Hervé Biausser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hervé Biausser, directeur de l'École centrale Paris

Hervé Biausser est le directeur de l'École centrale Paris[1],[2] (ECP) depuis septembre 2003 et directeur de l'École Supérieure d'Électricité (Supelec) depuis le 1er septembre 2013.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est né le 17 février 1951[3]. Il étudie à Centrale puis commence une thèse de doctorat. En 1977, il rejoint IRSID, l'Institut de recherche de la sidérurgie du groupe Usinor (devenu par la suite Arcelor, puis ArcelorMittal). Il est promu directeur du département de métallurgie mécanique en 1990, qu'il quitte finalement en 1995[4]. Il devient alors professeur à l'École centrale Paris et en 1998, il est nommé directeur du laboratoire des matériaux. En juillet 2001, il devient le directeur du centre de recherche, de l’École Doctorale et de Centrale Recherche SA. Il succède à Daniel Gourisse[4] en 2003 à la tête de l'école d'ingénieurs située à Châtenay-Malabry.

Depuis sa prise de direction, Centrale a organisé une rénovation de son programme Ingénieur Centralien (réforme Ariane) et a ouvert une filière par apprentissage. Le groupe des Écoles centrales[4] a été sollicité pour ouvrir une Ecole en Chine, l'École centrale de Pékin, et une École au Maroc, à Casablanca. En 2013, il est également annoncé qu'une Ecole Centrale devrait être créée prochainement à Hyderabad, en Inde[5].

Dans le cadre du projet de campus à Paris-Saclay, Centrale, située à Châtenay-Malabry depuis 1969, devrait prochainement déménager à Gif-sur-Yvette à côté de son alliée Supélec. Dans ce cadre, Hervé Biausser est proposé en 2013 comme futur directeur de Supélec en remplacement d'Alain Bravo. Depuis la rentrée 2013, il dirige donc les deux établissements puisqu'il a également été choisi pour un troisième mandat à la tête de Centrale (un mandat dure cinq ans).

Hervé Biausser est membre du conseil d'administration de la Conférence des grandes écoles[3] dont, après avoir été secrétaire général, il devient l'un des vice-présidents en juin 2009[6]. Il a été président du CESAER, une association d'écoles d'ingénieurs européennes, entre 2009 et 2010, et a été Président du réseau d'échanges d'étudiants TIME.

Cursus[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Vie personnelle[modifier | modifier le code]

Son père est breton et sa mère vient de La Réunion. Il aime le yoga, l'opéra, les auteurs de la Grèce antique, et est un très bon joueur de handball [11].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Centrale Paris et l'Essec se rapprochent », Les Écho,‎ 30 novembre 2009 (lire en ligne)
  2. Sylvie Lecherbonnier, « Hervé Biausser (Centrale Paris) : « L’alliance stratégique avec Supélec prend tout son sens avec l’opération campus » », EducPros,‎ 11 décembre 2008 (lire en ligne)
  3. a et b (en) « Hervé BIAUSSER », EducPros (consulté le 20 janvier 2010)
  4. a, b, c, d et e « Hervé Biausser a pris hier ses fonctions de directeur de l'École centrale Paris. Il succède à Daniel Gourisse. », Les Échos, 2 septembre 2003
  5. avec AFP, « Après la Chine l'Ecole Centrale Paris va s'implanter en Inde », Challenges,‎ 20 septembre 2013 (lire en ligne)
  6. Géraldine Dauvergne, « Pierre Tapie nouveau président de la Conférence des Grandes Ecoles », EducPros,‎ 9 juin 2009 (lire en ligne)
  7. (en) « Medaille Jean Rist », SF2M (consulté le 20 jenvier 2010)
  8. (en) « Grand Medaille SF2M », SF2M (consulté le 20 janvier 2010)
  9. (en) « Décret du 14 avril 2006 portant promotion et nomination », Legifrance.gouv.fr,‎ 16 avril 2006 (consulté le 20 janvier 2010)
  10. (en) « Doctorats Honoris Causa », fpms.ac.be,‎ 22 novembre 2012 (consulté le 7 janvier 2013)
  11. « Docteur zen et mister action », Journal des Grandes Ecoles, vol. 38,‎ 2006 (lire en ligne)