Henri de La Ferté-Senneterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Maison de Saint-Nectaire.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie), Saint-Nectaire (homonymie) et Senneterre.
Henri de La Ferté-Senneterre
Henri de Senneterre, maréchal-duc de La Ferté (1599-1681), maréchal de France en 1651, François-Joseph Heim (1787-1865), 1835, musée historique de Versailles
Henri de Senneterre, maréchal-duc de La Ferté (1599-1681), maréchal de France en 1651, François-Joseph Heim (1787-1865), 1835, musée historique de Versailles

Surnom
Henri II de Saint-Nectaire
Naissance 1599
Décès 27 septembre 1681 (à 82 ans)
Origine Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Grade Maréchal de France
Commandement Lorraine
Distinctions Ordre du Saint-Esprit
Autres fonctions Pair de France
Famille Maison de Saint-Nectaire

Henri II, duc de La Ferté-Senneterre (1599-1681) est un militaire français, maréchal de France en 1651 et gouverneur de la Lorraine.

Biographie[modifier | modifier le code]

Issu d'une vieille famille de la chevalerie auvergnate, il est le fils de l'ambassadeur Henri Ier de La Ferté-Senneterre, ministre d'État, et le petit-fils du maréchal Claude de La Châtre de La Maisonfort. Destiné à la carrière des armes, il combattit pour la première fois sous les ordres de Maurice de Nassau, chef de la révolte des Provinces-Unies protestantes contre la domination de la très catholique Espagne.

De retour dans le royaume de France, le jeune homme se distingua pendant le siège de la cité calviniste de La Rochelle, établi en 1627-1628 par Richelieu pour venir à bout de cette ville rebelle à l'autorité du roi de France. Il était alors capitaine d'un régiment payé par son père.

En 1632, l'armée française envahissait la Lorraine et c'est tout naturellement que La Ferté se retrouva devant Nancy en 1633. Le 25 septembre, Louis XIII et Richelieu pénétraient dans cette ville peuplée de 16 000 habitants qui venait d'être évacuée par le marquis de Mouis et sa garnison lorraine.

Devenu mestre de camp, grade qui correspond au colonel de nos armées contemporaines, Henri de La Ferté se couvrit de gloire contre les Espagnols à Hesdin le 29 juin 1639. Afin de le récompenser, Louis le treizième le nomma maréchal de camp.

Vue à vol d'oiseau des travaux du siège de Gravelines par le maréchal de La Ferté le 30 août 1658.

Le 19 mai 1643, alors que le roi Louis XIII était mort depuis cinq jours, Henri de La Ferté-Senneterre participa à la victorieuse bataille de Rocroi contre les Espagnols au cours de laquelle il commandait en second l'aile gauche française et reçut quatre blessures.

Son père étant un favori de la reine Anne d'Autriche, régente du royaume de France depuis le décès de Louis XIII, ce vaillant combattant est nommé Gouverneur du duché de Lorraine en 1643 en remplacement du lorrain de Lenoncourt. En 1644, il contrôlait à Nancy vingt-trois compagnies d'infanterie plus une suisse en ville vieille et sept compagnies d'infanterie en ville neuve. À ces troupes, s'ajoutait la cavalerie. Lieutenant général depuis 1648, il est intronisé maréchal de France le 5 janvier 1651 et reste fidèle à Anne d'Autriche et à Mazarin pendant la Fronde, cette guerre civile qui déchira la France de 1648 à 1652. Si La Ferté intervint de façon brutale pour rétablir la discipline chez ses soldats qui se livraient facilement au chapardage, lui-même ne s'imposa aucune limite et vécut abusivement sur le pays. Il est vrai qu'en ces temps troublés, ses gages de 18000 livres n'étaient pas toujours payés dans les temps.

Fait prisonnier à Valenciennes en 1656, il vit sa rançon payée par Louis XIV.

En récompense des bons et loyaux services de son titulaire, le marquisat de La Ferté-Senneterre est élevé à la dignité de duché-pairie par Louis XIV en novembre 1665.

Le vieux maréchal meurt le 27 septembre 1681.

Vie familiale[modifier | modifier le code]

Portraits de Magdeleine d'Angennes, épouse de Henri, maréchal-duc de La Ferté-Senneterre, et de Catherine d'Angennes, épouse de Louis de La Trémoïlle, comte d'Olonne.

Il avait épousé en premières noces Charlotte de Bauves, fille de Henri des Boves, baron de Contenant, maréchal de camp et conseiller d'État, et de Philippe de Chateaubriand. En secondes noces, il épousa, le 25 avril 1655, Madeleine d'Angennes, dame de La Loupe, fille de Charles d'Angennes, seigneur de La Loupe, baron d'Ambreville, et de Marie du Raynier. Madeleine eut un enfant de Charles-Paris d'Orléans, duc de Longueville[1]. Ensemble, ils eurent :

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Orn ext maréchal-duc et pair OSE.svg
Blason Henri de Saint-Nectaire (v 1600-1681).svg

D'azur, à cinq fusées d'argent, rangées en fasce.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Artaud de Montor, Encyclopédie des gens du monde, 1842
  2. Michel Popoff et préface d'Hervé Pinoteau, Armorial de l'Ordre du Saint-Esprit : d'après l'œuvre du père Anselme et ses continuateurs, Paris, Le Léopard d'or,‎ 1996, 204 p. (ISBN 2-86377-140-X)

Source[modifier | modifier le code]

  • Manuel Bazaille : "1643 : Le retour d'Attila"; La Revue Lorraine Populaire; no 180; octobre 2004.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]