État et remboursables en dix ans[7]. Ces capitaux sont prêtés à l'industrie privée à long terme[7]. Enfin, l'Institut de reconstruction industrielle (Iri) est créé en janvier 1933. Celui-ci renfloue la Société hydroélectrique piémontaise, dont le passif dépassait 600 millions de lires fin 1933 et dont les titres étaient tombés de 250 à 20 lires[7]. Déjà renfloué après la Marche sur Rome, le trust Ansaldo est à nouveau reconstitué en septembre 1934, doté d'une autorisation à émettre des obligations avec garantie de l’État [7]. En juin 1937, l'Iri créé la Société financière sidérurgique, au capital de 900 millions de lires, avec une participation des trusts Ilva, Terni, Dalmine, etc[7]. L'Iri prend aussi le contrôle d'Alfa Romeo, et oriente l'activité de l'entreprise vers les poids lourds, les autobus et les moteurs d'avion. Dans le secteur des télécommunications, l'Iri créé en 1933 la STET, institution financière qui a des parts dans diverses sociétés (la Sirti basée à Milan, etc.).

Mais bien que l’État ait pris en charge la majorité des actions de ces entreprises, il se refuse à toute nationalisation. Il baptise la Banca commerciale, le Credito Italiano et le Banco di Roma, dont il est devenu un actionnaire important depuis 1931, « banques de droit public »: leurs actions doivent être nominatives et possédées exclusivement par des citoyens italiens[7]. La Banque d'Italie n'est pas davantage nationalisée, mais proclamée « institut de droit public »: ses actions doivent être nominatives, et possédées seulement par des instituts semi-étatiques ou des « banques de droit public », qui demeurent des établissements privés[7].

Le tournant vers l'autarcie[modifier | modifier le code]

Après l'invasion de l'Abyssinie en 1935, l’État fasciste impulsa une politique économique autarcique. Cela mena à une hausse inquiétante de la dette publique et à un ralentissement de l'activité économique. À partir de 1934, l'État délaisse les grands travaux publics au profit de la course à l'armement. L'indice de la production industrielle passe de 75 en 1934 (indice 100 en 1928) à 105 en avril 1935, augmentation qui se manifeste presque uniquement dans l'industrie lourde[6].

La guerre d’Éthiopie est coûteuse. En 1938, le Ministre des Finances Thaon di Revel avoue que le gouvernement a consacré 36 milliards de lires à des « dépenses extraordinaires » entre le 1er juillet 1934 et le 31 mars 1938[6]. Pour éviter l'inflation, l’État ne fait pas tant marcher la planche à billets, préférant émettre des bons du Trésor (10 milliards et demi de bons du Trésor à échéance d'un an en 1934[6]). Il règle une grande partie des commandes faites à l'industrie lourde ou pour les grands travaux par des « promesses de paiement » [6]. En 1933, le rapport de la Commission du budget affirme: « L'assainissement du budget est retardé par l'inscription de fortes dépenses à paiement différé; l’État paie à tempérament, en employant l'une des pires créations de l'esprit inflationniste américain. » [6].

À la fin de 1935, l’État soumet les demandes de retraits de fond dans les caisses d'épargne et les banques à des restrictions sévères[6]. En outre, la fuite des capitaux à l'étranger et les sorties d'or, qui réduisent l'encaisse de la Banque d'Italie (12 106 millions de lires au 1er janvier 1928; 7 105 millions de lires fin février 1934; 3 394 millions au 31 décembre 2005[13], augmentent dramatiquement. Le déficit de la balance commerciale s'élève, en 1934, à deux milliards et demis de livres[13].

L’État tente alors d'interdire la fuite des capitaux, instaurant un contrôle rigoureux sur les titres étrangers détenus par les Italiens (décrets-loi du 27 mai 1934) [13]. Un décret du 8 décembre 1934 subordonne les exportations à l'obligation de la cession préalable à l’État des devises obtenues en paiement de ces exportations[13]. Les titres étrangers détenus par les Italiens sont rachetés par des organismes publics, en échange de bons du Trésor[13]. Un décret du 8 octobre 1935 interdit d'emporter hors d'Italie plus de 2 000 lires[13]. Malgré tous ces efforts, la dépréciation de la lire continue, et le 5 octobre 1936, Mussolini, qui avait juré lors de la « bataille de la lire » de défendre sa valeur « jusqu'à la dernière goutte de son sang », dévalue celle-ci à 41 % de sa valeur de 1927, ce qui échoue néanmoins à enrayer la dépréciation réelle de la monnaie[13].

