Hermann Buhl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hermann Buhl, né le 21 septembre 1924 à Innsbruck et mort le 27 juin 1957 sur le Chogolisa, est un alpiniste considéré comme l'un des meilleurs alpinistes autrichiens de l'après Seconde Guerre mondiale. Il est le deuxième alpiniste après Gyalzen Norbu[réf. nécessaire] ayant gravi deux sommets de plus de huit mille mètres d'altitude, l'un des deux seuls alpinistes (avec Kurt Diemberger) ayant fait deux premières ascensions de sommets de plus de huit mille et le seul ayant fait une première ascension de sommet de plus de huit mille en solo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hermann Buhl, le plus jeune d'une fratrie de quatre enfants, est né à Innsbruck. Après la mort de sa mère, il vit dans un orphelinat. Il fait partie des louveteaux scouts à Innsbruck avant l'interdiction du scoutisme en Autriche. Dès les années 1930, il commence à fréquenter les massifs calcaires des environs d'Innsbruck (Karwendel, massif de l'Empereur, Wetterstein). En 1939, il rejoint le Deutscher Alpenverein d'Insbruck (le Club alpin allemand) et grimpe rapidement jusque dans le niveau 6. Il est membre de l'équipe de secours en montagne d'Innsbruck (Bergrettung Innsbruck).

La Seconde Guerre mondiale interrompt ses études de commerce. Il rejoint les troupes alpines principalement au Monte Cassino. Après avoir été fait prisonnier de guerre par les États-Unis, il retourne à Innsbruck et gagne sa vie avec des petits boulots. À la fin des années 1940, il complète sa formation de guide de haute montagne.

Alpinisme[modifier | modifier le code]

Hermann Buhl s'affirme très tôt comme l'un des meilleurs alpinistes du moment en réussissant de nombreuses ascensions très difficiles. Adepte de l'escalade en solitaire, il est aussi un pionnier de l'alpinisme hivernal dans les voies difficiles.

En 1953, il atteint le sommet du Nanga Parbat mais en redescend avec de graves gelures aux pieds. Deux ans plus tard, il recommence néanmoins à enchaîner les ascensions et repart en expédition en 1957 pour tenter d'escalader un deuxième « 8 000 », le Broad Peak. Parvenu à la cime le 9 juin, Buhl devient le premier homme à avoir gravi deux sommets de plus de 8 000 mètres. Quelques semaines après sa victoire sur le Broad Peak, Hermann Buhl tente, de nouveau avec Kurt Diemberger, l'ascension du Chogolisa (7 665 mètres). Ils ne peuvent atteindre le sommet, arrêtés par la tempête à 7 300 mètres d'altitude. Hermann Buhl trouve la mort à la descente, à 7 200 mètres, lorsqu'une corniche cède sous ses pieds et le fait chuter dans le vide. Son corps n'a pas été retrouvé[1].

Ascensions[modifier | modifier le code]

Le Nanga Parbat (vue aérienne)
Le Broad Peak, vu depuis Concordia Platz

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hermann Buhl ou l'Invention de l'alpinisme moderne  : présenté par Horst Höfler et Reinhold Messner ; avec les textes originaux d'Hermann Buhl ; traduit par Agnès Couzy. Grenoble : Glénat, coll. « Hommes et montagnes », 2005. 281 p.-[48] p. de pl., 23 cm. (ISBN 2723451879). Titre original : Hermann Buhl : am Rande des Möglichen (Zurich : AS Verlag, 2003)
  • Hermann Buhl, Du Tyrol au Nanga Parbat, Hoëbeke, Paris, 1997 (ISBN 2-84230-023-8)
  • Gérard Bordes, Grande Encyclopédie de la Montagne, t. 2, Paris, Atlas,‎ 1976, 2400 p.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Hermann Buhl, Du Tyrol au Nanga Parbat, Hoëbeke, Paris, 1997 (ISBN 2-84230-023-8), épilogue La dernière trace rédigé par Kurt Diemberger