Hirondelle des Mascareignes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Phedina borbonica

Phedina borbonica

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Hirondelle des Mascareignes (Phedina borbonica) à Madagascar

Classification (COI)
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Classe Aves
Ordre Passeriformes
Famille Hirundinidae
Genre Phedina

Nom binominal

Phedina borbonica
(J.F. Gmelin, 1789)

Statut de conservation UICN

( LC )
LC  : Préoccupation mineure

L'Hirondelle des Mascareignes (Phedina borbonica) est une espèce de passereau appartenant à la famille des Hirundinidae. Elle vit à Madagascar et dans l'archipel des Mascareignes. La sous-espèce nominale se rencontre à l'île Maurice et la Réunion et n'a jamais été retrouvée ailleurs que dans l'archipel des Mascareignes, tandis que la sous-espèce plus petite de Madagascar, P. b. madagascariensis, est un oiseau migrateur et a été vue pendant l'hiver dans l'Est de l'Afrique ou d'autres îles de l'océan Indien.

L'Hirondelle des Mascareignes est une petite hirondelle qui a les parties inférieures gris-brun devenant blanc sur la gorge et le bas-ventre, fortement striées de noir. Les parties supérieures sont gris-brun foncé et la queue est légèrement fourchue. Elle niche en petites colonies partout où elle peut trouver des sites convenablement protégés pour construire son nid, comme sur des corniches, des bâtiments, des tunnels, des grottes ou parmi les rochers. Le nid est une coupe peu profonde faite de brindilles et d'autres matières végétales, et la femelle pond généralement de deux ou trois œufs blanc brun tacheté. Les temps d'incubation et d'envol sont inconnus. L'Hirondelle des Mascareignes a un vol lourd avec des battements d'ailes lents entrecoupées de périodes durant lesquelles elle plane. Elle se perche souvent sur les fils. Elle se nourrit d'insectes en vol, chassant souvent près du sol ou de la végétation. En Afrique orientale, les habitats ouverts tels que les zones déboisées sont fréquemment utilisés pour la chasse. Un certain nombre de parasites internes et externes ont été détectés chez cette espèce.

Les cyclones tropicaux peuvent affecter les populations sur les petites îles, mais l'Hirondelle des Mascareignes est un oiseau commun avec une population apparemment stable et est donc classée comme une espèce de préoccupation mineure par l'Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Elle n'est pas protégée juridiquement sur le département français d'outre-mer de la Réunion, et sur l'île Maurice elle est considérée comme une « espèce de la faune pour laquelle des peines sévères sont prévues ».

Taxonomie[modifier | modifier le code]

La sous-espèce des Mascareignes par Claude W. Wyatt, 1894.

L'Hirondelle des Mascareignes a été décrite formellement pour la première fois en 1789 sous l'appellation Hirundo borbonica par le zoologiste allemand Johann Friedrich Gmelin dans la 13e édition du Systema Naturae de Linné[1]. Il est probable que l'espèce avait déjà été décrite par le naturaliste français Philibert Commerson décédé à Maurice en 1773. Son énorme collection de spécimens et ses notes ont été renvoyés au Muséum national d'histoire naturelle en 1774, mais détruit par une fumigation de soufre en 1810[2]. Le biologiste français Charles Lucien Bonaparte déplace cette hirondelle vers le genre Phedina nouvellement créé en 1855[3]. Le nom du genre dérive du grec phaios (φαιός) signifiant « brun » et de l'italien signifiant « hirondelle »[4], et le nom spécifique fait référence à l'île de Bourbon (ancien nom de la Réunion)[5]. Il existe deux sous-espèces, P. borbonica borbonica sur l'île Maurice et La Réunion et P. b. madagascariensis à Madagascar[6].

Les espèces du genre Phedina sont membres de la famille des Hirundinidae, et font partie de la sous-famille des Hirundininae, qui comprend toutes les hirondelles à l'exception des pseudolangrayens. Des études de séquences d'ADN suggèrent qu'il existe trois grands groupes au sein de la sous-famille des Hirundininae, qui se distinguent très fortement par le type de nid construit. Ces groupes sont les espèces fouisseuses comme l'Hirondelle de rivage, les oiseaux comme l'Hirondelle bicolore qui utilisent comme nids des cavités naturelles, et les espèces qui construisent un nid en boue, comme l'Hirondelle rustique. Les espèces du genre Phedina nichent dans des terriers et appartiennent donc au groupe des hirondelles fouisseuses[7],[8].

