Henri Tudor

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tudor.
Henri Tudor

Henri Owen Tudor, né le 30 septembre 1859 à Ferschweiler (Allemagne, à quelques kilomètres de la frontière luxembourgeoise), mort le 31 mai 1928 à Rosport est un ingénieur, inventeur et industriel luxembourgeois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de John Thomas Tudor, d'origine anglaise, et de Marie Loser, luxembourgeoise, Henri Tudor passa son baccalauréat à Chimay en Belgique francophone et fit des études d'ingénieur de 1879 à 1883 à l'École polytechnique de Bruxelles. Durant ses études déjà, il s'intéressait à l'électrotechnique, en particulier à la production de lumière par l'intermédiaire du courant électrique, ainsi qu'à la production de courant électrique. Cet intérêt l'a conduit à faire des recherches sur les accumulateurs électriques.

Tudor eut quelques contacts avec Thomas Edison, l'inventeur de la lampe à incandescence. Cette dernière invention l'a incité à utiliser un accumulateur pour sauvegarder l'énergie électrique pendant les heures de faible consommation afin de la redistribuer ensuite pendant les heures de pointe.

En 1882, alors encore étudiant, il construisit à Rosport une installation de courant continu fonctionnant avec des accumulateurs développés par lui-même. L’alimentation électrique était fournie par un générateur électrique mu par les eaux du moulin de Rosport. Ces accumulateurs ont fonctionné sans interruption pendant 16 ans. Le château des Tudor à Rosport fut l'un des premiers bâtiments en Europe bénéficiant de manière continue, 24 heures sur 24, de la lumière électrique. Tudor fit breveter son invention au Luxembourg en 1886 puis en 1887 en France.

Henri Tudor développa en 1884 une centrale électrique mobile, alimentée par une batterie, pour l'agriculture (battage, découpe du bois et éclairage), et construisit en 1886 à Echternach une centrale électrique destinée à l'éclairage public et domestique. Il commercialisa cette même année, avec son cousin Niklaus Schalkenbach, la première batterie au plomb, inventée en 1859 par Gaston Planté. Il fit construire sa première usine pour fabriquer ces batteries à Rosport, puis délocalisation en Belgique, en France, au Royaume-Uni et en Allemagne.

Tudor est mort en 1928, à l'âge de 68 ans, à la suite d'une intoxication au plomb (saturnisme).

En 1987, le Centre de recherche public Henri-Tudor, nouvellement créé au Luxembourg, est nommé en l'honneur d'Henri Owen Tudor et de son dévouement à la recherche et à l'innovation.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Hoffmann, Émile, 1959. Henri Owen Tudor, ingénieur, 1858-1928. Commémoration du centième anniversaire de sa naissance. Archives de l'Institut grand-ducal de Luxembourg, Section des Sciences naturelles, physiques et mathématiques, N.S. 26: 59-80.
  • Steinmetz, Aloyse, 1981). Die Tudors in Rosport. Dokumentation über das Leben und die Verdienste der Gebrüder Tudor für ihre Heimatortschaft Rosport. Hrsg. von Lehrer Al. Steinmetz, gelegentlich des 100. Jahrestages des ersten Bleiakkumulators, der von Henri Owen Tudor gebaut wurde und in der alten Mühle des früheren Irminenhofes funktionierte <1881>. Rapid Press, 68 (4) p. Luxembourg.
  • Steinmetz, Aloyse, 1995. Henri Owen Tudor konstruierte in Rosport einen elektrischen Bleiakkumulator, der weltweites Aufsehen erregte. Gester an Hätt, 8 (16): 3-11.
  • Steinmetz, Aloyse, 1996. Henri Owen Tudor, Pionier auf dem Gebiet der Elektrizität. Heimatkalender 1997 Landkreis Bitburg-Prüm: 26-31.
  • Steinmetz, Aloyse, 1998. Henri Owen Tudor, ein bedeutender Pionier unseres Landes. Nos Cahiers, 19 (2-3): 401-422.
  • Schmid, Wolfgang, 2009. Die Brüder Tudor in Rosport. Erfinder, Unternehmer, Jäger und Wanderer. Eifeljahrbuch 2009: 60-64.