Henri Van Effenterre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri van Effenterre, né le 11 mars 1912 à Paris et mort le 3 novembre 2007, est un archéologue de l’école française d’Athènes qui a consacré une partie de sa vie au palais Minoen de Malia en Crète (2000/1300 av. JC)[1].

Il est aussi le père du cinéaste Bertrand van Effenterre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Brillantes études qui le conduisirent au grade de Docteur ès Lettres et à l’école française d’Athènes.

Professeur à l'Université de Caen, Directeur d'Archéologie et Beaux-Arts de Normandie.

En 1951, René Étienne et Henri Van Effenterre, créent l'Association d'études normandes, présidée aujourd'hui (2009) par Cécile-Anne Sibout. L'Association, issue d'un groupe de chercheurs et agents économiques réfléchissant sur le passé et l'avenir de la région normande, publie une revue trimestrielle de culture normande avec les universités de Rouen, Caen et le Havre. Elle est la seule revue de niveau scientifique couvrant ainsi l'espace normand sous ses aspects divers (économie, sciences humaines et sociales, littérature).

Scout de France depuis 1924, il y exerça par la suite différentes fonctions. De 1940 à 1944, il fit partie de l’Équipe Nationale zone Nord, sous la direction de Pierre Delsuc, après avoir été grièvement blessé lors des combats de la campagne de France (il y a perdu un bras). Il eut notamment la délicate fonction de publier la revue Les Dossiers de l’éducateur, destinée à soutenir les activités du scoutisme interdit par les Allemands. En 1947, Henri Van Effenterre fut Commissaire Général du Jamboree de Moisson et l’un des acteurs majeurs de son éclatante réussite. Il fut aussi le pionnier de l’histoire du scoutisme en publiant dès 1947 le « Que sais je ? » Histoire du scoutisme, réédité en 1961.

Henri Van Effenterre fut parallèlement un helléniste et un archéologue réputé, il termina sa carrière comme professeur émérite à la Sorbonne. Il est l’auteur d’une trentaine d’ouvrages sur la Grèce antique. Il consacra avec sa femme Micheline, une partie de ses travaux au palais minoén de Malia en Crète (2000/1300 av. JC).

Titulaire de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edmond Lévy, « Allocution de M. Edmond Lévy, président de l’Association », Revue des Études Grecques, tome 121, fascicule 2, Juillet-décembre 2008. pp. 18-19, [1]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jamborée de la paix
  • La Cité grecque. Des origines à la défaite de Marathon. Paris, Hachette, 1985

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]