On pense que le genre Phedina a très vite divergé au cours de l'histoire de la principale hirondelle lignée, bien que le plumage rayé de ses deux espèces suggère une lointaine parenté avec des espèces africaines d'Hirundo, elles aussi striées[9],[10]. Le seul autre membre du genre est l'Hirondelle de Brazza (P. brazzae), bien que par le passé il a parfois été suggéré de déplacé cette dernière dans son propre genre Phenidopis en raison des différences significatives au niveau du chant de ces deux espèces et de leur type de nids[9],[11]. Le parent le plus proche des hirondelles du genre Phedina est l'Hirondelle à collier, Riparia cincta, qui ne semble pas être étroitement lié aux autres membres de son genre actuel et ressemble à l'Hirondelle de Brazza au niveau de ses habitudes de nidification et de son chant[7],[12]. L'actuelle pratique de l'Association of European Rarities Committees (AERC) consiste à placer l'Hirondelle à collier dans son propre genre sous le nom Neophedina cincta, plutôt que de fusionner ce genre avec Phedina, car l'Hirondelle à collier est nettement plus grande, a un bec et une forme des narines différents et la forme de son nid diffère de celui des espèces de Phedina[13]. L'ornithologue allemand Gustav Hartlaub a séparé la population malgache d'Hirondelle des Mascareignes, en faisant une espèce à part entière, P. madagascariensis[14], mais des auteurs plus récents ont estimé qu'il s'agissait seulement d'une sous-espèce, P. b. madagascariensis[15],[6].

Description[modifier | modifier le code]

Sous-espèce malgache à Bagamoyo, en Tanzanie

Les Hirondelles des Mascareignes adultes de la sous-espèce nominale mesurent 15 cm de long avec des ailes d'en moyenne 117 mm[6] et un poids de 23,9 g[16]. Cette petite hirondelle a les parties supérieures gris-brun foncé avec de faibles stries.Les parties inférieures sont gris-brun, devenant blanches sur la gorge et le bas ventre, avec des nombreuses stries noires. La queue légèrement fourchue mesure en moyenne 54,6 mm de long et les plumes sous-caudales sont brunes avec des bords blancs. Les ailes sont brun-noirâtre et le bec et les pattes sont noirs. Les yeux sont brun foncé et le bec mesure 11,3 mm de long. Les sexes sont semblables, mais les oiseaux juvéniles ont des stries plus diffuses sur la poitrine et des extrémités blanches aux plumes couvrant l'aile. La sous-espèce malgaches est plus pâle globalement avec un plus large bec que la forme nominale. Elle a des stries plus dense sur la poitrine, mais seulement des lignes très fines sur le bas-ventre et sur le dessous de la queue blanc[6]. Elle est nettement plus petite que la sous-espèce nominale, avec 12 à 14 cm[17] de long pour un poids moyen de 20,6 g[16]. Cette hirondelle mue en décembre et janvier sur l'île Maurice, et les animaux malgaches qui hivernent en Afrique mue en juin et juillet[6].

L'hirondelle des Mascareignes est un oiseau relativement calme, qui gazouille un siri-liri siri-liri quand il est en vol ou perché[6]. Le chant des oiseaux perchés se termine par un glissando[18]. D'autres types de chant sont utilisés pendant les accouplements ou lorsque l'oiseau fait face à une agression. Un "chip" est utilisé comme cri de contact[6], et les jeunes oiseaux gazouillent rapidement quand mendier de la nourriture[18]. Les oiseaux qui hivernent en Afrique continentale sont généralement silencieux[17].

Aucune autre espèce d'hirondelle striée ne vit dans les îles où se reproduisent les Hirondelles des Mascareignes Martin, et en Afrique l'Hirondelle striée est nettement plus grande, a une queue profondément fourchue et un plumage très différent, avec les parties supérieures bleu foncé, une culotte rouge et une tête brune[19]. L'Hirondelle paludicole a un plumage et une morphologie globale similaire à l'Hirondelle des Mascareignes, mais présente des parties inférieures non striées[6]. La petite Salangane des Mascareignes a des ailes plus étroites que l'Hirondelle des Mascareignes et un vol beaucoup plus léger[20]. L'Hirondelle de Brazza est plus petite, a un dos uni et des striures plus fines sur la gorge et la poitrine[21], mais les aires de répartition de ces deux espèces ne se chevauchent pas[19].

