Henry Chapier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henry Chapier

Description de cette image, également commentée ci-après

Henry Chapier à la Marche des fiertés 2008 à Paris

Nom de naissance Henry Chapier
Naissance 14 novembre 1933 (80 ans)
Bucarest
Profession Journaliste

Henry Chapier, né le 14 novembre 1933 à Bucarest (Roumanie), est un journaliste, critique de cinéma, animateur d'émission de télévision et réalisateur français de longs métrages.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'un avocat international et d'une actrice d'origine juive autrichienne, Henry Chapier naît à Bucarest. Il est contraint par le régime communiste de quitter la Roumanie en 1948, à la suite du décret d'expulsion des Français.

En 1958, il commence une carrière de critique cinéma en collaborant à l'hebdomadaire Arts avec François Truffaut et Dominique Jamet. Pigiste à L'Express, il remporte le prix du meilleur journaliste débutant en 1959. Cette année-là, il entre à Combat dont il devient le rédacteur en chef des pages Culture ; il est notamment le critique cinéma du journal jusqu'en 1974. Sa notoriété commence en 1968 lors de la campagne contre le renvoi de Henri Langlois de la Cinémathèque française : il ouvre alors les colonnes du journal pendant trois mois à des cinéastes du monde entier, jusqu'à la réintégration de Henri Langlois. Il obtient en outre pour son premier film Sex Power la Coquille d'argent au Festival de San Sebastian de 1970, dont le jury est présidé par Fritz Lang.

En avril 1974, Philippe Tesson crée le Quotidien de Paris et demande à Henry Chapier d'assumer la rédaction en chef des pages Culture. Il continue d'y tenir une rubrique de critique de cinéma. Il intègre FR3 en 1978 comme éditorialiste culturel et cinématographique.

En 1981, il fait partie des trois rédacteurs en chef du Soir 3. Il s'impose comme spécialiste cinéma de la chaîne et crée l'émission Le Divan qu'il animera de 1987 à 1994. Il quitte France 3 cette année-là pour se consacrer avec Jean-Luc Monterosso à la préfiguration de la Maison européenne de la photographie, dont il devient le président en 1996. Cette même année, il fait partie du jury du Festival de Cannes présidé par Francis Ford Coppola, après avoir déjà été membre du jury de la Caméra d'or en 1988. C'est en 1996 également que Jean-François Bizot lui propose de rejoindre l'équipe de chroniqueurs de Radio Nova.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Acteur[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Louis Malle, 1965, éditions Seghers
  • Quinze ans de Combat, 1974, éditions Julliard
  • Crée ou crève, 1978, éditions Grasset
  • La Malédiction des stars, éditions Claude Carrere
  • Lartigue, 1981, éditions Belfond
  • Je retourne ma veste, éditions Claude Carrere
  • Le Divan, éditions Claude Carrere
  • Sacrée Différence, 1995, éditions Le Rocher
  • Journal d'une analyse sauvage, 1996, éditions Michel Lafon
  • Portraits du Liban — Un café pour l'étranger qui passe, avec Alexandre Dunoyer, 1998, éditions L'Anneau
  • Pour un cinéma de combat, 2003, éditions Le Passage
  • Il est interdit de vieillir, 2009, éditions Publibook
  • Version originale, 2012, éditions Fayard

Décorations[modifier | modifier le code]

  • Grande Médaille de Vermeil de la Ville de Paris, 2013
  • Officier dans l’ordre du Cèdre, 2009
  • Commandeur dans l’Ordre national du Mérite, 2006
  • Officier dans l’ordre de la Légion d’Honneur (promotion de Pâques), 1999
  • Officier dans l’ordre du Mérite, 1990
  • Commandeur des Arts et Lettres, 1985
  • Cavalliere della Republicca Italiana, 1984

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]