Hirola

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hirola ou
Damalisque de Hunter

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Damaliscus hunteri

Classification
Règne Animalia
Embranchement Chordata
Classe Mammalia
Infra-classe Eutheria
Cohorte Laurasiatheria
Ordre Cetartiodactyla
Sous-ordre Ruminantia
Famille Bovidae
Sous-famille Alcelaphinae
Tribu Alcelaphini

Genre

Beatragus
Vrba, 1997

Nom binominal

Beatragus hunteri
Sclater, 1889

Synonymes

Damaliscus hunteri

Statut de conservation UICN

( CR )
CR A1a :
En danger critique d'extinction

Répartition géographique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Répartition de l'Hirola en Afrique

L'Hirola (Beatragus hunteri ou Damaliscus hunteri) ou Damalisque de Hunter est un bovidé proche des antilopes appartenant à la tribu des Alcelaphini. Cet animal en danger d'extinction subsiste dans des plaines herbeuses arides situées à la frontière du Kenya et de la Somalie.

L'hirola est connu comme « l'antilope à quatre yeux » du fait de ses glandes préorbitales bien visibles. L'animal mesure 100 à 125 cm au garrot pour 80 à 118 kg. Sa robe est couleur ocre, plus grise chez mâles que chez les femelles, avec un ventre plus clair et une petite bande blanche entre les yeux. Les cornes sont en forme de lyre et ornées de bourrelets annulaires très visibles.

C'est un animal diurne qui passe soirs et matins à paître. Les troupeaux rassemblent de deux à une quarantaine de femelles menées par un mâle territorial mais on trouve également des groupes de quelques mâles sans femelle. Les troupeaux se déplacent peu car les mâles sont très attachés à leurs territoires. Les mâles peuvent s'agenouiller lors de combats sévères, mais sinon ils s'affrontent debout.

Statut de conservation[modifier | modifier le code]

L'hirola est en danger critique d'extinction. On compte entre 500 et 1200 individus sauvages et une seule femelle en captivité. Les relevés des années 1970 donnaient environ 14 000 bêtes alors que dans les années 1980 on n'en dénombrait plus que 7 000. Ce rapide déclin est attribué à la compétition du bétail ainsi qu'à la sécheresse dont souffre la région.

Fin 2005, 4 communautés territoriales du district de l'Ijara ont établi avec l'association italienne Terra Nuova une proposition de programme de conservation de l'hirola sur place (Ishaqbini Hirola Conservancy).

L'Union internationale pour la conservation de la nature a classé en 2007 l'hirola comme faisant partie des 10 espèces prioritaires[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Protection for 'weirdest' species », BBC,‎ 2007-01-16 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :