Hippocratisme digital

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hippocratisme digital
Classification et ressources externes
ClubbingFingers1.jpg
« Doigts en baguettes de tambour » chez une femme de 33 ans atteinte d'hypertension pulmonaire.
CIM-10 R68.3
CIM-9 781.5
Wikipédia ne donne pas de conseils médicaux Mise en garde médicale

L'hippocratisme digital est une déformation du doigt et des ongles. On parle aussi de « doigts en baguettes de tambour » ou de « clubbing ». Les ongles sont recourbés, arrondis vers le haut.

Hippocrate, il y a un peu moins de 2 500 ans a été le premier à décrire cette anomalie. Ce signe clinique s'observe dans de nombreuses maladies telles que maladies respiratoires chroniques, cardiopathies cyanogènes, maladies inflammatoires du tube digestif ou encore lors de maladies hépatiques.

La physiopathologie reste inconnue mais il semble que certains facteurs de croissance soient impliqués (PDGF, facteur de croissance de l’endothélium vasculaire) et que les plaquettes jouent un rôle.

Il existe une forme primitive, la pachydermopériostose, et des formes secondaires à différentes causes : une des causes fréquentes est l'existence d'un cancer bronchique.

Mécanismes[modifier | modifier le code]

Ils ne sont pas clairs. L'hypoxie (défaut d'oxygénation) joue un rôle. Il existe des modifications des capillaires sanguins dans les doigts concernés par l'hippocratisme[1], avec présence de micro-thrombus[2]. Ces altérations de la vascularisation sont probablement en rapport avec la production de VEGF[3].

Causes[modifier | modifier le code]

L'hippocratisme digital peut être trouvé dans différentes affections.

  • Maladies cutanées :
    • Pachydermoperiostose (forme idiopathique d'ostéoarthropathie hypertrophiante) ;
    • Syndrome de Bureau-Barrière-Thomas ;
    • Fischer syndrome ;
    • Palmoplantar keratoderma ;
    • Volavsek syndrome.

Certaines maladies génétiques s'accompagnent d'hippocratisme digital, comme dans les cas de mutations de la 15-hydroxyprostaglandine déshydrogénase[4] ou de la protéine transporteuse de prostaglandine SLCO2A1[5].

Enfin, il existe des cas sans cause définie, dits idiopathiques.

Traitement[modifier | modifier le code]

Aucun traitement n'est en règle requis, autre que celui de la maladie causale. Si cette dernière peut être guérie, l'hippocratisme peut régresser.

Il existe parfois des formes douloureuses. Dans les cas de cancers pulmonaires inopérables, une vagotomie (section chirurgicale du nerf vague peut entraîner une amélioration des symptômes[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fara EF, Baughman RP, A study of capillary morphology in the digits of patients with acquired clubbing, Am Rev Respir Dis, 1989;140:1063–1066
  2. Fox SB, Day CA, Gatter KC, Association between platelet microthrombi and finger clubbing, Lancet, 1991;338:313–314
  3. a, b, c et d Rutherford JD, Digital clubbing, Circulation, 2013;127:1997-1999,
  4. Uppal S, Diggle CP, Carr IM et al. Mutations in 15-hydroxyprostaglandin dehydrogenase cause primary hypertrophic osteoarthropathy, Nat Genet, 2008;40:789–793
  5. Busch J, Frank V, Bachmann N et al. Mutations in the prostaglandin transporter SLCO2A1 cause primary hypertrophic osteoarthropathy with digital clubbing, J Invest Dermatol, 2012;132:2473–2476
  6. Ooi A, Saad RA, Moorjani N, Amer KM, Effective symptomatic relief of hypertrophic pulmonary osteoarthropathy by video-assisted thoracic surgery truncal vagotomy, Ann Thorac Surg, 2007;83:684–685