Distribution et habitat[modifier | modifier le code]

L'aire de reproduction de l'Hirondelle des Mascareignes Martin est limitée à Madagascar et les Mascareignes. La sous-espèce nominale se reproduit sur l'île Maurice et sur l'île de la Réunion et P. b. madagascariensis se reproduit à Madagascar. Elle peut également nicher sur l'Pemba, où elle a été vue durant sa saison de reproduction. Elle niche partout où elle peut trouver des sites appropriés pour la construction d'un nid, comme sur des corniches, des bâtiments, des tunnels, des grottes ou parmi les rochers. Cette hirondelle se trouve dans la partie est de la Réunion, entre 200 et 500 m, et sur les côtes sud et ouest de l'île Maurice. On la rencontre également sur les falaises à l'intérieur des terres de l'île Maurice[6].

La sous-espèce P. b. borbonica vit toute l'année sur l'île Maurice et la Réunion, même s'il y a des mouvements locaux et saisonniers sur ces îles, mais la sous-espèce malgache est migratrice. Le plateau de l'Imerina est désert d'avril à septembre, les hirondelles se déplacent à des altitudes inférieures ou sur le continent africain[6]. Elle est normalement rare et confinée à quelques endroits sur la côte du Mozambique[17],[22],[23], en Zambie, au Malawi et sur l'Pemba[24], et elle très rare au Kenya et en Tanzanie continentale[25],[26],[27], même si un grand nombre d'animaux hivernent ponctuellement au Mozambique ou au Malawi. Il a également été observé dans les Comores et d'autres endroits de l'océan Indien, y compris au moins quatre îles des Seychelles. À partir de 2012 un total de huit oiseaux avaient été aperçus aux Seychelles, se produisant au cours des deux périodes de migration du printemps et de l'automne[28],[29]. Certaines de ces observations peuvent être dues à des oiseaux errants transportés par les cyclones[6].

Comportement[modifier | modifier le code]

Sous-espèce malgache par Claude W. Wyatt, 1894

L'Hirondelle des Mascareignes a un vol lourd avec des battements d'ailes lents entrecoupées de période où elle plane[30], et les oiseaux peuvent retourner à plusieurs reprises sur un perchoir qui leur convient[31]. On la voit souvent perchée sur des fils[32], et elle se repose parfois sur des plages de sable fin[31]. Cette hirondelle se perche en petits groupes dans les buissons, sur les bâtiments ou sur les falaises. Parfois, d'autres oiseaux se joignent à elle, comme les Guêpiers de Perse aux Seychelles[6].

Reproduction[modifier | modifier le code]

L'Hirondelle des Mascareignes se reproduit durant la saison des pluies, d'août à novembre à Madagascar et de septembre à début janvier sur l'île Maurice et la Réunion. Elle se reproduit parmi des groupes comprenant typiquement quelques couples, mais une colonie d'environ 20 couples a été enregistrée sur l'île Maurice. Le nid est une coupe peu profonde de brindilles et de matériel végétal grossier comme de l'herbe et de la Casuarina avec un intérieur revêtu de plumes douces et de végétation plus fine. Il peut être construit n'importe où sur un site convenablement plat et inaccessible aux prédateurs, y compris à des emplacements 3 à 5 m au-dessus de l'eau ou dans des passages souterrains[6]. Parmi les sites de nidification insolites observés on peut citer un petit bateau amarré à 20 m de la côte[33]. La couvée comprend normalement deux œufs à Madagascar et sur l'île Maurice, et deux ou trois à la Réunion. Les œufs sont blancs avec des taches brunes et mesurent en moyenne 21,6 x 15 mm pour un poids de 2,5 g et sont couvés uniquement par la femelle. La durée d'incubation et le temps avant l'envol sont inconnus[6], mais comme la plupart des hirondelles les poussins sont nidicoles, et ils éclosent nus et aveugles[34]. Le mâle aide à nourrir les jeunes et les poussins sont nourris par les parents après le premier envol[6]. Un couple sur l'île Maurice a été observé nourrissant ses deux poussins à des intervalles d'environ cinq minutes[33].

