Henri Mouton

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Henri Mouton, né le 5 septembre 1869 à Cambrai (Nord) et mort le 13 juin 1935 à Bezons (Seine-et-Oise) est un chimiste et biologiste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il entre à l’École normale supérieure en 1889. Biologiste à l’Institut Pasteur, il est maître de conférences à la Faculté des sciences de Paris (1917) puis professeur sans chaire de physique-chimie à partir de 1927. Il collabore avec Aimé Cotton pour la mise en évidence de l’effet Cotton-Mouton (voir biréfringence).

Éponymie[modifier | modifier le code]

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • «Sur le Galvanotropisme des infusoires ciliés», in: Compt. rend. de l'Acad. des Sciences, 128 (1899): 1248.
  • Recherches sur la digestion chez les amibes et sur leur diastase intracellulaire impr. de Charaire (Sceaux), 1902.
En collaboration
  • avec Aimé Cotton: «Nouveau procédé pour mettre en évidence les objets ultra-microscopiques», in: Comptes rendus de l’Académie des sciences, 136 (1903): 1657.
  • avec Aimé Cotton: Les ultramicroscopes et les objets ultramicroscopiques, Masson (Paris) , 1906.
  • avec Aimé Cotton: Sur la biréfringence magnétique des liquides purs, comparaison avec le phénomène électro-optique de Kerr, Bureau du Journal de physique (Paris), 1911.
Traductions

De Jacques Loeb:

  • La Conception mécanique de la vie, F. Alcan (Paris), 1914.
  • Les protéines, F. Alcan (Paris), 1924.
  • Les bases physico-chimiques de la régénération, Gauthier-Villars (Paris), 1926.

Liens externes[modifier | modifier le code]