Hermann von der Hardt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermann von der Hardt

Hermann von der Hardt (1660-1746) est un historien et orientaliste allemand.

Né à Melle, près d'Osnabruck, il étudia les langues orientales aux universités de Iéna et de Leipzig, et s'intéressa particulièrement à l'hébreu. Il devint conservateur de la riche bibliothèque du duc Rodolphe-Auguste de Brunswick-Wolfenbüttel, puis professeur de langues orientales à Helmstedt en 1690, et enfin recteur du gymnase de Marienbourg en 1709.

La témérité de ses interprétations allégoriques des faits les plus merveilleux de la Bible lui attira de nombreux désagréments.

On a de lui :

  • Autographa Lutheri aliorumque celebrium virorum, ab anno 1517 ad annum 1546, Reformationis aetatem et historiam egregie iliustrantia (1690-1691) ;
  • Magnum oecumenicum Constantiense concilium (1697-1700) : cette histoire du concile de Constance fut mise à l'Index ;
  • Hebraeae linguae fundamenta (1694) ;
  • Syriacae linguae fundamenta (1694) ;
  • Elementa Chaldaica (1693) ;
  • Enigmata Judaeorum (1705) ;
  • Historia litteraria reformationis (1717) ;
  • Enigmata prisci orbis (1723).

Source[modifier | modifier le code]

Marie-Nicolas Bouillet et Alexis Chassang (dir.), « Hermann von der Hardt » dans Dictionnaire universel d’histoire et de géographie,‎ 1878 (Wikisource)