Herxheim (site archéologique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Crâne humain découvert sur le site et exposé au musée de Heidelberg.

Le site archéologique d'Herxheim, situé sur le territoire de la municipalité d'Herxheim bei Landau, au sud-ouest de l'Allemagne, est interprété par les archéologues comme étant un centre religieux néolithique caractérisé par un charnier renfermant les preuves de pratiques rituelles cannibales. Le site de Herxheim possède des similitudes avec celui de Talheim, ou celui de Schletz-Asparn en Autriche. Sa nature est toutefois très différente. Le site peut être daté entre 5300 et 4950 av. J.C., et appartient à la culture rubanée.

Découverte[modifier | modifier le code]

Le site archéologique de Herxeim a été découvert en 1996 lors d'un projet de construction. La découverte lors des travaux, d'ossements humains, de crânes notamment, a entraîné la mise en place d'une fouille de sauvegarde.

Culture archéologique[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Culture rubanée.

Le site de Herxheim se rattache à la culture rubanée. L'une des particularité du site est la présence simultanée de différents styles céramiques contemporains, certaines de grande qualité. Quelques-unes de ces céramiques sont produites par les autochtones, d'autres sont fabriquées ailleurs au Nord et à l'Est d'Herxheim, jusqu'à 500 kilomètres de distance. les trouvailles de silex sur le site présentent la même variété d'origines géographiques.

Le site[modifier | modifier le code]

Les structures archéologiques retrouvées sur le site suggèrent l'existence d'un grand village néolithique d'environ 6 hectares entouré de plus de 80 fosses ovoïdes creusées durant une période de plusieurs siècles. Ces fosses, en se recoupant, forment une triple enceinte semi-circulaire : cette disposition suggère l'existence d'un plan prédéterminé.

Les corps[modifier | modifier le code]

L'ensemble des fosses composant l'enceinte s'est révélé contenir des restes humains et animaux (de chiens, notamment) ainsi que des poteries, des outils d'os ou de pierre et de rares objets de parures[1]. Les restes humains étaient, lors de leur découverte, éparpillés au sein des fosses, rarement intacts ni même en connexion anatomique. Ils appartiennent à un minimum estimé de 500 individus des deux sexes, du nouveau-né au vieillard. La surface de fouille ne couvrant qu'environ la moitié du site archéologique, il est raisonnable de penser qu'un total de plus de 1000 individus a été inhumé sur le site d'Herxheim.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Herxheim sur le site web du CNRS

Lien externe[modifier | modifier le code]

Boulestin B. et al. 2009, Mass cannibalism in the Linear Pottery Culture at Herxheim (Palatinate, Germany), Antiquity, volume 83, p. 968–982 : [1]