Hervé Di Rosa

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Hervé di Rosa)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Di Rosa.

Hervé Di Rosa (né à Sète le ) est un peintre français. Artiste peintre contemporain[1], il est avec Richard Di Rosa, François Boisrond, Rémi Blanchard et Robert Combas l'un des principaux artisans du mouvement français de la « Figuration libre »[2],[3],[4],[5],[6], renouveau de la peinture dans les années 1980, une peinture empruntant souvent à la BD, au rock et au graffiti.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hervé Di Rosa est né à Sète le 17 décembre 1959. Après son bac, il fait une année de prépa à Sête puis intègre les Arts Décoratifs, à Paris, pour étudier le cinéma d'animation ; largement emprunt d'une culture de la BD, il y découvre l'histoire de l'Art et certains grands peintres[7]. Il partage alors un atelier avec d'autres, dont François Boisrond ou Robert Combas[7]. Avec ce même Combas et Ketty Brindel (qui intégrera peu après le groupe Les Démondés de Richard Di Rosa), il fonde la revue Bato[8].

En 1981, comme point de départ, il expose chez Bernard Lamarche-Vadel, puis à Nice au milieu de l'année ; c'est lors de l'exposition de cet été dans le sud de la France que Ben invente le terme de « Figuration libre » pour définir le mouvement pictural représenté par François Boisrond, Rémi Blanchard, Robert Combas, Catherine Viollet ou encore Jean-Charles Blais[7].

En 2012, il expose ses grands formats à l'espace ENCAN de La Rochelle[9].

En 2014, il installe les « Modestes tropiques » au musée du quai Branly[10].

Citations[modifier | modifier le code]

« Je n’invente pas l'art modeste, je l'ai trouvé, je le fais vivre et je le fais dialoguer avec l'art contemporain. Le centre de cette aventure, c'est l’art contemporain. Parce qu'en face, il y avait le Centre régional d'art contemporain, de grande importance, on a longtemps cru que le Miam était un lieu anti-art contemporain. Pas du tout. Au contraire, j'ai fondé le Miam pour tendre un pont d'une rive à l'autre, aller vers le néophyte qui peut être attrapé par l'alibi des images du quotidien qu'il connaît bien et qui l'amènent vers des œuvres plus complexes. Certains vont vouloir approfondir et aller voir de l'autre côté. »

[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hervé Di Rosa, artiste peintre, France Musique
  2. « Été 1981, Ben invente le terme « figuration libre » pour qualifier le travail de Combas et Di Rosa : « 30% provocation anti-culture, 30% Figuration Libre, 30% art brut, 10% folie. Le tout donne quelque chose de nouveau ». Puis, continue à utiliser ce terme pour qualifier ce retour très libre à la peinture, omniprésent en France comme ailleurs en ce début des années 1980. » Hervé Perdriolle, janvier 2008, [lire en ligne]
  3. « Ce nom est donné par Ben au travail de jeunes peintres français que le critique Bernard Lamarche-Vadel réunit à Paris en juin 1981 dans l'exposition finir en beauté. Ces artistes (Jean-Charles Blais, Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas, Hervé et Richard Di Rosa […] », Pierre Nahon, Dictionnaire amoureux de l'art moderne et contemporain, Plon, 2014, [lire en ligne]
  4. Bernard Marcadé, « Figuration libre, mouvement artistique  », Encyclopædia Universalis [en ligne, consulté le 6 février 2015.
  5. « Et pourtant, avant même que ne soit forgée l’expression, Robert Combas, puis Hervé Di Rosa et François Boisrond en ont été les fomenteurs. […] S'ils ont été rapidement pris en charge par la critique et le marché, ils n'en sont pas moins ceux par qui l'histoire est arrivée, rejoints très vite par Rémi Blanchard, puis par Richard Di Rosa. », Philippe Piguet, Il était une fois... la figuration libre. Rémi Blanchard, François Boisrond, Robert Combas, Hervé Di Rosa, Richard Di Rosa, Adam Biro, 2002, p. 5
  6. Jean-Luc Chalumeau, « Hervé Di Rosa : C'est quoi la peinture pour toi ? », Eighty, no 17,‎ , p. 60 (ISSN 0294-1880) « Le cas Di Rosa […], dont décidément le nom s'impose à propos des jeunes gens de la « Figuration Libre ». »
  7. a, b et c Catherine Flohic, « Hervé Di Rosa », Eighty, no 17,‎ , p. 62 à 63 (ISSN 0294-1880)
  8. Biographie officielle de Combas sur son site officiel « Robert Combas, Ketty Brindel et Hervé Di Rosa créent la revue BATO, « œuvre d’art assemblagiste et collective réalisée à cent exemplaires et faite à la main ». C’est dans cette ambiance de travail collectif que Combas forme avec Ketty et Buddy Di Rosa le groupe Les Démodés, […] »
  9. http://www.sudouest.fr/2012/07/04/herve-di-rosa-ou-la-vie-des-autres-760939-4608.php
  10. http://www.quaibranly.fr/fr/programmation/installations/modestes-tropiques-herve-di-rosa.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]