Hiéron II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vestiges du monument mortuaire de Hiéron II à Syracuse[1] .

Hiéron II (né v. 308 av. J.-C. à Syracuse et mort en 215 av. J.-C. dans la même ville) est tyran de Syracuse entre 270 av. J.-C. et 215 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hiéron II instaure son autorité en mettant en déroute les Mamertins, des brigands d’origine italiques qui se sont emparés de Messine. Il reçoit le titre de roi[2].

D'abord adversaire de Rome aux côtés de Carthage pendant la Première guerre punique, il est défait en 264 avant J.-C., et il doit se soumettre aux Romains[3]. Il verse un tribut de 263 avant J.-C. à 248 avant J.-C. à Rome.

Durant la Deuxième guerre punique (218 avant J.-C. à 202 avant J.-C.), Hiéron II continue de soutenir Rome, en vertu du traité conclu après la Première guerre punique. Il aide Rome notamment par l'envoi de renforts, lorsque celle-ci subit sa deuxième défaite face à Hannibal à la bataille de Trébie en 217 avant J.-C.. Il envoie du blé aux Romains, ainsi que 500 archers crétois et 1 000 peltastes[4]. Il renouvelle plusieurs fois son soutien à Rome pendant les trois années de la Deuxième guerre punique qu'il connait. Il meurt en 215 avant J.-C., et c'est son petit-fils Hiéronyme qui lui succède. Celui-ci rompt les relations diplomatiques avec Rome, ce qui déclenche le siège de Syracuse par les Romains en 212 avant J.-C., et l'annexion du royaume de Syracuse par les Romains.

En plus d’être un soldat courageux, Hiéron II est un lettré qui compose des livres d’agronomie. Il administre son royaume comme un souverain hellénistique. Il emprunte aux Lagides les principales dispositions de la lex Hieronica, qui organise la perception de l’impôt foncier sur les paysans royaux et limite le profit des fermiers généraux. Il entretient une flotte puissante et fait perfectionner les fortifications du château d'Euryale, sans doute avec l’aide d’Archimède. Le commerce et l’industrie d’art restent florissants. Hiéron II intervient même en Orient pour secourir l’Égypte affamée et Rhodes détruite par un séisme.

Postérité[modifier | modifier le code]

Le fils et héritier de Hiéron II meurt avant lui :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (fr) « Le Parc Archéologique - L'Autel d'Hiéron II - », sur www.guidesvoyages.be (consulté en 28 octobre2010)
  2. (fr) « Hiéron II le Jeune (~306 env.-~215) tyran de Syracuse (~270-~215) », sur www.universalis.fr (consulté en 28 octobre2010)
  3. Voir « Hiéron II » dans l'encyclopédie Larousse.
  4. Polybe, Histoire: livre III, paragraphe 75

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]