Hevea

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hevea est un genre d’arbre, de la famille des euphorbiacées comprenant plusieurs espèces dont le latex, contenu de cellules spécifiques appelées laticifères, est utilisée pour produire du caoutchouc.

La plus connue, sous le nom d’hévéa est l’Hevea brasiliensis, largement cultivée dans toutes les régions tropicales et qui est la principale source de caoutchouc naturel.

La première espèce décrite scientifiquement fut Hevea guianensis découverte en Guyane française par François Fresneau de La Gataudière et décrite en 1775 dans son Histoire des plantes de la Guiane française rangées suivant la méthode sexuelle par le botaniste Fusée-Aublet, à qui on doit également le nom du genre.

Ce genre est originaire de la grande forêt amazonienne, Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Pérou, Venezuela, Guyanes (Suriname, Guyana et Guyane).

Le terme « hevea » est la forme latinisé d’un mot emprunté au quechua, langue amérindienne parlée notamment en Équateur, au Pérou et en Bolivie.

Description générale de l'hévéa[modifier | modifier le code]

Dans son milieu naturel en Amazonie, l’Hevea brasiliensis est un arbre pouvant atteindre fréquemment plus de 30 m de hauteur pour une circonférence de 1 m. L’hévéa a une écorce vert grisâtre. Les feuilles sont composées de trois folioles disposées à l’extrémité d’un pétiole. L’hévéa perd ses feuilles et les renouvelle chaque année. Les feuilles se forment périodiquement, par étage à l’extrémité des unités de croissance. Les fleurs sont petites, jaune clair et rassemblées en grappes. Les fruits sont composés d’une capsule à trois loges contenant chacune une graine de 2 cm environ, ovales, de couleur brune décoré de tâches blanchâtres.

Le tissu laticifère[modifier | modifier le code]

Le tissu laticifère se retrouve dans toutes les parties de l’arbre, des racines aux feuilles, en passant par l’écorce du tronc, siège de l’exploitation du latex chez l’hévéa. Les vaisseaux laticifères se développent en manchons concentriques dans le liber (écorce tendre) qui contient également les vaisseaux conducteurs de la sève élaborée, le phloème. Les vaisseaux laticifères s’anastomosent de façon à former un réseau continu à l’intérieur de chaque manchon. Les cellules qui composent les vaisseaux laticifères sont vivantes et possèdent tous les organites (noyau, mitochondries, plastes, etc.) nécessaires à leur fonctionnement.

Le latex[modifier | modifier le code]

Le latex récolté par saignée est le cytoplasme, c’est-à-dire le contenu liquide, des cellules laticifères. Il est composé d’une suspension de particules de caoutchouc, mais également d’organites comme les lutoïdes. En revanche, les noyaux et les mitochondries demeurent attachés aux parois des cellules, assurant ainsi le renouvellement du latex après récolte. Les particules de caoutchouc représentent 25 à 45 % du volume du latex et 90 % de la matière sèche.


Liste des espèces[modifier | modifier le code]

Selon ITIS :

Selon Kew Garden World Checklist (22 déc. 2010)[1] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Kew Garden « World Checklist », consulté le 22 déc. 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens taxinomiques[modifier | modifier le code]

Liens et documents[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Compagnon, p. 1988. Le Caoutchouc Naturel. Biologie - Culture - Production. Maisonneuve et Larose éditeurs. 595 p.