Alimentation[modifier | modifier le code]

Les hirondelles se nourrissent en vol, souvent à très faible altitude sur le sol ou la végétation. Elles chassent seules, en petits groupes ou avec d'autres hirondelles et martinets, et sont plus actives juste avant le crépuscule[6]. Les insectes volants qui constituent la majeure partie de leur régime alimentaire comprend les scarabées, les Elateridae et autres coléoptères, des Hemiptera et des fourmis volantes[35]. À Madagascar, l'Hirondelle des Mascareignes recherche sa nourriture dans les forêts, les terres agricoles, les zones humides, les zones semi-désertiques et les zones ouvertes jusqu'à une altitude de 2 200 m. À l'île Maurice et à la Réunion cette hirondelle se nourrit du niveau de la mer jusqu'à 1 500 m sur les réservoirs d'eau et les côtes, le long des falaises et sur les Casuarina ou d'autres arbres et buissons, et en Afrique de l'Est elle chasse dans les zones déboisées par l'exploitation forestière ou la conversion à l'agriculture[6],[36].

Prédateurs et parasites[modifier | modifier le code]

Les Hirondelles des Mascareignes chasse régulièrement le Crécerelle de Maurice, ce qui signifie qu'il est perçu comme un prédateur potentiel[37]. Les spécimens de l'île Maurice peut être infecté par un trypanosome endémique, Trypanosoma phedinae[38], mais le degré auquel il est pathogène est inconnu[32]. Des protozoaires parasites du sang du genre Haemoproteus ont également été trouvés chez cette hirondelle sur l'île Maurice[39], mais aucun parasite sanguin n'a été trouvé chez les spécimens de Madagascar[40]. Une nouvelle espèce de Hippoboscidae, Ornithomya cecropis, a été découverte sur une Hirondelle des Mascareignes à Madagascar[41], et un autre oiseau de l'île portait l'acarien des plumes Mesalges hirsutus, plus communément rencontré chez les perroquets[42],[43].

Statut[modifier | modifier le code]

L'aire de reproduction de l'Hirondelle des Mascareignes est limité aux trois îles. Madagascar a une superficie de 592 800 kilomètres carrés[44], mais la seconde plus grande île, la Réunion, a une superficie de seulement 2 512 km2[45]. Bien que cet oiseau a une distribution limitée, il est abondant sur l'île Maurice et de la Réunion et localement commun à Madagascar. La taille de la population est inconnue, mais dépasse le seuil de vulnérabilité de 10 000 individus matures et est considérée comme stable. Cette hirondelle est donc classée comme une espèce de préoccupation mineure par l'Union internationale pour la conservation de la nature[15].

Les cyclones tropicaux présentent une menace naturelle, en particulier sur les petites îles habitées par la sous-espèce nominale. Les populations de l'île Maurice et de la Réunion ont été durement touchés par un cyclone en février 1861, et un ornithologue britannique, Edward Newton, a affirmé ne pas avoir vu un seul spécimen sur l'île Maurice entre la tempête de six jours et le mois de juin de l'année suivante[46]. Il a fallu de nombreuses années pour que cette population se rétablisse complètement, mais dans les années 1900 elle est signalée commune mais locale, et en 1973-74 on comptait 200 à 400 couples à la Réunion et 70 à 75 couples sur l'île Maurice. Les cyclones les plus récents, comme celui de 1980, semble avoir eu des effets moins nocifs que la tempête 1861[6]. Un certain nombre d'espèces de la région sont classées vulnérables en partie parce qu'elles sont limitées à une île, ou sont gravement affectées par la dégradation de l'habitat ou la présence de prédateurs introduits, et plusieurs espèces ont disparu des îles Mascareignes depuis la colonisation humaine au XVIIe siècle. L'Hirondelle des Mascareignes, comme la Salangane des Mascareignes, sont présentes sur toutes les îles principales et sont moins vulnérables aux effets des activités humaines, en particulier car elles peuvent utiliser les maisons comme sites de nidification[47].

