Henri Rougier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rougier.

Henri Rougier

Henri Rougier devant la Turcat-Méry 25 HP victorieuse au rally de Monte Carlo

Henri Rougier devant la Turcat-Méry 25 HP victorieuse au rally de Monte Carlo

Date de naissance 28 octobre 1876
Lieu de naissance Marseille
Date de décès 1956
Lieu de décès Marseille
Nationalité Drapeau de la France France
Victoires Rallye automobile Monte-Carlo

Henri Rougier, né à Marseille le et mort à Marseille en juillet 1956 d’insuffisance cardiaque, après avoir pris sa retraite à La Valette-du-Var proche de Toulon, fut un célèbre coureur cycliste, coureur automobile et aviateur français.

Au début du XXe siècle, Rougier était un entrepreneur prospère, propriétaire de l'agence de Paris pour les automobiles Turcat-Méry, et utilisait ses participations à des courses automobiles pour recueillir de la publicité pour sa concession de marque.

En 1903 au volant de sa Turcat-Méry 45 HP il termine 11e au général et 9e dans la catégorie dite des véhicules lourds de la course Paris-Madrid.

Le 17 juin 1904 il participe sur le même bolide à la « Coupe automobile Gordon Bennett » en Allemagne. Le départ est donné par le Kaiser Wilhelm II depuis Bad Homburg dans les montagnes du Taunus. Il termine 3e en 6 heures 46 minutes 31 secondes pour couvrir les 564 kilomètres. Il remporte également la troisième édition de la Course de côte du Mont Ventoux sur sa Turcat-Méry.

En 1905, il s’inscrit au Circuit des Ardennes, à Bastogne. Son Lorraine-Dietrich y effectue le meilleur tour en piste, à 68,51 km/h. En 1906, il y termine 3e sur la même voiture : son temps est de 5 heures 50 minutes 11 secondes.

Au premier Grand-Prix de France en 1906, il termine non classé, à plus d’un tour derrière le vainqueur. En 1907, il revient pour la seconde édition à Dieppe au volant d'une Lorraine-Dietrich, mais doit se retirer au 5e tour. Il remporte de nouveau la Course de côte du Mont Ventoux, sur sa Lorraine-Dietrich cette fois.

Turcat-Méry de 1906

Le 19 mai 1908, Rougier participe à la course Saint-Pétersbourg-Moscou sur Lorraine-Dietrich, mais doit abandonner.

Dans le Grand-Prix de France 1908 à Dieppe, il se retire dès le premier tour sur des problèmes de magnéto de sa Lorraine-Dietrich.

Anvers Henri Rougier lors d’un meeting aérien de 1909 sur “Voison”

En 1909, il apprend à piloter sur biplan Voisin propulsé par un moteur Gnôme Oméga, et en septembre de la même année, il remporte les prix de distance et d’altitude du Grand Prix de Berlin, tandis que Hubert Latham remporte le prix de vitesse. La même année il participe meetings aériens et à des Grands-Prix automobiles à travers l’Europe. Ainsi à la fin du même mois, au salon aéronautique de Brescia, il remporte de nouveau le Prix d'altitude (190 m - record mondial), en battant Glen Curtiss. Il participe ensuite aux meetings aériens de Francfort, à celui de Blackpool où il termine à la deuxième place, et à Anvers où il a remporte toutes les courses proposées, clôturant ainsi une année très fournie.

En janvier 1910 il devient célèbre pour ses exploits monégasques au-dessus de la Méditerranée et du Mont Agel, du fait d’un voyage particulièrement dangereux de Monaco à Nice en haute altitude avec des vents très variables. En février, lors du salon de l’air d’Héliopolis en Égypte, il remporte le premier prix sur distance globale et le second prix sur « plus longue distance sans s'arrêter. De par ces faits marquants, il est invité à participer la même année à des meetings en Californie, avec son Voisin.

Du fait des risques encourus, des performances aéronautiques d’endurance de Rougier ont été incluses dans les tableaux de ‘’Flight International Magazine’’ :

  • 12 septembre 1909 : Voisin: Brescia : 1 heure 9 minutes
  • 28 septembre 1909 : Voisin: Johannisthal Air Field : 1 heure 20 minutes
  • 29 septembre 1909 : Voisin: Johannisthal Air Field: 1 heure 37 minutes
  • 28 octobre 1909 : Voisin: Anvers: 1 heure 3 minutes
  • 6 février 1910 : Voisin: Héliopolis en Égypte: 65 km
  • 11 février 1910 : Voisin: Héliopolis: 48 km

À son retour en France, Rougier pourrait avoir construit son propre biplan, mais le fait n’est pas prouvé, car essentiellement fondé sur une unique photographie, peu nette. Toujours est-il qu’en cette année 1910, il devient partenaire d'Antoine Odier et de Raoul Vendôme dans la compagnie de biplans d’aviation Odier-Vendôme. Il pilote ainsi un biplan de construction Odier-Vendôme à Issy-les-Moulineaux, ou Terni et Ghedi en Italie.

En 1911, il remporte la victoire du premier rallye automobile Monte-Carlo sur une Turcat-Méry 25 HP. Planifié dès 1909 par le Prince Albert Ier de Monaco et l'Automobile Club de Monaco (alors « Sport Automobile Vélocipédique Monégasque »), 23 véhicules convergent de 11 lieux différents à travers l’Europe, en janvier 1911 vers la principauté. 9 –dont Rougier- arrivent de Paris, après 1 020 km à travers la France. Quelques critères subjectifs, forts critiqués alors, tels l'élégance générale de la voiture, le confort des passagers, ou l'état de la voiture à l’arrivée à Monaco entrent alors en ligne de compte pour le classement final.

Après la Première Guerre mondiale, Rougier a fabriqué sur commandes un nombre limité de voitures « Rougier », sur des châssis Turcat-Méry avec améliorations de conception mécanique et exclusivités de brevets mécaniques. Henri Perrot participe aux innovations portant sur le freinage à tambour (brevets qu’il revendra en 1924 à Vincent Bendix après le salon automobile européen), et Million Guillet conçoit la carrosserie à Levallois-Perret.

En 1922 il remporte la Course de côte Limonest - Mont Verdun sur Voisin 18 hp Sport[1], et en 1923 il participe aussi pour la 4e fois au Grand Prix de France, à Tours, au volant d'une Voisin prototype, devant abandonner au 19e tour. Au Grand-Prix d’Italie à Monza la même année il se retire au 29e tour.

Née en 1895, l’entreprise Turcat-Méry a définitivement cessé sa production en 1928.

Henri Rougier a été nommé chevalier de la Légion d'honneur, et a obtenu la croix de guerre, ainsi que la « médaille de l'Aéronautique ».

Victoires en courses de côte[2][modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]