Herbsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Herbsheim
L'église.
L'église.
Blason de Herbsheim
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Alsace
Département Bas-Rhin
Arrondissement Sélestat-Erstein
Canton Benfeld
Intercommunalité C.C. de Benfeld et environs
Maire
Mandat
Esther Sittler
2014-2020
Code postal 67230
Code commune 67192
Démographie
Population
municipale
917 hab. (2011)
Densité 107 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 21′ 02″ N 7° 37′ 56″ E / 48.3506, 7.632248° 21′ 02″ Nord 7° 37′ 56″ Est / 48.3506, 7.6322  
Altitude Min. 155 m – Max. 160 m
Superficie 8,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte administrative du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Herbsheim

Géolocalisation sur la carte : Bas-Rhin

Voir sur la carte topographique du Bas-Rhin
City locator 14.svg
Herbsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herbsheim

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herbsheim

Herbsheim est une commune française située dans le département du Bas-Rhin, en région Alsace.

Géographie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

« Herbsheim est mentionné pour la première fois en 1136 sous le nom de Nerbolsheim dans les archives de 1'abhave de Shuttern (Pays de Bade) qui y possédait des biens. Cependant, il semble que le site, traveïsé par le chemin celte Ettenheim - Andlau, ait déjà été occupé il y a fort longtemps. Les nombreux tumuli - au nombre de 62 éparpillés sur les bans de Herbsheim et de Obenheim - semblent confirmer cette hypothèse.

Certains de ces tumuli ont été fouillés au siècle dernier, notamment en 1864 par N. Nickles, apothicaire de Benfeld - et plus récemment, en 1987, par les chercheurs rattachés au musée d'Archéologie de Strasbourg (fouille de sauvetage au lieu-dit « Vier Tagen » avant le remembrement). Un squelette datant d'environ 500 ans avant Jésus-Christ, a été découvert dans ce tumulus qui servait de site funéraire à une peuplade celte qui vivait dans cette région à l'époque de la Tène-Halstatt. On y a également trouvé des objets habituels (bracelet en métal, fragments de poterie) et une fibule en ambre. Cette découverte prouverait que ces peuplades commerçaient avec les régions maritimes du nord de l'Europe, puisque l'ambre est une résine fossile dure provenant de mammifères marins, comme le cachalot.

Au Moyen Âge, Herbsheim appartenait à l'évêque de Strasbourg. Un château s'élevait au sud-est du village. À cet endroit, on peut encore observer les vestiges d'un fossé qui entourait probablement l'édifice. Dans le mur extérieur de la nef de l'église paroissiale est incrusté une pièce en grès qui proviendrait des ruines du château et qui représente le blason du village. Ce dernier, fief des landgraves von Werd, revint à l'évêque de Strasbourg en 1359. Le nom du village a changé au cours des siècles. De Nerbosheim ou Herbonsheim en 1136, Herbotesheim en 1244, il est devenu Herbsheim, certainement en raison de son diminutif Herbse.

La population, principalement paysanne jusqu'en 1945, est passée de 362 habitants en 1851, 580 habitants en 1900, 635 habitants en 1982 à environ 750 de nos jours. En plus des cultures traditionnelles, on exploitait des plantations de houblon jusque vers 1930. Un séchoir existait jusqu'en 1945. On plantait également du lin (Flachs) et du chanvre (Hanf). Le ruisseau Hanfgraben, qui longe la forêt du Mayli et le village, a certainement été nommé ainsi pour l'utilisation qu'on en faisait : tremper les tiges pour en déparer les fibres qui donnaient la filasse (rouissage). Herbsheim possédait également son moulin à huile. On y fait déjà allusion dans les archives communales vers 1736. L'engin était actionné par un cheval qui entraînait la grosse meule jusque vers 1920. Par la suite, un moteur électrique a pris le relais. Les cultivateurs du village et des environs venaient y faire broyer leur récolte de colza et de noix. La précieuse huile obtenue servait d'huile de table pour la famille pour toute l'année.

Le village a beaucoup souffert pendant la Deuxième Guerre mondiale. Il a été détruit à 80 % lors de l'offensive des alliés en novembre 1944 et de la contre-offensive allemande en janvier 1945. La population a dû s'exiler de l'autre côté de l'Ill pendant plusieurs semaines.

Reconstruites à l'aide des dommages de guerre, les habitations récentes donnent au village un caractère jeune, même s'il a perdu son cachet typiquement alsacien, la plupart des maisons à colombages ayant disparu. La localité a évolué ces dernières années. Les exploitations agricoles se comptent sur les doigts d'une main et les actifs travaillent dans les industries et services du canton, en Allemagne, et un grand nombre fait le déplacement jusqu'à l'agglomération strasbourgeoise. Beaucoup de jeunes continuent à s'installer dans le village et y fondent leur famille, preuve que Herbsheim est un village où il fait bon vivre.

Par Sittler.F »

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason d'Herbsheim

Les armes d'Herbsheim se blasonnent ainsi :
« D'azur à la lettre H onciale capitale d'or. »[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1983 en cours Esther Sittler UMP Sénatrice du Bas-Rhin
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 917 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
353 397 445 500 547 533 530 495 562
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
570 566 580 584 573 607 618 592 617
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
580 583 606 541 520 538 543 498 563
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
582 609 610 635 719 765 793 917 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Paul de Gassowski, « Blasonnement des communes du Bas-Rhin », sur http://www.newgaso.fr (consulté le 24 mai 2009)
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :