Herbert Wilf

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Herbert Saul Wilf

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Herbert S. Wilf

Naissance 13 juin 1931
Philadelphie, Pennsylvanie (États-Unis)
Décès 7 janvier 2012 (à 80 ans)
Wynnewood (en), Pennsylvanie (États-Unis)
Nationalité Drapeau des États-Unis Américain
Champs algébriste
Institutions Université de Pennsylvanie
Diplôme Université Columbia
MIT
Directeur de thèse Herbert Robbins (en)
Étudiants en thèse Fan Chung
Richard Garfield
Renommé pour Combinatoire
Distinctions Prix Leroy P. Steele (1998)

Herbert Saul Wilf (13 juin 19317 janvier 2012) est un mathématicien américain, spécialisé en combinatoire et en théorie des graphes.

Il était titulaire d'une chaire Thomas A. Scott de mathématiques[1], en analyse combinatoire et calcul, à l'université de Pennsylvanie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Herbert Wilf est un chercheur très prolifique, auteur de nombreux livres et articles de recherche. Il était le directeur et le mentor de nombreux étudiants et collègues. Parmi ses coauteurs, il y a notamment Doron Zeilberger et Donald Knuth. Son nombre d'Erdős est 2. Un des anciens étudiants de Wilf est Richard Garfield, le créateur du jeu de cartes à collectionner Magic: The Gathering (Magic : L'Assemblée). Il a aussi dirigé la thèse de Eliot Roy Weintraub (en) à la fin des années 1960.

Il est un des cofondateurs, avec Knuth, du Journal of Algorithms en 1980. Avec Neil Calkin, il crée en 1994 le Electronic Journal of Combinatorics (Journal électronique de combinatoire), et il en est l'éditeur en chef jusqu'en 2001. De 1987 à 1992, il est éditeur en chef du American Mathematical Monthly, un journal destiné à la dissémination des mathématiques pour enseignants et chercheurs.

Wilf était très favorable à la publication ouverte de livres et de journaux. Il montre l'exemple sur sa page personnelle où ses livres et articles sont accessibles ; il y a eu 350 000 téléchargements en 2011[2].

Wilf est mort d'une maladie neuromusculaire en 2012[2].

Distinctions[modifier | modifier le code]

En 1962, Wilf était conférencier invité du congrès international des mathématiciens à Stockholm. Titre de sa conférence : A generalization of the inequality of arithmetic and geometric means and applications. En 1973-1974, Wilf a bénéficié d'une bourse Guggenheim.

En 1998, Wilf et Zeilberger ont reçu le prix Leroy P. Steele de contribution fondamentale à la recherche pour leur article commun « Rational functions certify combinatorial identities », Journal of the American Mathematical Society, vol. 3,‎ 1990, p. 147-158. Dans la description du prix, on lit : « Les idées mathématiques nouvelles peuvent avoir un impact sur les spécialistes du domaine, sur des personnes en dehors de ce domaine, et sur le mode de développement du domaine après leur introduction. L'idée remarquablement simple de Wilf et Zeilberger a déjà modifié la vison d'une partie des mathématiques pour les experts, pour les utilisateurs de haut niveau en dehors du domaine, et du domaine lui-même ». Leur travail, inspiré par la thèse de Sœur Celine, a donné lieu à des logiciels qui ont grandement simplifié le calcul des identités hypergéométriques.

En 2002, Wilf a reçu la Médaille Euler de l'Institut de combinatoire et ses applications (en).

Publications[modifier | modifier le code]

La plupart des publications de Herbert Wilf sont accessibles sur sa page personnelle.

Quelques articles[modifier | modifier le code]

  • G. Szekeres et H. S. Wilf, « An inequality for the chromatic number of a graph », J. Combin. Theory, vol. 4,‎ 1968, p. 1-3
  • Neil J. Calkin et Herbert S. Wilf, « The number of independent sets in a grid graph », SIAM J. on Discrete Mathematics, vol. 11, no 1,‎ 1998, p. 54-60 (electronic)
  • Herbert S. Wilf, « The distribution of run lengths in integer compositions », Electronic Journal of Combinatorics, vol. 18, no 2,‎ 2011, Paper 23, 5

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Thomas A. Scott Professorship in Mathematics. Université de Pennsylvanie.
  2. a et b (en) « In Memoriam: Herbert S. Wilf », Université de Pennsyvanie.

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Herbert Saul Wilf » (voir la liste des auteurs)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]