Hermolao Barbaro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barbaro et Hermolaüs.
Hermolao Barbaro (1454-1493)

Hermolao Barbaro (Hermolaus Barbarus le Jeune), ou Ermolao Barbaro (né le 21 mai 1454 à Venise - mort le 14 juin 1493 à Rome), est un humaniste italien de la Renaissance (XVe siècle), qui fut tout à la fois écrivain, professeur et diplomate.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermolao Barbaro fut chargé par le sénat de Venise de plusieurs négociations importantes auprès des empereurs Frédéric III et Maximilien Ier, et fut nommé par le pape Innocent VIII patriarche d'Aquilée. Il cultiva les lettres avec succès : on lui doit des traductions de Dioscoride, de Thémistius et des travaux importants sur Aristote et sur Pline (Rome, 1492).

Il écrivit en 1492-1493, un ouvrage intitulé Castigationes Plinaniae, dans lequel il se livre à une rigoureuse édition critique du texte de Pline.

Après avoir rencontré Politien à Venise, Hermolao Barbaro lui écrit pour l’assurer de l’immense respect dans lequel il le tient et lui adresse une double requête : qu’il continue de venir au secours des belles lettres et qu’il accepte que lui, Barbaro, l’assiste dans ce combat. Ce à quoi Politien répond que « si dix Barbaro (lui) étaient donnés, (il aurait) bon espoir que sous peu les lettres grecques et latines soient sauvées de la barbarie[1]. » Un tel échange de compliments était traditionnel à l'époque dans la correspondance humaniste.

Plusieurs de ses œuvres seront éditées dans les années 1540 par son neveu le cardinal Barbaro.

Barbaro a été étudié par le lettré et poète américain Trumbull Stickney alors qu'il travaillait à la Sorbonne, à la fin du XIXe siècle.

Sources et références[modifier | modifier le code]

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.
  1. Cité par Nicolas Petit (1497-1532), professeur, poète, humaniste et régent ès arts au collège de Montaigu, dans la préface de ses Silvae, recueil de poésies de 3 000 vers environ, publié en 1522, chez Jean de Gourmont.