À Maurice, l'Hirondelle des Mascareignes est légalement protégée comme une « espèce de la faune pour laquelle des peines sévères sont prévues ». Il est interdit de tuer un oiseau de cette espèce ou de prélever les œufs ou détruire leurs nids en vertu de l'article 16 de la Wildlife and National Parks Act de 1993[48]. Madagascar et les pays du continent africains n'ont pas de mesures spéciales au-delà de la législation générale de protection des oiseaux[49]. La Réunion est un département d'outre-mer français, mais la directive oiseaux ne s'applique pas en dehors de l'Europe, il n'y a donc pas au niveau européen de législation de protection des oiseaux sur l'île efficace, malgré la possibilité que l'agriculture et d'autres activités subventionnées par l'Union européenne peuvent affecter négativement les oiseaux et les habitats de l'île[47],[50].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gmelin 1789, p. 1017
  2. Anthony S Cheke, « Data sources for 18th century French encyclopaedists – what they used and omitted: evidence of data lost and ignored from the Mascarene Islands, Indian Ocean », Journal of the National Museum (Prague), Natural History Series, vol. 177, no 9,‎ 2009, p. 91–117 (ISSN 1802-6842, lire en ligne)
  3. Charles Lucien Bonaparte, « Note sur les Salanganes et sur les nids », Comptes Rendus Hebdomadaires des Séances de l'Académie des Sciences, vol. 41,‎ 1855, p. 976–979
  4. Jobling 2010, p. 302
  5. Jobling 2010, p. 74
  6. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q et r Turner et Rose 1989, p. 155–157
  7. a et b Frederick H Sheldon, Linda A Whittingham, Robert G Moyle, Beth Slikas et David W Winkler, « Phylogeny of swallows (Aves: Hirundinidae) estimated from nuclear and mitochondrial DNA », Molecular phylogenetics and evolution, vol. 35, no 1,‎ 2005, p. 254–270 (PMID 15737595, DOI 10.1016/j.ympev.2004.11.008)
  8. David W Winkler et Frederick H Sheldon, « Evolution of nest construction in swallows (Hirundinidae): A molecular phylogenetic perspective », Proceedings of the National Academy of Sciences USA, vol. 90, no 12,‎ 1993, p. 5705–5707 (PMID 8516319, PMCID 46790, DOI 10.1073/pnas.90.12.5705, lire en ligne [PDF])
  9. a et b Turner et Rose 1989, p. 8
  10. Turner et Rose 1989, p. 70-72
  11. (de) Hans Edmund Wolters, « Probleme der Gattungsabgrenzung in der Ornithologie », Bonner Zoologische Beitraege, vol. 22, no 3–4,‎ 1971, p. 210–219 (lire en ligne)
  12. (en) Michael S L Mills et Callan Cohen, « Brazza's Martin Phedina brazzae: new information on range and vocalisations », Ostrich, vol. 78, no 1,‎ 2007, p. 51–54 (DOI 10.2989/OSTRICH.2007.78.1.8.52)
  13. Crochet et al. 2011, p. 4
  14. Sharpe et Wyatt 1894, p. 199–208
  15. a et b BirdLife International, « Phedina borbonica », IUCN Red List of Threatened Species. Version 2013.2. International Union for Conservation of Nature,‎ 2012 (consulté le 26 novembre 2013)
  16. a et b Dunning 2007, p. 327
  17. a, b et c Sinclair et al. 2002, p. 298
  18. a et b Diamond 1987, p. 110
  19. a et b Turner et Rose 1989, p. 194–197
  20. Sinclair et Langrand 2004, p. 295
  21. Reichenow 1903, p. 425
  22. (en) Claire Spottiswoode et Peter G Ryan, « First record of Mascarene martin Phedina borbonica in Sul do Save, Mozambique », Bird Numbers, vol. 11, no 1,‎ 2002, p. 23
  23. (en) Callan Cohen, Rob Leslie et Dave Winter, « Second record of Mascarene martin for Southern Africa », Africa Birds & Birding, vol. 2, no 4,‎ 1997, p. 14
