Henrique Mitchell de Paiva Couceiro

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Paiva Couceiro
Henrique Mitchell de Paiva Cabral Couceiro
Paiva Couceiro à l'époque de la colonisation de l'Angola (c. 1896)
Paiva Couceiro à l'époque de la colonisation de l'Angola (c. 1896)

Naissance 30 décembre 1861
Lisbonne, Portugal
Décès 11 février 1944 (à 82 ans)
Lisbonne, Portugal
Origine Portugaise
Autres fonctions Député

Henrique Mitchell de Paiva Couceiro CvTEOTEComTEMOVM (pt)CvA (pt)GCIC (pt) (Lisbonne, 30 décembre 1861 — Lisbonne, 11 février 1944) est un militaire, un administrateur colonial et un homme politique portugais. Il est connu pour avoir participé aux campagnes d'occupation coloniale en Angola et au Mozambique mais aussi pour avoir inspiré les incursions monarchistes contre la première République portugaise en 1911, 1912 et 1919. Il préside le gouvernement de ce qu'on nomme la Monarchie du Nord proclamée le 19 janvier 1919 et renversée le 13 février 1919. Nombre de participants à cet épisode politique appartiennent au groupe de l'Intégralisme lusitanien. Son dévouement à la cause Monarchiste et son adhésion à l'Intégralisme le conduisirent plusieurs fois à l'exil, avant et même après l'avènement de l'Estado Novo[n 1] au Portugal.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henrique Mitchell de Paiva Couceiro est né à Lisbonne, fils du général José Joaquim de Paiva Cabral Couceiro (pt), officier de l'arme d'Ingénierie de l'Armée Portugaise, et de Helena Isabel Teresa Mitchell, protestante anglaise convertie au catholicisme, qui, après avoir étudié dans un collège de religieuses en France, s’est installée au Portugal en tant que préceptrice des filles du Vicomte du Torrão.

Sa mère avait une foi intense et militante, raison pour laquelle Henrique Paiva Couceiro a grandi dans une ambiance de religiosité exacerbée et de catholicisme fanatique et dominateur[1], qui interdisait, par exemple, la lecture de romans considérés impurs. Alors qu’il était déjà étudiant à l’Ecole Militaire, il était fier de les déchirer, même si il ne les avait qu’en prêt; on le suspecte de trouver ces romans pervers par nature.

L’éducation reçue et la durable influence maternelle ont fait qu’à la fin de sa vie Paiva Couceiro avouait avoir lu très peu de romans et n’être jamais allé au théâtre ni au cinéma. Par contre, lorsqu’il n'était pas en campagne, il allait tous les jours à la messe, et, en campagne, lisait tous les jours l’IMITATION DE JESUS-CHRIST, se préparant pour le sacrifice suprême. Il aurait envisagé, en 1891, après son retour des campagnes dans le sud de l’Angola, d’entrer dans un ordre religieux.

Révélant par son attitude de forts penchants pour le jansénisme, en dépit de sa ferveur religieuse, il se considérait indigne de communier.

Après avoir terminé ses études préparatoires à Lisbonne, il s’enrôle à l’armée le 14 janvier 1879, à 17 ans, comme volontaire, au Regimento de Cavalaria Lanceiros de El-Rei (le Regimento de Cavalaria n.º 2), dans lequel il prête service jusqu‘en 1880. La même année il est transféré au Regimento de Artilharia n.º 1 en tant que sous-lieutenant et fréquente le cours préparatoire d’artillerie à l’Ecole Polytechnique de Lisbonne. Il rentre alors à l’Ecole Militaire où il fréquente le cours d’artillerie de 1881 à 1884.

Le 24 juin 1881, à 19 ans, et à la veille d’être promu au grade de lieutenant d’artillerie, lorsqu’il se promène au Chiado, il croise Léon de la Torre qui bouscule sa sœur Carolina qui l’accompagnait et, dans un accès de rage lui donne 2 ou 3 coups de poing (et non 5 balles de pistolet comme cela a été raconté…). Immédiatement, Léon de la Torre se met en fuite afin d’éviter d’en recevoir d’autres. En conséquence de cette agression, Léon de la Torre a 42 jours d’incapacité de travail. Selon «inscription dans da Feuille de Services, section Registre Disciplinaire, l’officier sous-mentionné…»[2], Paiva Couceiro est arrêté le 25 juin de 1881 accusé de crime de «blessures». L’inscription continue : «En Conseil de Guerre 2 ans de prison militaire pour ‘blessures volontaires’. Sentence du 1er Conseil de Guerre permanent de la 1re Division Militaire du 7 novembre 1881. La peine est commuée en 6 mois de prison militaire en plus de ce qu’il a déjà accompli. Le 7 avril 1882. Libéré le 7 octobre ». Il est donc resté en prison pendant 1 an, 3 mois et 18 jours.

Il retourne à l’Ecole Militaire le 26 Octobre 1882[2].

Le 9 janvier 1884 il est promu au grade de 2e lieutenant d’artillerie, attaché au vieux Regimento de Artilharia n.º 1, à Campolide.

Au Regimento de Artilharia n.º 1 il fait partie d’un groupe de jeunes lieutenants qui cultivent les « arts militaires », et pratique aussi l’escrime et l’équitation; c’est le début d’une période de carrière militaire sans remarques ni louanges particulières. Par la suite il est promu au grade de 1er lieutenant le 27 janvier 1886. Il est à nouveau promu le 4 juillet 1889, cette fois-ci au grade de capitaine ; il se porte alors volontaire pour réaliser une commission de service dans les colonies d’outre mer, où à cette époque le Portugal développait un effort d’occupation effective du territoire, conséquence de la Conférence de Berlin sur le partage de l’Afrique entre les puissances coloniales européennes. Il est envoyé en Angola, où il débarque à Luanda le 1er Septembre 1889[1].

Les campagnes d'Angola[modifier | modifier le code]

La Guerre du Rif[modifier | modifier le code]

La Campagne du Mozambique[modifier | modifier le code]

Le mariage et l'entrée en politique[modifier | modifier le code]

Député à la Cour (1906-1907)[modifier | modifier le code]

Gouverneur-Général de l'Angola (1907-1909)[modifier | modifier le code]

La résistance à la Première République[modifier | modifier le code]

Titres de journaux lors du décès de Henrique Paiva Couceiro[modifier | modifier le code]

La Famille[modifier | modifier le code]

Les Décorations[modifier | modifier le code]

Les œuvres publiées par Henrique de Paiva Couceiro[modifier | modifier le code]

Les œuvres publiées sur Henrique de Paiva Couceiro[modifier | modifier le code]

Citations de et sur Henrique de Paiva Couceiro[modifier | modifier le code]

Avenues, Places e Rues - Toponymes[modifier | modifier le code]

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Estado Novo (État nouveau) est un terme employé par le gouvernement portugais durant la deuxième république de 1933 à 1974. La figure centrale de ce gouvernement fut le Docteur António de Oliveira Salazar.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (pt) Vasco Pulido Valente, « Henrique Paiva Couceiro — um colonialista e um conservador », Análise Social, vol. XXXVI,‎ 2001, p. 767-802 (lire en ligne)
  2. a et b Arquivo Histórico Militar, ref AHM/div/3/7/1183