Herbert Pagani

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pagani (homonymie).

Herbert Pagani, Herbert Avraham Haggiag Pagani, est un peintre, sculpteur et auteur-compositeur de chansons des années 1970, né le à Tripoli, mort le à Palm Springs, Californie. Il fut le premier disc jockey de Radio Monte-Carlo.

Biographie[modifier | modifier le code]

Herbert Pagani est né dans une famille libyenne juive. Après une enfance déchirée entre des parents divorcés, et entre la France et l'Allemagne, Herbert Pagani s'est d'abord exprimé par le dessin et la peinture. Il débuta dans la chanson sous la houlette d'Annalena Limentani, assistante de Roberto Rossellini, traduisant en italien ceux qu'il appelait ses « dieux », Jacques Brel et Léo Ferré, et en diffusant leur chansons au-dessous des Alpes. Il traduisait aussi Mouloudji, Barbara et Édith Piaf (il adapte aussi Antoine, Michel Polnareff, Françoise Hardy, Claude Nougaro, France Gall…).

C’est grâce à une lettre écrite à Jacques Brel, reçue par son ex-femme car Brel avait déménagé, qu’il débuta.

À Radio Monte-Carlo, où il anime des émissions en direction de l’Italie du nord, il fut embauché pour remplacer une animatrice tombée malade. Ce furent les nombreux appels des auditeurs ravis de ce gai luron qui décidèrent le directeur de la station à le mettre à l’antenne. L’artiste y mit une condition : diffuser un de ses disques à chaque émission, la radio officielle italienne les censurant.

Il chante dans le film Amore mio aiutami (1969) d’Alberto Sordi (titre anglais Help Me My Love). Il joue et chante dans Marco Visconti (1975) téléfilm de Anton Giulio Majano (it). Sa musique est encore utilisée aujourd’hui comme dans Perdutoamor (it) (2003) où l’on entend le titre Mia Lombardia (la version italienne du Plat Pays de Brel, adaptée par Pagani).

Il enregistre en 1972 Megalopolis (avec Christian Chevalier, Jean Claudric, Ivan Graziani, Jean-Claude Petit et Jean-Claude Vannier aux orchestrations), une comédie musicale de politique fiction, sorte d'opéra-rock, bien avant Starmania, qui fait frémir aujourd'hui par sa lucidité. Mégalopolis sera jouée triomphalement au théâtre de Chaillot en décembre 1975, et reprise dans la foulée à Bobino en avril 1976.

Il se présente politiquement comme à gauche, aussi bien dans ses prises de positions en France que dans soutien au sionisme et à l'État d'Israël ; on l'a vu aux côtés de François Mitterrand et il a enregistré une chanson pour le parti socialiste, brocardée d’ailleurs par le polémiste Louis Pauwels[1], en raison de ce passage :

 France socialiste
Puisque tu existes
Tout devient possible
Ici et maintenant

Dans plusieurs de ses chansons, il a insisté sur son identité juive (l’étoile d’or) et son soutien à Israël (Plaidoyer pour ma terre[2]), texte qui constitue son « credo » philosophique.

Herbert Pagani est mort à 44 ans des suites d’une leucémie à évolution accélérée. Il repose à Tel Aviv (Israël).

Discographie[modifier | modifier le code]

Studio[modifier | modifier le code]

  • 1967 : L’Amicizia (30 cm Mama, RPLP-001)
  • 1971 : Concerto d’Italie (30 cm Pathé Marconi 2C 064 11757 - version française partielle de L’Amicizia à laquelle s'ajoutent quelques titres originaux)
  • 1972 : Megalopolis (2×30 cm Pathé Marconi 2C 162 12354-5 - double album qui deviendra un spectacle à Bobino. Réédité en 1989 2×CD EMI 251 978)
  • 1974 : Les Années de la Rage et les Heures de l'Amour (30 cm Pathé Marconi 2C 062 12733)
  • 1975 : Ballate dal Marco Visconti (30 cm RCA Italiana, TPL1-1155)
  • 1975 : Peintures (30 cm Pathé Marconi 2C 066 13059)
  • 1976 : Palcoscenico (30 cm RCA Italiana, TPL-1-1225)

En public[modifier | modifier le code]

  • 1976 : Pagani à Bobino (30 cm Pathé Marconi 2C 066 14294)

45 tours[modifier | modifier le code]

  • 1967 : Chez nous (Pathé Marconi)
  • 1976 : Plaidoyer pour ma terre (Pathé Marconi)
  • 1977 : 1900 (Pathé Marconi)
  • 1977 : Les Gens de nulle part / Vieux père Hugo (Pathé Marconi)
  • 1982 : Le Grand Pardon (Pathé Marconi)

Compilation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Louis Pauwels, La liberté guide mes pas, chroniques 1982-1984.
  2. Plaidoyer pour ma terre, texte.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]