Hiroyasu Fushimi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fushimi, à l'époque de la guerre russo-japonaise

le Prince Hiroyasu Fushimi|伏見宮博恭王| Fushimi-no-miya Hiroyasu ō (16 octobre 1875 à Tokyo- 16 août 1946), membre de la Maison impériale du Japon, fut chef d'état major de la marine impériale japonaise de 1932 à 1941.

Carrière militaire[modifier | modifier le code]

Le Prince Fushimi quitta le Japon pour l'Allemagne en 1889; il étudia à l'Académie navale de la Kaiserliche Marine en 1895 dont il sortit diplômé. Il parlait couramment l'allemand. Il servit comme lieutenant commandant lors de la guerre russo-japonaise (1904-05). Il fut blessé durant la bataille de la mer Jaune en août 1904.

Après avoir été officier sur les croiseur Niitaka, Naniwa, et Nisshin ainsi que sur le cuirassé Okinoshima, il étudia en Grande-Bretagne de 1909 à 1910, puis retourna au Japon pour assurer le commandement des croiseurs Takachiho, Asahi et Ibuki. Il fut promu vice-amiral en 1916 et amiral en 1922 et nommé au Conseil Suprême de guerre à partir de 1920.

À l'occasion de sa visite, le 25 janvier 1910[1], le roi Édouard VII (1901-1910) nomma deux Chevaliers grand-croix de l'ordre royal de Victoria (GCVO) : le fils du mikado du Japon et S.E. Louis de Ligne, ambassadeur extraordinaire d'Albert Ier roi des Belges (1909-1934).

Fushimi supporta l'annulation du Traité naval de Washington et encouragea la constitution d'une flotte plus importante. Il devint chef d'état-major de marine impériale japonaise le 2 février 1932, succédant à l'Amiral Kiyokazu Abo.

Lors de son mandat comme chef d'état-major, le Service aérien de la marine impériale japonaise procéda au bombardement stratégique des grandes villes chinoises comme Shanghai et Chongqing. Le bombardement de Nanjing et de Guangzhou, qui débuta les 22 et 23 septembre 1937, entraîna la condamnation internationale de l'empire du Japon et une résolution de blâme contre le Japon du comité aviseur de l'Extrême-Orient de la Société des Nations.

Comme chef d'état-major, il supporta l'avance au sud et notamment l'invasion de l'Indochine française et des Indes néerlandaises, mais exprima des réserves au sujet du Pacte tripartite lors de la Conférence Impériale du 19 septembre 1940. Il démissionna de son poste le 9 avril 1941.

Images[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « roglo.eu », Louis Eugène de Ligne (consulté le 18 novembre 2010)