Hercules Seghers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Hercules Seghers

Nom de naissance Hercules Pietersz Segers
Naissance 1589 ou 1590
Haarlem
Décès vers 1637/1638
Amsterdam
Nationalité néerlandaise
Provinces-Unies Provinces-Unies
Activités Graveur,
Peintre
Maîtres Gillis Van Coninxloo
Mouvement artistique Baroque
Influencé par Joos De Momper,
Roelandt Savery
Influença Rembrandt


Ville aux quatre tours, v.1631, gravure et pointe-sèche (Cincinnati Art Museum, Cincinnati). – Une gravure inhabituelle typique de Seghers : imprimée en vert sur du coton coloré, et ensuite retravaillée avec des lavis de gris et noir.
Paysage imaginaire (Musée Bredius, La Haye). – Détruit lors d’un incendie en octobre 2007[1],[2].
Paysage au sapin, gravure sur papier peint (Rijksmuseum, Amsterdam).
Paysage (Musée Boijmans Van Beuningen, Rotterdam). – Attribué à Seghers seulement depuis 1951[3].

Hercule Pietersz Segers ou Seghers[4] (Haarlem, 1589 ou 1590 – Amsterdam, vers 1637/1638[5]), est un graveur et peintre néerlandais (Provinces-Unies) du siècle d’or.

Au cours de sa carrière, Seghers n'a cessé d'expérimenter des techniques d'eau-forte et d'impression. Rembrandt le considérait comme son maître et possédait certaines de ses œuvres. Il fut « le paysagiste le plus inspiré, expérimental et original » de son temps, et un graveur encore plus novateur[6].

Biographie[modifier | modifier le code]

Hercules Seghers est né à Haarlem. Son père était un marchand de tissu de confession mennonite ; originaire de Flandre, celui-ci était venu s’installer en 1596 à Amsterdam. C’est dans cette ville que Hercules Seghers fait son apprentissage auprès de Gillis Van Coninxloo, artiste qui figurait au premier rang des paysagistes de son époque. La mort de ce dernier, survenue en 1606, vient sans doute interrompre brutalement cette période d’étude. Le contenu de l’atelier du maître est mis en vente, et Seghers et son père, de même que Pieter Lastman, acquièrent alors un certain nombre de ses peintures.

En 1612, après le décès de son père, Hercules Seghers retourne à Haarlem, où il est inscrit dans la guilde de Saint-Luc locale. Il revient à Amsterdam en 1614 pour obtenir la garde d’une fille illégitime et, l’année suivante, il épouse Anneke Van der Brugghen, originaire d’Anvers, et de seize ans son aînée. En 1620, il achète pour 4 000 florins environ une vaste maison sur le Lindengracht dans le quartier du Jordaan, une propriété que, après s’être endetté à la fin des années 1620, il sera contraint de revendre dès 1631. De son atelier aménagé à l’étage supérieur de la maison, abattue en 1912, il avait vue sur la Noorderkerk (l’« Église du Nord ») dont la construction venait de s’achever et que l’on peut voir sur l’une de ses estampes[7]. Après avoir vendu sa maison, il part s’installer à Utrecht comme marchand d’œuvres d’art. On le retrouve ensuite à La Haye en 1633.

On ignore la date exacte de la mort d’Hercules Seghers ; on dispose toutefois d’un document de 1638 dans lequel une Cornelia De Witte est renseignée comme veuve d’un « Hercules Pietersz. », qui pourrait être le peintre. Comme dans beaucoup de documents détaillés concernant la vie de Seghers, le rapprochement que l'on peut faire dépend de la rareté supposée de son prénom. Selon des sources postérieures, Seghers, vers la fin de sa vie, se serait mis à boire et serait mort à la suite d’une chute dans les escaliers[8].

Sa réputation fut relancée à titre posthume par l’ouvrage de Samuel Van Hoogstraten, Inleyding tot de hooge schoole der schilderkonst (« Introduction à la grande école de la peinture »), dans lequel Seghers est présenté, essentiellement sur base de ses gravures, plutôt comme un génie romantique avant la lettre : solitaire, pauvre et incompris.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Les sujets de prédilection de ses gravures sont des paysages montagneux désolés où la quasi-absence de l'être humain est une constante, quand il n'est pas représenté comme quantité négligeable face aux éléments naturels déchaînés.

Gravures[modifier | modifier le code]

Hercules Seghers est surtout connu pour ses gravures, principalement de paysages, d’une technique très novatrice : le plus souvent imprimées avec de l’encre colorée sur du papier ou du tissu coloré également, les couleurs en sont ensuite retravaillées, et les tirages sont découpés à la main pour obtenir différents formats. La pointe sèche est aussi utilisée, ainsi qu’une forme d’aquatinte et d’autres techniques, comme celle consistant à insérer lors du passage sous presse un morceau de tissu grossier de façon à produire un effet marbré.

En tout, de ses cinquante-quatre plaques, seules cent quatre-vingt-trois impressions connues ont survécu, et la plupart se trouvent aujourd’hui conservées dans des musées. La plus belle collection se trouve au cabinet des estampes attaché au Rijksmuseum d’Amsterdam (le Rijksprentencabinet). Rembrandt possédait dans sa collection d'œuvres d'art aussi bien des peintures (huit) que des gravures de Seghers – il avait même acquis l’une des plaques originales, celle de Tobie et l’Ange (HB 1)[9], qu’il adapta, tout en conservant une grande partie du paysage, pour en faire sa Fuite en Égypte (B 56). Rembrandt retravailla également une peinture de Seghers représentant un Paysage de montagne, actuellement à la Galerie des Offices. Le style des paysages de Rembrandt témoigne par ailleurs de l’influence de Seghers.

