Herbert Rosenfeld

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rosenfeld.

Herbert Alexandre Rosenfeld est un psychanalyste et psychiatre né en Allemagne en 1910 et mort à Londres en 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Diplômé de médecine à Munich en 1934, il doit émigrer en 1935 en Grande-Bretagne où il repasse ses examens. Il devient psychiatre et s'intéresse au traitement psychanalytique des psychotiques. Analysé par Mélanie Klein, il devient lui-même analyste reconnu en 1945 et poursuit son travail dans la mouvance kleinienne, avec Wilfred Bion, Hanna Segal, etc. Il fournit notamment un complément de théorie au concept d'identification projective, élabore son concept de "confusion" et pose les bases d'une théorie d'un narcissisme destructeur (Narcisse. Numéro 13, 1976 de la Nouvelle revue de psychanalyse) qui a été reprise et développée par André Green. Sa dernière œuvre "Impasses et interprétation" PUF 1989 (ISBN 2130425615), permet de surmonter des moments critiques de patients dits difficiles. Alors que pour certains analystes, la réaction thérapeutique négative est un échec rédhibitoire, Rosenfeld tente de démontrer que ces "impasses" sont des moments qui peuvent et devraient être dépassés et qu'ils ne doivent pas servir de prétexte pour arrêter une cure. Cette théorie ne ressemble en rien à une forme d'acharnement ou d'entêtement d'analyste mais au besoin qu'éprouvent des patients de revivre et faire vivre à leur analyste des impasses qu'ils ont subjectivement vécu à des moments clés de leur développement.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]