Hincmar de Laon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hincmar de Laon (ou Le Jeune) était le neveu du côté maternel de l'archevêque Hincmar de Reims.

En 858, peut-être grâce aux faveurs de son oncle, il fut élu évêque de Laon, suffragant de Reims.

Le caractère ambitieux d'Hincmar le Jeune le poussa à entrer en conflit non seulement avec le roi Charles le Chauve mais aussi avec son oncle. Lors du concile de Douzy en août 871, il fut déposé de sa charge d'évêque[1] et fut jeté en prison. À son retour d'Italie, Charles le Chauve, devenu empereur, lui fit crever les yeux[2].

En septembre 878, lors du deuxième sacre du roi Louis II le Bègue au concile de Troyes, Hincmar de Laon rentra en grâce et recouvra son siège épiscopal[3].

Il est mort en 879.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé André d'Avallon, Histoire chronologique et dogmatique des conciles de la chrétienté, 1854, p. 3
  2. Jean-Marie-Sauveur Gorini, Défense de l'Église contre les erreurs historiques..., 1859, p. 360
  3. Frédéric Lichtenberger, Encyclopédie des sciences religieuses, 1879, p. 255