Bien que la datation de ses estampes demeure floue, on pense que sa Ville aux quatre tours (HB 29) constitue l’une de ses dernières gravures et, si on la compare avec les peintures, elle aurait été réalisée vers 1631. Vu le nombre restreint des impressions restantes, il semble peu probable que les gravures aient pu représenter une source de revenus importante pour l’artiste. Sa Pile de livres (Rijksmuseum) est un sujet de nature morte inhabituel dans une gravure du XVIIe siècle.

Seghers semble avoir inventé la technique de l’aquatinte « au sucre », un procédé qui sera redécouvert en Angleterre plus d’un siècle après lui par Alexander Cozens.

Peintures[modifier | modifier le code]

Ses contemporains connaissaient sans doute Seghers surtout pour ses peintures de paysages et de natures mortes. Comme ses gravures, ses peintures sont rares ; il semble n’en être resté qu’une quinzaine (l’une d’entre elles fut détruite lors d’un incendie en octobre 2007[10]). Le stathouder Frédéric-Henri d'Orange-Nassau acheta des paysages de Seghers en 1632.

Alors que dans les gravures l’approche technique l’emporte souvent sur le sujet, beaucoup de ses peintures sont des paysages de montagnes dans lesquels un soin particulier est accordé à la composition. Il y représente le plus souvent de larges vues horizontales, où la terre occupe plus de place que le ciel – des bandes de ciel ont d’ailleurs été ajoutées ultérieurement dans la partie supérieure de deux de ses tableaux aujourd’hui conservés à la Gemäldegalerie de Berlin.

En dehors de l’influence de son maître Van Coninxloo, Seghers puise dans la tradition flamande du paysage, s’inspirant sans doute plus particulièrement de Joos De Momper et Roelandt Savery, mais aussi des « aspects fantastiques et visionnaires » des paysages des maniéristes[11] Dans un inventaire de 1680 des biens de Jan Van de Capelle, qui possédait cinq peintures de Seghers, on donne la description d’une vue de Bruxelles, ce qui laisse penser que Seghers se serait rendu dans cette ville, sans doute dans sa jeunesse, au moment où son style semble le plus marqué par l’influence flamande (et pour autant que la chronologie proposée de ses œuvres soit correcte)[2].

Anna Seghers[modifier | modifier le code]

Le pseudonyme d'Anna Seghers vient de ce peintre. Anna Seghers, ou plutôt Netty Reiling, a rédigé sa thèse de doctorat sur le thème « Juifs et judaïsme dans l'œuvre de Rembrandt ». Dans une lettre à Georg Lukàcs[12] en 1938, elle s'identifie, semble-t-il[13], à ce peintre par ces mots : « cette réalité des époques de crise, des guerres, etc., il faut donc d'abord en supporter la vue, la regarder en face et deuxièmement, lui donner forme. D'innombrables gens nommés artistes ne la regardent en face qu'apparemment, ou pas du tout. De tout temps, dans l'histoire de l'art, ces époques de crise sont marquées par de brusques ruptures de style, par des expériences, par d'étranges formes bâtardes, et c'est seulement après que l'historien peut voir quel chemin était praticable... Lorsque le monde antique s'écroula, dans des siècles où la culture chrétienne de l'Occident n'en était qu'à ses premiers développements, il y eut une quantité incroyable de tentatives pour maîtriser la réalité. Mais même à une époque moins reculée, à la fin du Moyen Âge, au début de l'art bourgeois : le bourgeois se représenta sur les retables en qualité de donateur, sur les monuments funéraires, etc. Finalement, il y eut les premiers véritables portraits, tentatives franchement douteuses et qui pourtant annonçaient Rembrandt. »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. De nombreux auteurs mettent en doute cette attribution ; voir d’autres références au sujet de l’incendie à Amersfoort.
  2. a et b N. MacLaren (1991), p. 418-420.
  3. R. Van Luttervelt (1960), p. 202.
  4. Segers est en fait la forme la plus répandue dans des documents contemporains et celle que le peintre lui-même utilisait ; dans la littérature actuelle, les deux formes du nom se rencontrent presque aussi souvent l’une que l’autre. – N. MacLaren (1991), p. 418-420.
  5. Pour les dates, cfr. Rijksbureau voor Kunsthistorische Documentatie – RKD.
  6. S. Slive (1995), p. 183.
  7. Z.J. Kannegieter (1942), p. 24-25. – On ne dispose en fait d’aucun document d’archive concernant le prix réel de la maison ; le prix indiqué est une estimation de Kannegieter basée sur des ventes similaires.
  8. Hoogsteder & Hoogsteder, Mathieu Dubus, avant-gardist.
  9. En fait, une copie libre par Seghers d’une gravure réalisée par Hendrik Goudt d’après un tableau d’Adam Elsheimer aujourd’hui disparu, appelée le Grand Tobie. – S. Slive (1995), p. 184.
  10. « L’Armando Museum réduit en cendres ».
  11. S. Slive (1995), p. 184-185
  12. Georg Lukàcs (1955), p. 243-244.
  13. C. Prévot, Notes, dans A. Seghers (1971).

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Gravures :

Peintures :