Henri Lozé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Henri Lozé
Image illustrative de l'article Henri Lozé
Fonctions
Député du Nord
11 mai 190212 février 1906
Sénateur du Nord
7 janvier 190626 janvier 1915
Biographie
Date de naissance 20 janvier 1850
Lieu de naissance Le Cateau-Cambrésis
Date de décès 26 janvier 1915 (à 65 ans)
Lieu de décès Paris
Nationalité Drapeau : France français
Parti politique Union républicaine
Profession Préfet

Henri Auguste Lozé, né le 20 janvier 1850 au Cateau-Cambrésis[1] et mort le 26 janvier 1915 à Paris, est un haut fonctionnaire et homme politique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il fait ses études au collège Sainte-Barbe à Paris, obtient une licence en droit et devient avocat à la cour d’appel de Paris[1].

Carrière préfectorale[modifier | modifier le code]

Sous-préfet de Commercy (21 février 1877), il est remplacé le 14 mai 1877, puis nommé de nouveau le 30 décembre 1877. Il est ensuite sous-préfet à Béthune (12 janvier 1880) puis à Brest (30 mars 1881)[1].

Il est préfet du Cantal en 1884[1], puis secrétaire général de la préfecture de police de Paris (25 avril 1885)[1].

Préfet de la Somme (11 novembre 1886) puis préfet de police de Paris (10 mars 1888), il démissionne le 11 juillet 1893, à la suite de la mort du jeune Antoine Nuger, simple témoin d'une manifestation estudiantine réprimée trop brutalement par la police, le 1er juillet, au Quartier latin[2]. Il est remplacé par Louis Lépine.

Il est nommé ambassadeur de France à Vienne le 13 novembre 1893.

Il est ensuite nommé gouverneur général de l’Algérie le 28 septembre 1897 et mis à la disposition du ministère de l’Intérieur le 10 octobre 1897[1].

Chargé de mission le 1er janvier 1902 il est mis en disponibilité le 1er mars 1902[1].

Mandats[modifier | modifier le code]

Décoration[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Notice biographie Henri Lozé, sur le site sfhp.fr, consulté le 7 novembre 2014
  2. Jean-Marc Berlière, « Aux origines d'une conception "moderne" du maintien de l'ordre », dans Madeleine Rebérioux, Fourmies et les premier mai, Éditions de l'Atelier,‎ 1994, 460 p.
  3. « Notice no LH/1670/43 », base Léonore, ministère français de la Culture

Sources[modifier | modifier le code]

  • René Bargeton, Dictionnaire biographique des préfets : septembre 1870 à mai 1982, Paris, Archives nationales, 1994.
  • Jean-Marc Berlière, L'institution policière sous la IIIème République, thèse, Dijon, 1991
  • Jean-Baptiste Duroselle, Clemenceau, Paris, ed. Fayard, 1988, p. 358.
  • Gaston Falaricq, Trente ans dans les rues de Paris, p. 78-153, ed. Perrin, 1934
  • Pierre Miquel, La main courante : Les archives indiscrètes de la police parisienne 1900-1945, p. 21-36, Paris, ed. Albin Michel, 1997

Liens externes[modifier | modifier le code]