  24. Williams et Arlott 1980, p. 260
  25. Zimmerman et al. 2005, p. 427
  26. Stevenson et al. 2004, p. 290
  27. R D Medland, « Mascarene martin, Phedina borbonica, near Chiromo », Nyala, vol. 12, no 1–2,‎ 1988, p. 73
  28. Adrian Skerrett, Michael Betts, Ian Bullock, David Fisher, Ron Gerlach, Rob Lucking, John Phillips et Bob Scott, « Third report of the Seychelles Bird Records Committee », Bulletin of the African Bird Club, vol. 13, no 1,‎ 2006, p. 65–72 (lire en ligne)
  29. « March 2012 », Seychelles Bird Records Committee (consulté le 16 décembre 2012)
  30. Langrand 1991, p. 254
  31. a et b (en) Edward Newton, « Ornithological notes from Mauritius », The Ibis, vol. 3, no 3,‎ 1861, p. 270–278 (DOI 10.1111/j.1474-919X.1861.tb07460.x)
  32. a et b Diamond 1987, p. 171–172
  33. a et b (en) Steven W Evans et Henk Bouwman, « An unusual nesting site of a Mascarene Martin Phedina borbonica on Mauritius », Ostrich, vol. 82, no 2,‎ 2011, p. 155–156 (DOI 10.2989/00306525.2011.603480)
  34. Turner et Rose 1989, p. 4
  35. (en) Steven M Goodman et Phillip Parrillo, « A study of Malagasy birds based on stomach contents », Ostrich, vol. 68, no 2–4,‎ 1997, p. 104–113 (DOI 10.1080/00306525.1997.9639723)
  36. (en) P A Clancey, Walter J Lawson et Michael P Stuart Irwin, « The Mascarene Martin Phedina borbonica (Gmelin) in Mozambique: a new species to the South African list », Ostrich, vol. 40, no 1,‎ 1969, p. 5–8 (DOI 10.1080/00306525.1969.9634318)
  37. Diamond 1987, p. 229
  38. (en) M A Peirce, A S Cheke et R A Cheke, « A survey of blood parasites of birds in the Mascarene Islands, Indian Ocean: with descriptions of two new species and taxonomic discussion », Ibis, vol. 119, no 4,‎ 1977, p. 451–461 (DOI 10.1111/j.1474-919X.1977.tb02053.x)
  39. (en) M A Peirce et C J Mead, « Haematozoa of British birds. I. Blood parasites of birds from Dumfries and Lincolnshire », Bulletin of the British Ornithologists' Club, vol. 96, no 4,‎ 1976, p. 128–132 (lire en ligne)
  40. (en) Gordon F Bennetti et J Blancoul, « A note on the blood parasites of some birds from the Republic of Madagascar », Journal of Wildlife Diseases, vol. 10, no 3,‎ 1974, p. 239–240 (PMID 4210766, lire en ligne)
  41. (en) A M Hutson, « New species of the Ornithomya biloba-group and records of other Hippoboscidae (Diptera) from Africa », Journal of Entomology Series B, Taxonomy, vol. 40, no 2,‎ 1971, p. 139–148 (DOI 10.1111/j.1365-3113.1971.tb00116.x)
  42. Jean Gaut, « Sarcoptides plumicoles des oiseaux de Madagascar », Mémoires de l'Institut scientifique de Madagascar: Biologie animale, vol. 7,‎ 1952, p. 81–107
  43. (de) Richard Schöne, Volker Schmidt, Margit Sachse et Ronald Schmöschke, « Federmilben bei Papageienvögeln », Papageien, vol. 22, no 2,‎ 2009, p. 55–61 (lire en ligne)
  44. (en) Bureau of African Affairs, « Background Note: Madagascar », US Department of State,‎ 3 mai 2011 (consulté le 24 août 2011)
  45. Petit et Prudent 2010, p. 84–87
  46. (en) Richard Bowdler Sharpe, « On the Hirundinidae of the Ethiopian Region », Proceedings of the Zoological Society,‎ 1870, p. 286–321
  47. a et b Maggs 2009, p. 10–12
  48. « Wildlife and National Parks Act 1993 », Government of Mauritius (consulté le 15 décembre 2012)
  49. de Klemm et Lausche 1986, p. 357–360, 369–375, 488
  50. Papazoglou et al. 2004, p. 23

