Herbert Vere Evatt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Evatt.
Herbert Vere Evatt
Photographie de Herbert Vere Evatt.
Photographie de Herbert Vere Evatt.
Fonctions
Juge en chef de la Cour suprême de Nouvelle-Galles du Sud
15 février 196024 octobre 1962
Prédécesseur Kenneth Street
Successeur Leslie Herron
Représentant de la circonscription de Hunter
22 novembre 195810 février 1960
Prédécesseur Rowley James
Successeur Bert James
Leader du parti travailliste australien
20 juin 19519 février 1960
Prédécesseur Ben Chifley
Successeur Arthur Calwell
Président de l'Assemblée générale des Nations unies
19481948
Prédécesseur José Arce
Successeur Carlos P. Romulo
Procureur général d'Australie
Ministre des affaires étrangères
7 octobre 194119 décembre 1949
Premier ministre John Curtin
Frank Forde
Ben Chifley
Gouvernement Curtin I, Curtin II, Forde, Chifley I, Chifley II
Représentant de la circonscription de Barton
21 septembre 194022 novembre 1958
Prédécesseur Albert Lane
Successeur Len Reynolds
Juge de la Haute Cour d'Australie
19 décembre 19302 septembre 1940
Prédécesseur Charles Powers
Successeur Dudley Williams
Biographie
Date de naissance 30 avril 1894
Lieu de naissance Maitland, Nouvelle-Galles du Sud
Drapeau de l'Empire britannique Empire britannique
Date de décès 2 novembre 1965
Lieu de décès Canberra
Drapeau de l'Australie Australie
Nationalité Australien
Parti politique Parti travailliste australien
Diplômé de Université de Sydney

Herbert Vere Evatt
Ministres des affaires étrangères

Herbert Vere Evatt (30 avril 1894 - 2 novembre 1965), était un juriste, homme politique et écrivain australien. Il fut président de l'Assemblée générale des Nations unies en 1948-49 et participa à la déclaration universelle des droits de l'homme de 1948.

Premières années[modifier | modifier le code]

Evatt est né à Maitland en Nouvelle-Galles du Sud dans une famille d'ouvriers d'origine anglaise et irlandaise.

Après ses études secondaires, il entra à l'université de Sydney où il obtint en 1919 ses diplômes de philosophie et de droit.

En raison de sa mauvaise vision, il ne put pas faire la Première Guerre mondiale, guerre où il perdit son frère et il devint un avocat du monde du travail célèbre, travaillant surtout pour des syndicats.

En 1925, Evatt fut élu député travailliste pour l'assemblée de Nouvelle-Galles du Sud dans la circonscription de Balmain. Il resta à ce poste jusqu'en 1930.

En 1930, le gouvernement travailliste de James Scullin le nomma, à 36 ans, juge à la Haute Cour d'Australie. Là, il fut souvent amené à s'affronter avec Robert Menzies alors ministre de la justice libéral et de là commença une longue animosité réciproque.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

En 1940, Evatt démissionna de son poste pour se lancer à nouveau en politique et fut élu député fédéral de Sydney dans la circonscription de Barton. Quand le parti travailliste arriva au pouvoir avec John Curtin en 1941, Evatt devint ministre de la justice et ministre des Affaires étrangères.

Evatt participa aux réunions diplomatiques des alliés durant la Seconde Guerre mondiale et il joua un rôle important dans la création de l'Organisation des Nations unies. Il fut président de l'organisation en 1948 et participa aux négociations qui amenèrent à la création de l'état d'Israël. Il participa aussi à la rédaction de la Déclaration universelle des droits de l'homme et fut le premier président de la commission à l'énergie atomique australienne. Il devint vice-leader du parti après les élections de 1946.

Herbert Evatt (à gauche) et Ben Chifley (au centre) avec le premier ministre britannique Clement Attlee (à droite) en 1946

En 1949, le parti travailliste fut battu par le nouveau parti libéral de Robert Menzies et Evatt passa dans l'opposition. Quand Ben Chifley mourut en 1951, Evatt fut élu leader du parti, sans opposition. Au début tout se passa bien et il mena à bien une campagne contre Menzies qui voulait faire modifier la Constitution pour faire interdire le Parti Communiste mais beaucoup de membres de son parti n'approuvèrent pas Evatt dans son choix car ils connaissaient la rivalité des communistes avec les travaillistes dans les syndicats et qu'ils considéraient que les communistes menaçaient la sécurité intérieure du pays.

Evatt était persuadé de gagner les élections fédérales de 1954 et quand il fut battu à la surprise générale, il accusa l'aile catholique de son parti d'avoir saboté sa campagne. Il était aussi persuadé que Menzies s'était arrangé avec les services de sécurité australiens pour organiser la défection du diplomate soviétique Petrov pour le discréditer.

Aussi après les élections, Evatt lança une série d'attaques publiques contre ses "ennemis" du parti travailliste ce qui aboutit à un éclatement désastreux du parti, avec la création du "parti travailliste démocratique" créé par les personnes exclues du parti et par d'autres qui démissionnèrent en signe de protestation, parti qui se présenta contre le parti travailliste aux élections suivantes. Ceci, associé à sa haine viscérale contre Menzies l'amenèrent à commettre de nombreuses erreurs tactiques et par deux fois, en 1955 et en 1958, le parti fut sévèrement battu. Pendant la campagne électorale de 1958, il offrit même sa démission pour faire revenir les travaillistes exclus du parti mais ceux-ci rejetèrent sa proposition.

Retrait[modifier | modifier le code]

En 1960, le gouvernement travailliste de Nouvelle-Galles du Sud le nomma président de la Cour suprême de l'état, une nomination qui fut largement perçue comme une porte de sortie honorable de la vie politique. Il exerça sa fonction de manière assez décousue et certains parlèrent de maladie mentale non diagnostiquée[réf. nécessaire].

En 1962, il démissionna de son poste après une dépression et il mourut à Canberra en 1965.

Sur les autres projets Wikimedia :