Heteropogon contortus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pili.

Heteropogon contortus, l'Hétéropogon contourné, ou “pili”, ou herbe polisson, etc. est une herbe vivace touffue tropicale de la famille des Poaceae.

Description[modifier | modifier le code]

L'épi de droite, encore vert, montre bien la position unilatérale et sommitale des épillets fertiles pourvus de longues barbes, les épis de gauche, mûrs, montrent comment les épillets libérés s'entremêlent.
Savane à Heteropogon contortus sur la côte ouest de l'île de La Réunion
Pelotes de dispersion des graines de l'herbe polisson
Hutte hawaïenne couverte en pili
Restauration de sols érodés réalisée au moyen de balles de foin de pili, sur l'île de Kahoolawe

Cette graminée forme des touffes atteignant en moyenne générale à la floraison une hauteur de 0,75 m[1].

Les tiges sont dressées, fines et simples (ou à un ou deux rameaux), les feuilles sont larges de 2 à 5 mm et leur ligule est remplacé par de longs poils. La feuille supérieure engaine le plus souvent la base de l'épi[2].

Un pied porte un ou quelques épis, qui dans ce cas forment un faux panicule. Chaque épi, étroit et cylindrique, mesure 3 à 7 cm sans les barbes. Les épillets sont disposés par paires : les épillets des paires inférieures sont tous pédicellés, stériles et dépourvus de barbes, les paires supérieures comprennent un épillet également pédicellé et stérile et un épillet sessile, fertile et pourvu d'une longue barbe.

Les épillets sessiles portent à leur base un callus très piquant et au sommet de la glume une arête (ou barbe), brune velue et vrillée, longue de 7 à 8 cm. Ces barbes s'emmêlent et s'enroulent pour former une mèche très caractéristique au sommet des épis. A maturité, les épillets libérés forment entre eux ou avec les feuilles sèches des pelotes qui peuvent être dispersées par le vent ou par les animaux en s'accrochant à leurs toisons.

Appellations[modifier | modifier le code]

Heteropogon contortus est appelée “pili” aux îles Hawaii et servait à couvrir en chaume[3] les habitations traditionnelles, les “hale”. À La Réunion, où elle est surnommée « herbe polisson », elle est l'espèce dominante des savanes de la côte ouest. C'est aussi la principale constituante, le “danga”, des savanes de Madagascar[4]. À la Guadeloupe et en Martinique, c'est le ti fwen (petit foin).

Synonymes scientifiques[modifier | modifier le code]

  • Andropogon contortus L.

Répartition[modifier | modifier le code]

L'espèce est naturellement originaire d'Océanie et des zones tropicales situées autour de l'océan Indien (Afrique australe, Asie du sud, Australie du nord) et s'est répandue ensuite dans d'autres parties du monde, notamment en Amérique et en Asie de l'est où elle peut être considérée comme une espèce envahissante[5]. En France métropolitaine, elle est présente de manière rare sur le littoral méditerranéen ; elle y bénéficie du statut d' « espèce végétale protégée sur l'ensemble du territoire français métropolitain ».

Écologie[modifier | modifier le code]

Elle est typique de régions tropicales et subtropicales à pluviométrie inférieure à 800 mm/an parcourues saisonnièrement par des incendies. Elle est résistante au feu, s'accommode de périodes de sécheresse mais ne subsiste pas dans les régions où l'aridité est trop marquée. Elle peut supporter le cas échéant le gel, mais pas l'inondation[1].

Utilisations[modifier | modifier le code]

C'est une herbe fourragère appréciable sur sols pauvres, consommable uniquement à l'état jeune. Elle peut éventuellement être fauchée pour produire du foin.

Elle est utilisée en couverture traditionnelle de toitures d'habitations à Hawaii.

Elle a été testée à Hawaii pour la lutte contre l'érosion en disposant sur les sols dégradés des balles de foin de pili[6]. À La Réunion, la restauration écologique et paysagère des terrassements occasionnés par la construction de la route des Tamarins dans la traversée du site de la savane du cap La Houssaye, a été menée principalement par réimplantation artificielle de la végétation à Heteropogon[7].

Elle est signalée dans les flores chinoises comme utilisée pour la fabrication de papier[8].

Nuisances[modifier | modifier le code]

Les pelotes de graines qui s'accrochent aux toisons des animaux occasionnent la dépréciation de la laine en Australie.

Les graines piquantes emprisonnées dans des poils épais sont aussi susceptibles de s'enfoncer dans la peau des moutons et de provoquer des lésions graves qui peuvent dégénérer et aller jusqu'à entraîner la mort de l'animal. En Nouvelle-Calédonie, Heteropogon contortus est ainsi surnommée l'« herbe tue-moutons »[9].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b FAO : Heteropogon contortus (en)
  2. Abbé Hippolyte Coste, Flore descriptive et illustrée de la France de la Corse et des contrées limitrophes, Paris, 1937, Tome III, p.556
  3. University of Hawai`i at Manoa, Botany Department : Thatching (ako) (en)
  4. FAO : Madagascar, profil fourrager
  5. Global invasive species database : Heteropogon contortus (graminée)
  6. Glenn Sakamoto, Progress report on the use of piligrass (Heteropogon contortus) hay bales for the island of Kaho`olawe's highly erodible sites, september 2008 [PDF] (en)
  7. Région Réunion, lettre d'information sur la route des Tamarins, Tamarinfo n°12, juin 2008, p.4
  8. Flora of China : Heteropogon contortus(en)
  9. Ensemble pour la planète : la forêt sèche de Nouvelle-Calédonie, p.5