Hirota-jinja

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hirota-jinja
Grand hall
Grand hall
Présentation
Culte shintoïsme
Type Sanctuaire
Géographie
Pays Drapeau du Japon Japon
Région Préfecture de Hyōgo
Commune Nishinomiya
Coordonnées 34° 45′ 10″ N 135° 20′ 23″ E / 34.752778, 135.339722 ()34° 45′ 10″ Nord 135° 20′ 23″ Est / 34.752778, 135.339722 ()  

Géolocalisation sur la carte : Japon

(Voir situation sur carte : Japon)
Hirota-jinja
Keidai-sha

Hirota-jinja (広田神社?) est un sanctuaire shinto situé à Nishinomiya dans la préfecture de Hyōgo au Japon. Nishinomiya signifie littéralement « sanctuaire de l'ouest » et la ville tient effectivement son nom du sanctuaire Hirota.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le sanctuaire Hirota est un des trois sanctuaires qui, selon le Nihon Shoki, chronique d'une épopée historique, est établi par l'impératrice Jingū au IIIe siècle. Selon la légende, Amaterasu, déesse du Soleil, et sans doute le plus important kami du shintoïsme, parle et déclare qu'elle-même et les autres dieux du Japon doivent être vénérés à Hirota, au Nagata-jinja, au Ikuta-jinja et au Sumiyoshi-taisha. L'impératrice consort Jingū fait comme il est dit puis réalise ses ambitions politiques.

Le sanctuaire devient l'objet du patronage impérial au début de l'époque de Heian[1]. En 965, l'empereur Murakami ordonne que des messagers impériaux soient envoyés pour informer des événements importants les kami tutélaires du Japon. Ces heihaku sont d'abord présentés à seize sanctuaires[2] et en 991, l'empereur Ichijō ajoute trois autres sanctuaires à la liste de Murakami, dont Hirota[3].

Selon la brochure en anglais disponible au sanctuaire, sous le règne de l'empereur Shirakawa au XIe siècle, le sanctuaire Hirota est désigné comme l'« un des vingt-deux sanctuaires de la nation (Nijunisha) » et reçoit le titre de « Grand Sanctuaire Hirota ». C'est de nos jours le seul grand sanctuaire de Hyōgo.

De 1871 à 1946, Matsunoo-taisha est officiellement désigné comme l'un des Kanpei-taisha (官幣大社?), ce qui signifie qu'il est au premier rang des sanctuaires soutenus par le gouvernement[4].

Le sanctuaire est également renommé pour son kobanomitsuba tsutsuji, azalées à trois petites feuilles.

Événements[modifier | modifier le code]

  • 1er janvier : Sai-tan-sai
  • 3 janvier : Gen-shi-sai
  • 1 au 3 janvier : Kai-un-sai
  • 18 au 19 janvier : Yaku-yoke-sai
  • 11 février : Ki-gen-sai
  • 17 février : Ki-nen-sai (Taisai)
  • 16 mars : Rei-sai (Taisai)
  • 16 avril : Haru matsuri (festival du printemps)
  • Fin mai : Hirota Ohtaue (festival du riz)
  • 30 juin : Nagoshi no oohara eshiki
  • 16 juillet : Natsu matsuri (festival d'été)
  • Fin septembre : Neki-ho-sai
  • 16 octobre : Aki matsuri (festival d'automne)
  • 3 novembre : Mei-ji-sai
  • 23 novembre : Nii-name-sai (Taisai)
  • 23 décembre : Ten-chou-sai
  • Premier jour de chaque mois : Tsuki hajime sai, Hatsu hokou-sai
  • Seizième jour de chaque mois : Tsuki-name-sai
  • Tous les matins : Asa-mi-ke-sai, Yuu-mi-ke-sai

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Breen, John et al. (2000). Shinto in History: Ways of the Kami, pp. 74-75.
  2. Ponsonby-Fane, Richard. (1962). Studies in Shinto and Shrines, pp. 116-117.
  3. Ponsonby-Fane, Shrines, p. 118.
  4. Ponsonby-Fane, Richard. (1959). The Imperial House of Japan, pp. 124.