Par ailleurs, l’État soumet toute importation de produits étrangers à l'obtention d'une licence délivrée par l’État (décret du 18 février 1935[13]). L'importation de produits destinés à la guerre est systématiquement favorisée par l’État [13]. Ce dernier dénonce les accords commerciaux avec d'autres États, conclus sur la base de la « clause de la nation la plus favorisée », et leur substitue le système des « échanges compensés »: il s'efforce de n'acheter à un pays qu'autant qu'il peut lui vendre[13]. En août 1935, l'État s'accorde le monopole des importations de matière première (charbon, cuivre, étain, fer, nickel, coton, laine, carburants, etc.). Un sous-secrétariat d’État pour les échanges avec l'étranger est créé début 1936[13]. Enfin, le 2 mars 1937, le Grand conseil fasciste décide « la réalisation maxima de l'autarcie en ce qui concerne les besoins militaires et le sacrifice total, si nécessaire, des besoins civils aux besoins militaires » [13]. Le 11 octobre 1937, le Comité corporatif central, composé de représentants des 22 corporations, se transforme en « commission suprême de l'autarcie », dotée de larges pouvoirs.

Pour mettre en œuvre cette autarcie, l’État subventionne une industrie d'ersatz. Aidée par l'État, l' Azienda nazionale idrogenazione combustibili est fondée pour produire un carburant national synthétique. Trois usines sont construites pour extraire de l'essence synthétique des bitumes albanais, des lignites de Toscane et des schistes bitumineux et asphaltiques de Sicile[13]. Mais l'Italie ne peut se passer du monde extérieur pour les matières premières. En 1938, elle ne produit que 10 % de sa consommation en charbon[13]. Elle dépend aussi à 50 % des puissances occidentales pour les matières premières utilisées par la sidérurgie[13]. L'Italie doit aussi importer du blé, le déficit étant estimé à 10 à 20 millions de quintaux en 1938[13]. La balance commerciale, déficitaire de 2,5 milliards de lires en 1934, l'est de 6 milliards en 1937[13]: la politique d'autarcie échoue.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Philippe Conrad, Le bilan du Ventennio nero, La Nouvelle Revue d'Histoire, no 69, novembre-décembre 2013, p. 37-39
  2. a, b, c, d, e, f, g, h et i Cf. Daniel Guérin (1936; rééd. 1945), Fascisme et grand capital, éd. Syllepses, 1999. Chapitre IX, p.191
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Daniel Guérin (1936; rééd. 1945), Fascisme et grand capital, éd. Syllepses, 1999. Chapitre IX, p.193
  4. Luigi Sturzo (1927), L'Italie et le fascisme. Cité par Daniel Guérin (1936, rééd. 1945), op.cit., p.193
  5. a, b, c, d, e, f et g Daniel Guérin (1936), op.cit., p.194-195
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Daniel Guérin (1936 ; rééd. 1945), op.cit., p.201-203 et p.205-207
  7. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Daniel Guérin (1936 ; rééd. 1945), op.cit., p.197-199
  8. a et b Peter Neville (2003), Mussolini. Routledge (ISBN 0415249899) p. 77.
  9. a et b Alexander De Grand (2000), Italian Fascism: It's Origins and Development. University of Nebraska Press. (ISBN 0-8032-6622-7) p. 60-62.
  10. Franklin Hugh Adler (1995), Italian Industrialists from Liberalism to Fascism. Cambridge University Press. (ISBN 0521522773) p. 353.
  11. Denis Mack Smith (1981), Mussolini.
  12. Discours de Mussolini du 13 janvier 1934, cité par Daniel Guérin (1936), op.cit., p.197
  13. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Daniel Guérin (1936 ; rééd. 1945), op.cit., p.210-214

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]