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) P-A Crochet, P H Barthel, H-G Bauer, A B van den Berg, E Bezzel, J M Collinson, C Dietzen, P J Dubois, J Fromholtz, A J Helbig, F Jiguet, E Jirle, A G Knox, T Krüger, P Le Maréchal, A J van Loon, M Päckert, D T Parkin, J-M Pons, L Raty, C S Roselaar, G Sangster, F D Steinheimer, L Svensson, T Tyrberg, S C Votier et P Yésou, AERC TAC's taxonomic recommendations: 2011 report., Luxembourg, AERC,‎ 2011 (lire en ligne)
  • (en) Anthony William Diamond, Studies of Mascarene Island Birds, Cambridge, Cambridge University Press,‎ 1987 (ISBN 0-521-25808-1)
  • (en) John Barnard Dunning, CRC Handbook of Avian Body Masses, Second Edition, Boca Raton, CRC Press,‎ 2007 (ISBN 1-4200-6444-4)
  • (la) Johann Friedrich Gmelin, Caroli a Linné systema naturae per regna tria naturae, secundum classes, ordines, genera, species, cum characteribus, differentiis, synonymis, locis. Editio decima tertia, aucta, reformata. Tomus I. Pars II, Leipzig, Beer,‎ 1789
  • (en) Cyrille de Klemm et Barbara J Lausche, African Wildlife Laws (IUCN Environmental Policy & Law Occasional Paper; No. 3), Seiburg, World Conservation Union,‎ 1986 (ISBN 2-88032-091-7)
  • (en) Olivier Langrand, Guide to the Birds of Madagascar, New Haven, Yale University Press,‎ 1991 (ISBN 0-300-04310-4)
  • (en) Gwen Maggs, Amanda Ladkoo, Sandra Poongavanan, Aurélie Chowrimootoo, Rachel Tucker, Walter Mangroo, Kimberly Dawson, Julie Cole, Sally Baross, Anne Morris et Harriet Whitfield, Olive White-Eye Recovery Program Annual Report 2008–09, Vacoas, Mauritian Wildlife Foundation,‎ 2009
  • (en) Clairie Papazoglou, Konstantin Kreiser, Zoltán Waliczky et Ian Burfield, Birds in the European Union: a status assessment, Wageningen, BirdLife International,‎ 2004 (ISBN 0-946888-56-6, lire en ligne)
  • (en) Jérôme Petit et Guillaume Prudent, Climate Change and Biodiversity in the European Union Overseas Entities, Gland et Bruxelles, International Union for Conservation of Nature,‎ 2010 (ISBN 978-2-8317-1315-1, lire en ligne)
  • (de) Anton Reichenow, Die Vögel Afrikas: Zweiter Band, Neudam, J Neuman,‎ 1903
  • (en) Richard Bowdler Sharpe et Claude Wilmott Wyatt, A Monograph of the Hirundinidae: Volume 1, Londres,‎ 1894
  • (en) Ian Sinclair, Phil Hockey et Warwick Tarboton, SASOL Birds of Southern Africa, Le Cap, Afrique du Sud, Struik,‎ 2002 (ISBN 1-86872-721-1)
  • (en) Ian Sinclair et Olivier Langrand, Birds of the Indian Ocean Islands: Madagascar, Mauritius, Réunion, Rodrigues, Seychelles and the Comoros, Le Cap, Afrique du SUd, Struik,‎ 2004 (ISBN 1-86872-956-7)
  • (en) Terry Stevenson, John Fanshawe, Brian Small, John Gale et Norman Arlott, Birds of East Africa: Kenya, Tanzania, Uganda, Rwanda, Burundi, Londres, Christopher Helm,‎ 2004 (ISBN 0-7136-7347-8)
  • (en) Warwick Tarburton, Birds of the Transvaal, Pretoria, Transvaal Museum,‎ 1987 (ISBN 0-620-10006-0)
  • (en) Angela K Turner et Chris Rose, A Handbook to the Swallows and Martins of the World, Londres, Christopher Helm,‎ 1989 (ISBN 0-7470-3202-5)
  • (en) John Williams et Norman Arlott, A Field Guide to the Birds of East Africa, Londres, Collins,‎ 1980 (ISBN 0-00-219179-2)
  • (en) Dale A Zimmerman, David J Pearson et Donald A Turner, Birds of Kenya and Northern Tanzania, Londres, Christopher Helm,‎ 2005 (ISBN 0-7136-7550-0)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :