Herta Oberheuser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Herta Oberheuser

Description de cette image, également commentée ci-après

Herta Oberheuser lors du Procès des médecins.

Naissance 15 mai 1911
Cologne, Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Décès 24 janvier 1978 (à 66 ans)
Linz am Rhein, Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Nationalité Allemande
Profession
Médecin
Herta Oberheuser au procès des médecins, le 20 août 1947.

Herta Oberheuser, née le 15 mai 1911 à Cologne (Empire allemand) et décédée le 24 janvier 1978 à Linz am Rhein (RFA), est un médecin allemand. Elle a officié au camp de Ravensbrück de 1940 à 1943.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance et études[modifier | modifier le code]

Née à Cologne en 1911, elle obtient son baccalauréat en 1931 et fini ses études de médecine en 1937. Parallèlement, elle adhère au Bund Deutscher Mädel (BDM) en 1935 et entre au Parti nazi en 1937[1].

Elle déclare lors de son procès que c'est par intérêt pour sa carrière qu'elle accepte une offre de travail comme médecin au camp de Ravensbrück. Car il était presque impossible pour une femme à cette époque de travailler dans un service de chirurgie[1].

Expérimentations médicales[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Expérimentation médicale nazie.

Herta Oberheuser travaille sous la supervision du Dr Karl Gebhardt et prit part aux expérimentations médicales nazies (utilisation de la sulfanilamide sur les os, les muscles et les nerfs) menées sur 86 femmes. 74 d'entre celles-ci étaient des prisonnières politiques polonaises du camp. Elle fut responsable du décès d'enfants en bonne santé, causés par des injections d'huile et d'hexobarbital. Elle prélevait ensuite des organes. Le temps d'injection des doses allait alors de trois à cinq minutes, la personne restait pleinement consciente jusqu'au dernier moment.

Procès de Nuremberg[modifier | modifier le code]

Herta Oberheuser est la seule femme présente dans le box des accusés du procès des médecins lors du procès de Nuremberg. Elle est condamnée à vingt ans de prison. Le verdict prononcé par le tribunal est le suivant : « Herta Oberhauser, le Tribunal militaire 1 vous a jugée coupable de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité. Pour les dits crimes, le Tribunal militaire 1 vous condamne à 20 ans de réclusion dans la ou les prisons ou centres de détention qu'il appartiendra à l'autorité compétente de décider. Emmenez l'accusée Herta Oberhauser. »[2].

Vie post-guerre[modifier | modifier le code]

Elle est libérée en avril 1952 pour bonne conduite et devient médecin de famille à Stocksee. Elle perd son poste en 1956, après qu'une survivante du camp de Ravensbrück l'ait reconnue ; son permis de pratiquer la médecine est révoqué en 1958. Elle fait appel de cette décision et retrouve son droit d'exercer la médecine le 28 avril 1961 et occupe un emploi dans un laboratoire de l'institut Bodelschwing[1].

Elle décède le 24 janvier 1978 dans une maison de retraite à Linz am Rhein[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Michel Cymes, « Hippocrate aux enfers - Chapitre 13 - "Elle n'était pas mauvaise" - Herta Oberheuser », Éditions Stock,‎ 2015 (ISBN 9782234078413, consulté le 27 janvier 2015), p. 216
  2. « Annonce du verdict dans le procès des médecins », site du United States Holocaust Memorial Museum.

Articles connexes[modifier | modifier le code]