Hippolyte Delehaye

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hippolyte Delehaye, né le à Anvers et décédé le à Bruxelles, est un jésuite belge, hagiographe de grand renom et membre de la Société savante des Bollandistes.

Biographie[modifier | modifier le code]

Premières années et formation[modifier | modifier le code]

Delehaye entra chez les jésuites en 1876 et fut ordonné prêtre à Louvain en 1890. En fait, il était professeur de mathématique au collège Sainte-Barbe à Gand (Belgique) lorsqu’il s’intéressa à un domaine très différent. Entre 1886 et 1888, il publia trois articles remarqués sur la vie du philosophe scholastique médiéval Henri de Gand, le Doctor Solemnis. Ces articles attirèrent l’attention du président des Bollandistes, le Père Charles De Smedt qui l’appela à Bruxelles. Sous sa direction Delehaye prépara une dissertation sur le moine bénédictin Guibert-Martin de Gembloux.

Le Bollandiste[modifier | modifier le code]

À la fin de ses études, en 1891, il fut chargé de la publication des Acta Sanctorum, l’œuvre principale et collective de la société des Bollandistes. Son domaine de spécialisation était l’hagiographie byzantine. En 1895, apparut sa première Bibliotheca hagiographica graeca (BHG), revue en 1909 et saluée par la critique comme un outil magistral pour l’étude du monde ancien helléno-chrétien. En 1902, sortit son Martyrologe byzantin et trois ans plus tard (1905), son livre sur Les légendes hagiographiques. D’autres publications savantes suivirent à un rythme régulier : on en trouvera la liste ci-dessous. En 1912 il devint le président des Bollandistes et en 1913 fut élu membre correspondant de l’Académie royale de Belgique. En 1918, il fut arrêté par les Allemands pour avoir collaboré à la presse clandestine de la Résistance. Condamné à 15 ans de travaux forcés il fut libéré peu après l’armistice de novembre 1918. Son travail hagiographique reprit de plus belle et avec l’aide de Paul Peeters et d’autres il continua la publication des Acta Sanctorum. En 1925, les Bollandistes en étaient au 4e volume du mois de novembre du calendrier des saints.

Outre cette œuvre d’envergure et de longue haleine, Delehaye écrivit d’innombrables articles pour des revues spécialisées, belges et étrangères, et des monographies publiées dans la revue Analecta Bollandiana. Historiographe et hagiographe de notoriété mondiale, il fut élu correspondant de nombreuses académies et société savantes. En 1920, Delehaye fut fait docteur honoris causa de l’université d’Oxford, et en 1926 de celle de Louvain.

Évaluation[modifier | modifier le code]

Comme maître en hagiographie, il fut probablement égal à son illustre prédécesseur Daniel Papebroch (successeur immédiat de Jean Bolland) pour sa perspicacité intellectuelle et la sûreté de son jugement critique. Il affina les méthodes de critique et relança ainsi le bollandisme contemporain.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Bibliotheca hagiographica graeca, Bruxelles, 1895
  • Les légendes hagiographiques, Bruxelles, 1905
  • Les origines du culte des martyrs, Bruxelles, 1912
  • À travers trois siècles : l'œuvre des Bollandistes (1615-1915), Bruxelles, 1920
  • Saint Martin et Sulpice Sévère, Bruxelles, Société des Bollandistes et Paris, Picard, 1920. In-8° de 136 pages (Tiré à part des Analecta Bollandiana, t. XXXVIII)
  • Les passions des martyrs et les genres littéraires, Bruxelles, 1921
  • Sanctus : essai sur le culte des saints dans l'antiquité, Bruxelles, 1927

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Paul Peeters: Figures bollandiennes contemporaines, Bruxelles, 1948, p. 67-105
  • E. De Strycker: L'œuvre d'un bollandiste, le Père Hippolyte Delehaye S.J. dans L'année théologique, n° 3, 1942, p. 265-274
  • B. Joassart, Hippolyte Delehaye. Hagiographie critique et modernisme, Bruxelles, 2000 (Subsidia Hagiographica, 81), 2 vol.

Liens externes[modifier | modifier le code]