Henri Lopes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lopes.
Henri Lopès au Salon du Livre de Genève en 2012

Henri Lopes (né le 12 septembre 1937 à Léopoldville) est un écrivain, homme politique et diplomate congolais. Il a été le premier ministre de la République du Congo de 1973 à 1975. Depuis 1998 il est ambassadeur en France.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Lopes est né à Léopoldville, chef-lieu de l'ancien Congo belge, maintenant la République démocratique du Congo. Il passe ses années d'écolier à Brazzaville et Bangui et séjourne de 1949 à 1965 à Paris et Nantes. Il finit en 1963 ses études à la Sorbonne pour y devenir professeur. Il est membre de quelques associations d'étudiants africains. Après son retour au Congo, il est professeur d'histoire à l'École normale supérieure d'Afrique centrale à Brazzaville jusqu'en 1966 et ensuite Directeur de l'Enseignement jusqu'en 1968.

Politicien et diplomate[modifier | modifier le code]

Lopes est membre du Parti congolais du travail (PCT) de Marien Ngouabi, président depuis 1968. En 1969, Lopès devient ministre de l'Éducation nationale en 1972, ministre des Affaires étrangères et le 28 juillet 1973 Premier ministre, une fonction qui avait été vacante depuis fin 1969. Le 18 décembre 1975, il est dans cette fonction remplacé par Louis Sylvain-Goma. De 1977 à 1980, Lopès est ministre des Finances.

Depuis 1981 il travaille pour l'UNESCO, où il est directeur général adjoint pour la culture et pour les relations extérieures de 1982 à 1998. En octobre 1998 il est nommé ambassadeur de la République du Congo en France. Il fait partie de la la famille Obah.

Écrivain[modifier | modifier le code]

En tant qu'écrivain, Henri Lopes est considéré comme l'un des représentants les plus connus de la littérature africaine moderne. En 1972 il est lauréat du Grand prix littéraire d'Afrique noire de l'Association des écrivains de langue française pour son livre Tribaliques. En 1993, l'Académie française lui décerne le grand prix de la francophonie ; la même année il devient docteur honoris causa de l'Université Paris XII et en 2002 de l'université de Québec.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • 1972 Tribaliques, nouvelles
  • 1976 La nouvelle romance, roman
  • 1977 Sans tam-tam, roman
  • 1982 Le pleurer-rir' sur les blagues de T.black', roman
  • 1990 Le chercheur d'Afriques, roman
  • 1992 Sur l'autre rive, roman
  • 1997 Le lys et le flamboyant, roman
  • 2002 Dossier classé, roman
  • 2012 Une enfant de Poto Poto, roman [1].

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André-Patient Bokiba et Antoine Yila (dir.), Henri Lopes : une écriture d'enracinement et d'universalité, L'Harmattan, 2002, 266 p. (ISBN 2-7475-2970-3)
  • Makolo Muswaswa, L'univers romanesque d'Henri Lopes : structure, esthétique et idéologie, Université Bordeaux 3, 1989, 2 vol., 652 p. (thèse de Littérature française et antillaise)
  • Paul Nzete, Les langues africaines dans l'œuvre romanesque de Henri Lopes, L'Harmattan, 2008, 99 p. (ISBN 978-2-296-05076-1)
  • Léontine Troh-Gueyes, Approche psychocritique de l'œuvre littéraire d'Henri Lopes, Université Paris 12 et Université de Cocody-Abidjan, 2005, 377 p. (thèse de Littérature comparée)

Liens externes[modifier | modifier le code]