Hermann Esser

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Hermann Esser.

Hermann Esser (29 juillet 1900 à Röhrmoos près de Dachau7 février 1981 à Dietramszell) fut un des premiers compagnons d’Adolf Hitler, un journaliste et un fonctionnaire du NSDAP durant toute la durée du Troisième Reich.

Activités politiques[modifier | modifier le code]

Esser qui était à l’origine social démocrate entra en octobre 1919 au DAP qui allait plus tard devenir le NSDAP. À partir de 1919, il fut le rédacteur en chef du Völkischer Beobachter.

En 1923 Esser, qui était considéré comme un bon orateur, devint le premier responsable de la propagande du NSDAP. Jusqu’en 1933, il fut occupé à Munich en tant que rédacteur en chef et conseiller municipal, où il était également membre du Landtag de Bavière, ministre du Land de Bavière et Chef de la Chancellerie du Land. De 1933 jusqu’à l’abolition du Landtag le 30 janvier 1934 par la loi sur la reconstruction du Reich du 30 janvier 1934 (RGBI. I S . 75) il fut le président du Landtag de Bavière. Après cela, il perdit graduellement son influence politique. Il fut de plus impliqué dans un divorce difficile dans lequel même la Chancellerie du Reich eut à intervenir. En 1935, la carrière politique de Hermann Esser se trouvait dans une impasse.

En 1939, on le nomma en guise de faveur, Secrétaire d’État au Reichministerium für Volsaufklärung und Propaganda. Cette fonction qui était en fait sans influence réelle lui assura des revenus respectables; Esser n’exerçait toutefois de responsabilités réelles que pour la Fremdenverkehrsabteilung (l’administration chargée du tourisme) pour laquelle il exerçait la surveillance. En même temps, il était le président du Reichsfremdenverkehrsverbandes. De 1933 à 1945, il fut membre du Reichstag où il exerçait les fonctions de vice-président.

Esser était un antisémite fanatique. Dans son ouvrage « Die jüdische Weltpest » (la peste juive mondiale) publié en 1939 et qu’il avait finalisé deux mois après les pogroms de novembre 1938, il faisait valoir que les Juifs n’avaient que ce qu’ils méritaient.

De 1945 à 1947, il fut détenu par les Américains. Dans le cadre de la dénazification, Esser fut classé comme responsable principal et condamné à cinq années de travaux forcés. Il fut relâché en 1952 et mourut en 1981 à Munich.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Die jüdische Weltpest, Munich, Zentralverlag des NSDAP, 1939 Bayerns Retter heisst Adolf Hitler, Discours du Conseiller municipal Hermann Esser (National Schallplatten Dienst, Berlin)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Norbert Frei, Nationalsozialistische Eroberung der Provinzpresse : Gleichschaltung, Selbstanpassung u. Resistenz in Bayern, Stuttgart, Deutsche Verlags-Anstalt,‎ 1980 (ISBN 3-421-01964-9).
  • (de) Ernst Klee, Das Personenlexikon zum Dritten Reich : wer war was vor und nach 1945, Frankfurt am Main, S. Fischer,‎ 2003 (ISBN 3-100-39309-0).
  • (de) Gerhard Paul, Aufstand der Bilder : die NS-Propaganda vor 1933, Bonn, J.H.W. Dietz,‎ 1990 (ISBN 3-801-25015-6).
  • Jana Richter: Hermann Esser, in: (de) Hermann Weiss (Hg.), Biographisches Lexikon zum Dritten Reich, Frankfurt am Main, S. Fischer,‎ 1998 (ISBN 3-100-91052-4), S. 113.

Références[modifier | modifier le code]