Henry Luce

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Luce.
Henry Luce avec sa femme Clare Boothe Luce en 1954.

Henry Robinson Luce (né le 3 avril 1898 à Penglai, en Chine - décédé le 28 février 1967 à Phoenix en Arizona) fut un magnat de la presse américain. Fils d'un missionnaire presbytérien dans les territoires coloniaux allemands et britanniques, il a suivi les cours dans divers internats en Chine, en Grande-Bretagne, et à l'université Yale.

On lui doit la création de nombreux magazines tels que : Fortune, lancé en février 1930; le magazine Life pictural lancé en 1936; House & Home lancé en 1952 et Sports Illustrated lancé en 1954.

Il est également le cofondateur du TIME Magazine, publié dès 1923, dont il devint le seul dirigeant en 1929, à la mort de son associé Briton Hadden, en récupérant les parts de celui-ci dans la société qu'ils avaient fondé : Time Inc..

Il mit son talent au service de la politique étrangère américaine et mena dès 1927 une campagne de propagande basée sur le sentiment populaire en faveur du chef nationaliste chinois Tchang Kaï-chek; alors sous occupation japonaise[1].

Il institua d'ailleurs un classement des personnalités de l'année selon le Time Magazine dont Tchang Kaï-chek et son épouse Song Meiling reçurent le prix en 1937.

Il se maria avec Clare Boothe Luce, membre de la Chambre des représentants des États-Unis et ambassadrice en Italie.

Controverse[modifier | modifier le code]

Dwight Macdonald, un employé de Fortune dans les années 1930 le surnommait « Il Luce », un jeu de mot avec le surnom du dictateur italien Mussolini qui était appelé « Il Duce ». Le président Franklin Roosevelt, attentif au fait que la majorité des éditeurs lui étaient opposés, sort un décret en 1943, interdisant à tous les éditeurs et les dirigeants d'aller dans les zones de combat[2].

Fondation Henry Luce[modifier | modifier le code]

À sa mort, il fut dit qu'il avait une fortune de 100 millions de dollars, en parts de Time Inc.. La majorité de sa fortune est allée dans l'Henry Luce Foundation (Fondation Henry Luce).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Time magazine historical search », Time magazine (consulté le 19 Juin 2014)
  2. (en) Alan Brinkley, The Publisher: Henry Luce and his American Century (2010) p. 302-303

Liens externes[modifier | modifier le code]