Hiram Rhodes Revels

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Portrait du sénateur Revels (vers 1870).

Hiram Rhodes Revels (né à Fayetteville, en Caroline du Nord, le 27 septembre 1827 - mort à Aberdeen, Mississippi, le 16 janvier 1901) est un pasteur et un homme politique américain, membre du Parti républicain.
Sénateur du Mississippi (1870-71) à l'époque de la Reconstruction, il est le premier Afro-Américain à siéger au Congrès des États-Unis.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hiram Rhodes Revels était mulâtre, fils d'un père libre de couleur et d'une mère d'origine écossaise.
Après avoir terminé ses études dans une Université d'arts libéraux de l'Illinois et un séminaire noir de l'Ohio, Revels est ordonné pasteur méthodiste en 1845. Prêchant dans de nombreux États dans les années 1850, il est brièvement incarcéré dans le Missouri pour y avoir lu l'Évangile à des esclaves noirs (1854).

Apportant son aide à la constitution de deux régiments de volontaires noirs pendant la guerre de Sécession, il sert lui-même comme aumônier militaire dans l'armée de l'Union et prend part à la bataille de Vicksburg (1863).

Après la guerre, il s'installe avec sa famille à Natchez (Mississippi), dont il est élu conseiller municipal en 1868. L'année suivante, il est élu représentant de son comté au sénat du Mississippi. En tant que pasteur, il prononce la prière d'ouverture de la séance inaugurale de cette chambre, faisant forte impression auprès de son auditoire (1870).

Revels au Sénat, entouré de ses collègues républicains Henry Wilson, Oliver Morton, Carl Schurz et Charles Sumner. Détail d'une caricature de Thomas Nast (1870).

Élu peu de temps après au Sénat des États-Unis pour y occuper un siège laissé vacant depuis la guerre (car délaissé par un sénateur démocrate sudiste au profit du Congrès des États confédérés), il est le premier parlementaire de couleur de l'histoire des États-Unis.

Les démocrates sudistes ont vainement tenté d'invalider son élection, s'appuyant sur le quatorzième amendement (qui accorde la citoyenneté aux anciens esclaves en vertu du droit du sol) pour démontrer que Revels avait été élu moins de deux ans après la ratification de cet acte, alors que la loi imposait un minimum de neuf ans de citoyenneté aux candidats au Sénat. Cet argument ne pouvant s'appliquer à Revels, fils métis d'un libre de couleur et d'une américaine blanche, son élection est validée le 25 février 1870.

Partisan de l'égalité raciale, Revels lutte contre les mesures de ségrégation et de discrimination pratiquées à Washington D.C. et à West Point et tente de rassurer ses collègues sur les capacités des anciens esclaves et autres hommes de couleur à assumer leurs droits civiques sans porter atteinte à ceux des blancs. Contrairement aux républicains "radicaux", partisans d'un traitement impitoyable des anciens rebelles sudistes, le sénateur du Mississippi était favorable à une restauration rapide des droits des États ayant fait sécession et à une amnistie des confédérés acceptant de jurer fidélité à l'Union.

Après avoir quitté le Sénat en 1871, Revels est nommé président du collège Alcorn, où il enseigne la philosophie. Ce collège pour Noirs a été créé par le gouverneur James L. Alcorn (en), un scalawag qui succède à Revels au Sénat.

Évincé de son poste en 1874 pour avoir fait campagne contre la réélection du gouverneur républicain Ames, un rival d'Alcorn, il est réintégré deux ans plus tard. Revels avait dénoncé Ames au président Grant dans une lettre qui critiquait la manière dont le gouverneur et les autres carpetbaggers manipulaient la population noire à des fins politiciennes.

Revels prend sa retraite en 1882 mais poursuit ses activités pastorales et théologiques. Il meurt en 1901.